En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

05.

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

06.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

07.

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 13 heures 7 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 14 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 15 heures 9 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 16 heures 40 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 18 heures 4 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 20 heures 2 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 20 heures 38 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 21 heures 26 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 22 heures 47 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 23 heures 11 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 13 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 14 heures 47 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 16 heures 11 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 17 heures 28 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 19 heures 45 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 20 heures 27 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 20 heures 47 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 22 heures 10 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 23 heures 6 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 23 heures 15 min
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
Gilets Jaunes

Violence des casseurs, erreurs de maintien de l’ordre : pourquoi nous devons réapprendre la gestion démocratique des foules

Publié le 18 novembre 2019
Ce week-end, l'anniversaire des un ans de la naissance des Gilets Jaunes a été marqué par une flambée de violence. Pourtant, malgré les 254 arrestations dans la France entière et la présence avérée de nombreux casseurs, une partie de la population refuse toujours de reconnaître leur existence. A contrario, d'autres refusent de remettre en questions certaines pratiques policières.
Alain Bauer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Bauer est professeur de criminologie au Conservatoire National des Arts et Métiers, New York et Shanghai. Dernier livre paru : Vivre au temps du coronavirus (Cerf) ...
Voir la bio
Sylvain Boulouque
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvain Boulouque est historien, spécialiste du communisme, de l'anarchisme, du syndicalisme et de l'extrême gauche. Il est l'auteur de Mensonges en gilet jaune : Quand les réseaux sociaux et les bobards d'État font l'histoire (Serge Safran éditeur) ou...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce week-end, l'anniversaire des un ans de la naissance des Gilets Jaunes a été marqué par une flambée de violence. Pourtant, malgré les 254 arrestations dans la France entière et la présence avérée de nombreux casseurs, une partie de la population refuse toujours de reconnaître leur existence. A contrario, d'autres refusent de remettre en questions certaines pratiques policières.

Atlantico : Ce week-end, l'anniversaire des un ans de la naissance des Gilets Jaunes a été marqué par une flambée de violence, notamment à Paris. Pourtant, malgré les 254 arrestations dans la France entière -173 à Paris- et la présence avérée de nombreux casseurs, une partie de la population refuse toujours de reconnaître leur existence et questionne encore la réaction des forces de l'ordre. A contrario, d'autres refusent de remettre en questions certaines pratiques policières.

Atlantico : Alors que la violence se fait de plus en plus présentes lors des manifestations, et que la présence de groupes de casseurs n'est plus à prouver. Comment expliquer l'aveuglement d'une partie de la population, dont notamment celui de la gauche radicale ?

Sylvain Boulouque : Avant tout, il faut préciser de quelle gauche on parle ici. Il y a plusieurs gauches, on peut en dénombrer quatre distinctes :

- La première est la gauche émeutière, laquelle est favorable à ces pratiques. Qu'elle participe ou non à ces actes de violence, elle fait preuve d'empathie envers les "casseurs". 

- La deuxième gauche est celle qui sans être complètement  hostile à ces débordements, fait le choix de ne pas y participer. Elle considère que sombrer dans la violence n'est pas la bonne stratégie.

- La troisième gauche, proche de Mélenchon, se distingue des deux premières en ce qu'elle considère que ce type de débordement sont le jeux du pouvoir, et renforce le gouvernement en place.

- La quatrième gauche est celle qui rejette purement et simplement ces violences.

Il faut également distinguer les différents groupes d'émeutiers. Certains ont pour but de mettre le feu à la plèbe afin qu'elle rejoigne leur mouvement. Ceux-là constituent la grande majorité des "casseurs" et leur violence est politique, ils agissent avec un but politique plus que discutable mais néanmoins réel. Il y a quelques éléments qui, rejoignant ces émeutiers, ont eux aussi recours à  la violence mais sans but politique aucun. Ces derniers sont très minoritaires. Par exemple, si l'on prend les ultra-jaunes, leur recours à la violence sert leur agenda et but politique. Il est bien difficile de déterminer leurs objectifs mais, à leurs yeux, l'usage qu'ils font de la violence n'est pas gratuit. Ils font partis de ceux qui ont une véritable passion pour l'insurrection, une passion qui gagne actuellement du terrain en France.

Alain Bauer : Pourquoi parler d’aveuglement ? La violence est consubstantielle à la relation avec l’Etat depuis plus de mille ans. Des jacqueries à nos jours il y a eu une relative civilisation des conflits intérieurs mais sans apaisement véritable. La violence n’est pas seulement le fait des ultras de gauche ou de droite, mais elle est comprise, parfois soutenue, par une importante partie de la population. La question est plutôt celle d’une inversion de la tendance qui avait permis de réduire l’ampleur des confrontations après le pic de 1979 où la tragédie de 1986.

A contrario, les pratiques policières sont parfois également critiquables -on pense notamment à Alexis Corbière qui dit avoir été pris à parti ce samedi par les forces de l'ordre, bousculé et gazé au gaz lacrymogène- et une partie de la population refuse toujours de les remettre en question, pourquoi ? Pourquoi nier qu'il peut également y avoir un problème de ce coté ?

Sylvain Boulouque : Tout d'abord, une partie de la police est autorisée depuis décembre dernier à faire usage de la force. L'Etat leur a donné ce droit - ce recours légitime à la force lorsque jugé nécessaire-  et il est donc obligé de les couvrir en cas d'abus. Cette pratique est nouvelle et bien différente de ce qui se faisait autrefois. Par exemple, en 1968 les forces de l'ordre faisaient nettement moins usage de la force qu'aujourd'hui. De plus, le type d'armes n'est plus le même. De nos jours, les armes utilisées par la police sont bien plus dangereuses, certaines relevant même de la catégorie d'armes de guerres. C'est parce que leur usage est disproportionné, même en prenant compte l'existence de groupes violents, que 24 personnes ont perdu un oeil, et 200 ont été blessé à la tête en un an. 

Ainsi, si l'Etat nie un recours à la force disproportionnée de la part de la police c'est parce que c'est lui qui lui en a donné l'autorisation et également parce que les force de l'ordre ont le consentement tacite ou non d'une partie de la population. Pourtant, il n'est plus possible de nier cette réponse parfois disproportionnée des forces de l'ordre : tout le monde constate aujourd'hui que la France a la police la plus violente en Europe. Il ne s'agit pas là d'un point de vue personnel, mais d'une constatation qui émane du Conseil de l'Europe et de l'ONU.

Alain Bauer : Les dérives policières doivent être fortement condamnées et punies. Elles le sont souvent et la police compte en moyenne pour la moitié des sanctions de l’ensemble de la fonction publique d’Etat alors qu’elle pèse moins de 10% de ses effectifs.

Mais à force de subir jets de projectiles ou insultes pendant des heures, et surtout pendant 52 semaines (en week end ce qui était plutôt rare) l’épuisement cumulé à la baisse des effectifs à créé une situation inédite de crise. Ce qui a poussé le ministère de l’intérieur à faire appel de de nombreux effectifs non formés utilisant des équipements sans expérience suffisante. Il ne s’agit pas d’aveuglement mais des pires effets d’un processus qui rend la gestion du maintien de l’ordre, victime d’une vision purement comptable. Le ministère gère alors comme il peut en essayant d’éviter le pire.

Face à ces deux aveuglements, quel est le plus problématique ? Quelles peuvent être les conséquence de cet aveuglement ?

Sylvain Boulouque : Il est difficile de se prononcer sur ce point. Aujourd'hui dans la mesure où la population a relativement peur de manifester, on peut penser que le pouvoir et ceux qui nie un recours disproportionné à la force par la police l'on emporté. Effectivement, force est de constater que depuis novembre dernier le nombre de manifestants a décliné et certes, il y a le problèmes de revendications parfois peu précises et trop variés, mais il y a aussi surtout un sentiment de peur, la peur de se prendre un coup de matraque, du gaz lacrymogène ou une LBD. 

Dans ce contexte, toute une partie de la population, qu'elle manifeste ou non, se pose des questions et se trouve face à une fin de non recevoir de l'Etat. On ne voit donc pas comment les choses pourraient s'améliorer à court terme. Si la révolte est moins vaste, la colère froide progresse et deux blocs apparaissent. Alors qu'ils se font face, aucune proposition alternative n'émerge et ne voit pas donc pas d'issue rapide à cet affrontement, un affrontement qui n'avait pas eu lieu depuis très longtemps.

Alain Bauer : Aucun des deux . Mais la culture de l’Etat qui pousse au rapport de force avant de négocier et qui a le plus grand mal à trouver des interlocuteurs prêts à le faire en confiance (eu égard aux manquements réguliers constatés précédemment).

Le tres grand pragmatisme du Prefet Lallement, la prise en compte des analyses des CRS et des gendarmes mobiles, le retour d’expérience imposé en 1987 or le préfet Massoni ou l’inspecteur général Berlioz, ont permis une forte réduction du nombre de blessés. Il faudra parvenir à réapprendre à manifester et donc à garantir ce qu’on appelle la gestion démocratique des foules .

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
mahesa
- 18/11/2019 - 19:34
Atlantico, svp !
S'il vous plaît, pouvez vous écrire le français correctement : titre, fautes de syntaxe... C'est pénible à lire.
Bon, sur le fond, Macron a commis deux, et plus, erreurs impardonnables. 1-il n'avait pas analysé le bilan de la France pour agir dès son arrivée, pour un banquier, c'est pour le moins léger. 2- il a montré un mépris, un dédain voire une haine envers la France et les français, et ce de préférence à l'étranger, ès qualité PR tels que la réaction de la France périphérique s'est exprimée en GJ. Sans oser se l'avouer, ceux d'en haut comme ceux du milieu et d'en bas ne peuvent lui pardonner, car ils savent bien que c'est la nature profondes de Macron, pas seulement des mots qui lui ont échappé.
NIKKO
- 18/11/2019 - 16:09
GESTION
Savez vous, braves gens, que le maintien de l'ordre " à la Française" s'exporte plutôt bien !! Ces "errements" que le monde entier ne nous envie pas. Heureusement que c'est lui qui le dit ...

-Atlantico, svp, mettez-nous un truc sur le bien être animal .. Y a rien à la téloche
Pig
- 18/11/2019 - 15:13
Mais qui rédige les titres à Atlantico ?
Qu'est-ce que c'est que ce français ! "l'anniversaire des un ans de la naissance des Gilets Jaunes", ça devrait sauter au yeux ! Un an au pluriel...
Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de la naissance des Gilets Jaunes ; l'année prochaine, ce sera le second anniversaire de la naissance des Gilets Jaunes, non pas l'anniversaire des deux ans de la naissance des Gilets Jaunes, etc.