En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

03.

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

04.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

05.

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

06.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

07.

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

06.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

ça vient d'être publié
décryptage > France
Sécu d'État

Sécurité sociale : les tenants du tout-Etat gagnent du terrain

il y a 2 min
décryptage > France
En cas de malheur

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

il y a 47 min 2 sec
décryptage > Culture
L'art scandale

Monde de l’art : les scandales aussi ont leurs maitres

il y a 1 heure 8 min
décryptage > International
Atlantico Business

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

il y a 1 heure 59 min
pépites > Economie
Mesure d'urgence
La région Ile-de-France cesse de payer la RATP et la SNCF, en l'absence d'aide de l'Etat
il y a 19 heures 24 min
pépites > Politique
Déclarations
HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"
il y a 20 heures 20 min
décryptage > Politique
Remaniement

Les gouvernements passent, la haute administration demeure (au pouvoir)

il y a 21 heures 22 min
décryptage > Politique
Adieu robe noire

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

il y a 23 heures 25 min
décryptage > Economie
Marchés financiers

Ces investisseurs de la Tech qui semblent revenus à l’euphorie pré-bulle de l’an 2000

il y a 1 jour 5 min
décryptage > Politique
Leçons du remaniement

Alerte enlèvement : mais à quoi sert le MoDem ?

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > France
Le retour du débat

Retraites : ce qu’il faut comprendre entre les lignes des déclarations sibyllines de Jean Castex

il y a 22 min 48 sec
décryptage > International
Bibi dans l'impasse

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

il y a 57 min 3 sec
décryptage > Style de vie
Bien Manger pour bien bouger

Que manger avant, pendant et après un entraînement ?

il y a 1 heure 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un garçon sur le pas de la porte" de Anne Tyler : quand la petite vie pépère d’un quadragénaire se déglingue... un petit bijou intimiste et amusant

il y a 19 heures 9 min
pépite vidéo > Politique
Débuts difficiles
Eric Dupond-Moretti a été chahuté par les députés pour ses premiers pas à l’Assemblée nationale
il y a 20 heures 30 sec
pépite vidéo > Politique
Cap pour la fin du quiquennat
Remaniement : retrouvez l'entretien du Premier ministre Jean Castex sur RMC - BFMTV
il y a 20 heures 45 min
décryptage > Politique
Intentions de vote

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

il y a 22 heures 33 min
décryptage > France
Moyen sûr de voyager

Le camping-car, star de l’été 2020

il y a 23 heures 41 min
décryptage > Europe
Vers une nouvelle crise politique ?

Irlande du Nord : l’IRA va-t-elle déterrer la hache de guerre ?

il y a 1 jour 32 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

il y a 1 jour 1 heure
© Reuters
© Reuters
Atlantico-Business

Peur de la science et règne de l’émotionnel : les deux mamelles de la panne du progrès

Publié le 18 novembre 2019
Comment expliquer que, dans les sociétés occidentales développées, une grande partie de la population forge ses avis et ses choix selon des croyances impactées par la morale, l’émotion et le ressenti plutôt que sur la réalité des chiffres et des faits ?
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Comment expliquer que, dans les sociétés occidentales développées, une grande partie de la population forge ses avis et ses choix selon des croyances impactées par la morale, l’émotion et le ressenti plutôt que sur la réalité des chiffres et des faits ?

Que les mutations mondiales soient anxiogènes c’est certain ! 

Que les besoins de sécurité rendent les populations méfiantes et frileuses, sans doute !

Que la culture dominante depuis un demi-siècle soit imprégnée des valeurs de la philosophie morale. Surement !

Et qu’enfin, l’emprise des réseaux sociaux ait donné à l’émotion plus d’importance qu’à l’analyse, c’est également évident. 

Mais toutes ces explications suffisent-elles à justifier le recul de l’analyse rationnelle ou de l’expertise scientifique en laissant le champ libre aux croyances les plus absurdes ? 

De la médecine, qui parfois doit céder devant la pression des sorcelleries modernes, ou du nucléaire, condamné sans instruction poussée sur les alternatives sérieuses. En passant par l‘agriculture, protégée par les uns, vilipendée par d’autres. 

Tous les grands débats liés aux mutations naturelles et qui fracturent nos sociétés sont désormais systématiquement biaisés par l’émotion qu’ils suscitent et cette émotion nous résigne au passé et au conservatisme. 

Or, toutes les vagues de progrès ont été poussées par l’innovation scientifique et la recherche technique. La vie au 17e siècle était misérable pour le plus grand nombre et humiliante pour les élites arrogantes. Versailles était organisée pour servir de bucher des vanités. Au 18e siècle, la révolution a fait l’objet d’un vaste et terrifiant règlement de comptes personnels plus souvent que le débat d’idées. 

Au 19e siècle, tout change. La révolution industrielle s’est construite sur le progrès scientifique. Et pour la première fois, les grandes innovations vont profiter au peuple. 

Les élites n’avaient pas besoin de la machine à vapeur, elles avaient des esclaves pour travailler. L’huile de coude était presque gratuite. Plus tard, les élites n’avaient pas plus besoin de l’électricité, elles avaient des chandelles et des valets pour les allumer. Et on pourrait ainsi lister la plupart des grandes innovations jusqu’à internet, dont le succès technologique aura été de donner l’information au peuple. Et avec Internet, donner le pouvoir ou l’illusion de ce pouvoir au peuple. 

Ce qui est terrible aujourd’hui, c’est qu’on tourne le dos à cette ADN scientifique et rationnelle au profit de croyances multiples qui reviennent à fermer les voies du progrès. 

Prenez le nucléaire, cette découverte réalisée par le génie absolu que portait Alfred Einstein, a d’abord été détourné à des fins militaires contre l’ambition de ses pères, mais le nucléaire est revenu très vite dans la sphère civile comme source d’énergie quasiment inépuisable et surtout propre. A tel point que l’humanité aurait là le moyen de s’approvisionner en électricité sans épuiser les ressources fossiles et surtout sans provoquer un réchauffement du climat. 

Et bien en dépit de ces possibilités, le monde a peur de l‘énergie nucléaire. Pourquoi ? Parce qu’il croit que les conditions de sécurité ne sont pas réunies, qu’il peut y avoir des accidents et les accidents nucléaires sont des catastrophes. Il y a eu des catastrophes nucléaires, oui  mais combien y a-t-il eu de catastrophes aériennes avant que l’avion soit un moyen de transport de masse ? 

Cette croyance que la centrale nucléaire peut porter (et apporter) la mort nous empêche de considérer que le nucléaire pourrait nous apporter (la solution) ou des solutions à nos besoins en énergie propre. 

Résultat : si on croit dans le nucléaire, on est dans le camp du mal. Si on refuse le nucléaire, on est dans le camp du bien. Et le camp du bien ne croit pas en la capacité de l’intelligence humaine à contrôler et maitriser le phénomène nucléaire donc il le rejette.  

Prenez le diesel, il est lui aussi affecté par le règne de la morale.  Quand on s’est aperçu que le pétrole était cher et qu'il allait se raréfier, on a cherché des idées. La plus forte des idées a été de trouver des motorisations qui réduisent la consommation de pétrole à qualité de service égale. Le diesel permettait de faire plus de kilomètres au litre consommé que l’essence, mais il polluait davantage. Comme il en fallait moins, le bilan carbone était presque meilleur pour le diesel que pour l’essence. Les Allemands ont très bien compris le phénomène mais ils ont eux aussi été rattrapés par la patrouille des écologistes moraux et punitifs. 

Aujourd‘hui, le débat est presque clos. Le diesel est définitivement contraire au politiquement correct et à la morale publique. Il faut parier sur l’électrique, dont la technologie n’est pas prête à propulser des voitures et surtout à stocker l’énergie. Cette ambition de passer au tout électrique est d’autant plus absurde qu’on se refuse à construire des centrales nucléaires au nom d’une autre croyance !

Le secteur agricole nous offre tous les jours son cortège de contradictions et d’incohérences. Le camp du bien est celui du bio, du circuit court, mais si vous souhaitez que le maximum de population puisse manger à sa faim (ce qui est une belle ambition), vous vous retrouvez dans le camp du mal. Celui de ces affreuses multinationales qui produisent de façon intensive pour faire de l’argent, mais aussi pour nourrir l’humanité. 

La prise en compte de l’émotion (souvent légitime) que provoquent certains phénomènes modernes et la réponse morale qu’on apporte nous amène directement sur les plages du conservatisme et de l’immobilisme. On ferme le dictionnaire des faits de la réalité qu’on connaît et on débranche les calculateurs. On dégaine le sacro saint principe de précaution, en oubliant qu’avec le principe de précaution, Christophe Colomb n'aurait jamais découvert l‘Amérique. 

La vraie question serait de savoir pourquoi nous avons une telle peur, une telle frilosité à l’encontre des inventions technologiques, une telle méfiance dans l’intelligence à maitriser le rationnel. 

1° On peut expliquer par le caractère anxiogène des mutations de la modernité, et c’est vrai que la mondialisation avec ses délocalisations, son gout de la performance est anxiogène, tout comme la concurrence internationale, tout comme la révolution digitale. 

2° On peut aussi l’expliquer par le besoin de sécurité qui s’accroit avec la richesse. Plus on est riche, plus on veut sans doute se protéger et préserver ce qu'on a acquis comme avantages. Alors qu’en bonne logique, la richesse donne les moyens de prendre des risques. 

3° On peut aussi penser que notre éducation ou plutôt l'apport de la majorité des intellectuels a été d’ordre moral... De Jean-Jacques Rousseau à Jean-Paul Sartre ou Simone de Beauvoir. Les tenants du camp du bien sous la révolution ont été les plus violents dans l’exercice de la terreur.  La guillotine marchait mieux que l’idéologie. Plus tard, beaucoup plus tard, Jean-Paul Sartre et ses amis, ses élèves et ses fidèles ont défini le camp du bien en y incluant sans hésiter l'horreur du Stalinisme et plus d’un demi-siècle de dictature pour le bien des masses populaires bien sûr.

4° On peut aussi penser que l‘importance des réseaux sociaux permet de tout entendre sans rien écouter, d’affirmer sans discuter. Et de défendre l’absurde le plus absurde en condamnant l’intelligence.

D’où le triomphe et l’impérialisme du ressenti supérieur à la réalité. D’où le règne de l’émotion plus forte que le rationnel.

Cette notion du bien aujourd’hui ne reconnaît pas les bienfaits de la croissance économique, les tenants de ce bien prônent la non-croissance sans considérer que la non-croissance ramènerait les ferments d’un mal beaucoup plus puissant que celui qu’ils pensent combattre. 

Les faits sont têtus et la réalité finit par s‘imposer. Lénine, qui a défendu cette thèse toute sa vie, est mort usé et malade, sous les coups de ses amis qui n’en tenaient pas compte.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
OLYTTEUS
- 18/11/2019 - 22:03
les citoyens et l'émotion
En notre cher pays, depuis 1968, il y a eu la génération des enfants rois lesquels ont enfantés les enfants Dauphins, tous roi en puissance! Cela a correspondu à la fabrique des crétins (livre du professeur J-P Brighelli) que l'on voit à vélo,à trottinette avoirles comportements les plus dangereux (et ce avec leurs tout jeunes enfants pour les cyclistes); la pensée magique progresse à grands pas
Paulquiroulenamassepasmousse
- 18/11/2019 - 13:24
Le principe de précaution
Le principe de précaution exige que l'on arrête de respirer,........ et que la première à le faire soit sainte Greta pour nous montrer le chemin !..... Amen!
evgueniesokolof
- 18/11/2019 - 12:48
hors sujet mais
regardez ce copier coller de RT le merdia où il est interdit d'interdire
Brejnevien !

Ce message a été supprimé.
Ce message a été supprimé.
Soyez contents d'être mutilés à grands (et nombreux (et précis ?)) coups de LBD !
Et n'oubliez pas de les remercier de ne pas vous avoir tué avec leur 9 mm...
On croit rêver.
Répondre
Partager
39 Likes
Ce message a été supprimé.
Ce message a été supprimé.
http://kelenborn.e-monsite.com/pages/nouvelles-1/les-aventures-de-macroleon/la-censure-selon-fiente-inter-et-rt-france.html