En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

La réaction de la femme de Griveaux

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

07.

Ces fautes de l’administration française

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

04.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

05.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

ça vient d'être publié
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Agence spatiale européenne vous propose de passer des mois dans un lit en apesanteur ; Seti met en ligne deux pétaoctets de données pour la recherche extraterrestre
il y a 1 heure 9 min
décryptage > France
Kafkaïen

Ces fautes de l’administration française

il y a 2 heures 19 min
décryptage > International
Désaveu

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

il y a 2 heures 42 min
décryptage > Europe
Bonnes feuilles

L’Europe face aux défis migratoires

il y a 3 heures 6 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Agriculture : l’élevage, l’allié de la planète

il y a 3 heures 6 min
décryptage > Education
Mal adaptés

Pourquoi les plus introvertis sont injustement traités par le système scolaire

il y a 3 heures 8 min
décryptage > High-tech
Menace

Ransomware : radioscopie d'un méga risque économique sous estimé en France

il y a 3 heures 37 min
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 19 heures 39 min
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 21 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 23 heures 53 min
décryptage > Economie
Négociations

Brexit : vers une bataille de poissonniers

il y a 2 heures 2 min
décryptage > Media
En route vers les César de la connerie

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

il y a 2 heures 33 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Pourquoi la pollution automobile aurait quand même baissé (et peut-être même plus) sans la politique anti-voitures d’Anne Hidalgo
il y a 2 heures 59 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

La colère du peuple algérien face au règne d'Abdelaziz Bouteflika

il y a 3 heures 6 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La philosophie : ce sentiment premier de l’existence

il y a 3 heures 7 min
décryptage > International
Un homme averti n’en vaut toujours pas deux

Nouvelles ingérences électorales (de Russie ou d'ailleurs) en vue : les démocraties occidentales toujours pas vaccinées

il y a 3 heures 24 min
décryptage > Société
M'as-tu vu

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

il y a 3 heures 51 min
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 20 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 23 heures 40 min
décryptage > Culture
Too much

Start-up nation oui, anglais à l’eurovision non : qui importe quel mot dans le français d’aujourd’hui ?

il y a 1 jour 1 heure
© MYCHELE DANIAU / AFP
© MYCHELE DANIAU / AFP
Agriculture

Revenus désastreux des agriculteurs : et si les banques étaient juridiquement en partie responsables ?

Publié le 17 novembre 2019
Le tribunal de grande instance d'Angers a mis en délibéré une affaire opposant un jeune éleveur à sa banque qu'il accuse d'avoir accepté trop facilement un plan de financement qui n'était pas tenable.
WikiAgri est un pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Il a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture. Les...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Jeandey est rédacteur en chef de WikiAgri, pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Lancé en début d’année 2012, WikiAgri a pour philosophie de partager, avec les...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
WikiAgri
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
WikiAgri est un pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Il a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture. Les...
Voir la bio
Antoine Jeandey
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Jeandey est rédacteur en chef de WikiAgri, pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Lancé en début d’année 2012, WikiAgri a pour philosophie de partager, avec les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le tribunal de grande instance d'Angers a mis en délibéré une affaire opposant un jeune éleveur à sa banque qu'il accuse d'avoir accepté trop facilement un plan de financement qui n'était pas tenable.

Quelques jours après l'annonce par l'Insee des chiffres désastreux du revenu agricole, le tribunal de grande instance d'Angers a mis en délibéré une affaire opposant un jeune éleveur à sa banque qu'il accuse d'avoir accepté trop facilement un plan de financement qui n'était pas tenable – et pour lequel sa seule variable d'ajustement était justement son revenu. Au-delà d'une affaire judiciaire, la question est posée : et si la responsabilité du revenu désastreux des agriculteurs devait être juridiquement partagée entre les différents acteurs concernés, et non plus subie par le seul exploitant agricole ?

Le 7 novembre dernier, l'Insee (institut national de la statistique) a publié une note selon laquelle 20 % des agriculteurs ne se dégagent aucun revenu. Il n'y a pas si longtemps, les comptes de l'agriculture faisaient état de la proportion effrayante d'un agriculteur sur trois rémunéré au mieux à 350 € par mois...

Ces chiffres sont donnés et redonnés, rappelés par tous les syndicats mais aussi les médias, sans pour autant de réelles solutions ne soient envisagées pour inverser la tendance de cette spirale infernale. Politiquement, la loi Egalim, censée redonner de l'équilibre dans le partage de la valeur ajoutée au profit des producteurs agricoles, a montré ses limites.

N'y a-t-il donc aucune solution ? Peut-être faut-il commencer par se demander d'où viennent ses statistiques, d'où vient la faiblesse du revenu agricole aujourd'hui. Il y aurait certainement à dire sur la Pac, qui remplit de moins en moins ses fonctions initiales d'outil de modernisation des entreprises agricoles dans le sens voulu par le citoyen européen (en tenant compte de l'environnement, du bien-être animal...), pour devenir une bouée de sauvetage des trésoreries des fermes. Le partage de la valeur ajoutée, fondement des réflexions inachevées de la loi Egalim, est évidemment un sujet essentiel. Mais il existe aussi un autre aspect, interne au microcosme agricole : la valeur du conseil prodigué, et ses conséquences.

La procédure de Jérémie Lethielleux contre sa banque

Ainsi, lorsqu'une ferme se trouve en difficulté, n'est-ce pas dû aussi à une installation bancale, concrétisée dans de mauvaises conditions, sur la foi de conseils avisés qui se le sont révélés beaucoup moins à l'échelle du temps qui passe ?

Ceux qui me suivent savent que je suis co-auteur, avec la principale intéressée Camille Beaurain, de l'ouvrage "Tu m'as laissée en vie - Suicide paysan, veuve à 24 ans". Une destinée y est décrite à travers les yeux de sa femme et future veuve, celle d'Augustin, éleveur de porcs à ce point acculé qu'il met à ses jours à 31 ans. Une histoire vraie. Or parmi les causes du problème insoluble auquel est confronté Augustin, on trouve une installation financièrement bancale, avec une banque qui refuse ensuite de revoir ses taux.

Si tous les paysans touchés par l'endettement excessif ne vont pas jusqu'à cette extrémité, ils restent particulièrement nombreux à souffrir à de cette situation.

Comment faire évoluer les choses ? Et si c'était par la voie juridique ? Cette semaine, le tribunal de grande instance d'Angers a écouté les plaidoiries dans une affaire originale. Jérémie Lethielleux, jeune éleveur du Maine-et-Loire, a contre-attaqué lorsque sa banque (le Crédit agricole) l'a fait convoquer devant le tribunal parce qu'il ne payait plus ses échéances. Ainsi, il va en justice pour, selon son avocat Me Bruno Scardina que j'ai joint personnellement, "manquement de la banque de son obligation de mise en garde" face à un plan de développement de l'exploitation qui ne pouvait pas tenir dans le temps.

Me Scardina détaille l'affaire : "Le jeune agriculteur s'est installé en 2011. Le centre de gestion de l'Ouest a édité un plan de développement d'exploitation sur 5 ans avec les charges, les investissements, le fonctionnement, l'endettement possible... La banque a repris cette étude à son compte sans rien y changer, et a émis un avis favorable à l'installation devant la CDOA (Ndlr : commission départementale d'orientation agricole). Elle est donc directement à l'origine de l'installation, alors qu'elle aurait dû refuser ce plan de développement, comportant notamment 30 000 € de remboursement d'emprunts par an (pour un endettement initial de 271 650 € exactement) et qui surtout ne prévoyait aucune évolution ni dans les charges (alors que les engrais n'ont cessé d'augmenter ensuite) ni sur les ventes (avec pourtant des prix en baisse chaque année). Jérémie Lethielleux, pour satisfaire ses échéances, a joué sur l'unique variable d'ajustement en sa possession, son revenu, qu'il a baissé jusqu'à 300 € par mois. Mais cela n'a pas suffi, sachant que la banque n'a pas voulu non plus réviser les taux et prendre ainsi en compte l'évolution de la situation."

D'où la procédure de Jérémie Lethielleux et son avocat contre le Crédit agricole. Me Scardina reprend : "Dans ma plaidoirie, j'ai demandé que le préjudice subi par l'éleveur pour avoir été incité à un endettement excessif soit chiffré au niveau des échéances qu'il doit encore à sa banque. J'ai déjà obtenu ce résultat dans une autre affaire devant le tribunal de grande instance de Saumur, il s'agissait de particuliers ayant acheté une maison." Le verdict sera rendu en janvier 2020.

Et si les conseilleurs devenaient, aussi, les payeurs ?

En lisant le propos de l'avocat, vous aurez compris que le cas posé par Jérémie Lethielleux ressemble à des centaines d'autres dans notre agriculture d'aujourd'hui. On attend donc avec impatience cette échéance de janvier car, en cas d'aboutissement de la démarche, cela pourrait changer bien des choses, bien plus sûrement que des lois Egalim ou autres ! En effet, la banque aurait ainsi une responsabilité dans le mauvais résultat ultérieur de l'exploitation, lequel mauvais résultat serait aussi dû, initialement, à l'étude du centre de gestion manquant apparemment de professionnalisme. Rien n'empêcherait donc la banque de se retourner ensuite contre lui. Et par effet de cascade, on arriverait ainsi à une responsabilité partagée de l'échec, entre les différents acteurs étant intervenus à son origine. Une forme de justice sociale mais aussi économique en quelques sortes.

Dès lors, on peut imaginer plusieurs scénarios. Le premier, cette affaire reste unique et personne d'autre ne s'en sert. Le second, des dizaines d'agriculteurs estimant leur cas proches de celui de Jérémie Lethielleux entament à leur tour des recours judiciaires en profitant de la jurisprudence ainsi créée. Le troisième, pour éviter de trop nombreux recours, le législateur intervient avec une nouvelle loi sur le partage des responsabilités en cas d'échec, où les conseilleurs seraient aussi, en partie du moins, les payeurs. Et donc responsabilisés.

Ce procès méconnu aujourd'hui pourrait donc avoir des conséquences importantes sur les comportements de tous les acteurs au sein du monde agricole, lesquels sont aussi, rappelons-le, l'une des causes de la surmortalité par suicide dans ce secteur...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

La réaction de la femme de Griveaux

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

07.

Ces fautes de l’administration française

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

04.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

05.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
PhloxxX
- 17/11/2019 - 22:40
Et si le financement se tarit
Votre article me semble trop réducteur dans ses conséquences potentielles.
Je ne pense pas que le financement de l'agriculture soit aussi facile que vous l'envisagiez. Je suis d'accord avec votre analyse visant à responsabiliser les acteurs qui conseillent et notamment les centres de gestion et l'octroi du concours par la baque.
Mais si le conseil au projet ou au financement devient trop risqué, il n'y aura plus de financement des investissements.
Et nombre d'agriculteur se retrouveront en plus grande difficulté faute d'obtenir un crédit.
Vous le savez très bien, le véritable problème n'est pas celui du financement des projets à défaut desquels il n'y aurait plus d'évolution de l'appareil de production.
Le véritable problème porte sur un partage équitable de la marge entre les acteurs économique du secteur agricole, du producteur au consommateur, partage de la marge qui n'offre aucune rentabilité des projets en raison d'une sur réglementation, d'une concurrence déloyale avec les productions extérieures et du refus des consommateurs de payer le juste prix.