En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

02.

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

La peur de l'Iran redistribue les cartes au Proche-Orient

05.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

06.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

07.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Série télévisée

Grand Hôtel : ces riches qu’on adore détester sur TF1

il y a 34 min 55 sec
pépite vidéo > Europe
Mauvaise surprise
Brexit : vers une fermetures de comptes bancaires pour les Britanniques au sein de l'UE ?
il y a 3 heures 12 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La peur de l'Iran redistribue les cartes au Proche-Orient

il y a 3 heures 29 min
light > Justice
Internet
Harcèlement en ligne : le YouTubeur français Marvel Fitness condamné et incarcéré
il y a 3 heures 38 min
décryptage > Environnement
Climate week

Emission de CO2 : à calculs irrationnels, conclusions (volontairement) biaisées

il y a 4 heures 18 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : début de saturation dans certains services hospitaliers en Île-de-France
il y a 4 heures 36 min
pépites > Santé
Fragiles
Emmanuel Macron dans un Ehpad du Loir-et-Cher
il y a 4 heures 58 min
pépites > Terrorisme
Danger immédiat
Menacée : une collaboratrice de Charlie Hebdo obligée de quitter son domicile
il y a 5 heures 20 min
pépites > Politique
Coincidence
La femme de ce député qui va rejoindre le Modem vient d'être embauchée par ... le MoDem
il y a 6 heures 40 min
light > Culture
Bilan inquiétant
Journées du patrimoine : la fréquentation en net recul suite à l'impact de la crise sanitaire
il y a 21 heures 24 min
pépites > Société
Religion
Le Vatican condamne à nouveau toutes les formes d'euthanasie et de suicide assisté
il y a 2 heures 19 min
pépites > Justice
Business
Airbnb : la justice européenne valide la législation française sur la location de résidences secondaires
il y a 3 heures 20 min
décryptage > Politique
LREM (La République en Miettes)

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

il y a 3 heures 38 min
décryptage > Mode
Impact du confinement

Fahion week de Milan : la mode est en train d'opérer un grand virage

il y a 4 heures 2 min
décryptage > Société
Vie en société

Sos civilité : le Coronavirus a malmené les bonnes manières. Voilà pourquoi nous avons besoin de les sauver

il y a 4 heures 34 min
décryptage > Politique
Naufrage de LREM

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

il y a 4 heures 49 min
décryptage > Justice
Justice

Réforme de l’ENM : les ambitions à la baisse d’Eric Dupond-Moretti

il y a 5 heures 11 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bridgestone : tout le monde ment et l’État paie très cher pour faciliter le mensonge partagé

il y a 6 heures 27 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
Présidentielle 2022 : EELV décide de repousser la désignation d’un candidat après les régionales
il y a 20 heures 19 min
light > Culture
Icône du théâtre et du cinéma
Mort de l'acteur Michael Lonsdale à l'âge de 89 ans
il y a 22 heures 11 min
© Thomas COEX / AFP
© Thomas COEX / AFP
A l'écart

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

Publié le 16 novembre 2019
La semaine a été marquée par une reprise des affrontements entre Israël et Gaza. Affrontements qui opposaient l'Etat hébreu aux djihadistes du Djihad Islamique Palestinien, et qui ont été marqués par l'absence de riposte du Hamas.
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La semaine a été marquée par une reprise des affrontements entre Israël et Gaza. Affrontements qui opposaient l'Etat hébreu aux djihadistes du Djihad Islamique Palestinien, et qui ont été marqués par l'absence de riposte du Hamas.

Atlantico : Durant 48h, cette semaine, les affrontements entre Israël et la bande de Gaza se sont multipliés. Mais cette fois-ci, le Hamas est resté en retrait. Pourquoi ce choix, relativement inédit, de la part du mouvement islamiste palestinien ?

Alain Rodier : Les relations entre Israël et le Hamas sont anciennes et ambiguës. À savoir que des analystes ont toujours pensé que la création en 1987 du Hamas - mouvement politico-religieux issu des Frères musulmans - avait été favorisé par l'État hébreu pour contrebalancer l'influence de l'OLP et de l'Autorité palestinienne de Yasser Arafat. Cela dit, les affrontements entre Israël et le Hamas ont toujours été virulents. Les derniers dataient du 14 mars 2018 lors de l'installation de l'ambassade américaine à Jérusalem. Il y aurait alors eu en une seule journée plus de 55 morts dans la bande de Gaza. Samedi 16 novembre matin, on en comptait déjà au moins 34...
 
Depuis des années, ce mouvement soutenu financièrement par Téhéran sert les intérêts de l'Iran en représentant une menace militaire directe à la frontière sud d'Israël. Même si la situation a évolué avec le temps, ce "fondamental" reste d'actualité. Mais, pour l'instant, c'est le Jihad Islamique Palestinien (JIP) fondé en Égypte au début des années 1970 également soutenu par Téhéran via le Hezbollah avec lequel il entretient des liens privilégiés qui a été à la manoeuvre en riposte à la neutralisation le 12 novembre d'un de ses dirigeants commandant la brigade Al-Qods, Abou Al-Ata (ainsi que son épouse Asma). Depuis, plus de 450 roquettes ont visé le sud de l'État d'Israël dont une partie a été interceptée par le système de défense Iron Dome.    

Le Jihad islamiste palestinien (JIP) multiplie dernièrement les frappes contre Israël. Quelle est la position adoptée par le Hamas vis à vis du groupe djihadiste ? Alors qu'ils étaient jusqu'alors alliés, qu'elle sont actuellement leurs relations ?

D'un côté, il y a 30 000 combattants du Hamas. Ce mouvement semblait avoir décidé de ne pas prêter main forte au JIP ne souhaitant vraisemblablement pas compromettre la trêve avec Israël - négociée sous l'égide de l'ONU avec le concours direct de l'Égypte et du Qatar - prévoyant des millions de dollars en aide mensuelle.
 
De l'autre, environ 6 000 membres du JIP qui refusaient cette trêve car ils remettent en cause la suprématie du Hamas sur la bande de Gaza.
 
Mais tous ces chiffres restent sujets à caution car les activistes passent rapidement d'un mouvement à l'autre quand ils n'appartiennent pas aux deux simultanément. D'ailleurs, des tirs de roquettes survenus jeudi 14 matin ont été attribués par Israël à des activistes du Hamas. L'aviation de l'État hébreu a alors riposté en visant des installations de cette organisation jusqu'ici soigneusement épargnée.
 
Le problème est insoluble actuellement - et pour de nombreuses années - car personne ne dirige complètement la bande de Gaza qui est forte de près de deux millions d'habitants - l'Égypte et Israël s'entendent pour limiter son pouvoir de nuisance mais cela ne peut pas aller bien loin. Téhéran est en soutien, mais avec des moyens qui restent limités car l'embargo maintenu par Israël est efficace. Quoique, le Hamas et le JIP ne semblent pas manquer d'armes, de munitions et de roquettes (dont nombre d'entre elles sont fabriquées localement). Cela prouve que malgré les efforts d'Israël et de l'Égypte, les contrebandiers (surtout venant su Sinaï qui continue d'être une zone de non droit où Daech se déplace comme il l'entend) sont toujours à l'oeuvre. 

Si depuis un an, le Hamas s'est montré moins agressif vis à vis d'Israël et qu'il est actuellement allié de circonstance avec et l'Etat hébreu, cette mise-en-retrait volontaire destinée à préserver les intérêts du peuple palestinien, peut-elle durer ? 

Le Hamas n'est pas un "allié objectif" d'Israël mais un "interlocuteur obligé". Comme Israël a renoncé à contrôler militairement la bande de Gaza, il est bien forcé de "parler" à des interlocuteurs qui ont un minimum d'autorité sur les populations locales. Comme cela a été évoqué plus avant, le Hamas est loin de contrôler l'ensemble des activistes présents sur zone (et pas seulement le JIP). Comme le JIP, le Hamas est soutenu par Téhéran  - même s'il y a eu un froid au début de la guerre civile syrienne car le Hamas avait soutenu les rebelles. Il avait alors été contraint d'évacuer la Syrie pour repositionner ses instances dirigeantes entre Gaza et le Qatar. Depuis, les choses se sont apaisées, l'Iran renouant ses anciennes relations avec le Hamas qui lui est indispensable pour peser sur Israël (le Hamas au Sud, le Hezbollah au Nord).
 
De plus, le Hamas continue à être soutenu financièrement par les Frères musulmans dont le QG est toujours officiellement localisé au Qatar (et plus discrètement par le régime turc qui intervient régulièrement dans le problème palestinien dont il a fait une de ses images de marque pour étendre son influence au Proche-Orient sous l'égide des Frères musulmans).
 
Pour résumer, l'État hébreu est en guerre depuis sa création et prend les mesures en conséquence. Les Palestiniens sont éclatés entre l'autorité palestinienne (et l'OLP), le Hamas, le JIP (deux formations politico-religieuses sunnites qui sont dépendante de l'Iran chiite!) et d'autres groupuscules dont certains sont liés à Daech. La situation n'a aucune solution à court ou moyen terme. Le seul changement réside dans l'alliance objective entre Israël et l'Arabie saoudite contre l'Iran - et accessoirement conte les Frères musulmans représentés par le Qatar et la Turquie -. Les surprises sont peut-être à venir...
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie Esther
- 17/11/2019 - 11:06
votre analyse est tres interessante
et effectivement Israel se contente de gerer cat il ne veut pas envoyer des soldats se faire tuer (armee de conscription, les jeunes ont entre 18 et 21 ans ... et ensuite ils sont reservistes). S'il y avait une action militaire, que faire ensuite de Gaza ? la reoccuper ? et gerer 2 mls de Palestiniens en plus de la Judee Samarie
Si on declenchait un conflit d'ampleur au sud, le nord s'embraserait immediatement avec le Hezbollah qui n'attend qu'un ordre de Teheran pour se sortir du guepier de la crise libanaise qui touche tous les partis
Israel est toujours avec un gouvernement provisoire qui n'a pas les mains libres, Trump attend egalement et s'impatiente et les ayatollahs se frottent les mains.
Heureusement c'est Netanyahu qui gouverne et Benett est ministre de la Defense.
on attend de savoir si Gantz va former un gouvernment minoritaire avec le soutien de la liste unifiee qui passe son temps a declarer que Tsahal commet des crimes de guerre ...bon enfin esperons qu'il rende le mandat mercredi mais j'ai comme un doute sur la faculte de nuisance de l'alliance des carpes et des lapins. C'est pourtant pas le moment avec les defis que doit relever israel pour sa securite
RODIER
- 16/11/2019 - 16:06
a/s fautes
Vous avez tout à fait raison et j'en suis le premier désolé.
Je présente toutes mes excuses aux lecteurs.

Mais merci de m'avoir lu.

Alain RODIER
AtlDan
- 16/11/2019 - 16:00
Fautes
Toujours autant de fautes... Rien que les deux dernières lignes, une faute de frappe, une faute de ponctuation...