En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

02.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

03.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

04.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

05.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

06.

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

07.

Moins de morts, moins d’impact économique : ces voisins européens dont la France devrait urgemment s’inspirer pour ne plus être la mauvaise élève du Covid

01.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

02.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

ça vient d'être publié
décryptage > Terrorisme
Menace diffuse

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : un suspect au profil très atypique

il y a 2 heures 1 min
décryptage > Société
Et Dieu (Jupiter) créa l’homme

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

il y a 3 heures 31 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment le chef de l'Etat Emmanuel Macron a jonglé avec les libertés fondamentales lors de son quinquennat

il y a 3 heures 33 min
décryptage > International
Influence des activités humaines

Incendies en Californie : ce dérèglement climatique qui a décidément bon dos...

il y a 3 heures 34 min
décryptage > International
Urgence énergétique

Liban : aussi une urgence énergétique géopolitique

il y a 3 heures 36 min
décryptage > Environnement
Rendement

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

il y a 3 heures 37 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Ursula Von der Leyen, Angela Merkel, et Christine Lagarde, trois femmes qui ont transgressé les dogmes pour sauver l’Union européenne (et qui vont peut-être y parvenir...)

il y a 3 heures 37 min
décryptage > Media
Le journalisme est un foutu métier

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

il y a 19 heures 42 min
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 22 heures 3 min
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 23 heures 56 min
décryptage > Europe
Crier au loup

Lutter contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

il y a 3 heures 22 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces acteurs clés du quotidien auprès des plus fragiles face à l'explosion de la dépendance

il y a 3 heures 33 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

OPA sur la droite : le pari risqué de Marion Maréchal

il y a 3 heures 33 min
décryptage > International
Accord global

Derrière aujourd'hui, il y a demain (Proverbe Libyen)

il y a 3 heures 35 min
décryptage > Société
Urgence

10 000 morts dans les Ehpad dans une quasi indifférence générale : voilà pourquoi les racines de notre manque d'empathie envers les seniors sont profondes

il y a 3 heures 36 min
décryptage > Santé
Stratégie contre le virus

Moins de morts, moins d’impact économique : ces voisins européens dont la France devrait urgemment s’inspirer pour ne plus être la mauvaise élève du Covid

il y a 3 heures 37 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac
il y a 3 heures 38 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 21 heures 53 min
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 23 heures 50 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 1 jour 1 heure
© ALAIN JOCARD, Eric FEFERBERG / AFP / POOL
© ALAIN JOCARD, Eric FEFERBERG / AFP / POOL
Sondages

Cette volatilité croissante de l'électorat qui renforce le risque de crise sociale

Publié le 15 novembre 2019
Selon un sondage Ifop publié par Le Figaro, près de trois quarts des Français ne souhaitent pas que le second tour de l'élection présidentielle de 2022 oppose à nouveau Emmanuel Macron et Marine Le Pen.
David Nguyen
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Nguyen est directeur conseil en communication au Département Opinion et Stratégies d'Entreprise de l'Ifop depuis 2017. Il a été conseiller en cabinet ministériel "discours et prospective" au ministère du Travail (2016-2017) et au ministère de l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un sondage Ifop publié par Le Figaro, près de trois quarts des Français ne souhaitent pas que le second tour de l'élection présidentielle de 2022 oppose à nouveau Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

Atlantico.fr : Mardi, l'IFOP a publié un sondage sur les pronostics et les souhaits des Français pour le deuxième tour de l'élection présidentielle de 2022. La majorité des sondés disent ne pas vouloir d'un tel duel. Ainsi, et en raison notamment du caractère de plus en plus volatile du vote, un duel pourrait ne pas être aussi pré-établi que l'on est amené à le croire.
 
Jusqu'à 2017, on pouvait avoir une idée générale des orientations politiques des individus, et de leur vote, en fonction de leur âge, sexe, catégorie sociale. Depuis 2017, ceci n'est plus une réalité. Comment le vote a-t-il évolué en fonction des différentes catégories de la population ? 

David Nguyen : L’augmentation de la volatilité électorale en France ne date pas de 2017, mais cette élection a effectivement accéléré la tendance. La fin définitive de la structuration du paysage politique autour de deux pôles gauche/droite et l’émergence d’une monde multipolaire facilite cette mobilité électorale. Il est plus facile de passer d’une famille politique à une autre lorsqu’on sort d’une logique d’opposition binaire. LREM incarne de manière caricaturale cette liquidité en étant devenu en 2 ans – entre l’élection présidentielle et l’élection européenne - un parti très attractif pour les anciens électeurs de François Fillon (27% ont voté pour la liste de Nathalie Loiseau, 38% pour celle de François-Xavier Bellamy), après avoir été principalement soutenu par d’anciens électeurs de François Hollande en 2017. Fondamentalement, cette volatilité repose sur un individualisme toujours plus prononcé d’électeurs de moins en moins « cadrés » par des discours idéologiques ou, a minima, des visions communes de la société. Dès lors chaque catégorie de la population est de moins en moins associée à une tendance politique spécifique. Le cas du vote des femmes est très révélateur de cette évolution : ces dernières ont longtemps voté plus à droite que les hommes, notamment parce qu’elles avaient une pratique religieuse plus intense et votaient «comme les curés» pour reprendre une expression de Jeanine Mossuz-Lavau du CNRS. A partir des années 70, avec l’émancipation des femmes via le travail ou les études, leurs votes se sont progressivement « normalisés ». Lors des européennes, les femmes ont certes voté plus pour EELV et moins RN que les hommes, mais ces écarts vont en s’atténuant et on n’observe plus de préférence féminine pour la droite.

Jusqu'à il y a quelques années les retraités votaient massivement à droite et les jeunes étaient généralement plus à gauche. Si ces tendances ne sont plus vraies, qu'est-ce qui a évolué ? Pour quelles raisons ? 

Il existe toujours des clivages générationnels dans les votes, mais la répartition gauche-droite selon les âges ne fonctionne plus avec la même puissance qu’auparavant. Aux européennes de mai 2019, les jeunes ont placé en tête le RN, puis EELV, puis LREM, quand les retraités ont préféré LREM, puis le RN, puis LR. Même s’il y a bien une sensibilité écologique chez les jeunes et un tropisme droitier chez les plus âgés, on observe ici le même éclatement électoral que dans toutes les catégories de la population : il n’y a plus de corrélation automatique entre tel ou tel critère sociologique et le vote. Concernant les retraités, on a même assisté à un glissement spectaculaire entre 2017 et 2019 de François Fillon vers LREM. Ceci s’explique notamment par la politique menée par Emmanuel Macron, notamment sur le plan économique, qui correspond aux attentes d’un électorat traditionnellement de droite. Dans un monde où les étiquettes comptent moins, où une approche de plus en plus consumériste de la politique s’impose, l’adage « peu importe que le chat soit noir ou blanc du moment qu’il attrape la souris » s’applique plus que jamais.  

A deux ans et demi des élections présidentielles, a-t-on une idée de la manière dont la volatilité du vote pourrait évoluer ? Sur quelle classe sociale ou catégorie de la population les partis politiques devraient-ils miser ? 

Il n’y a aucune raison pour que la volatilité électorale se stabilise ou baisse avant l’élection présidentielle. Pour reprendre l’expression d’Edouard Philippe « la poutre travaille encore » et les élections municipales de mars 2020 - où les étiquettes pèsent traditionnellement moins dans les choix des électeurs et où les alliances complexes vont se multiplier – va encore augmenter la fluidité de l’électorat. De nouveaux repères, de nouvelles digues vont tomber : LREM fera des alliances à gauche ou à droite selon les communes et des membres LR pourraient se rapprocher du RN. Dans ce contexte, le but pour les prochaines élections sera de « miser » en priorité sur les populations proches de son parti et de partis voisins et qui ne s’abstiennent pas ou peu. Par exemple, les retraités vont constituer une cible prioritaire pour LREM, LR et RN. Les jeunes peuvent intéresser EELV, mais ils sont plus abstentionnistes que la moyenne donc moins « rentables » sur le plan électoral.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 16/11/2019 - 13:26
@assougoudrel
Ganesha manifeste pour la GPA, Vangog est sur un rond point et Deudeuche prépare la prochaine manif de LMPT. Comme d'autres, partis dans la tourmente ou trop occupés.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 16/11/2019 - 10:39
Somme toute, 75% des Français
Somme toute, 75% des Français réfléchissent encore et n'ont pas envie de n'avoir d'autre choix qu'entre la gauche caviaro-libertaire de Macron et la gauche Chevênementiste de Marine.
evgueniesokolof
- 15/11/2019 - 16:43
assougoudrel fait une bonne remarque:
Les trolls de la pensée comique ont fini par succomber( il oublie de citer Bendidons)ce qui donne à penser que Baygon jaune, Baygon vert .... ça marche!!!
Ils vont se replier sur Causeur/Louseur car , là bas, il y a une escouade de crétins qui leurs donneront l'impression d'avoir du talent! Tenez, le vieux stal version Harlequin de Yann Moix - cad Jerôme Leroy alias Crassepoutine, il devrait bander comme un cerf vidé en voyant un fan de MLP faire des blutions devant la pensée groucho-marxiste qui croupit dans sa gamelle