En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

03.

Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

06.

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

07.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La Panthère des neiges" de Sylvain Tesson, le prix Renaudot 2019 vient récompenser ce très beau et rafraîchissant vagabondage philosophique sur le toit du monde

il y a 23 min 27 sec
pépites > International
Renouveau ?
Explosions à Beyrouth : le Premier ministre libanais, Hassan Diab, annonce la démission de son gouvernement
il y a 1 heure 20 min
light > Insolite
"Photo souvenir"
Allemagne : il fait un doigt d’honneur à un radar, son amende est multipliée par 75
il y a 2 heures 25 min
pépites > Santé
Pouvoir d'achat
Covid-19 : le prix des masques devrait fortement baisser à la rentrée
il y a 3 heures 41 min
pépites > Politique
Bras de fer démocratique
Biélorussie : la candidate d'opposition Svetlana Tikhanovskaïa demande à Alexandre Loukachenko de céder le pouvoir
il y a 6 heures 48 min
pépites > Terrorisme
Investigations
Attaque au Niger : le parquet antiterroriste français ouvre une enquête pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 7 heures 51 min
décryptage > Santé
Anticipation

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

il y a 10 heures 1 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Traité d’antidiplomatie

il y a 10 heures 37 min
décryptage > International
Retour vers le passé

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

il y a 11 heures 20 min
décryptage > France
La ruée vers l'Ouest

Quel impact des canicules sur l’immobilier ?

il y a 11 heures 35 min
pépites > France
Violents orages
Plusieurs blessés, dont deux graves, dans le funiculaire reliant Lourdes au Pic du Jer après une panne d'électricité
il y a 48 min 23 sec
light > Société
L’Amour aux temps du coronavirus
Les couples binationaux séparés par la pandémie de coronavirus vont pouvoir enfin se retrouver
il y a 1 heure 49 min
pépites > International
Violence de la catastrophe
Les explosions du port de Beyrouth ont formé un cratère de 43 mètres de profondeur
il y a 3 heures 18 min
light > Media
Loi sur la sécurité nationale
Hong Kong : la figure prodémocratique Jimmy Lai a été arrêtée, ses journaux perquisitionnés
il y a 5 heures 53 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

L'État, sauveur du jour, tueur du lendemain. Mr Darmanin est-ce l’image que vous voulez donner de votre mandat ?

il y a 7 heures 10 min
pépite vidéo > International
Liban
De nouveaux incidents à Beyrouth lors de manifestations, trois ministres ont démissionné
il y a 8 heures 20 min
décryptage > Economie
Baisse des prix

Le Covid-19 est déflationniste

il y a 10 heures 15 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Incognito, vraiment ? Pourquoi la navigation en mode privé ne correspond pas vraiment à ce que vous croyez
il y a 10 heures 58 min
décryptage > High-tech
Fake news

Vidéos trafiquées : les deepfakes deviennent de plus en plus faciles à produire et de plus en plus crédibles

il y a 11 heures 26 min
décryptage > Economie
Classement

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

il y a 11 heures 47 min
© Mandel NGAN, KENA BETANCUR / AFP
© Mandel NGAN, KENA BETANCUR / AFP
Présidentielle 2020

Michael Bloomberg pourrait-il être celui qui fait dérailler la machine Trump ?

Publié le 09 novembre 2019
L'ancien maire de New York, Michael Bloomberg, intervient de nouveau dans la campagne pour les primaires démocrates, et risque de changer la donne politique aux Etats-Unis.
Jean-Eric Branaa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'ancien maire de New York, Michael Bloomberg, intervient de nouveau dans la campagne pour les primaires démocrates, et risque de changer la donne politique aux Etats-Unis.

Atlantico.fr : En réaction à des sondages défavorables aux candidats démocrates, la candidature de l'ancien Maire de New York, Michael Bloomberg, a de nouveau été évoquée par ses proches conseillers. L'homme politique s'inquiète de la capacité du parti démocrate actuel de gagner l'élection face à Donald Trump. 

Michael Bloomberg pourrait-il aujourd'hui s'affirmer comme une figure équilibrée pour le parti démocrate ? Quels sont ses qualités par rapport à Joe Biden dont la ligne semble actuellement la plus proche de ses idées ? 

Jean-Eric Branaa : Michael Bloomberg est en effet assez proche de Joe Biden sur le plan des idées, et à l’opposé de candidats comme Bernie Sanders ou Elizabeth Warren. Sa carrière politique a été très sinueuse et, après avoir dominé à New York sous l’étiquette républicaine, il est devenu le leader de la pensée centriste et s’est positionné comme indépendant. Signe qu’il se passait quelque chose, à la fin de l’été 2018, il a de nouveau changé de bord et a adhéré au Parti démocrate. Il a alors justifié cette mutation en rappelant qu’il était déjà démocrate avant de se présenter à la mairie de la Grande Pomme : il bouclait donc la boucle ! 

Bloomberg peut mettre en avant un bilan qui est jugé bon par la plupart des électeurs de gauche. Même lorsqu’il s’opposait à eux, il s’est toujours montré proche de leur camp dans des dossiers tels que les armes à feu, le mariage homosexuel ou le changement climatique et il explique qu’il a quitté le parti républicain lorsque celui-ci a pris un virage réactionnaire. Il dispose donc de pas mal d’atouts pour tenter de séduire les démocrates du pays avant, peut-être, de s’attaquer à l’autre colosse issu lui-aussi de New York. Il sera alors temps, à ce moment-là, de tenter de rallier les plus modérés dans l’autre camp. Avec son influence qui a été sans cesse croissante au sein du Parti démocrate, Bloomberg pourrait conquérir une place prépondérante dans cette course où, mis à part Joe Biden, Elizabeth Warren et Bernie Sanders, les nombreux candidats potentiels manquent d'une offre politique construite et attrayante. 

Bloomberg se plait à penser qu’il est une version de Trump de gauche, mais en mieux. Il entre dans le jeu présidentiel avec son image de centriste et il espère que cela fera la différence à un moment où le pays n’a jamais été autant divisé et où Joe Biden est affaibli.

Ne risque-t-on pas de voir déserter les classes populaires et moyennes, si Michael Bloomberg réussissait son pari ? N'est-il pas sur une ligne trop favorable à la finance de Wall Street et proche de celle de la précédente candidate Hilary Clinton ? 

Son souci n’est pas tant avec les classes populaires qu’avec les plus progressistes dans le Parti, qui n’ont pas oublié qu’il a mis en place autrefois une politique dure vis-à-vis de la criminalité, à New York, du temps où il en était le maire. C’est déjà le reproche qu’ils adresse à Joe Biden. 0 cause de cela, il devrait avoir de la peine à séduire cette aile gauche. Anticipant cette difficulté, il a su bondir au bon moment, lorsque Jerry Brown a réagi au retrait des Etats-Unis de l’Accord de Paris et prendre en marche le train de la lutte contre le réchauffement climatique et des luttes écologistes. 

Son problème est toutefois également réel avec les classes populaires.  Contrairement à ce que Donald Trump a réussi en 2016, à savoir, faire de sa richesse un atout pour séduire les plus pauvres, Michael Bloomberg se trouve dans l’incapacité de réaliser une telle prouesse : d’abord parce que son nom résonne comme un synonyme de grande entreprise, un monde bien éloigné de celui des ouvriers ou de classes les plus en difficultés. 

Pour la plupart des Américains, Bloomberg est en effet également très fortement associé à Wall Street : il sera très difficile au magnat new-yorkais de rallier les troupes les plus radicales, celles qui suivent Bernie Sanders ou ont confiance en Elizabeth Warren. Même parmi les plus à même de le soutenir, on note qu’il y a de vraies résistances à se ranger à ses côtés : en 2016, Bill de Blasio, qui lui a succédé à son poste de maire de New York insistait sur son immense fortune en estimant qu’elle le disqualifiait pour la présidence : « Je ne me rappelle pas qu’il ne se soit jamais penché sur la question des inégalités durant sa carrière politique » faisait-il remarquer. Bloomberg est une technicien, plus froid, plus sérieux que Donald Trump, qui s’est toujours appuyé sur son savoir-faire pour avancer. Donald Trump est plus flamboyant, vantard, braillard, mais terriblement efficace pour ce qui est de retourner le plus sceptique et le convaincre : un bateleur, un vendeur de foire, Donald Trump est la face flamboyante qui manque à Michael Bloomberg.  L’ancien maire de New York a dirigé sa ville dans la rigueur budgétaire, en se positionnant comme un conservateur fiscal. Donald Trump ignore totalement ce que cette notion cela signifie, et ne cherche pas à le savoir.

La réussite dans le monde des affaires de Bloomberg peut-elle lui permettre de se positionner face à Trump et à son aura de businessman pragmatique ? 

Michael Bloomberg est riche, avec beaucoup d’expérience dans le monde des affaires et représente un exemple vivant de la réussite américaine. Bloomberg se considère comme une figure américaine et a toujours souhaité rencontrer un destin national, à la manière de Donald Trump.Ce désir, couplé à son changement récent de parti – il a été maire républicain de New York et il est devenu démocrate au cours de l’été 2018– et à sa fortune personnelle énorme, suggère que Bloomberg est vraiment un candidat sérieux. 

Mais le ploutocrate n’a peut-être pas véritablement compris les raisons de la victoire de Trump ou n’en a tiré que des leçons qui ne sont pas forcément les bonnes. Car si Donald Trump mettait régulièrement en avant sa richesse, ce n’était que pour conforter son message d’incorruptible face aux lobbies, pas nécessairement pour asseoir sa campagne sur une domination par l’argent. C’est pourtant bien à coup de millions de dollars que Michael Bloomberg compte tracer sa route dans cette course folle. Il a consacré 110 millions de dollars au financement des campagnes de divers candidats démocrates lors des élections de mi-mandat de 2018 à travers son comité d’action politique (PAC) : Independence USA. C’est le plus gros investissement par un donateur unique à ce jour. Même Sheldon Adelson, un autre milliardairequi, de son côté, finance les républicains, n’a fait don « que » de 30 millions de dollars.Son apport n’a toutefois pas été gaspillé pour rien : 21 des 24 candidats qu’il a directement soutenus pour la chambre des représentants l’ont emporté ! 

Michael Bloomberg a un avantage certain dans la lutte contre Donald Trump, du fait de la ressemblance des trajectoires que lui et Trump ont suivies dans leur vie : Bloomberg peut opposer au président en exercice qu’il sait ce que c’est que de gérer une entreprise et de créer des dizaines de milliers d'emplois au cours de sa vie. Seulement, en plus, il peut mettre en avant un bilan d’élu, d’autant qu’il s’agit d’un bilan positif de la gestion de la plus grande ville du pays. Ce serait certainement une compétition très équilibrée si les deux hommes devaient concourir l’un contre l’autre, et Bloomberg est persuadé que le statut de président sortant qui avantage Donald Trump ne pèserait pas très lourd face à ses propres atouts. On perçoit pourtant le type de campagne que cela pourrait donner, largement plus féroce que cela ne le fut avec Hillary Clinton. Une attaque évidente pour Trump serait de le traiter de technocrate.

Un des combats porté par Bloomberg est notamment la lutte contre le changement climatique. Les américains, plus sceptiques vis-à-vis de l'écologie que les européens, seraient-ils réceptifs à cette dimension de son combat ? 

Michael Bloomberg a aussitôt rejoint une initiative lancée lorsque Donald Trump a quitté l’Accord de Paris et à laquelle se sont associées plus de mille entités : des villes, des états, des entreprises ou des associations. L’ensemble a été baptisé « We’re Still In ». Cette initiative prétend suppléer à l’absence des Etats-Unis dans le dispositif mondial qui a été acté à Paris en décembre 2016. En parallèle, la fondation Bloomberg Philanthropies, s’est engagée à prendre en charge l’équivalent de la contribution américaine attendue, et qui allait donc désormais manquer (à hauteur de 15 millions de dollars). L'ancien maire de New York Michael Bloomberg fait partie de ceux qui ont choisi de sortir le chéquier pour l'environnement. « L'Amérique a pris un engagement et si le gouvernement ne le tient pas, nous avons collectivement une responsabilité », a-t-il notamment déclaré. « J'ai les moyens de le faire, je vais donc envoyer un chèque du montant des sommes promises. » Mais, en réalité, la question climatique ne permet pas d’engranger des voix, comme on l’a vu avec la candidature malheureuse du gouverneur de l’Etat de Washington, Jay Inslee, qui avait basé toute sa campagne sur cette question et n’a jamais dépassé 1%, avant de quitter le match.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberte5
- 09/11/2019 - 23:26
Oui M. Bloomberg peut espérer bien figurer
dans les primaires démocrates. Dans ce parti divisé, éclaté, l'extrême gauche a un certain poids. S'il gagne se sera avec difficulté. En revanche dans la course finale, l'extrême gauche ne va pas le soutenir. Comme elle n'a pas soutenu H. Clinton.
gerint
- 09/11/2019 - 18:49
En fait l’article estime
Les chances de Bloomberg assez modérées