En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

03.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

04.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

05.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

06.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

07.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 23 min 39 sec
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 40 min 5 sec
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 1 heure 23 min
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 1 heure 43 min
pépites > Politique
Immigration
Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 2 heures 6 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 2 heures 28 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Trump Biden : vers une élection beaucoup plus serrée qu’il n’y paraît ?

il y a 2 heures 56 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 17 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 18 heures 19 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 19 heures 44 min
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 24 min 43 sec
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 1 heure 6 min
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 1 heure 31 min
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 2 heures 5 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 2 heures 20 min
décryptage > Economie
Diversions budgétaires

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

il y a 2 heures 40 min
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 16 heures 40 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 17 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 18 heures 41 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 20 heures 13 min
© ludovic MARIN / AFP / POOL
© ludovic MARIN / AFP / POOL
Les entrepreneurs parlent aux Français

Afrique - France, une histoire à conjuguer au passé ou un avenir à réécrire d’urgence ?

Publié le 04 novembre 2019
La ville de Bordeaux va accueillir le sommet Afrique - France 2020 du 4 au 6 juin, l'an prochain. La manifestation sera notamment consacrée aux villes et aux territoires durables.
Denis Jacquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La ville de Bordeaux va accueillir le sommet Afrique - France 2020 du 4 au 6 juin, l'an prochain. La manifestation sera notamment consacrée aux villes et aux territoires durables.

Dans un peu moins de 8 mois, le sommet de Bordeaux voulu par le président de la république aura lieu à Bordeaux. L’ivresse du sommet ?!! Les adeptes de mauvais jeux de mots diront, « je chais, je chais »… 

Ce sommet sera marqué par une volonté affichée de mettre les entreprises sur le devant de la scène. Assez rare, pour être remarqué, mais un peu tôt pour savoir si cela sera remarquable. Sur le papier, il y a un changement de ton et de méthode. De personne aussi. C’est totalement positif de ce point de vue. 

Changement de ton et de méthode ? L’État ne peut pas tout, il est incapable de développer des projets seuls, et même parfois accompagné. L’État n’est pas et ne sera jamais, une entreprise, dont la démarche est dictée par l’efficacité. Et le profit. Qui n’aime pas l’argent gaspillé. Il est rare d’entendre cela. Enfin également, on cesse de conjuguer économie et grande entreprise à l’obligatoire du subjonctif, pour mettre les PME et les start-up, les innovateurs, au centre du même sommet (cherchez la formule mathématique correspondante, vous avez 2 heures). Les grandes ? Oui, toujours, mais elles perdent pied. Mais plus seules, donc, car seule l’innovation nous permettra de damer le pion aux Chinois. Or l’innovation vient des « bébés start-up », pas des grandes machine à éliminer le risque. Mais leur impact massif n’est possible qu’avec les grandes, qui sont en place et connaissent les rouages.

Changement de personne ? Stéphanie Rivoual est à la manœuvre. Une force de la nature, non engluée dans la boueuse France-Afrique, qui a contrairement à ce que nous pensons, avait ses avantages, et nous assurait une place que nous avons perdu, faute de savoir lui donner un coup de jeune. Qui avait donc besoin de sang neuf. Stéphanie est une femme courageuse, visionnaire, empathique, qui assume sa tâche et fera en 2 ans ce que jamais Ségolène Royale, pourtant bien mieux (trop) payée ne fera jamais, sur l’antarctique, dont elle n’a toujours pas foulé le sol. Elle avale les kms et les décalages horaires avec le même sourire, traquant les femmes d’Afrique, leur talent et leur détermination, et les innovations, celles dont je rêve personnellement, car elles sont le terreau de cette formule magique, qui pourrait transformer notre relation moribonde en un élan de croissance pour les 2 partenaires. Ce que l’Afrique n’a jamais obtenu avant et que la France (l’Europe) ne trouvera, nulle part ailleurs. La femme et l’Afrique sont les clés de notre avenir, et notre avenir dépend de notre capacité à le réaliser et en financer et accompagner la réalisation.

Si je m’arrêtais là, je serais un béat bien niais, à défaut d’être bien né. Malheureusement, le match va être complexe. Car d’autres, plus gourmands, réalistes et puissants, avancent, et pas seulement en Afrique francophone. La Russie, vient de faire une opération charme et finance, projets à la clés, financements bien calés, dans les canons de la beauté économique. Ils sont tous venus, ils étaient tous là, non pour la Mama, mais pour le Papa Poutine, qui pouvait être fier d’avoir damé le pion à bien des prétendants, qui se retrouvent aujourd’hui sans fiancée. Cela pourrait être notre cas. Poutine va s’occuper du Sahel, alors que nous avons stoppé notre action après avoir écrasé une malheureuse poignée de djihadistes. Cet acte sympathique, qui semblait uniquement destiné à donner de François Hollande l’image d’un homme finalement capable de faire preuve de poigne et de capacité de décision, mais qui, épuisé par cet effort contre-nature, retomba aussi vite, le lendemain de ce fait unique dans sa Présidence. Depuis le Burkina, le sud Mali, s’enfoncent un peu plus chaque jour. Un attentat a encore eu lieu à moins de 40kms de Ouaga, la semaine passée. Pitoyable. Poutine risque de laver plus propre, plus vite et gagner les marchés du Burkina et du Mali, plus vite que nous. Il va falloir nous réveiller. Le Sahel, c’est bien d’en parler, c’est mieux de le reconquérir, au profit des Africains. Tout cela masque assez mal l’islamisation de l’Afrique. Prenons-nous conscience qu’il y a encore 30 ans, le Sénégal ou la Côte d’Ivoire étaient majoritairement Chrétien ? C’est l’inverse aujourd’hui… Là aussi, comme en France, nous avons cédé le terrain. Si c’était simplement la perte d’une religion pour une autre, ce ne serait pas si grave. Le problème, c’est que c’est une version dure de l’islam qui l’emporte de plus en plus fortement. Et nous le paierons. Nous ne pourrons rebondir ensemble, si nos valeurs sont « crevées », à plat. Les Africains avaient une tradition animiste qui les sauve encore, mais pour combien de temps ?

Et puis il y a la Chine. Fidèle à sa méthode, on déploie le rouleau compresseur, on paie qui on doit payer, et on enrichit la Chine et personne d’autre. Les marchés sont financés, contre concession de long terme. Les infrastructures sont construites par des prisonniers Chinois, qui retrouvent leur liberté contre leur sueur. Les matériaux et matériels et machines viennent de Chine. La Chine gagne tout. L’Afrique hérite de routes et édifices prêts à craquer à la première pluie violente ou premier coup de vent venu. Triste. Mais cela marche ainsi. Nous payons nous aussi des bakchichs, malgré la politique du « tout propre » affichée. L’affaire de Suez au Sénégal le prouve encore récemment. Mais nous n’avons pas les moyens. Nous avons délaissé les métaux rares, les mines, qui meurent de solitude, alors qu’elles s’exhibent à ciel ouvert. La Chine et la Russie désormais, vont s’en emparer. La crise arrivant, l’or sera plus que jamais une valeur refuge, et nous, nous n’aurons que nos tamis vides, pour pleurer notre aveuglement. Le moyen orient investit via le Maroc, qui lui sert de couverture. France, Europe, sont présents dans les conférences, mais les conférences ne paient pas les factures, ni ne réparent les fractures. Alors que nous pourrions être les seuls à pouvoir offrir une croissance économique, qui répartisse mieux les richesses d’une Afrique qui meurt de l’enrichissement des politiques, qui crachent sur leur peuple et n’y investissent même pas.

Alors en Juin à Bordeaux, il y aura du boulot. Mais je veux faire confiance. Car la volonté est là, et si on lâche les vannes de l’investissement et que l’on fait plus confiance aux entreprises, on part déjà d’un bon pied. Si l’État est prêt à huiler le terrain comme le corps du culturiste avant l’effort, nous pouvons peut-être briller à nouveau. Il nous faudrait une attitude moins intellectuelle et plus pragmatique, au service de valeurs. Pas facile, mais jouable, car assis sur la volonté et l’attente des peuples d’Afrique. Nous sommes prêts, nous, entrepreneurs à donner sa chance au produit. C’est un beau produit, garant d’un bel avenir pour tous. Si peu de choses en si peu de temps, mais nous savons rattraper quand nous le décidons. En avant toute !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 04/11/2019 - 19:05
Ils viennent tous pour faire
Ils viennent tous pour faire plaisir (et de la pub) à Macroléon 1er, "Empereur de France-Afrique"
qui leur a promis de ne pas revenir sur les grandes avancées sociétales que ses prédécesseurs avaient accordé à leurs sujets Africains:
l'aide médicale de l'Etat et les allocations braguettes.......et plus si demandes motivées.
padam
- 04/11/2019 - 17:13
l'Afrique assez
Monsieur Jacquet, ça fait un bon moment que la répartition des richesses du continent africain est bien établie et il n'y a aucune raison que ça change à Bordeaux. Les ressources naturelles se partagent essentiellement entre la Chine et les Etats-Unis et Russie. Pour la France et en priorité, les ressources humaines. Il suffit d'emprunter le métro parisiens pour s'en convaincre. Autrement dit, les gros ont la part du lion et nous on l'a dans le fion. Mais attention, en France on a des grands principes humanistes, droitdelhommistes, vivrensemblistes etc..., une vraie richesse, pas vrai!