En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

02.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

03.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

04.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

05.

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : un suspect au profil très atypique

06.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

07.

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

01.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

02.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les 100 plus belles planches de la bande dessinée" : La BD est un art qui vaut le détour !

il y a 23 min 43 sec
décryptage > Terrorisme
Menace diffuse

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : un suspect au profil très atypique

il y a 2 heures 45 min
décryptage > Société
Et Dieu (Jupiter) créa l’homme

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

il y a 4 heures 15 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment le chef de l'Etat Emmanuel Macron a jonglé avec les libertés fondamentales lors de son quinquennat

il y a 4 heures 17 min
décryptage > International
Influence des activités humaines

Incendies en Californie : ce dérèglement climatique qui a décidément bon dos...

il y a 4 heures 17 min
décryptage > International
Urgence énergétique

Liban : aussi une urgence énergétique géopolitique

il y a 4 heures 20 min
décryptage > Environnement
Rendement

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

il y a 4 heures 20 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Ursula Von der Leyen, Angela Merkel, et Christine Lagarde, trois femmes qui ont transgressé les dogmes pour sauver l’Union européenne (et qui vont peut-être y parvenir...)

il y a 4 heures 21 min
décryptage > Media
Le journalisme est un foutu métier

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

il y a 20 heures 26 min
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 22 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une bête aux aguets" : un roman dément et addictif

il y a 30 min 5 sec
décryptage > Europe
Crier au loup

Lutter contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

il y a 4 heures 6 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces acteurs clés du quotidien auprès des plus fragiles face à l'explosion de la dépendance

il y a 4 heures 17 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

OPA sur la droite : le pari risqué de Marion Maréchal

il y a 4 heures 17 min
décryptage > International
Accord global

Derrière aujourd'hui, il y a demain (Proverbe Libyen)

il y a 4 heures 19 min
décryptage > Société
Urgence

10 000 morts dans les Ehpad dans une quasi indifférence générale : voilà pourquoi les racines de notre manque d'empathie envers les seniors sont profondes

il y a 4 heures 20 min
décryptage > Santé
Stratégie contre le virus

Moins de morts, moins d’impact économique : ces voisins européens dont la France devrait urgemment s’inspirer pour ne plus être la mauvaise élève du Covid

il y a 4 heures 21 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac
il y a 4 heures 22 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 22 heures 37 min
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 1 jour 34 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Visite d'Etat

Emmanuel Macron, l’homme sur qui mise Pékin en Europe

Publié le 04 novembre 2019
Pour la deuxième fois de son mandat, Emmanuel Macron effectue une visite d'Etat en Chine. De nombreux rendez-vous économiques et culturels sont prévus. Des dossiers sensibles comme la crise à Hong Kong, la guerre commerciale avec les Etats-Unis et la crise iranienne pourraient être évoqués.
Barthélémy Courmont
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barthélémy Courmont est maître de conférences à l’Université catholique de Lille, et directeur de recherche à l’IRIS, où il est en charge du programme Asie-Pacifique. Il dirige la collection Asia Focus à l’IRIS, et a publié de nombreux ouvrages, dont L...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour la deuxième fois de son mandat, Emmanuel Macron effectue une visite d'Etat en Chine. De nombreux rendez-vous économiques et culturels sont prévus. Des dossiers sensibles comme la crise à Hong Kong, la guerre commerciale avec les Etats-Unis et la crise iranienne pourraient être évoqués.

Atlantico.fr : Emmanuel Macron se rend en Chine accompagné de Phil Hogan, Commissaire européen à l'agriculture, et Anja Karliczek, Ministre allemande de l'éducation et de la recherche. Ils dialogueront sur des partenariats notamment. En Mars dernier, le Président chinois Xi Jinping avait déjà rencontré à Paris le Président français ainsi que Jean-Claude Juncker et Angela Merkel.

Quels sont les enjeux de cette visite pour la France ? Pour l'Europe ?

Barthélémy Courmont : Cette deuxième visite officielle en Chine d'Emmanuel Macron est très attendue en ce qu'elle doit, ou non, confirmer les promesses de la première, qui s'était déroulée en janvier 2018. A cette occasion, le président français s'était engagé à venir en Chine une fois par an (il tient donc pour le moment promesse) et avait énoncé l'intérêt que la France manifeste pour l'initiative de la ceinture et de la route (nouvelles routes de la soie) de Pékin, tout en évoquant l'impératif d'une réciprocité. Ce principe essentiel fut rappelé lors de la rencontre avec Xi Jinping à Paris en mars dernier. Le président chinois venait clôturer une tournée européenne à l'occasion de laquelle il avait officialisé le ralliement de l'Italie au projet chinois, celui-ci n'ayant pas été annoncé auprès des partenaires européens de Rome. Les projets chinois intéressent toujours la France et la grande majorité des pays de l'UE, mais ils inquiètent dans le même temps, en particulier dès lors que Pékin avance de manière bilatérale. C'est en fait une approche par défaut, l'objectif de Pékin étant d'établir un partenariat à échelle de l'UE. Depuis son arrivée au pouvoir, Emmanuel Macron est perçu en Chine comme le dirigeant européen le plus influent, et le plus susceptible de convaincre ses partenaires européens de la pertinence d'un accord commercial à grande échelle. Par ailleurs, le Brexit a renforcé l'intérêt que la Chine manifeste à l'égard de la France, seul membres des 27 à siéger au Conseil de sécurité de l'ONU, à disposer d'une force de frape nucléaire et de capacités de projection de forces. Economiquement, c'est Bruxelles qui intéresse Pékin, mais sur les questions politico-stratégiques, c'est surtout Paris.

Emmanuel Macron semble être un entremetteur de choix pour Pékin dans les discussions avec l'Europe. Si cette rencontre aboutit à de nouveaux partenariats avec la Chine, le Président français peut-il se renforcer au niveau européen ? Que peut-il se passer si cette rencontre échoue ?

Il convient d'abord de s'interroger sur ce que l'on entend ici par succès et échec. Le président français ne va pas en Chine avec un mandat européen. Cependant, le fait qu'il soit accompagné de hauts responsables de la Commission et du gouvernement allemand vient rappeler à Xi Jinping que les Européens se concertent, en particulier Paris et Berlin, et que l'incident italien ne doit pas se reproduire. Le message est donc très clair: ce n'est pas uniquement une visite d'un président français, même si certaines questions bilatérales seront au cœur des discussions, mais d'un dirigeant important de l'UE. Dès lors, si cette visite permet d'avancer sur la possibilité de définir les contours d'une coopération économique et commerciale entre Bruxelles et Pékin, ce sera un succès en terme de prestige pour Emmanuel Macron sur la scène européenne, autant que la démonstration que les attentes chinoises auront été entendues. Cependant, il ne faut pas sous-estimer les profondes divergences entre Etats membres de l'UE sur les nouvelles routes de la soie, et si le bloc France-Allemagne-Commission semble se confirmer avec cette visite officielle, celui-ci n'est pas encore parvenu à embarquer l'ensemble de l'UE.

Quelle est actuellement la place de la Chine dans les relations avec la France ? Peut-elle devenir une alliée de choix (pour la France et l'Europe) dans la guerre commerciale qu'elle mène contre les Etats-Unis?

Les relations sont très bonnes, notamment pour les raisons évoquées précédemment, et qui renforcent l'image de la France en Chine. Elles doivent être approfondies sur plusieurs pistes de coopération, comme l'enseignement supérieur, la recherche, mais aussi la réponse aux défis politiques et sécuritaires. Paris et Pékin ne sont pas des alliés et ont de profondes divergences sur des questions comme les droits de l'homme ou les différends territoriaux en Asie, mais partagent dans le même temps de nombreuses perceptions sur des défis globaux, comme le réchauffement climatique, la lutte contre le terrorisme transnational ou la défense de la multipolarité. Il faut donc travailler sur ces convergences. Concrètement, cela pourrait se traduire par une coopération au Sahel ou par une position commune sur les enjeux sécuritaires au Moyen-Orient, Syrie et Iran en tête. Sur la question des guerres commerciales, si le principe d'une "alliance" est exclu, il est évident que les intérêts de Pékin et de l'UE peuvent converger, et aller dans le sens du renforcement d'un partenariat si les Etats-Unis poursuivent leur politique. Et cela pourrait se traduire par un accord autour des nouvelles routes de la soie, si et seulement si les garanties souhaitées par les pays européens peuvent être entendues. A ce titre, il faut garder à l'esprit qu'un accord avec l'UE est essentiel pour Pékin, le succès du projet pharaonique chinois étant soumis aux incertitudes de la croissance mondiale, aux guerres commerciales et à des résistances multiples. C'est sur cette base que la réciprocité doit être défendue.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zelectron
- 04/11/2019 - 18:56
Macron le ventre mou qui joue au dur
si ses conseils aux chefs d'état étaient payants notre balance commerciale et nos industries seraient dans le top 5 des nations les plus brillantes de la planète !
hoche38
- 04/11/2019 - 15:53
Coup de tonnerre en Asie!
Emmanuel Macron est à Shangaï ce matin. Certainement pour apporter tout le soutien de la "Patrie des Droits de l'Homme" aux démocrates en révolte à Hong-Kong. C'est un évènement historique. Les oligarques du Parti Communistes Chinois doivent trembler en pensant à la puissance dévastatrice de la parole présidentielle.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 04/11/2019 - 14:13
Les Chinois ont fait leur le
Les Chinois ont fait leur le vieux principe..... "diviser pour régner"