En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

07.

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 6 heures 10 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 9 heures 12 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 10 heures 3 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 11 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 13 heures 20 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 14 heures 13 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 15 heures 30 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 16 heures 10 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 16 heures 41 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 17 heures 14 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 6 heures 35 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 9 heures 37 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 11 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 13 heures 5 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 13 heures 38 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 15 heures 4 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 15 heures 40 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 16 heures 37 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 17 heures 10 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 17 heures 33 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Espionnage

Ce bras de fer que se livrent discrètement Paris et Téhéran pour faire libérer leurs prisonniers respectifs

Publié le 03 novembre 2019
Depuis plusieurs mois, alors même que la France multiplie les efforts diplomatiques pour assurer une médiation et sauver l'accord de Vienne sur le nucléaire iranien, les relations entre Téhéran et Paris sont assombries par des soupçons d'espionnage qui ont entraîné plusieurs arrestations des deux côtés.
Ardavan Amir-Aslani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis plusieurs mois, alors même que la France multiplie les efforts diplomatiques pour assurer une médiation et sauver l'accord de Vienne sur le nucléaire iranien, les relations entre Téhéran et Paris sont assombries par des soupçons d'espionnage qui ont entraîné plusieurs arrestations des deux côtés.

Fariba Adelkhah, une franco-iranienne directrice de recherche à Sciences Po, a été arrêtée à son domicile de Téhéran le 5 juin dernier par les Gardiens de la Révolution, alors qu'elle effectuait des recherches sur le séminaire de Qom, l'un des centres d'éducation de l'islam chiite duodécimain les plus connus au monde. Malgré leurs efforts, les services du Quai d'Orsay n'avaient eu alors aucune explication sur les raisons de l'arrestation et les conditions de détention de la chercheuse, d'autant plus que l'Iran ne reconnaît pas sa double nationalité. 

Il est de notoriété publique que la médiatisation des arrestations de chercheurs étrangers aggrave leurs conditions de détention. Ceci expliquerait ainsi que l'arrestation d'un second chercheur français ait été gardée secrète jusqu'à ces dernières semaines. Roland Marchal, spécialiste de l'Afrique subsaharienne au Ceri de Sciences Po, avait été arrêté, sans raison apparente, en même temps que sa collègue qu'il était venue rejoindre à Téhéran. 

Rapidement, une analyse plus fine a permis de dissiper l'incompréhension qui entourait ces arrestations. Car ces prisonniers sont devenus, à leur corps défendant, des otages politiques. En effet en Iran, tout le monde n'apprécie pas les efforts d'apaisement du président Hassan Rohani en faveur d'un maintien de l'accord de Vienne, à commencer par les conservateurs et leur bras armé, les Gardiens de la Révolution. En faisant arrêter ces chercheurs, ceux-ci ne font ni plus ni moins qu'entraver un peu plus l'action d'Hassan Rohani en compliquant ses relations avec les Européens.

L'affaire prend tout de suite une autre dimension lorsqu'on se souvient que la France détient un ressortissant iranien, et assurait il y a encore quelques semaines la protection d'un opposant recherché par Téhéran.

La République islamique cherche en effet depuis plusieurs mois à obtenir la libération de Jalal Rohollahnejad, un ingénieur arrêté à l'aéroport de Nice le 2 février dernier sur demande des Américains, qui l'accusent d'avoir voulu exporter du matériel technologique (systèmes industriels à micro-ondes et systèmes anti-drones), violant ainsi les sanctions américaines contre l'Iran. Les Etats-Unis ont formulé une demande d'extradition, validée par le parquet général d'Aix-en-Provence et contestée par les Iraniens. Cependant, en l'absence du décret du Premier ministre concédant l'extradition vers les Etats-Unis, qui n'a pas encore été signé, l'ingénieur se trouve oujours en France à ce jour. 

Par ailleurs, depuis deux ans, Téhéran souhaitait trouver le moyen d'extrader un opposant au régime iranien, Rouhollah Zam, qui bénéficiait de l'asile politique en France et d'une protection policière conséquente. Durant les manifestations de 2017-2018, Rouhollah Zam avait fondé un canal d'informations, Amadnews, sur la plateforme de messagerie cryptée Telegram. Depuis son exil, il n'avait jamais cessé de mobiliser ses soutiens contre le régime, et s'apprêtait à faire évoluer son groupe de diffusion vers un média à plus large impact. A cette fin, il cherchait à lever des fonds auprès d'autres figures politiques de l'opposition. Sans doute la goutte de trop pour les forces conservatrices de la République islamique, qui ont annoncé publiquement avoir organisé sa capture grâce à une opération « élaborée et professionnelle » digne d'un roman d'espionnage. Convaincu de se rendre en Irak par une jeune femme iranienne, manifestement au courant de ses projets, pour rendre visite au grand ayatollah Ali Al-Sistani, rival du Guide Suprême Ali Khamenei, et y recevoir son soutien, Rouhollah Zam est donc arrivé à Bagdad le 11 octobre dernier, où il a été arrêté par les Pasdarans et emmené de force en Iran. Il a été longuement vu à la télévision iranienne et présenté comme un « contre-révolutionnaire dirigé par le renseignement français, soutenu par la CIA américaine et le Mossad israélien ». Quatre jours plus tard, on apprenait de façon concomitante l'arrestation du chercheur Roland Marchal, qui avait été gardée secrète par le Quai d'Orsay depuis le 5 juin. 

Le jeu tacite entre Téhéran et Paris paraît clair : si les chercheurs français ont été arrêtés par l'Iran, c'est très certainement pour obtenir en échange ses ressortissants arrêtés ou réfugiés en France. Dans le cas de Rouhollah Zam, certains analystes ont cependant rejeté l'idée que la France l'ait « livré » aux Iraniens. En l'espèce, la situation est ambigüe. Il paraît en effet peu vraisemblable qu'un réfugié politique, sous protection policière, ait pu effectuer un voyage nécessairement risqué en Irak, sans que les renseignements français et le ministère de l'Intérieur en soient informés. Ceux-ci ont d'ailleurs confirmé publiquement avoir eu connaissance de son voyage, et des menaces qui pesaient sur lui. Au cours des deux dernières années, la DGSI avait ainsi été prévenue par plusieurs services partenaires étrangers, dont le Mossad, qu'un « contrat » avait été ouvert par Téhéran contre Rouhollah Zam. L'opposant risquait donc potentiellement d'être assassiné, sur le sol français ou à l'étranger. De son propre aveu, la DGSI aurait même tenté de dissuader l'opposant jusqu'à la veille de son départ pour l'Irak, ce à quoi il aurait répondu qu'il jouirait d'une protection sur place. 

Ainsi, bien que parfaitement conscients des risques encourus par le réfugié politique, les services français ont laissé faire. Ont-ils vu là une occasion pour obtenir des concessions pour libérer Fariba Adelkhah et Roland Marchal ? Cela reste une hypothèse valable. Ce ne serait pas la première fois que ce type « d'échanges » s'organiserait. On se souvient qu'en juillet 2009, la France avait expulsé Ali Vakili Rad, responsable du meurtre de l'ancien Premier ministre du Shah Chapour Bakhtiar, deux jours après la libération de l'étudiante Clotilde Reiss, arrêtée à Téhéran et assignée à résidence pendant près d'un an. Le ministre des Affaires étrangères de l'époque, Bernard Kouchner, avait alors formellement exclu tout « marchandage » ou « contrepartie ». Cependant, au-delà de la langue de bois, nul n'était dupe.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie Esther
- 03/11/2019 - 20:07
Les ayatollahs
Sont complètement cinglés et irrationnels c'est pourquoi ils sont dangereux.
C'est pour cela que ceux qui traite t avec eux normalement comme avec les autres chefs d'état sont très naïfs et de raient comprendre qu'ils ne tireront pas les marrons du feu.
C est aussi pourquoi Israël a raison de les surveiller de près vu leurs menaces quotidiennes sans écouter les Européens qui les jugent réalistes et incapables d'utiliser le nucléaire militaire. On n'a pas fini de payer les âneries d'Obama au Po.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 03/11/2019 - 17:51
Bof ! Je ne les savais pas
Bof ! Je ne les savais pas assez débiles pour faire le deuil du seul "allié objectif" quI leur reste.