En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

02.

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

03.

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

04.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

05.

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

06.

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

07.

Islamistes et liberté d’expression : ça empire depuis Charlie; Affaire Girard : Anne Hidalgo se venge des Verts; BHL, Justine Lévy, Carla Bruni : Raphaël Enthoven prend sa (sacrée) revanche; Le MoDem lorgne sur les députés LREM à la dérive

01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

03.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

03.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

04.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

05.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

06.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Les Jungles rouges" de Jean-Noël Orengo, les rêves suscités par l’Indochine et l’Extrême-Orient, de 1924 à 1951

il y a 8 heures 46 min
pépite vidéo > Consommation
Parfums de l'été
Paris : Matthieu Carlin, le chef pâtissier du Crillon, propose les glaces du célèbre palace dans un food truck
il y a 9 heures 55 min
light > France
Lieu mythique
Covid-19 : Sénéquier, le célèbre établissement de Saint-Tropez, ferme temporairement
il y a 11 heures 34 min
pépites > Economie
Monde d'après
Plan de relance : Bruno Le Maire annonce le déblocage d’un milliard d'euros en faveur des relocalisations
il y a 13 heures 42 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Islamistes et liberté d’expression : ça empire depuis Charlie; Affaire Girard : Anne Hidalgo se venge des Verts; BHL, Justine Lévy, Carla Bruni : Raphaël Enthoven prend sa (sacrée) revanche; Le MoDem lorgne sur les députés LREM à la dérive
il y a 15 heures 8 min
pépite vidéo > Santé
Protection contre le virus
Port du masque : Olivier Véran présente la règle "ABCD"
il y a 16 heures 16 min
décryptage > Culture
Et "Le bateau ivre" ça se prononce comment en wesh wesh ?

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

il y a 18 heures 23 min
décryptage > Economie
Réorientation

Mais à quoi va servir l’épargne accumulée par les Français depuis le confinement ?

il y a 19 heures 9 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

il y a 19 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Roumeli - Voyages en Grèce du Nord" de Patrick Leigh Fermor, vagabondage dans une Grèce inconnue des touristes

il y a 1 jour 8 heures
pépites > France
Acted
Français tués au Niger : Jean Castex va présider une cérémonie d’hommage ce vendredi
il y a 9 heures 10 min
pépites > International
Diplomatie
Donald Trump annonce un "accord de paix historique" entre Israël et les Emirats arabes unis
il y a 10 heures 12 min
pépites > Environnement
Pollution
Une plainte a été déposée contre Nestlé pour pollution après la mort de milliers de poissons dans les Ardennes
il y a 12 heures 7 min
pépites > International
Bras de fer diplomatique
Recep Tayyip Erdogan accuse Emmanuel Macron de "colonialisme" et de "spectacle" pour sa visite au Liban
il y a 14 heures 33 min
pépites > Santé
Démasquée
Une médecin du Bas-Rhin a été suspendue pour avoir délivré de faux certificats médicaux contre le port du masque
il y a 15 heures 24 min
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

il y a 17 heures 21 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Vous avez dit "cluster" ?

il y a 18 heures 42 min
décryptage > Politique
Gestion des crises

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

il y a 19 heures 28 min
décryptage > Europe
Molle Union

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

il y a 19 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Amazonia" de Patrick Deville, exploration littéraire au coeur du pays d'Aguirre

il y a 1 jour 8 heures
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Espionnage

Ce bras de fer que se livrent discrètement Paris et Téhéran pour faire libérer leurs prisonniers respectifs

Publié le 03 novembre 2019
Depuis plusieurs mois, alors même que la France multiplie les efforts diplomatiques pour assurer une médiation et sauver l'accord de Vienne sur le nucléaire iranien, les relations entre Téhéran et Paris sont assombries par des soupçons d'espionnage qui ont entraîné plusieurs arrestations des deux côtés.
Ardavan Amir-Aslani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis plusieurs mois, alors même que la France multiplie les efforts diplomatiques pour assurer une médiation et sauver l'accord de Vienne sur le nucléaire iranien, les relations entre Téhéran et Paris sont assombries par des soupçons d'espionnage qui ont entraîné plusieurs arrestations des deux côtés.

Fariba Adelkhah, une franco-iranienne directrice de recherche à Sciences Po, a été arrêtée à son domicile de Téhéran le 5 juin dernier par les Gardiens de la Révolution, alors qu'elle effectuait des recherches sur le séminaire de Qom, l'un des centres d'éducation de l'islam chiite duodécimain les plus connus au monde. Malgré leurs efforts, les services du Quai d'Orsay n'avaient eu alors aucune explication sur les raisons de l'arrestation et les conditions de détention de la chercheuse, d'autant plus que l'Iran ne reconnaît pas sa double nationalité. 

Il est de notoriété publique que la médiatisation des arrestations de chercheurs étrangers aggrave leurs conditions de détention. Ceci expliquerait ainsi que l'arrestation d'un second chercheur français ait été gardée secrète jusqu'à ces dernières semaines. Roland Marchal, spécialiste de l'Afrique subsaharienne au Ceri de Sciences Po, avait été arrêté, sans raison apparente, en même temps que sa collègue qu'il était venue rejoindre à Téhéran. 

Rapidement, une analyse plus fine a permis de dissiper l'incompréhension qui entourait ces arrestations. Car ces prisonniers sont devenus, à leur corps défendant, des otages politiques. En effet en Iran, tout le monde n'apprécie pas les efforts d'apaisement du président Hassan Rohani en faveur d'un maintien de l'accord de Vienne, à commencer par les conservateurs et leur bras armé, les Gardiens de la Révolution. En faisant arrêter ces chercheurs, ceux-ci ne font ni plus ni moins qu'entraver un peu plus l'action d'Hassan Rohani en compliquant ses relations avec les Européens.

L'affaire prend tout de suite une autre dimension lorsqu'on se souvient que la France détient un ressortissant iranien, et assurait il y a encore quelques semaines la protection d'un opposant recherché par Téhéran.

La République islamique cherche en effet depuis plusieurs mois à obtenir la libération de Jalal Rohollahnejad, un ingénieur arrêté à l'aéroport de Nice le 2 février dernier sur demande des Américains, qui l'accusent d'avoir voulu exporter du matériel technologique (systèmes industriels à micro-ondes et systèmes anti-drones), violant ainsi les sanctions américaines contre l'Iran. Les Etats-Unis ont formulé une demande d'extradition, validée par le parquet général d'Aix-en-Provence et contestée par les Iraniens. Cependant, en l'absence du décret du Premier ministre concédant l'extradition vers les Etats-Unis, qui n'a pas encore été signé, l'ingénieur se trouve oujours en France à ce jour. 

Par ailleurs, depuis deux ans, Téhéran souhaitait trouver le moyen d'extrader un opposant au régime iranien, Rouhollah Zam, qui bénéficiait de l'asile politique en France et d'une protection policière conséquente. Durant les manifestations de 2017-2018, Rouhollah Zam avait fondé un canal d'informations, Amadnews, sur la plateforme de messagerie cryptée Telegram. Depuis son exil, il n'avait jamais cessé de mobiliser ses soutiens contre le régime, et s'apprêtait à faire évoluer son groupe de diffusion vers un média à plus large impact. A cette fin, il cherchait à lever des fonds auprès d'autres figures politiques de l'opposition. Sans doute la goutte de trop pour les forces conservatrices de la République islamique, qui ont annoncé publiquement avoir organisé sa capture grâce à une opération « élaborée et professionnelle » digne d'un roman d'espionnage. Convaincu de se rendre en Irak par une jeune femme iranienne, manifestement au courant de ses projets, pour rendre visite au grand ayatollah Ali Al-Sistani, rival du Guide Suprême Ali Khamenei, et y recevoir son soutien, Rouhollah Zam est donc arrivé à Bagdad le 11 octobre dernier, où il a été arrêté par les Pasdarans et emmené de force en Iran. Il a été longuement vu à la télévision iranienne et présenté comme un « contre-révolutionnaire dirigé par le renseignement français, soutenu par la CIA américaine et le Mossad israélien ». Quatre jours plus tard, on apprenait de façon concomitante l'arrestation du chercheur Roland Marchal, qui avait été gardée secrète par le Quai d'Orsay depuis le 5 juin. 

Le jeu tacite entre Téhéran et Paris paraît clair : si les chercheurs français ont été arrêtés par l'Iran, c'est très certainement pour obtenir en échange ses ressortissants arrêtés ou réfugiés en France. Dans le cas de Rouhollah Zam, certains analystes ont cependant rejeté l'idée que la France l'ait « livré » aux Iraniens. En l'espèce, la situation est ambigüe. Il paraît en effet peu vraisemblable qu'un réfugié politique, sous protection policière, ait pu effectuer un voyage nécessairement risqué en Irak, sans que les renseignements français et le ministère de l'Intérieur en soient informés. Ceux-ci ont d'ailleurs confirmé publiquement avoir eu connaissance de son voyage, et des menaces qui pesaient sur lui. Au cours des deux dernières années, la DGSI avait ainsi été prévenue par plusieurs services partenaires étrangers, dont le Mossad, qu'un « contrat » avait été ouvert par Téhéran contre Rouhollah Zam. L'opposant risquait donc potentiellement d'être assassiné, sur le sol français ou à l'étranger. De son propre aveu, la DGSI aurait même tenté de dissuader l'opposant jusqu'à la veille de son départ pour l'Irak, ce à quoi il aurait répondu qu'il jouirait d'une protection sur place. 

Ainsi, bien que parfaitement conscients des risques encourus par le réfugié politique, les services français ont laissé faire. Ont-ils vu là une occasion pour obtenir des concessions pour libérer Fariba Adelkhah et Roland Marchal ? Cela reste une hypothèse valable. Ce ne serait pas la première fois que ce type « d'échanges » s'organiserait. On se souvient qu'en juillet 2009, la France avait expulsé Ali Vakili Rad, responsable du meurtre de l'ancien Premier ministre du Shah Chapour Bakhtiar, deux jours après la libération de l'étudiante Clotilde Reiss, arrêtée à Téhéran et assignée à résidence pendant près d'un an. Le ministre des Affaires étrangères de l'époque, Bernard Kouchner, avait alors formellement exclu tout « marchandage » ou « contrepartie ». Cependant, au-delà de la langue de bois, nul n'était dupe.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie Esther
- 03/11/2019 - 20:07
Les ayatollahs
Sont complètement cinglés et irrationnels c'est pourquoi ils sont dangereux.
C'est pour cela que ceux qui traite t avec eux normalement comme avec les autres chefs d'état sont très naïfs et de raient comprendre qu'ils ne tireront pas les marrons du feu.
C est aussi pourquoi Israël a raison de les surveiller de près vu leurs menaces quotidiennes sans écouter les Européens qui les jugent réalistes et incapables d'utiliser le nucléaire militaire. On n'a pas fini de payer les âneries d'Obama au Po.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 03/11/2019 - 17:51
Bof ! Je ne les savais pas
Bof ! Je ne les savais pas assez débiles pour faire le deuil du seul "allié objectif" quI leur reste.