En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

02.

Deuxième vague du Coronavirus : Olivier Véran a un plan, pourquoi donc s’inquiéter ?

03.

L'autre remaniement dont la France aurait vraiment besoin (mais qu'Emmanuel Macron ne fera pas malgré ses promesses)

04.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

05.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

06.

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

07.

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Ministres
Remaniement : retrouvez l’annonce de la composition du gouvernement de Jean Castex
il y a 6 heures 54 min
pépites > Faits divers
Violente agression
Bayonne : un conducteur de bus en état de mort cérébrale, cinq personnes placées en garde à vue
il y a 10 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La vie mensongère des adultes" de Elena Ferrante : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 12 heures 33 min
pépites > Santé
Covid-19
239 chercheurs alertent l'OMS sur la transmission du coronavirus par voie aérienne
il y a 13 heures 35 min
light > Culture
Pour une poignée… de bandes originales
Mort du compositeur italien Ennio Morricone, le "maestro" du cinéma
il y a 16 heures 2 min
décryptage > Economie
Menace persistante du virus

Covid-19 : pendant que la pandémie s’étend, la finance regarde un risque de récidive aux États-Unis

il y a 16 heures 59 min
décryptage > High-tech
Piratage informatique

La guerre des codes : les cyberattaques redéfinissent les lignes de bataille des conflits mondiaux

il y a 18 heures 13 min
décryptage > Histoire
Encore un effort

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

il y a 18 heures 47 min
décryptage > Société
Bien gérer son stress

Comment prendre des décisions importantes (sans se noyer... ni se tromper)

il y a 19 heures 31 min
décryptage > Politique
Tous les nouveaux chemins mènent à Rome... ou nulle part

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

il y a 20 heures 10 min
pépites > Politique
Nominations
Remaniement : retrouvez la liste du nouveau gouvernement de Jean Castex
il y a 9 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le cottage aux oiseaux" de Eva Meijer : en pleine vague verte, c’est le moment ou jamais de déguster ce bijou !

il y a 12 heures 21 min
pépites > Santé
Bayannur
Chine : un cas de peste bubonique a été découvert en Mongolie intérieure
il y a 12 heures 53 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Gouvernement politicien ou gouvernement d’entrepreneurs ? Un choix entre un destin personnel et celui de l’économie

il y a 14 heures 34 min
décryptage > Santé
Action gouvernementale

Deuxième vague du Coronavirus : Olivier Véran a un plan, pourquoi donc s’inquiéter ?

il y a 16 heures 39 min
pépite vidéo > France
Oeuvre ciblée
Stains : la fresque en hommage à George Floyd et Adama Traoré a été vandalisée
il y a 17 heures 44 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Petit best of des applications et gadgets tech à ne pas oublier avant de partir en vacances
il y a 18 heures 30 min
décryptage > Economie
Survie économique

Ce que nous apprend le top 100 des entreprises mondiales ayant le plus bénéficié de la crise du Coronavirus

il y a 19 heures 6 min
décryptage > Economie
Transactions immobilières

Hausse ou baisse : quel impact redouter de la crise du coronavirus sur l’immobilier ?

il y a 19 heures 52 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

il y a 20 heures 32 min
© EVARISTO SA / AFP
© EVARISTO SA / AFP
Transformation du pays

Un an après son élection, Jair Bolsonaro obtient des résultats notables dans la lutte contre l’insécurité au Brésil

Publié le 29 octobre 2019
Le 28 octobre, il y a un an, Jair Bolsonaro remportait l'élection présidentielle brésilienne. Quel est le bilan du dirigeant brésilien sur la question de la lutte contre la criminalité et contre la corruption ?
Nicolas Dolo
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Dolo est un homme d’affaires vivant et travaillant entre Moscou, São Paulo et Paris. Né d’une mère Brésilienne, il connaît  le Brésil, son peuple et son milieu d’affaires en profondeur. Nicolas Dolo vient de publier avec Bruno Racouchot "Brésil ...
Voir la bio
Bruno Racouchot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Racouchot dirige la lettre Communication & Influence et la société Comes Communication (Paris, Toronto, São Paulo, www.comes-communication.com). Il fréquente le Brésil depuis 40 ans, où il vit en partie, à Porto Alegre. Bruno Racouchot vient de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le 28 octobre, il y a un an, Jair Bolsonaro remportait l'élection présidentielle brésilienne. Quel est le bilan du dirigeant brésilien sur la question de la lutte contre la criminalité et contre la corruption ?

Le 28 octobre, il y a un an, Jair Bolsonaro remportait haut la main (55%) la présidentielle brésilienne. Levier majeur de cette élection ? Sa volonté affichée haut et fort de lutter contre la criminalité et la corruption, deux fléaux qui ont fait du Brésil l'un des pays les plus dangereux de la planète. Quel bilan en ce domaine depuis le 1er janvier 2019, date à laquelle Jair Bolsonaro a pris ses fonctions ? 

Au premier semestre, le Brésil a connu au niveau national une chute considérable de 22% des homicides, de 25% des vols de fret, ou encore de 26% des car-jackings. Sur la même période, la Police fédérale et les polices d’États ont enregistré des saisies record de drogue et d’armes lourdes. Dans plusieurs États du Nordeste, ultra-criminogènes, les chiffres des homicides sont encore plus spectaculaires (jusqu’à -58% dans le Ceara). Il est vrai qu’en matière de criminalité et de corruption, le pays part de très loin, avec un taux d’homicide de 31 pour 100.000 habitants (à comparer à celui de l’Europe occidentale, entre 1 et 2 pour 100.000, ou même celui du violentissime Mexique, autour de 19 pour 100.000), des détournements de fonds absolument pharaoniques (La Police fédérale brésilienne a déjà enquêté, dans la grande affaire de corruption du Lava Jato, sur des mouvements de fonds dépassant les 2.800 milliards d’euros, soit le PIB annuel de la France), un coût économique de la violence faramineux (Selon les analystes, le coût de la criminalité au Brésil se situerait entre 4,5 et 5,9% du PIB annuel), et plus de 100 factions criminelles regroupant des dizaines de milliers de « soldats » sans limites. 

On peut dénombrer quelques raisons objectives à ces statistiques prometteuses. Le transfert et la mise au secret de tous les leaders de factions criminelles dans des pénitenciers fédéraux, et la fin, dans presque tous les États, des regroupements de prisonniers par gangs, ont sérieusement mis à mal la direction et la stratégie de ces organisations. Le début du déploiement d’un système unifié d’intelligence policière sous la direction du ministre de la Justice Sergio Moro, ou encore certaines interventions directes de l’État fédéral dans le Nordeste y ont également contribué. Plus prosaïquement, la Police se sait désormais aveuglément soutenue par le gouvernement, et elle n’hésite par conséquent plus à se montrer brutale et donc dissuasive vis à vis des criminels. Cela ne revient pas à admettre que la seule répression suffira à régler le problème de la violence au Brésil, et le vaste projet de simplification de la législation criminelle de Sergio Moro (Projet connu sous le nom de « Paquet Anti-Crime », Pacoteanti-crime) vise aussi à élargir le champ de la politique sécuritaireà l’éducation et aux politiques sociales de long terme.

Ce projet paraît particulièrement pertinent dans un pays dont le complexe système pénal a connu au fil des ans une inflation de textes sans queue ni tête, laquelle procure aux criminels autant d’opportunités de se soustraire à la justice. Le problème de Moro et de Bolsonaro tient néanmoins à l’absence de majorité claire au Parlement, conséquence d’un scrutin proportionnel très généreux, et à l’opposition de principe de certains politiciens souvent eux-mêmes menacés par les affaires en cours. Les lignes pourraient malgré tout être en train de changer sous la pression de l’opinion, comme en attestent les premières victoires législatives du gouvernement dans l’indispensable réforme des retraites en cours. Le Tribunal Suprême Fédéral (STF) est la seconde épine dans le pied du duo Moro-Bolsonaro, tant il semble vouloir annihiler tous les progrès gouvernementaux en matière sécuritaire, suivant en cela un agenda qui semble excessivement politique. La rue, la quasi-totalité des procureurs généraux du pays et les militaires, surreprésentés au gouvernement et tenants du retour à l’ordre, grondent et pourraient parvenir à faire céder les hauts magistrats. 

Pour une analyste plus poussée des problèmes de violence et corruption au Brésil, ainsi que les développements en cours: « Brésil – Corruption, trafic, violence, criminalité : vers la fin du cauchemar ? », dirigé par Nicolas Dolo et Bruno Racouchot, publié aux éditions ESKA.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
REAGAN
- 30/10/2019 - 15:36
medias
pour nos médias trop bête
Trump,Salvini,Bolsonaro,Hongrie,Pologne, tous ses soi disant apprentis dictateurs sont des cons
nous nous avons un despote éclairé qui ne réussie qu a mettre les français dans la rue et mettre les médias au pas
les journalistes sont les idiots utiles du gouvernement
Paulquiroulenamassepasmousse
- 29/10/2019 - 22:23
Bolsonaro est un populiste
Bolsonaro est un populiste dixit Macroléon 1er "empereur démocrate de France-Afrique".
Chez les populistes l'insécurité diminue, en France elle augmente..... Cherchez l'erreur !
TPV
- 29/10/2019 - 17:58
La racaille gaucho juridique
A trouvé quelqu'un pour la mâter. Les criminels commencent à connaître la peur, et c'est très bien.
Chez nous on préfère les suicides de policiers,...merci le mur des cons.