En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

03.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

04.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

05.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

06.

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

07.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 1 heure 2 min
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 2 heures 11 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 3 heures 9 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 5 heures 42 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 6 heures 21 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 7 heures 31 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 7 heures 51 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 8 heures 9 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 8 heures 16 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 8 heures 35 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 1 heure 51 min
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 2 heures 50 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 3 heures 30 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 5 heures 53 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 7 heures 8 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 7 heures 42 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 7 heures 59 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 8 heures 10 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 8 heures 26 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 8 heures 47 min
© JACQUES DEMARTHON / AFP
© JACQUES DEMARTHON / AFP
(In)justice

Ces inégalités structurelles d’accès aux services publics encore bien plus graves que la punition de territoires qui votent mal

Publié le 25 octobre 2019
Selon une note révélée par le Canard Enchaîné, le ministère de la Justice envisagerait de maintenir ou de supprimer des postes de juges en fonction des résultats électoraux de La République en marche dans le cadre de la réforme de la carte judiciaire.
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant. Membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon une note révélée par le Canard Enchaîné, le ministère de la Justice envisagerait de maintenir ou de supprimer des postes de juges en fonction des résultats électoraux de La République en marche dans le cadre de la réforme de la carte judiciaire.

Atlantico.fr : Le Canard Enchaîné a publié un document du ministère de la Justice indiquant que les suppressions de postes de juges d'instruction dépendent des scores macronistes dans certaines villes. Cette information n'est en réalité pas quelque chose de nouveau car la rupture d'égalité existe depuis longtemps. 

En quoi y a-t-il un problème d'inégalités de présence des services publics sur le territoire français ? Quelles conséquences pour les territoires impactés, que ce soit à un niveau économique mais aussi politique ?

Laurent Chalard : Même si l’obsession égalitariste française voudrait qu’il y ait une répartition homogène des services publics sur l’ensemble du territoire hexagonal, dans les faits, c’est loin d’être le cas pour la simple raison que notre pays est peuplé de manière hétérogène, affichant des densités de population très variables selon les régions. Si chez certains de nos voisins européens, comme la Belgique, les Pays-Bas ou l’Allemagne, les fortes densités de population généralisées permettent une relative bonne implantation des services publics sur l’ensemble de leur territoire, en France, la densité moyenne (un peu moins de 120 habitants par km2) n’est pas suffisamment importante pour que cela puisse être le cas. En effet, il ne peut y avoir le même niveau de services sur le plateau des Millevaches, qui affiche une densité de 5 habitants par km2 dans sa partie centrale et ne possède aucune ville, et la plaine d’Alsace, à la densité supérieure à 300 habitants par Km2 avec un réseau urbain très fin. 

Il s’en suit que les territoires faiblement densément peuplés, qui correspondent à ce que les géographes appellent« l’espace rural profond », sont, assez logiquement, les moins bien lotis en termes de services publics. Cependant, il ne faut pas croire que tout relève uniquement d’une question de densité car certains territoires densément peuplés, en particulier dans les périphéries des grandes métropoles, peuvent se trouver, eux aussi, sous-dotés en termes de services publics, soit parce que ce sont des territoires connaissant une croissance démographique élevée que le développement des services publics a du mal à suivre, soit parce que ce sont des territoires répulsifs où les services publics ont du mal à se maintenir, comme dans les banlieues de tradition industrielle en déclin. 

Au plan économique, la principale conséquence d’un sous-équipement en services publics est la perte d’attractivité du territoire car il sera répulsif pour les entrepreneurs mais aussi pour les populations innovantes, qui ne trouveront pas les moyens de s’y épanouir et refuseront donc de s’y installer. Sur le plan politique, c’est une source de tensions sociales, contribuant à l’image d’abandon de la part de l’Etat qu’ont les populations de certains territoires, ce qui est favorable aux mouvements populistes, essentiellement le Rassemblement National à l’heure actuelle, mais aussi à des mouvements de contestation sociale, tels que les « gilets jaunes ». 

D'où viennent ces inégalités ? Quels types de décisions mènent à la création de "déserts publics" ? 

Concernant l’origine de ces inégalités, certaines sont héritées pour la raison précisée précédemment, un peuplement hétérogène de la France, d’autres sont liées à des adaptations des services publics ces dernières décennies tenant compte des évolutions démographiques des territoires. En effet, dans un contexte de désengagement de l’Etat pour des raisons financières, son important endettement, nos gouvernants vont privilégier la fermeture des services publics dans les régions où ils apparaissent, pour des raisons objectives, les moins rentables, c’est-à-dire que l’offre apparaît beaucoup plus importante que la demande, en l’occurrence dans les territoires où la population baisse et/ou vieillit. Cependant, malheureusement, dans certains cas, comme le sous-entend l’article du Canard Enchaîné que vous citez, la fermeture de services publics relève plus de décisions politiques que de la rationalité. En l’occurrence, les territoires ayant un relais politique au niveau gouvernemental vont réussir à sauver leurs services publics potentiellement menacés, alors que ceux ne bénéficiant d’aucun relais, seront condamnés à les perdre. Cela n’est pas spécifique à un parti politique plutôt qu’à un autre, cette situation reflétant juste la gestion clientéliste de la France.Nos dirigeants se moquent royalement de l’intérêt général au profit de considérations purement électoralistes !

Y a-t-il une politique cohérente au niveau national concernant l'aménagement du territoire et cette présence des services publics ?

Non, il n’existe pas de politique cohérente au niveau national concernant le développement des services publics pour la simple raison qu’il n’existe plus de politique d’aménagement du territoire digne de ce nom en France depuis les années 1980. Dans un contexte de libéralisme roi, l’Etat laisse le marché décider seul de la géographie économique hexagonale. Au lieu d’adopter une réflexion globale, reposant sur la détermination des pôles de services publics à maintenir absolument sur l’ensemble du territoire dans l’optique d’éviter l’émergence de « déserts » dans le domaine, la réflexion suivie se fait de manière sectorielle, c’est à dire que pour chaque service public dépendant d’un ministère spécifique (justice, santé, éducation…), ce ministère va supprimer les services en question dans les territoires où ils ne sont plus rentables. Or, bien souvent, ce sont les mêmes territoires qui vont ressortir à chaque fois, d’où, à l’arrivée, la suppression de tous les services publics (maternité, tribunal, poste, école…) dans les mêmes territoires, alors que si une réflexion globale d’aménagement du territoire avait été engagée, cet écueil aurait été évité, permettant de maintenir un minimum de servicessurchaque territoire.Pour remédier à cette situation, il serait temps que nos dirigeants sortent des logiques sectorielles pour les remplacer par des réflexions plus globalisantes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 25/10/2019 - 22:44
Macron est infâme
Nous le savions déjà et il le prouve sans cesse n’ayant rien à faire de l’opinion des Français face à ses intérêts
lexxis
- 25/10/2019 - 10:17
ET MAINTENANT LE CHANTAGE ÉLECTORAL!
On avait vu déjà pas mal de choses guère reluisantes avec la Macronie (promesses aux retraités non tenues, réformes en trompe l'oeil, incapacité à assurer la continuité du service public, multiplication des conflits d'intérêts en tout genre, poursuites judiciaires aux ordres etc.), mais là avec le chantage, on vient de franchir un degré, puisqu'un Président en place se permet tout simplement de disposer de l'argent de la République pour promettre le pain sec à tous les territoires qui auront l'outrecuidance de ne pas voter pour ses candidats municipaux. Et ce, alors que l'on ne peut pas vraiment dire que le pays ait été séduit par une majorité parlementaire fort terne, totalement dépourvue de personnalité et qui se comporte comme la chambre d'enregistrement docile des bons vouloirs présidentiels. Aux Français de dire, s'ils ont à ce point perdu le sens de la démocratie, qu'ils se plient lâchement à ce genre de menace parfaitement indigne.