En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

05.

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

06.

Non, Mélenchon n'en veut pas qu'aux Juifs : il ne supporte pas non plus les "blonds aux yeux bleus" !

07.

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

06.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

05.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

06.

L’Oréal a décidé de supprimer les mots "clair" et "blancheur" de ses produits cosmétiques !

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le courage du personnel soignant face au Covid-19 : une médecine de guerre sans protection

il y a 1 heure 1 min
décryptage > Politique
Choix stratégique

Le juppéisme, cette obsession gestionnaire des élites françaises tuée par Emmanuel Macron

il y a 3 heures 30 min
décryptage > Politique
Campagne électorale

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

il y a 4 heures 29 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée
il y a 5 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les records de l'histoire" de Stéphane Bern : récréation idéale pour l'été, pour parcourir l'histoire en s'amusant

il y a 15 heures 40 min
pépite vidéo > Politique
Emotion à Matignon
Retrouvez l'intégralité de la passation de pouvoir entre Edouard Philippe et Jean Castex
il y a 18 heures 50 min
pépites > Justice
Plaintes
Covid-19 : une enquête judiciaire va être ouverte contre Edouard Philippe, Agnès Buzyn et Olivier Véran
il y a 19 heures 51 min
décryptage > Politique
Nouveau chemin cherche destination

Jean Castex Premier ministre : une nomination très habile... Mais l’habileté peut-elle suffire ?

il y a 22 heures 6 min
décryptage > Environnement
"Vague verte"

Tous écolos… ou soumis à lavage de cerveau intensif ?

il y a 1 jour 37 min
pépites > Politique
"Monsieur déconfinement"
Remaniement : Jean Castex est le nouveau Premier ministre et remplace Edouard Philippe à Matignon
il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Santé
Trop, c’est trop

Si la pandémie vous a rendu maniaque de la propreté, voilà ce que vous devriez savoir pour tempérer vos ardeurs

il y a 1 heure 33 min
décryptage > Politique
Suite de "Passions"

Exclu Atlantico : Nicolas Sarkozy devrait publier le tome 2 de ses mémoires dès ce mois de juillet

il y a 3 heures 58 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

il y a 5 heures 2 min
décryptage > Politique
Premier ministre

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

il y a 5 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La sentence" de John Grisham : un thriller qui maintient sous pression

il y a 15 heures 54 min
pépites > Politique
Equipe renforcée
Mairie de Paris : Anne Hidalgo décide de s’entourer d’une équipe de 37 adjoints
il y a 19 heures 16 min
pépites > Politique
Premier ministre
Jean Castex "mesure l'immensité de la tâche" qui l'attend à Matignon
il y a 21 heures 14 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la lumière anime les heures et quand le bleu se veut marine : c’est l’actualité estivale des montres
il y a 23 heures 25 min
décryptage > Science
Sondage

93% des Français gardent leur confiance pour les scientifiques après le Coronavirus

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Environnement
Macron veut un référendum sur le climat

La question sera sans doute : "Voulez-vous qu’on mette les villes à la campagne car l’air y est plus pur ?"

il y a 1 jour 2 heures
© JACQUES DEMARTHON / AFP
© JACQUES DEMARTHON / AFP
(In)justice

Ces inégalités structurelles d’accès aux services publics encore bien plus graves que la punition de territoires qui votent mal

Publié le 25 octobre 2019
Selon une note révélée par le Canard Enchaîné, le ministère de la Justice envisagerait de maintenir ou de supprimer des postes de juges en fonction des résultats électoraux de La République en marche dans le cadre de la réforme de la carte judiciaire.
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant. Membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon une note révélée par le Canard Enchaîné, le ministère de la Justice envisagerait de maintenir ou de supprimer des postes de juges en fonction des résultats électoraux de La République en marche dans le cadre de la réforme de la carte judiciaire.

Atlantico.fr : Le Canard Enchaîné a publié un document du ministère de la Justice indiquant que les suppressions de postes de juges d'instruction dépendent des scores macronistes dans certaines villes. Cette information n'est en réalité pas quelque chose de nouveau car la rupture d'égalité existe depuis longtemps. 

En quoi y a-t-il un problème d'inégalités de présence des services publics sur le territoire français ? Quelles conséquences pour les territoires impactés, que ce soit à un niveau économique mais aussi politique ?

Laurent Chalard : Même si l’obsession égalitariste française voudrait qu’il y ait une répartition homogène des services publics sur l’ensemble du territoire hexagonal, dans les faits, c’est loin d’être le cas pour la simple raison que notre pays est peuplé de manière hétérogène, affichant des densités de population très variables selon les régions. Si chez certains de nos voisins européens, comme la Belgique, les Pays-Bas ou l’Allemagne, les fortes densités de population généralisées permettent une relative bonne implantation des services publics sur l’ensemble de leur territoire, en France, la densité moyenne (un peu moins de 120 habitants par km2) n’est pas suffisamment importante pour que cela puisse être le cas. En effet, il ne peut y avoir le même niveau de services sur le plateau des Millevaches, qui affiche une densité de 5 habitants par km2 dans sa partie centrale et ne possède aucune ville, et la plaine d’Alsace, à la densité supérieure à 300 habitants par Km2 avec un réseau urbain très fin. 

Il s’en suit que les territoires faiblement densément peuplés, qui correspondent à ce que les géographes appellent« l’espace rural profond », sont, assez logiquement, les moins bien lotis en termes de services publics. Cependant, il ne faut pas croire que tout relève uniquement d’une question de densité car certains territoires densément peuplés, en particulier dans les périphéries des grandes métropoles, peuvent se trouver, eux aussi, sous-dotés en termes de services publics, soit parce que ce sont des territoires connaissant une croissance démographique élevée que le développement des services publics a du mal à suivre, soit parce que ce sont des territoires répulsifs où les services publics ont du mal à se maintenir, comme dans les banlieues de tradition industrielle en déclin. 

Au plan économique, la principale conséquence d’un sous-équipement en services publics est la perte d’attractivité du territoire car il sera répulsif pour les entrepreneurs mais aussi pour les populations innovantes, qui ne trouveront pas les moyens de s’y épanouir et refuseront donc de s’y installer. Sur le plan politique, c’est une source de tensions sociales, contribuant à l’image d’abandon de la part de l’Etat qu’ont les populations de certains territoires, ce qui est favorable aux mouvements populistes, essentiellement le Rassemblement National à l’heure actuelle, mais aussi à des mouvements de contestation sociale, tels que les « gilets jaunes ». 

D'où viennent ces inégalités ? Quels types de décisions mènent à la création de "déserts publics" ? 

Concernant l’origine de ces inégalités, certaines sont héritées pour la raison précisée précédemment, un peuplement hétérogène de la France, d’autres sont liées à des adaptations des services publics ces dernières décennies tenant compte des évolutions démographiques des territoires. En effet, dans un contexte de désengagement de l’Etat pour des raisons financières, son important endettement, nos gouvernants vont privilégier la fermeture des services publics dans les régions où ils apparaissent, pour des raisons objectives, les moins rentables, c’est-à-dire que l’offre apparaît beaucoup plus importante que la demande, en l’occurrence dans les territoires où la population baisse et/ou vieillit. Cependant, malheureusement, dans certains cas, comme le sous-entend l’article du Canard Enchaîné que vous citez, la fermeture de services publics relève plus de décisions politiques que de la rationalité. En l’occurrence, les territoires ayant un relais politique au niveau gouvernemental vont réussir à sauver leurs services publics potentiellement menacés, alors que ceux ne bénéficiant d’aucun relais, seront condamnés à les perdre. Cela n’est pas spécifique à un parti politique plutôt qu’à un autre, cette situation reflétant juste la gestion clientéliste de la France.Nos dirigeants se moquent royalement de l’intérêt général au profit de considérations purement électoralistes !

Y a-t-il une politique cohérente au niveau national concernant l'aménagement du territoire et cette présence des services publics ?

Non, il n’existe pas de politique cohérente au niveau national concernant le développement des services publics pour la simple raison qu’il n’existe plus de politique d’aménagement du territoire digne de ce nom en France depuis les années 1980. Dans un contexte de libéralisme roi, l’Etat laisse le marché décider seul de la géographie économique hexagonale. Au lieu d’adopter une réflexion globale, reposant sur la détermination des pôles de services publics à maintenir absolument sur l’ensemble du territoire dans l’optique d’éviter l’émergence de « déserts » dans le domaine, la réflexion suivie se fait de manière sectorielle, c’est à dire que pour chaque service public dépendant d’un ministère spécifique (justice, santé, éducation…), ce ministère va supprimer les services en question dans les territoires où ils ne sont plus rentables. Or, bien souvent, ce sont les mêmes territoires qui vont ressortir à chaque fois, d’où, à l’arrivée, la suppression de tous les services publics (maternité, tribunal, poste, école…) dans les mêmes territoires, alors que si une réflexion globale d’aménagement du territoire avait été engagée, cet écueil aurait été évité, permettant de maintenir un minimum de servicessurchaque territoire.Pour remédier à cette situation, il serait temps que nos dirigeants sortent des logiques sectorielles pour les remplacer par des réflexions plus globalisantes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 25/10/2019 - 22:44
Macron est infâme
Nous le savions déjà et il le prouve sans cesse n’ayant rien à faire de l’opinion des Français face à ses intérêts
lexxis
- 25/10/2019 - 10:17
ET MAINTENANT LE CHANTAGE ÉLECTORAL!
On avait vu déjà pas mal de choses guère reluisantes avec la Macronie (promesses aux retraités non tenues, réformes en trompe l'oeil, incapacité à assurer la continuité du service public, multiplication des conflits d'intérêts en tout genre, poursuites judiciaires aux ordres etc.), mais là avec le chantage, on vient de franchir un degré, puisqu'un Président en place se permet tout simplement de disposer de l'argent de la République pour promettre le pain sec à tous les territoires qui auront l'outrecuidance de ne pas voter pour ses candidats municipaux. Et ce, alors que l'on ne peut pas vraiment dire que le pays ait été séduit par une majorité parlementaire fort terne, totalement dépourvue de personnalité et qui se comporte comme la chambre d'enregistrement docile des bons vouloirs présidentiels. Aux Français de dire, s'ils ont à ce point perdu le sens de la démocratie, qu'ils se plient lâchement à ce genre de menace parfaitement indigne.