En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Loi Avia : la mort d’une liberté

02.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

06.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

06.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

ça vient d'être publié
light > Culture
Goût de la lecture
Les ventes de livres sont en forte hausse depuis la levée du confinement
il y a 1 heure 50 min
pépites > Santé
"Etude foireuse" ?
Covid-19 : l'OMS décide de suspendre temporairement les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine
il y a 4 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Killign Eve" de Phoebe Waller-Bridge (saison 1), Emerald Fennell (saison 2) et Suzanne Heathcote (saison3) : la série qui tue !

il y a 6 heures 1 min
pépites > Santé
Réforme
Plan Ségur de la santé : Edouard Philippe promet des changements rapides et annonce une hausse des salaires "significative"
il y a 6 heures 39 min
pépites > Justice
Colère des syndicats
Déclarations de Camélia Jordana : Christophe Castaner ne saisira pas la justice
il y a 8 heures 34 min
pépites > Santé
Bilan de la crise
François Hollande reconnaît une "part de responsabilité dans la situation de l’hôpital"
il y a 9 heures 52 min
décryptage > International
Vague épidémique

Le Brésil, nouvel épicentre du Covid-19 ?

il y a 11 heures 58 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie
il y a 12 heures 29 min
décryptage > Politique
Encore des mots, toujours des mots…

Les mots-clés du macronisme post-covid décrivent-ils sa réalité ?

il y a 13 heures 10 min
décryptage > Santé
Pandémie

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

il y a 14 heures 2 sec
pépites > France
"Route Nationale 7"
Nicolas Dupont-Aignan réclame la gratuité des autoroutes pour cet été
il y a 2 heures 4 min
pépites > Economie
Soutien aux salariés
Coronavirus : les entreprises vont assumer 15% du coût du chômage partiel dès le 1er juin
il y a 5 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et passe le souffle des dieux, ainsi était l'An Mil" de Philippe Séguy : une épopée envoûtante, Bataille d'Hastings, Tapisserie de Bayeux, druides contre chrétiens et... amour toujours !

il y a 6 heures 16 min
Vigilance
La Californie fait face à une importante vague de chaleur
il y a 7 heures 43 min
pépites > Justice
Moteurs truqués
Dieselgate : la justice condamne Volkswagen à rembourser partiellement un client
il y a 9 heures 13 min
pépite vidéo > Insolite
La grande évasion
Saturne, "l'alligator d'Hitler", est mort au zoo de Moscou à l'âge de 84 ans
il y a 10 heures 32 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

La réindustrialisation de l’Europe suite au COvid-19. Sera-t-elle centrée sur l’Allemagne ou également répartie entre les nations d’Europe ?

il y a 12 heures 15 min
décryptage > France
Ils sont des dizaines de milliers à l’écouter

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

il y a 12 heures 44 min
décryptage > High-tech
Zoom

Voilà à quoi nous expose l’extension du domaine du virtuel pendant la pandémie

il y a 13 heures 31 min
décryptage > Politique
Prolétaires de Tourcoing, unissez-vous

Le camarade Darmanin réclame "une politique pour le peuple" ! Parce qu'avant c'était une politique pour les riches ?

il y a 14 heures 23 min
© KENZO TRIBOUILLARD / AFP
© KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Solutions politiques

Brexit : cet étonnant aveuglement sur les avancées de Boris Johnson

Publié le 24 octobre 2019
Boris Johnson et Bruxelles se sont entendus sur un texte de divorce. La date reste en suspens.
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Boris Johnson et Bruxelles se sont entendus sur un texte de divorce. La date reste en suspens.

L'interminable sortie de la Grande-Bretagne de l'Union Européenne est interprétée par beaucoup comme un échec cinglant pour les Brexiteers. A force de répéter comme un mantra que le vote de 2016 fut une décision absurde et que l'Union Européenne doit s'accommoder de cette absurdité, les médias ne font plus attention quand il se passe quelque chose de décisif. Avant-hier, 22 octobre 2019, Boris Johnson a obtenu un soutien à son nouvel accord avec l'Union Européenne avec trente voix d'avance: 329 députés ont voté pour et 299 ont voté contre. C'e'st la première chose qu'il faut souligner: Theresa May avait vu son accord rejeté par trois fois. Boris Johnson l'a fait adopter du premier coup ! Voilà pour la première fois depuis longtemps un élément de sortie de crise. Alors, oui, les députés se sont ensuite appliqué à neutraliser en partie leur premier vote. 322 contre 308 ont décidé qu'il leur fallait plus de temps que trois jours pour voter la loi d'application de l'accord. Seuls 5 sur 19 des députés travaillistes qui ont voté, contre la discipline de leur parti, l'accord de Johnson ont aussi voté en faveur d'une mise en oeuvre rapide. Il n'y a pas que les travaillistes. Les unionistes nord-irlandais du DUP ont dans les deux cas voté contre Johnson, drôle de remerciement pour un Premier ministre qui a mis fin au backstop. 

En fait, pour bien comprendre le Brexit, il faut voir que les Britanniques sont en train de sortir de la démocratie post-moderne, pour inventer la démocratie du XXIè siècle, qui n'a pas encore de nom. La démocratie post-moderne, c'est celle de John Bercow, Philipp Hammond, Jo Swinson, Arlene Foster ou Jeremy Corbyn: chacun n'en fait qu'à sa tête et pousse des cris d'orfraie lorsqu'il est rappelé au sens du collectif, au bien commun. On ne dit ni oui ni non mas "oui et non" en permanence car un oui ou un non clairs sont des agressions de l'individu. La grammaire est fasciste disent toutes les postmodernes depuis que Barthes leur a mis cette idée dans la tête. En face, Boris Johnson est consistant. Il ne pense pas que ses compatriotes doivent être éternellement condamnés à subir les vapeurs d'individus privilégiés et pour qui le Brexit est à l'origine d'une cure psychanalytique sans fin. Il pense qu'un oui est un oui, un non est un non. Les Britanniques ont voté non. Les parlementaires doivent dire oui à un texte qui met en oeuvre le Brexit. Le Premier ministre a tenu parole: la Grande-Bretagne est en mesure de sortir de l'UE au 31 octobre. Mais une partie des parlementaires a encore des atermoiements. Ces enfants gâtés ne voient pas que chaque jour qui passe signifie des versements supplémentaires à l'UE. Ce n'est pas leur argent, c'est l'argent du contribuable. 

La crise de la démocratie libérale est en fait une crise de l'individualisme absolu qui caractérise la modernité. Boris Johnson fait advenir la démocratie conservatrice, celle qui pense que l'on est comptable vis-à-vis des générations dont nous sommes les héritiers mais aussi vis-à-vis du peuple, de tout le peuple. Un homme, une voix. Aucune ne pèse plus que les autres. C'est la démocratie de toujours. L'individualisme post-moderne nous fait évoluer vers une sorte de dictature molle, une oligarchie décadente. C'est dans cet état que se trouvent la France ou l'Allemagne. La Grande-Bretagne revigore la démocratie. Le processus est lent et douloureux. Mais Boris Johnson le fait aboutir.     

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 26/10/2019 - 10:30
Hiris
Votre pensée sent le ...fâné
Puisque les anglais sont pétris de regrets, cela devrait dissuader les autres de commettre les mêmes bêtises ( chacun sait que les anglais n'ont fait que cela, comme par exemple payer de beaucoup de vies les conneries qui nous ont conduites à...1940) et alors, pourquoi ne pas organiser un référendum sur le ....frexit que les français rejetteraient avec horreur comme ils ont approuvé Maastricht. Evidemment, faudrait faire le tri: BHL voterait par procuration pour les autres et Caron pour les animaux.....
Vous êtes tout simplement décérébré !
evgueniesokolof
- 25/10/2019 - 22:03
même Bendidons
Nous fait une déprime....du coup il se contente de trois mots! Ouf!!!!
Et oui bravo Husson mais c'est pas parce que Bendidons a encore mangé son caleçon qu'on va ouvrir une bouteille
Hiris
- 25/10/2019 - 14:07
Le Brexit dont vous parlez n existe pas
Il a été voté par des retraités en milieu rural qui n avait qu'une idée en tête "le retour de la grande Angleterre " oui mais celle d avant avec toutes ses colonies ,sa richesse ,sa puissance ,sans émigrés d où qu' ils viennent,et toute leur capacité à agir comme bon leur semble . Ceux qui ont voté pour l on fait pour de mauvaises raisons et pleurent maintenant qu' on leur a mal expliqué, qu' ils voteraient différemment. Ne vous en déplaise ils ne sont pas les précurseurs d une nouvelle forme de démocratie, mais les anciens chantres royalistes d une grandeur évanouie et qui ne reviendra jamais .Les jeunes eux ,quand ils ont voté ont voté CONTRE le Brexit, persuadés que le Brexit c était has Been ,c est la génération Erasmus.Leur intérêt professionnel,leur manière d être, trouvait son épanouissement dans l Europe.Si ce Brexit était légitime dans l esprit des gens ,il serait en place depuis longtemps ,les députés ne sont que les porte voix du peuple .