En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

04.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 19 sec
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 2 min 22 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 2 min 35 sec
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 6 min 57 sec
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 16 heures 4 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 18 heures 6 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 19 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 21 heures 32 sec
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 23 heures 43 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 23 heures 59 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 1 min 21 sec
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 2 min 29 sec
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 6 min 41 sec
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 15 heures 44 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 16 heures 22 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 19 heures 5 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 20 heures 19 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 21 heures 5 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 23 heures 51 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 1 jour 2 min
© Philip FONG / AFP
© Philip FONG / AFP
Non-violence

"Résistance civile non-violente" et destruction de la démocratie

Publié le 23 octobre 2019
Yves Michaud aborde le thème de la résistance civile non-violente. La nouvelle politique de la "résistance non-violente" se fait aujourd’hui dans la rue, sur les réseaux sociaux, à la télé, sur Youtube. Elle est en passe de détruire la démocratie et la violence gagne de plus en plus de terrain.
Yves Michaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Michaud est philosophe. Reconnu pour ses travaux sur la philosophie politique (il est spécialiste de Hume et de Locke) et sur l’art (il a signé de nombreux ouvrages d’esthétique et a dirigé l’École des beaux-arts), il donne des conférences dans le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Michaud aborde le thème de la résistance civile non-violente. La nouvelle politique de la "résistance non-violente" se fait aujourd’hui dans la rue, sur les réseaux sociaux, à la télé, sur Youtube. Elle est en passe de détruire la démocratie et la violence gagne de plus en plus de terrain.

La résistance civile non-violente a été longtemps considérée comme un mode d’action politique éminemment respectable de la part de citoyens niés ou de personnes humiliées. L’exemple de référence était celui du mouvement de libération conduit par Gandhi en Inde dans les années 1920 contre la puissance coloniale britannique. 

La désobéissance civile avait pour elle d’éviter le piège de la violence qui finit toujours par contaminer ceux qui la pratiquent et de promouvoir une relation au pouvoir et à la politique engageant un rapport autre à l’existence, aux autres et à  la nature.

Les objections à la non-violence portaient d’un côté sur son ancrage dans des spiritualités extrême-orientales éloignées de celles du reste du monde et d’un autre sur son angélisme face à des adversaires sans scrupules. Comme l’a montré le massacre de la place Tian’anmen en 1989, une répression sans états d’âme vient aisément à bout des convictions pacifistes.

Il me semble que nous sommes confrontés depuis peu à un paradoxe de taille : celui de formes de résistance civile non-violente elles-mêmes chargées de violence. 

Les exemples de ce qu’il faut bien appeler une non-violence violente sont nombreux un peu partout.

En Asie, les manifestations à Hong Kong contre la volonté de main-mise accrue de la Chine populaire font partie de ces nouvelles formes d’action auxquelles on oppose non pas les blindés mais des forces anti-émeute. De même au Venezuela dans le conflit larvé et durable entre la clique militaire de Maduro-Chavez et les anti-autoritaires  En France, les affrontements entre Zadistes et forces de l’ordre sur plusieurs sites ont montré comment des occupants en principe pacifistes s’opposent violemment aux tentatives pour faire respecter des décisions de justice  condamnant des occupations illégales. Pour ne rien dire du mouvement récent des Gilets jaunes qui s’est toujours présenté comme civique et pacifique alors même que les manifestations dégénéraient.

Des exemples encore plus récents sont fournis par les manifestations indépendantistes en Catalogne et les interventions dans plusieurs pays du collectif écologiste Extinction-Rébellion. 

En Catalogne, les CDR (comités de défense de la République…) et le « mouvement » Tsunami-démocratique protestent « pacifiquement » contre le verdict du procès fait aux leaders indépendantistes tout en menant des occupations de l’espace public, des blocages de la vie économique et des attaques violentes contre les forces de l’ordre. Ce fut déjà le cas  lors du référendum illégal sur l’indépendance du 1er octobre 2017, qui conduisait au procès de ces leaders. 

Quant aux interventions du collectif écologiste Extinction Rébellion (à Paris, à Londres, à Bruxelles), elles sont pacifiques au plan des déclarations, mais n’en constituent pas moins des violences caractérisées en bloquant des quartiers et en occupant des établissements commerciaux ou publics.

Cette « non-violence violente » a plusieurs explications.

D’abord, bien sûr, les techniques de communication instantanées facilitent l’appel à l’action et la coordination des acteurs. Elles facilitent aussi la diffusion en direct et en boucle des images des événements, y compris en les grossissant  ou en les déformant (ce fut le cas aussi bien en Catalogne que pour la crise des Gilets jaunes). Dans le même temps, les forces anti-émeutes sont, elles, sous la surveillance constante de « médias journalistiques » plus ou moins impartiaux ou partisans, avec une asymétrie patente entre des manifestants pacifistes qui ne sont tenus ni par des consignes de partis ni par des règlements institutionnels et, à l’inverse, des forces de l’ordre liées par leur doctrine d’emploi, par le droit et par les impératifs  politiques tout courts.

Ce qui conduit à un second facteur essentiel, la protection inégale créée par l’hypertrophie et la complexification de l’État de droit. 

Toute action est aujourd’hui « juridicisable » mais dans des conditions et selon des principes qui avantagent considérablement les non-violents violents. On sait que, par principe, la responsabilité ne peut pas être collective. Les messageries cryptées occultent les meneurs. Les faits ne sont jamais solidement établis et le flagrant délit est quasiment impossible à établir. Les manifestants sont de plus en plus souvent masqués. Les interpellations et interventions préventives sont exclues. Les interdictions de manifester ne peuvent être prononcées puisqu’il n’y a ni organisateurs ni services d’ordre et que tout émane de la colère «spontanée » du peuple.

Ce qui laisse libre cours à un troisième facteur : l’intervention de casseurs qui sont, eux, ouvertement violents, et profitent des situations pour mener leurs politiques groupusculaires, avec ou sans la complicité bienveillante des non-violents agissant par procuration.

Mon intention n’est ni de condamner ni de célébrer ces mouvements mais d’identifier et de décrire des formes d’action politique inédites, qui obligent les forces de l’ordre et les responsables politiques  à inventer des réponses nouvelles elles aussi. Ils y parviennent avec plus ou moins de succès et plus ou moins de réactivité en adaptant les techniques de maintien de l’ordre (on l’a vu avec les hésitations tactiques de la Préfecture de police de Paris face aux manifestations des Gilets jaunes), en recourant à des armes non létales ou incapacitantes, en admettant aussi de laisser le champ relativement libre aux protestataires afin d’éviter les affrontements trop durs et les bavures. Le monopole de la violence n’appartient en tout cas plus à l’État et les non-violents ne sont plus aussi non violents qu’ils le prétendent.

La conséquence la plus grave de ces situations, qui concernent, pour l’essentiel, les pays dits démocratiques (on n’a pas encore vu de zadistes en Arabie saoudite…)  passe en revanche trop inaperçue dans le tsunami des images et des tweets : ces pratiques remettent foncièrement en cause deux des piliers de l’organisation démocratique : la force du vote et le pouvoir des juges. On l’a vu avec la ZAD de Notre-Dame des Landes qui a mis en échec un référendum régional aux résultat fort clairs et plusieurs décisions de justice. On le voit ces jours-ci en Catalogne où les indépendantistes restent encore très minoritaires électoralement et s’opposent frontalement aux juges du Tribunal suprême espagnol qui est au sommet de la hiérarchie judiciaire d’un pays européen jusqu’à nouvel ordre démocratique, quelque chose entre la Cour de cassation et le Conseil constitutionnel.

La nouvelle politique de la « résistance non-violente » se fait aujourd’hui dans la rue, sur les réseaux sociaux, à la télé, sur Youtube. Elle est en passe de détruire la démocratie. Beaucoup des acteurs de ce nouveau pacifisme s’en réjouissent sans se souvenir ou sans savoir que pas mal de citoyens ont jadis donné leur vie pour obtenir le droit de voter et le respect des principes du droit, ces vieilles lunes….

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 23/10/2019 - 16:19
Des gouvernements qui depuis
Des gouvernements qui depuis 1968 renoncent à faire appliquer les lois, un exécutif qui a tellement pris l'habitude de baisser son froc devant les zadistes, les casseurs, les feignasses, les musulmans, qu'il le garde maintenant sur les chaussures pour gagner du temps d'où cette politique des "petits pas"....pour satisfaire les demandes des minorités à fort pouvoir de nuisance, renonçant ainsi à tout ce qui relève de l'intérêt public....