En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
ça vient d'être publié
light > Insolite
L'habit ne fait pas le moine
Elle simule un voyage à Bali depuis Ikea
il y a 5 heures 16 min
pépites > International
La gestion politique du Coronavirus
Un avocat chinois arrêté pour avoir critiqué la gestion de l'épidémie par les autorités
il y a 6 heures 27 sec
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "Le fantôme d'Aziyade" de Pierre Loti : Quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 8 heures 27 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 heures 3 min
décryptage > Société
Engagez-vous qu'ils disaient

Piot Pavlenski : artiste, voyou, les deux ?

il y a 11 heures 56 min
décryptage > Politique
Honneur au courage malheureux

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

il y a 12 heures 39 min
décryptage > Economie
Jalousie

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

il y a 13 heures 4 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite : le secteur de l‘assurance fait le pari d’être moins cher et plus efficace que la sécurité sociale ...

il y a 13 heures 40 min
décryptage > Politique
Post Griveaux

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

il y a 15 heures 25 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 1 jour 6 heures
pépites > International
Le Camp des saints
La population grecque redoute l'invasion migratoire
il y a 5 heures 39 min
pépites > Politique
Nouveau rebondissement
La compagne de Piotr Pavlenski mise en examen
il y a 6 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Tu seras un homme, mon fils" de Pierre Assouline : Un portrait inattendu, saisissant et remarquable de Rudyard Kipling

il y a 8 heures 56 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

il y a 11 heures 24 min
décryptage > Politique
A l'école du politique

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

il y a 12 heures 12 min
décryptage > Religion
Pas d'amalgames

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

il y a 12 heures 40 min
décryptage > Politique
Pas d'union à l'horizon

Municipales : Marine Le Pen maintient sa fervente opposition à l’union (locale) des droites

il y a 13 heures 19 min
décryptage > Société
Je t’aime moi non plus

Liaison fatale : avoir ou ne plus avoir un smartphone, telle est la question

il y a 14 heures 57 min
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 1 jour 6 heures
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 1 jour 7 heures
© ERIC PIERMONT / AFP
© ERIC PIERMONT / AFP
Atlantico Business

Renault en plein chaos post Ghosn

Publié le 19 octobre 2019
Renault a annoncé jeudi soir qu'il revoyait à la baisse ses objectifs financiers. Cette annonce intervient après le récent limogeage de son directeur général Thierry Bolloré. En Bourse, le titre s'est effondré de 12%.
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aude Kersulec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Voir la bio
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Renault a annoncé jeudi soir qu'il revoyait à la baisse ses objectifs financiers. Cette annonce intervient après le récent limogeage de son directeur général Thierry Bolloré. En Bourse, le titre s'est effondré de 12%.

Après le départ de Bolloré la semaine dernière, nouveau coup dur pour le constructeur qui avertit sur ses résultats et désespère la Bourse.

A peine installée, la nouvelle Directrice générale par intérim, Clotilde Delbos n’a pas pu éviter d’annoncer de mauvaises nouvelles. Le ton sombre, la dirigeante a prévenu que Renault devait réduire ses perspectives de chiffre d'affaires par rapport au chiffre annoncé initialement (qui prévoyait déjà une stabilité de chiffre d’affaire pour 2019) et surtout une baisse de bénéfice.

Officiellement, c’est l’affaiblissement de l’économie mondiale qui pèse sur les ventes. Et c’est vrai que beaucoup de constructeurs automobiles dans le monde sont touchés par des baisses d’activités et particulièrement en Europe, où le durcissement de la réglementation contre la pollution est venu toucher directement la profitabilité des constructeurs.

Mais officieusement, il est évident que les difficultés internes et les incertitudes ont empêché l’entreprise de réagir et de répondre aux déséquilibres.

D’abord, la disparition de Carlos Ghosn a évidemment traumatisé le monde de l’automobile quand, du jour au lendemain, la tête pensante de Renault et de Nissan depuis 15 ans a disparu, quand le management de transition a mis du temps à être institué et que malgré ça, on voit que le binôme Jean-Dominique Sénard, dirigeant expérimenté de chez Michelin et Thierry Bolloré, dont on peut penser qu’il avait été coaché par Ghosn, n’a pas fonctionné. Il aura fallu que les deux hommes ne s’entendent vraiment pas pour que le premier apprenne à l’autre sa révocation probable par voie de presse.

Ce que Jean-Dominique Sénard aurait reproché à Thierry Bolloré, c’est d’avoir une gestion brutale : un manque de communication, une défiance affichée vis-à-vis des partenaires japonais de Nissan. Le tout mêlé à une stratégie non convaincante : afin de garder un niveau de cash disponible, il avait été lancé des plans d'économies tous azimuts mais surtout, l’entreprise payait ses fournisseurs avec des retards de paiement pour stopper l'hémorragie de cash.

Et à côté, des dépenses jugées trop importantes avec un recours massif à des consultants extérieurs, venant de chez BCG. Ce qui a largement été critiqué en interne : trop cher, trop invasif et même déstabilisant pour l’entreprise, car certains consultants sont même venus prendre la place de certains managers. Sauf qu’on leur reproche de ne pas être des « car guys », des « gars de l’automobile ».

On a donc assisté à une « fuite des talents ». Renault devient bien moins attractif que son concurrent Peugeot-Citroën, dont la gouvernance est maintenant stabilisée et particulièrement prometteuse avec Carlos Tavares.

Deuxième élément, la crise conjoncturelle, liée au ralentissement mondial. Renault avait misé beaucoup sur les pays émergents, parce que c’était là qu’il y avait des leviers de croissance. Mais les émergents sont plus touchés par le ralentissement mondial que les pays riches, donc sur ces marchés, Renault est particulièrement vulnérable, comme c’est le cas en Turquie ou en Argentine.

Enfin, la crise au sein de l’Alliance Renault Nissan. Les directions des deux entreprises ont toutes les deux changé plusieurs fois dans l’année après le départ de Carlos Ghosn, qui assurait la cohésion. Les liens qui existaient entre managers sont donc à reformer à chaque nouvelle direction, ce qui prend du temps et ne permet de prendre les décisions adéquates au bon moment.

Nissan est dans une mauvaise posture, se prenant en pleine face le ralentissement du marché chinois, sur lequel il est très implanté. En juillet, Nissan a déclaré que ses bénéfices pour le premier trimestre étaient en baisse de 99 % par rapport à l'année précédente et qu'ils allaient devoir supprimer des milliers d'emplois dans le monde entier. Sauf que Renault est actionnaire à hauteur de 45% de Nissan, donc la mauvaise santé de Nissan engendre de mauvais dividendes pour Renault et des difficultés de revenus.

Sans compter l’affaire de la fusion avec Fiat n’a fait que raviver le feu entre les deux partenaires. Renault a commencé les négociations sans en avertir Nissan, ce que Nissan a mal pris et a donc fait savoir que de leur côté, ils étaient hostiles à cette fusion. D’autant que l’Etat français, principal actionnaire n’aura pas été d’une habileté suprême,

Dans ce contexte, la nouvelle direction a de nombreux défis devant elle.

Clotilde Delbos, directrice générale par intérim, a demandé une révision de la stratégie et a dit au personnel que l'entreprise devrait " faire certains choix " en matière de dépenses.

"Nous supposons une réduction significative du dividende et pensons que Renault pourrait devoir envisager de vendre des actifs, y compris des actions Nissan, pour défendre son bilan" analyse un expert de chez Jefferies.

Vendre des actions Nissan, pour mieux se reprocher de l’Italie ? La fusion avec Fiat est encore plus que jamais dans l’air du temps.

Dans l’industrie automobile, il faut produire en quantité pour faire des économies d’échelle, encore plus quand les nouveaux sont technologiques avec l’autonomie, la connectivité, l’énergie…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pierre de robion
- 21/10/2019 - 22:56
La situation s'améliore!
Certes c'est ce que j'entends dans les médias, mais quand je fit l'inventaire des nouvelles rapportées par les journaux , je me demande où est le "fake"! Et qui joue du pipeau!
gerint
- 20/10/2019 - 11:55
On ne remplace pas facilement
Un gars comme Carlos Ghosn qui d’après plusieurs personnes que je connais disent unanimement qu’ils ont été impressionnés par la trempe du bonhomme. L’Etat Français n’a os été à la hauteur dans cette affaire. Clotilde Delbos et nommée en intérim. C’est une directrice financière pas un grand patron
Hiris
- 19/10/2019 - 21:31
A aucun moment l article n aborde la scandaleuse façon dont
Renault a viré C.Goshn au lieu de le soutenir face au pustch de Nissan et la déplorable gestion de l injustice japonaise .Rajouté au silence assourdissant de l état Francais face au traitement extrêmement violent qu' à subi un de nos grands patrons sans aucun jugement probant ,et dans des conditions inhumaines pour un occidental du pays des droits de l homme ! Comme si tout ça ne pesait pas dans la dégringolade actuelle ? Quel est l inconscient parmi les cadres dirigeants qui va vouloir bosser pour eux desormais ? On ne va pas pleurer sinon pour les emplois perdus dans une France de X chômeurs....Reviens Carlos ,ils sont devenus fous !!!,