En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

04.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

07.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
light > Sport
"Etat de santé confidentiel"
Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1
il y a 7 heures 52 min
pépite vidéo > Santé
Prouesse médicale
Une opération de deux soeurs siamoises s'est déroulée avec succès
il y a 8 heures 48 min
pépites > Santé
Réponse du gouvernement
Crise à l'hôpital : Emmanuel Macron dit avoir "entendu la colère et l'indignation" et promet des mesures fortes
il y a 10 heures 9 min
décryptage > Société
Rhétorique hochet

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

il y a 11 heures 29 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 13 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 12 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 13 heures 15 min
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 14 heures 38 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 15 heures 40 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 16 heures 27 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 17 heures 5 min
pépites > Europe
Voix de la France
La candidature de Thierry Breton à la Commission européenne a été validée par les eurodéputés
il y a 8 heures 23 min
pépites > International
Lourd bilan
Cessez-le-feu à Gaza après deux jours d'affrontements
il y a 9 heures 50 min
pépite vidéo > France
Incendie
Le toit de la mairie d'Annecy a été ravagé par les flammes
il y a 10 heures 41 min
pépites > France
Coup de sang
Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"
il y a 11 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 13 heures 7 min
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 14 heures 13 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 15 heures 19 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 15 heures 52 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 16 heures 52 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 17 heures 11 min
© SYLVAIN THOMAS / AFP
© SYLVAIN THOMAS / AFP
Bonnes feuilles

La douloureuse question du suicide dans la police

Publié le 19 octobre 2019
Frédéric Péchenard publie "Lettre à un jeune flic" aux éditions Tallandier. La police va mal, malmenée pendant la crise des gilets jaunes, accablée par le manque de moyens, le surmenage et les suicides. L’ex-directeur de la Police nationale, Frédéric Péchenard, fait le point sur sa passion pour ce métier et les mesures à prendre d’urgence. Extrait 1/2.
Frédéric Péchenard. Ancien Directeur général de la Police nationale, il est actuellement Vice - Président LR de la Région Ile - de - France en charge des questions de sécurité. Depuis septembre 2018, il est également maître de conférences à Sciences-Po...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fréderic Péchenard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Péchenard. Ancien Directeur général de la Police nationale, il est actuellement Vice - Président LR de la Région Ile - de - France en charge des questions de sécurité. Depuis septembre 2018, il est également maître de conférences à Sciences-Po...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Péchenard publie "Lettre à un jeune flic" aux éditions Tallandier. La police va mal, malmenée pendant la crise des gilets jaunes, accablée par le manque de moyens, le surmenage et les suicides. L’ex-directeur de la Police nationale, Frédéric Péchenard, fait le point sur sa passion pour ce métier et les mesures à prendre d’urgence. Extrait 1/2.

À force d’être confronté quotidiennement à ce que la société a de plus sombre, de plus laid, ne risquez-vous pas de « tout voir en noir » ? Cette question vous inquiète, à juste titre. Même si ce monde parallèle où tout semble aller de travers, où plus aucun code n’est respecté, ne représente qu’une part infime de la société, une petite minorité de voyous, de délinquants ou d’asociaux de tous poils, certains policiers succombent à cette sinistrose qui peut, parfois, se transformer en dépression et avoir des conséquences dramatiques. Pour preuve le premier des fléaux que connaît notre institution depuis des décennies, et contre lequel il est extrêmement difficile de lutter : le suicide. 

Parmi les causes multifactorielles qui peuvent conduire à cet acte ultime, il en est une qui tient une place importante : le sentiment de ne pas être respecté, d’accomplir une mission dénuée de sens quand la justice ne remplit pas son rôle soit par laxisme, soit par manque de moyens (faute de places dans les prisons, une peine inférieure à six mois de prison n’a par exemple que fort peu de chances d’être exécutée aujourd’hui, j’y reviendrai). Si vous y ajoutez des conditions de travail dégradées et des horaires élastiques, vous comprendrez aisément pourquoi certains flics peuvent se montrer désabusés. 

C’est donc un fait, terrible et incontournable : il y a beaucoup plus de suicides dans la Police nationale que dans le reste de la population, à comparaison égale (corps social similaire en âge et en sexe).

Flics et suicide : des chiffres à prendre en compte

La police dénombre en moyenne une quarantaine de suicides par an, avec des années noires : 

1996 : 70 
2015 : 55 
2018 : 35

L’année 2019 ne semble pas s’ouvrir sous de meilleurs auspices. Alors que j’écris ces lignes, 46 policiers se sont suicidés depuis le 1er janvier, dont une policière, à Guainville, en Eure-et-Loir. Début mars, en l’espace de quarante-huit heures, 3 policiers se sont donné la mort. L’un au commissariat de Limoges, un autre à Dunkerque et un troisième dans les Yvelines.

Le phénomène a pris une ampleur telle début 2019 que les médias en ont fait leurs unes, inspirant bien involontairement la haine et l’insondable bêtise de certains gilets jaunes. Que ce soit à Paris, lors de l’acte XXIII du mouvement, le 20 avril, où des manifestants ont crié : « Suicidez-vous, suicidez-vous ! » aux forces de l’ordre, ou à Montpellier, fin avril, où des gilets jaunes venus soutenir l’un des leurs qui comparaissait devant la justice pour des saccages de biens publics et privés ont cru bon d’entonner un chant faisant l’éloge du suicide d’une policière survenu quelques jours plus tôt : « La capitaine, pan, pan, pan ! Elle est où, la capitaine ? Pan, pan, pan ! Un flic suicidé est un flic à moitié pardonné. » Bien sûr, les médias, les hommes politiques, tous bords confondus, et l’opinion publique dans son écrasante majorité ont condamné ces propos dénués de toute humanité. Des paroles, même si elles sont le fait d’une minorité, qui laisseront des traces, et pas seulement chez les policiers les plus fragiles. 

Face à cette haine et à cette bêtise, je ne puis que vous conseiller de resserrer vos rangs, de montrer plus que jamais que la police est une grande famille qui ne laisse jamais tomber l’un des siens. C’est aussi la direction qu’a choisie l’actuel DGPN, Éric Morvan, qui, dans une note interne, a évoqué un « constat douloureux » devant « amener collectivement à nous rappeler le devoir de soutien de toute la chaîne hiérarchique, du chef de service à l’encadrement de proximité, et la solidarité entre collègues ». Ses mots sont justes. Ils doivent vous interpeller, vous, futurs policiers, gardiens, officiers ou commissaires. Que ces mots restent gravés en vous, qu’ils deviennent une ligne de conduite : « soutien de la chaîne hiérarchique, solidarité entre collègues ». Plus que jamais, l’esprit d’équipe doit être votre leitmotiv, ne laissez pas un collègue, ni un de vos hommes, ni un de vos camarades, sombrer dans la solitude, gardez l’œil ouvert, l’oreille aux aguets, avant que ne soit commis l’irréparable. 

Si vous restez vigilant, il ne sera pas si compliqué de repérer les signes avant-coureurs d’une crise chez un collègue dont vous partagerez le quotidien : une fatigue inhabituelle, des accès de colère, une tendance à vouloir s’isoler, à ne plus parler, à rester sur son lieu de travail plus longtemps qu’à l’accoutumée… À l’image de cet ancien policier dont le témoignage diffusé sur LCI est bien symptomatique :

J’allais y laisser ma peau, raconte-t-il. Ça reste encore un sujet tabou d’aller voir un psychologue, un psychiatre, d’aller voir la hiérarchie pour dire : « Ça ne va pas, je ne me sens pas bien. » C’est un sujet tabou parce que, quelque part, on est un fonctionnaire de police, on doit donc être quelque part un surhomme.

Souvenez-vous : garder un œil sur les membres de votre équipe est la première des préventions. Un jour ou l’autre, vous serez forcément confronté à un collègue en difficulté. Ne passez pas à côté de lui. Ne prononcez pas cette phrase qu’on entend trop souvent, cette phrase un peu facile que j’ai moi-même prononcée, qui permet de se dédouaner à bon compte : « On n’a rien vu venir. » Je ne crois pas à cette affirmation. Généralement, pour peu qu’on prête un peu attention à ceux avec qui on travaille, on voit venir. Dans un tel cas, vous aurez le devoir d’alerter votre hiérarchie ou les services sociaux.

À l’époque où j’étais DGPN, nous nous étions penchés sur cette gangrène qui ronge la Police nationale, et d’une manière plus générale l’ensemble des forces de l’ordre, la gendarmerie connaissant malheureusement une situation comparable. À cette occasion, j’avais demandé une étude à l’Inserm. 

Premier constat : il y a plus d’hommes que de femmes dans la Police nationale, contrairement au reste du corps social – trois quarts des fonctionnaires de police sont des hommes. Or, sachant que les hommes se suicident plus que les femmes, on considère qu’il est logique qu’il y ait plus de suicides dans la police. Ce qui ne résout pas pour autant le problème, évidemment beaucoup plus complexe ! Les causes d’un suicide étant toujours multifactorielles, il est impossible d’affirmer que ces actes désespérés sont dus aux seules difficultés rencontrées par le policier dans l’accomplissement de sa mission, même si cela y participe de toute évidence, et probablement pour une large part. C’est donc souvent une accumulation de facteurs qui conduit à ce geste, sans qu’il soit toujours possible d’en connaître le détail.

Second constat : il y a plus de morts dans la police qu’ailleurs. Pour le dire autrement, il y a moins de suicides « ratés ». Les policiers ayant une arme et 60 % de ceux qui se suicident l’utilisant pour ce faire, ils se « ratent » moins que les autres personnes. Par ailleurs, lorsque quelqu’un pense au suicide, il ne passe pas forcément à l’acte immédiatement. Il peut s’écouler un délai salvateur de quelques heures, voire de quelques jours, à l’inverse d’un policier, qui, son arme à portée de main, peut passer à l’acte dans la seconde.

Extrait du livre de Frédéric Péchenard, "Lettre à un jeune flic", publié aux éditions Tallandier

Lien vers la boutique Amazon : ICI 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

04.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

07.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
NIKKO
- 20/10/2019 - 11:06
Sujet délicat ..
"" Si vous restez vigilant, il ne sera pas si compliqué de repérer les signes avant-coureurs d’une crise chez un collègue dont vous partagerez le quotidien : une fatigue inhabituelle, des accès de colère, une tendance à vouloir s’isoler, à ne plus parler, à rester sur son lieu de travail plus longtemps qu’à l’accoutumée… À l’image de cet ancien policier dont le témoignage diffusé sur LCI est bien symptomatique ""

Quand c'est déjà vu, lu, entendu, on se lasse et l'on a du mal à croire que ces propos sortent de la bouche d'un DGPN .. Il faisait quoi avant ?? Sinon, la couverture du livre devrait porter d'autres **valeurs** que la tête du DG de service ** ( ex.. pardon, c'est toujours les ex **) Et puis tu mets l'ouvrage sur les pupitres, dans les écoles .. en question, et tu ne t'étonnes pas d'avoir sur les bras une "" crise des vocations ""
Bon, je me dis aussi que c'est le métier qui te choisis .. et en plus ils reçoivent des ordres, parait-il, venus d'en haut ..
Allez tchao ..
evgueniesokolof
- 20/10/2019 - 09:04
Ah bon....
Pechenard croit bon de rappeler quelques propos de Gilets Jaunes pour les fustiger. Il fait bien d'aborder le sujet
On rappellera que le flic est un individu à double visage: face au Gilet Jaune qui manifeste contre la morgue des aristocrates du Macronistan, il cogne, il éborgne, il mutile. Face à la racaille des banlieues, il détale à toutes jambes, se fait porter pâle ou n'est tout simplement pas la car les ordres sont de ne pas y aller.
Pechenard s'est signalé comme un des délégués à lé sécurité routière les plus répressifs car , c'est bien connu, la délinquance routière c'est pire que Daesh et au surplus, même pas besoin de Mollah pour convaincre ces salauds de rouler à 90 quand c'est limité à 80!
Alors.....TA GUEULE PECHENARD !
AZKA
- 19/10/2019 - 17:03
@assougoudrel
La racaille d'extrême gauche porte des robes de juges...mur de cons.