En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

02.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

07.

Le Coronavirus, occasion forcée de se "débarrasser" de la mondialisation ? Petits contre-arguments pour ne pas jeter le bébé (de notre prospérité) avec l’eau du virus

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Pandémie

Coronavirus : quand la nature se remet à nous faire peur

il y a 1 heure 29 sec
pépites > Environnement
Justice
La société Lubrizol a été mise en examen pour "atteinte grave" à la santé et à l’environnement suite à l'incendie de son site de Rouen
il y a 10 heures 24 min
light > Culture
Grande famille du cinéma français ?
45e cérémonie des César : Brigitte Bardot publie un message de soutien à Roman Polanski qui "sauve le cinéma de sa médiocrité"
il y a 11 heures 40 min
light > Economie
Nominations
Nicolas Sarkozy et Guillaume Pepy vont entrer au conseil de surveillance de Lagardère
il y a 13 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Hokusai, Hiroshige, Utamaro. Les grands maîtres du Japon" : splendeurs du Japon à Aix-en-Provence: Les Maîtres de l’époque Edo (1600-1867)

il y a 16 heures 4 min
pépites > Santé
Etat de santé
L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"
il y a 18 heures 15 min
pépites > Santé
Virus en sommeil
Une femme japonaise contracte le coronavirus une seconde fois après avoir été guérie
il y a 21 heures 16 min
pépite vidéo > Politique
Double langage ?
Didier Guillaume arrache le micro d'un journaliste après une question sur l'abattoir Sobeval
il y a 22 heures 13 min
décryptage > Société
Réaction politique

Injustice intergénérationnelle : les dangers d'une génération extorquée

il y a 23 heures 8 min
décryptage > Politique
A mort !

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

il y a 23 heures 58 min
décryptage > Santé
Crise de l'hôpital français

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

il y a 1 heure 25 min
pépites > Justice
Centre hospitalier de Mont-de-Marsan
Claude Sinké, l’auteur présumé des coups de feu à la mosquée de Bayonne, est mort
il y a 10 heures 58 min
pépites > Santé
Nouveau bilan
38 cas de coronavirus ont été identifiés en France dont 12 liés au patient infecté dans l’Oise
il y a 12 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Russie et la France, de Pierre Le Grand à Lénine" de Hélène Carrère d’Encausse, de l’Académie française : une mine d’informations sur le passé… avec une trop brève réflexion sur l’avenir !

il y a 15 heures 55 min
pépite vidéo > Santé
Difficultés du monde hospitalier
Emmanuel Macron interpellé par un médecin sur la crise des hôpitaux
il y a 17 heures 33 min
pépites > Justice
"Pendaison" et Ancien Régime
L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon
il y a 20 heures 20 min
pépites > Santé
Coronavirus
Emmanuel Macron à la Pitié-Salpêtrière : "On a devant nous une épidémie" qu'il va falloir "affronter au mieux"
il y a 21 heures 49 min
décryptage > Politique
Réforme(s)

Edouard Philippe, patron de Licence IV, Bruno Le Maire, gérant d’auto-école

il y a 22 heures 49 min
décryptage > Politique
Passage en force

Recours au 49-3 : cet ultime baril de poudre qu'Emmanuel Macron roule dans la fabrique d'allumettes

il y a 23 heures 40 min
décryptage > Défense
Graal du XXIeme siècle ?

Défense : le retard technologique de la France s’accumule

il y a 1 jour 16 min
© LOIC VENANCE / AFP
© LOIC VENANCE / AFP
Green-Washing

Quand les Etats européens trichent avec les règles de comptabilité pour faire croire à leur vertu énergétique

Publié le 17 octobre 2019
Un nombre de plus en plus importants d'États européens envisagent d'utiliser des techniques comptables douteuses pour remplir les objectifs d'économies d'énergie mis en place par la Commission Européenne. Une pratique qui conduit à s'interroger sur l'efficacité des directives énergétiques européennes.
Chercheur à l'institut Sapiens. Economiste formé à l'Université de Strasbourg, particulièrement intéressé aux questions européennes.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Axel Vallée
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chercheur à l'institut Sapiens. Economiste formé à l'Université de Strasbourg, particulièrement intéressé aux questions européennes.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un nombre de plus en plus importants d'États européens envisagent d'utiliser des techniques comptables douteuses pour remplir les objectifs d'économies d'énergie mis en place par la Commission Européenne. Une pratique qui conduit à s'interroger sur l'efficacité des directives énergétiques européennes.

Atlantico : Quelles sont les méthodes utilisées par ces pays (République Tchèque par exemple) pour remplir les exigences d'économie d'énergie de la directive sur l'efficacité énergétique ?

Axel Vallée : Tout d’abord, il faut rappeler que l’objectif de cette directive est de mesurer les efforts effectués par chaque pays membre dans la baisse de production de gaz à effet de serre, indicateur principal de la lutte contre le réchauffement climatique. L’Europe pose donc une question simple : montrer par quels moyens vont être atteints au niveau national les objectifs qui ont été fixés au niveau communautaire

C’est à ce moment que la difficulté apparaît, chaque pays dispose d’une méthode comptable différente, les politiques publiques menées dans ce domaine sont différentes, et il est difficile de quantifier les impacts de ces mesures.

L’élément principal réside dans la temporalité des mesures, celles qui ont été mises en place hier continueront à avoir un impact demain. C’est la stratégie de certains pays comme la République Tchèque par exemple. Une augmentation de la TVA sur le carburant il y a 5 ans continue d’avoir des effets positifs aujourd’hui sur la réduction de la production de gaz à effet de serre. Ces pays calculent la production de gaz à effet de serre qu’il y aurait si cette taxe n’avait pas été mise en place. Assurément la consommation énergétique aurait été aujourd’hui plus élevée.

Si on accepte cet argument c’est la porte ouverte à des mesures de bricolage budgétaire pour respecter les directives européennes. On comprend rapidement que ce type de stratégie remet en cause l’intérêt même de la directive.

Au-delà même de la stratégie consistant à contourner la directive européenne, on constate bien que la mesure de l’impact environnemental est une affaire délicate. Cette année en France et pour la première fois, Bercy décide de publier les mesures environnementales de son projet de budget pour l’année 2020 dans un « livret de la transition écologique ». On retrouve des mesures effectivement chiffrables et fer de lance d’une politique en faveur de l’environnement, comme l’instauration d’une taxe sur les billets d’avion. Mais dans le même temps, on retrouve le maintien de mesures à contre-sens de la politique environnementale, comme l’exonération de taxe sur le gazole utilisé dans le secteur routier ou dans le BTP.

 

En quoi est-ce lié au fait que les objectifs européens sont trop élevés ou que l'orientation générale est sujette à caution ?

Le problème ne vient pas tant de la difficulté à atteindre les objectifs européens fixés. Ces objectifs sont élevés, mais cela provient du fait que l’Europe est un des meilleurs élèves mondiaux sur la production de gaz à effet de serre. Pour un euro de PIB produit, c’est en Europe que la production énergétique dépensée pour l’obtenir est la plus faible. L’orientation générale elle-même est claire, le rôle de l’Europe dans les négociations internationales pour la lutte contre le réchauffement climatique n’est plus à défendre.

Le problème vient surtout de l’hétérogénéité des États-membres. En 30 ans, on estime que la production d’électricité aura généré en Allemagne environ 10 milliards de tonnes de CO2, là où la production française en aura généré 1,5 milliards. Quand la France fait le choix du nucléaire, l’Allemagne a fait le choix du charbon. Les différentes politiques nationales entrainent des difficultés à tracer un cadre communautaire clair et stable dans le temps.

Il faut tout de même souligner l’objectif global de tous les pays européens sur les énergies renouvelables, c’est dans ce secteur que les efforts sont coordonnés aujourd’hui, et le seront plus encore à l’avenir.

 

Ce cas semble également révélateur des problèmes de transparence de l'Union sur ces enjeux énergétiques. Est-ce qu'il n'y a pas une volonté de conserver une façade verte sans regarder l'efficacité dans le détail ?

La question de la politique énergétique ne touche pas uniquement au domaine de l’environnement et de la lutte contre le réchauffement climatique. Il ne faut pas oublier les considérations géopolitiques et économiques qui sont fortement liées à la question énergétique.

Une fois encore, la politique de l’Union est dépendante avant tout des politiques énergétiques nationales. Lorsque l’Allemagne souhaite mettre fin à sa production d’électricité au charbon, c’est vers le gaz qu’elle va devoir se tourner, les énergies renouvelables ne permettant pas à l’heure actuelle d’assurer la production nécessaire. La production au gaz dépendra donc nécessairement des grandes puissances qui en produisent, comme la Russie et de plus en plus les États-Unis qui développent le gaz de schiste dans cet objectif d’indépendance énergétique.

Prenons l’hypothèse d’une politique forte de l’Union Européenne qui souhaiterait voir disparaître les véhicules diesel pour les remplacer par des véhicules électriques. L’objectif énergétique et environnemental est tout à fait louable, mais les conséquences géopolitiques n’en sont pas moins importantes. La production de batterie se fait principalement aujourd’hui en Chine, de même que les panneaux photovoltaïques. Faut-il vraiment faire des choix environnementaux qui nous placeraient en situation de dépendance vis-à-vis de la Chine, responsable de 24% des émissions mondiales de CO2 ?

En conclusion, l’avenir de la politique énergétique européenne se situe avant tout dans la capacité de l’Europe à innover pour anticiper les besoins et les solutions de demain. Cela lui permettrait de se mettre à l’abri de la dépendance énergétique envers d’autres grandes puissances, et permettrait une véritable harmonisation à termes des mix énergétiques nationaux.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

02.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

07.

Le Coronavirus, occasion forcée de se "débarrasser" de la mondialisation ? Petits contre-arguments pour ne pas jeter le bébé (de notre prospérité) avec l’eau du virus

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 17/10/2019 - 11:01
Des dirigeants qui trichent ? Quelle surprise !
L'objectif réel est de se regarder le nombril et d'en tirer gloire.
Dépendances au gaz russe et aux batteries chinoises ne sont pas évoquées officiellement, du moment qu'on atteint des buts arbitraires et stupides (sans avouer qu'ils le sont), qui sont surtout prétextes à augmenter des taxes supposément vertueuses.
On oublie aussi que plus il y aura de voitures électriques, plus il faudra augmenter la production d'électricité: comme ça ne pourra pas se faire avec des éoliennes et que le nucléaire doit reculer, ce sera avec du pétrole et du gaz, voire du charbon.
Ça ressemble à l'agriculture bio en Europe: pour produire les pesticides bio qu'on utilise (ben ouais, il en faut), il faut les importer de pays pauvres où ils poussent grâce à des pesticides chimiques... Mais chut ! il ne faut pas le dire.