En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

04.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

05.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

06.

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

07.

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 15 heures 49 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 16 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 19 heures 26 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 19 heures 38 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 20 heures 38 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 21 heures 45 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 23 heures 5 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 23 heures 27 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 23 heures 30 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 23 heures 30 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 16 heures 21 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 17 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 19 heures 30 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 20 heures 7 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 21 heures 20 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 22 heures 34 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 23 heures 12 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 23 heures 28 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 23 heures 30 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 23 heures 30 min
© DELIL SOULEIMAN / AFP
© DELIL SOULEIMAN / AFP
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

Publié le 16 octobre 2019
Les récents développements de la guerre en Syrie illustrent de manière patente la faillite des Occidentaux et constituera sans nul doute un nouveau cas d’école de ce à quoi conduit le manque de réalisme.
Laurent Leylekian
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Leylekian est analyste politique, spécialiste de la Turquie.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les récents développements de la guerre en Syrie illustrent de manière patente la faillite des Occidentaux et constituera sans nul doute un nouveau cas d’école de ce à quoi conduit le manque de réalisme.

Au départ pourtant, la distribution des rôles était claire : le méchant Bachar sous influence du diabolique Poutine d’un côté ; de l’autre les gentils Occidentaux soutenant tout à la fois les braves Kurdes seul rempart contre l’Etat islamique, et les rebelles « qui font du bon boulot ». A terme, un régime syrien promis à disparaître, ses dirigeants trainés devant la Cour Pénale Internationale et l’avènement de la démocratie en Syrie sous l’égide d’une communauté internationale unanime représentée par son fondé de pouvoir local, la Turquie.

8 ans après le début du conflit – et même si l’avenir n’est jamais écrit – on est bien loin de ce scenario hollywoodien. Au prix d’un nombre incalculable de victimes civils, l’Etat syrien est en passe de recouvrer sa souveraineté sur la quasi-totalité de son territoire après que les Kurdes du Rojava aient été conjointement lâchés par les Américains qui les armaient, par les Européens qui les encourageaient et par les Russes qui les laissaient faire. 

Même si la comparaison à ses limites, l’instrumentalisation du mouvement national kurde en ce début de 21ème siècle ressemble à s’y méprendre à celle dont fut l’objet le mouvement national arménien au début du 20ème siècle. Il est du reste possible qu’à terme, la région autonome du Kurdistan irakien devienne la seule assise territoriale d’un futur Etat kurde comme l’ancienne Arménie « russe » est devenue celle de la République d’Arménie. 

Quoi qu’il en soit, les dernières évolutions du conflit viennent jeter une lumière crue sur quelques vérités factuelles dont il faudra bien finir par tenir compte. Vérité numéro un donc, Donald Trump tient sa promesse de désengager les Etats-Unis de conflits qui ne l’intéressent pas. En bon businessman, le président américain préfère les deals éventuellement assorties de pressions économiques et politiques plutôt que de s’embourber dans des Vietnam qui nuiraient à ses affaires comme à sa côte de popularité. Que le locataire de la Maison Blanche soit otage ou non de secrets détenus par Erdogan relatifs à l’affaire Zarrab est assez secondaire. Cela semble d’ailleurs n’être d’aucun effet comme en atteste l’annonce de sanctions sévères décrétées par Trump contre la Turquie, sanctions assorties d’une déclaration à la sémantique inouïe entre deux « alliés » de l’OTAN. Au-delà du cas d’espèce, il est fort probable que nous assistions à un retour de fond à la tendance isolationniste des Etats-Unis ou, en tout cas, aux conséquences de leur désintérêt pour l’Ancien Monde. Sous d’autres modalités certes, Trump ne fait que poursuivre un mouvement initié par Obama et qui pourrait conduire à une géopolitique du monde totalement différente de celle que nous connaissons depuis un siècle.

Vérité numéro deux, la Russie est tranquillement en train de s’imposer comme faiseur de rois régional. Loin de toute position idéologique et peut-être même de tout plan préconçu, Poutine se révèle un stratège aussi pragmatique qu’opportuniste avançant ses pions à l’exact rythme du retrait américain. Pour la plupart des leaders régionaux, accoutumés à des rapports de force, Moscou apparaît à la fois comme un partenaire fiable et crédible en ce que ses lignes rouges sont clairement énoncées et leur transgression dûment punies. Après s’être servi du mouvement kurde syrien, le blanc-seing donné par Lavrov à Ankara ne pouvait que contraindre les combattants du Rojava – à Mounboundj, à Kobané ou à Tel-Abyad – à céder leurs positions à l’armée régulière syrienne pour éviter le massacre généralisé. Coup de maître, digne de Bismarck ou de Talleyrand : Quelle que soit in fine « l’isobare » territoriale entre Ankara et Damas, c’est Moscou qui gagne en contrôlant désormais l’un et l’autre. Et la toute dernière visite de Poutine en Arabie Saoudite, ancienne chasse gardée américaine, montre si besoin en était le prestige et l’influence que le dirigeant russe exerce maintenant sur un Proche-Orient en passe de troquer la pax americana par une pax russiana.

Vérité numéro trois, l’Alliance atlantique n’a plus d’alliance que le nom et d’atlantique que l’illusion. Les fractures internes au prétendu bloc occidental sont restées masquées tant qu’a perdurée la menace soviétique. On peut même soupçonner les atlantistes d’avoir continué d’agiter le cadavre de l’URSS pendant presque trois décennies aux seules fins de masquer ces fractures. Mais il est aujourd’hui patent que la Turquie n’a jamais cessé d’être un Etat impérialiste et hostile à l’Europe que seule l’ombre de Moscou a limité – durant l’intermède kémaliste – dans ses velléités expansionnistes. Face à cette menace existentielle, on mesure mieux la lâche trahison des élites européennes d’avoir confié la sécurité des frontières orientales de l’Union à cette autocratie à laquelle on ne peut plus refuser grand’ chose. Privé de son tuteur américain, les Etats européens, désunis, veules et velléitaires s’enfoncent chaque jour un peu plus dans l’insignifiance géopolitique de simples objets de l’Histoire, avant peut-être de n’être plus que des territoires à conquérir, vierges de tout véritable pouvoir politique. Dans ce sinistre tableau, la question de la pertinence d’un archaïsme aussi manifestement inadapté à la situation géopolitique que l’OTAN est peut-être de la dernière importance.

Charité bien ordonnée commençant par soi-même, il reste à espérer un sursaut par lequel les dirigeants européens cesseraient de confondre les intérêts bien compris de leurs concitoyens avec ceux d’une Humanité dont – pour paraphraser Kissinger – on cherchera en vain le numéro de téléphone. C’est sans doute à cette aune plus qu’à toute autre qu’il faut apprécier la vigoureuse résurgence des mouvements dits « populistes », qui traduisent en vérité l’angoisse de nations qui ne veulent pas mourir et qui, mues par un égoïsme bienvenu, préféreront toujours leur bien-être et leur « vivre-ensemble », le seul qui vaille, à toute Assomption opérée en réalité à leur détriment. Si en 1939, même les nationalistes ne voulaient pas « mourir pour Dantzig », comment en 2019 reprocher aux « citoyens du monde » de ne pas vouloir mourir pour Kobané ?

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gpo
- 16/10/2019 - 13:46
Après avoir insulté Bachar
ces irresponsables occidentaux qui ont armé les islamistes, comptent sur lui pour sauver les kurdes...Beurk,
Au secours de gaulle, de villiers, Soubelet...