En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 13 heures 7 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 15 heures 38 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 17 heures 40 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 19 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 19 heures 25 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 19 heures 46 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 20 heures 3 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 20 heures 6 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 20 heures 7 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 20 heures 11 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 13 heures 34 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 17 heures 25 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 19 heures 20 sec
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 19 heures 20 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 19 heures 32 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 19 heures 52 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 20 heures 5 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 20 heures 7 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 20 heures 7 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 20 heures 11 min
© DELIL SOULEIMAN / AFP
© DELIL SOULEIMAN / AFP
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

Publié le 16 octobre 2019
Les récents développements de la guerre en Syrie illustrent de manière patente la faillite des Occidentaux et constituera sans nul doute un nouveau cas d’école de ce à quoi conduit le manque de réalisme.
Laurent Leylekian
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Leylekian est analyste politique, spécialiste de la Turquie.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les récents développements de la guerre en Syrie illustrent de manière patente la faillite des Occidentaux et constituera sans nul doute un nouveau cas d’école de ce à quoi conduit le manque de réalisme.

Au départ pourtant, la distribution des rôles était claire : le méchant Bachar sous influence du diabolique Poutine d’un côté ; de l’autre les gentils Occidentaux soutenant tout à la fois les braves Kurdes seul rempart contre l’Etat islamique, et les rebelles « qui font du bon boulot ». A terme, un régime syrien promis à disparaître, ses dirigeants trainés devant la Cour Pénale Internationale et l’avènement de la démocratie en Syrie sous l’égide d’une communauté internationale unanime représentée par son fondé de pouvoir local, la Turquie.

8 ans après le début du conflit – et même si l’avenir n’est jamais écrit – on est bien loin de ce scenario hollywoodien. Au prix d’un nombre incalculable de victimes civils, l’Etat syrien est en passe de recouvrer sa souveraineté sur la quasi-totalité de son territoire après que les Kurdes du Rojava aient été conjointement lâchés par les Américains qui les armaient, par les Européens qui les encourageaient et par les Russes qui les laissaient faire. 

Même si la comparaison à ses limites, l’instrumentalisation du mouvement national kurde en ce début de 21ème siècle ressemble à s’y méprendre à celle dont fut l’objet le mouvement national arménien au début du 20ème siècle. Il est du reste possible qu’à terme, la région autonome du Kurdistan irakien devienne la seule assise territoriale d’un futur Etat kurde comme l’ancienne Arménie « russe » est devenue celle de la République d’Arménie. 

Quoi qu’il en soit, les dernières évolutions du conflit viennent jeter une lumière crue sur quelques vérités factuelles dont il faudra bien finir par tenir compte. Vérité numéro un donc, Donald Trump tient sa promesse de désengager les Etats-Unis de conflits qui ne l’intéressent pas. En bon businessman, le président américain préfère les deals éventuellement assorties de pressions économiques et politiques plutôt que de s’embourber dans des Vietnam qui nuiraient à ses affaires comme à sa côte de popularité. Que le locataire de la Maison Blanche soit otage ou non de secrets détenus par Erdogan relatifs à l’affaire Zarrab est assez secondaire. Cela semble d’ailleurs n’être d’aucun effet comme en atteste l’annonce de sanctions sévères décrétées par Trump contre la Turquie, sanctions assorties d’une déclaration à la sémantique inouïe entre deux « alliés » de l’OTAN. Au-delà du cas d’espèce, il est fort probable que nous assistions à un retour de fond à la tendance isolationniste des Etats-Unis ou, en tout cas, aux conséquences de leur désintérêt pour l’Ancien Monde. Sous d’autres modalités certes, Trump ne fait que poursuivre un mouvement initié par Obama et qui pourrait conduire à une géopolitique du monde totalement différente de celle que nous connaissons depuis un siècle.

Vérité numéro deux, la Russie est tranquillement en train de s’imposer comme faiseur de rois régional. Loin de toute position idéologique et peut-être même de tout plan préconçu, Poutine se révèle un stratège aussi pragmatique qu’opportuniste avançant ses pions à l’exact rythme du retrait américain. Pour la plupart des leaders régionaux, accoutumés à des rapports de force, Moscou apparaît à la fois comme un partenaire fiable et crédible en ce que ses lignes rouges sont clairement énoncées et leur transgression dûment punies. Après s’être servi du mouvement kurde syrien, le blanc-seing donné par Lavrov à Ankara ne pouvait que contraindre les combattants du Rojava – à Mounboundj, à Kobané ou à Tel-Abyad – à céder leurs positions à l’armée régulière syrienne pour éviter le massacre généralisé. Coup de maître, digne de Bismarck ou de Talleyrand : Quelle que soit in fine « l’isobare » territoriale entre Ankara et Damas, c’est Moscou qui gagne en contrôlant désormais l’un et l’autre. Et la toute dernière visite de Poutine en Arabie Saoudite, ancienne chasse gardée américaine, montre si besoin en était le prestige et l’influence que le dirigeant russe exerce maintenant sur un Proche-Orient en passe de troquer la pax americana par une pax russiana.

Vérité numéro trois, l’Alliance atlantique n’a plus d’alliance que le nom et d’atlantique que l’illusion. Les fractures internes au prétendu bloc occidental sont restées masquées tant qu’a perdurée la menace soviétique. On peut même soupçonner les atlantistes d’avoir continué d’agiter le cadavre de l’URSS pendant presque trois décennies aux seules fins de masquer ces fractures. Mais il est aujourd’hui patent que la Turquie n’a jamais cessé d’être un Etat impérialiste et hostile à l’Europe que seule l’ombre de Moscou a limité – durant l’intermède kémaliste – dans ses velléités expansionnistes. Face à cette menace existentielle, on mesure mieux la lâche trahison des élites européennes d’avoir confié la sécurité des frontières orientales de l’Union à cette autocratie à laquelle on ne peut plus refuser grand’ chose. Privé de son tuteur américain, les Etats européens, désunis, veules et velléitaires s’enfoncent chaque jour un peu plus dans l’insignifiance géopolitique de simples objets de l’Histoire, avant peut-être de n’être plus que des territoires à conquérir, vierges de tout véritable pouvoir politique. Dans ce sinistre tableau, la question de la pertinence d’un archaïsme aussi manifestement inadapté à la situation géopolitique que l’OTAN est peut-être de la dernière importance.

Charité bien ordonnée commençant par soi-même, il reste à espérer un sursaut par lequel les dirigeants européens cesseraient de confondre les intérêts bien compris de leurs concitoyens avec ceux d’une Humanité dont – pour paraphraser Kissinger – on cherchera en vain le numéro de téléphone. C’est sans doute à cette aune plus qu’à toute autre qu’il faut apprécier la vigoureuse résurgence des mouvements dits « populistes », qui traduisent en vérité l’angoisse de nations qui ne veulent pas mourir et qui, mues par un égoïsme bienvenu, préféreront toujours leur bien-être et leur « vivre-ensemble », le seul qui vaille, à toute Assomption opérée en réalité à leur détriment. Si en 1939, même les nationalistes ne voulaient pas « mourir pour Dantzig », comment en 2019 reprocher aux « citoyens du monde » de ne pas vouloir mourir pour Kobané ?

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gpo
- 16/10/2019 - 13:46
Après avoir insulté Bachar
ces irresponsables occidentaux qui ont armé les islamistes, comptent sur lui pour sauver les kurdes...Beurk,
Au secours de gaulle, de villiers, Soubelet...