En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

03.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

04.

Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19

05.

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

06.

Nord Stream 2 : le pipeline voulu par l’Allemagne qui met le feu aux relations entre les Etats-Unis et l’Europe

07.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

06.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

06.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

ça vient d'être publié
light > Insolite
L'or sur
Voici un mystérieux masque d'or pour se protéger de la Covid-19
il y a 3 heures 58 min
pépites > Sport
Respect piloté
Des pilotes posent un genou à terre avant le départ du grand prix d'Autriche
il y a 5 heures 20 min
pépites > France
Un incendie pas encore éteint
Pour la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France la crise a été gérée sans prise en compte de principes fondamentaux
il y a 5 heures 58 min
pépites > Education
Médaille en chocolat
Dans certaines académies, on félicite les enseignants avec des badges
il y a 7 heures 39 sec
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Ce trou noir monstrueux dévore l'équivalent d'un Soleil par jour ; Pour coloniser Mars, il faudra au moins 110 personnes »
il y a 10 heures 22 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

il y a 10 heures 25 min
décryptage > Environnement
"Grandes villes vertes"

Ecologie et économie sont-ils compatibles ?

il y a 10 heures 42 min
décryptage > Politique
Un vélo nommé problème

Aurelien Véron : « La politique anti-voitures d’Anne Hidalgo est extrême et quasi sectaire »

il y a 10 heures 55 min
décryptage > Santé
Téléphonie addictive

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

il y a 11 heures 39 min
décryptage > International
De l'eau dans le gaz

Nord Stream 2 : le pipeline voulu par l’Allemagne qui met le feu aux relations entre les Etats-Unis et l’Europe

il y a 12 heures 19 min
pépites > International
Il y a toujours pire ailleurs
L'Angleterre réouvre les pubs dans la cacophonie générale
il y a 4 heures 31 min
pépites > Politique
Speedy Castex
À peine arrivé à Matignon, Jean Castex veut "aller vite"
il y a 5 heures 39 min
light > Insolite
La revanche des singes
En Thaïlande, les singes font la loi dans la ville
il y a 6 heures 17 min
pépite vidéo > Media
ONPC c'est fini
ONPC touche à sa fin, voici le best-of des clashs de l'émission
il y a 9 heures 51 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les leçons du combat d’une urgentiste contre le coronavirus

il y a 10 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Les femmes de" par Caterina Bonvicini

il y a 10 heures 26 min
décryptage > International
Retour Ottoman

L'expansionnisme turc aura-t-il raison de l'OTAN ?

il y a 10 heures 44 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19
il y a 11 heures 22 min
décryptage > Loisirs
À consommer avec modération

Moscow Mule et cocktails vegans : petite liste des long drinks tendances de l’été

il y a 11 heures 56 min
décryptage > France
Abandon de souveraineté

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

il y a 12 heures 40 min
© BERTRAND GUAY / AFP
© BERTRAND GUAY / AFP
Dysfonctionnement

Attaque à la Préfecture de police : critiquer les dérives de l'islam est une question de responsabilité pour les musulmans de France

Publié le 15 octobre 2019
Jeudi 3 octobre, un salarié de la Préfecture de police de Paris assassinait quatre de ses collègues, avant d'être lui-même abattu par les forces de l'ordre. Une semaine après, Christophe Castaner était auditionné par la commission des Lois du Sénat, afin de mettre au jour les dysfonctionnements qui auraient rendu cette attaque contre l'Etat possible.
Ardavan Amir-Aslani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jeudi 3 octobre, un salarié de la Préfecture de police de Paris assassinait quatre de ses collègues, avant d'être lui-même abattu par les forces de l'ordre. Une semaine après, Christophe Castaner était auditionné par la commission des Lois du Sénat, afin de mettre au jour les dysfonctionnements qui auraient rendu cette attaque contre l'Etat possible.

Que ce soit le ministre de l'Intérieur, ses collègues de la Préfecture de police de Paris ou ses coreligionnaires de la mosquée de Gonesse, tout le monde s'attache à dépeindre Mickaël Harpon, 45 ans, originaire de la Martinique et salarié de la Préfecture depuis vingt ans, comme un homme « qui n'a jamais présenté de difficultés comportementales » ni « le moindre signe d'alerte ». Un homme en couple, « sans histoires », dont la seule particularité était d'être sourd. Si son handicap ne gênait en rien l'exercice de ses fonctions comme agent administratif au service informatique, l'homme reste néanmoins présenté comme « un solitaire n'ayant pas beaucoup d'amis » et passant beaucoup de temps sur Internet. 

 

Cet homme normal, converti à l'Islam depuis 2008, avait pourtant déjà fait l'objet d'un signalement peu après l'attentat contre Charlie Hebdo en janvier 2015 – qu'il avait légitimé. Plus étonnant encore, Mickaël Harpon appartenait à la Direction du renseignement de la Préfecture, où les agents sont accrédités au secret défense et font systématiquement l'objet d'une enquête approfondie avant d'être intégrés. Embauché il y a vingt ans (donc bien avant sa conversion à l'Islam), il y aurait acquis selon son propre témoignage une forme de stabilité. Mais depuis lors, vraisemblablement, l'évolution de son profil psychologique n'a pas été suivie, ou a été largement sous-estimée. D'après sa compagne placée en garde à vue depuis l'évènement, il aurait ainsi eu une « crise de démence » la nuit précédant l'attaque. Ce passage à l'acte tragique est l'aboutissement d'une radicalisation passée totalement inaperçue, d'un « signal faible qui n'a pas été exploité comme il aurait dû l'être », comme le soulignait Eric Morvan, le directeur général de la police nationale. Mais, précisément, pourquoi ne n'a t-il pas été ? 

 

Les faits soulèvent deux questionnements : d'une part, évoquer l'Islam dans le débat public semble poser de plus en plus de difficultés. De peur de se voir accusés d'islamophobie, les partis de droite comme de gauche n'osent pas aborder un sujet potentiellement clivant. Pourtant, le lien de plus en plus récurrent de l'Islam avec la violence nécessiterait, au nom de la protection des personnes et plus largement de l'intérêt général, que de réelles questions soient posées : sur le mode de financement des lieux de culte, sur la provenance et l'obédience des prédicateurs, sur l'isolement dans lequel certains quartiers et certaines populations fragiles sont abandonnés, en faisant des proies faciles pour les versions les plus extrémistes de l'Islam. 

 

D'autre part, on observe bien qu'il y a, depuis de longues années, un silence coupable, non seulement de la classe politique française, mais aussi des musulmans de France. La réaction des musulmans de Gonesse est à ce titre révélatrice : un état de sidération face à l'évènement, et l'inquiétude de voir leur mosquée considérée comme l'antichambre du terrorisme. Pourtant, les imams de la mosquée locale - Ahmed Hilali, imam adjoint, révoqué depuis vendredi, et Hassan el Haouri, imam référent, toujours en poste – ont la réputation d'être « controversés »... Ahmed Hilali était « fiché S » depuis 2015, mais la raison de ce fichage reste à ce jour encore à préciser. L'association musulmane de Gonesse, en charge du lieu de culte, nie néanmoins que l'assaillant se soit radicalisé dans cette mosquée. Plus que de la gêne et de la crainte, c'est de la colère qu'on serait en droit d'attendre de la part des musulmans de France, de voir ainsi une communauté entière placée en accusation à cause des crimes de quelques-uns. Le Conseil français du culte musulman a beau avoir dénoncé « ces actes criminels commis prétendument au nom de l'Islam » et réaffirmé « son engagement à œuvrer aux côtés des responsables des lieux de culte pour (…) prévenir toute forme de radicalisation », sa parole est tout aussi inaudible que celle d'un Etat protecteur incapable de se protéger lui-même. C'est, de part et d'autre, un mutisme ou une panique quasi totale que l'on observe. 

 

C'est là que les Français issus de l'immigration, qu'ils viennent du Maghreb ou d'autres pays de culture musulmane, et dont les parcours sont marqués par la réussite, ont un rôle fondamental à jouer pour réintroduire l'islam dans le débat public. Outre qu'ils ont la légitimité nécessaire pour parler du sujet – on pourrait difficilement les accuser de racisme ou d'islamophobie – ils peuvent devenir des role-models (héros positifs), des figures avec lesquelles les membres de la communauté musulmane française peuvent s'identifier. Dans le silence assourdissant, ou les contre-vérités, qui entourent désormais la question de l'islam en France, eux que l'on entend peu doivent désormais s'exprimer, critiquer, proposer. Il en va de l'avenir d'une communauté de 10 à 15 millions de personnes, gangrenées par l'obscurantisme alors qu'elles vivent dans un pays qui leur offre un vaste champ d’opportunités.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
abracadarixelle
- 16/10/2019 - 09:04
les dérives de l'islamisme
Critiquer les dérives de l'islamisme ? Mais justement on ne les entend pas et trop de ceux qui parlent jouent le misérabilisme ( stigmatisés, pas ma faute, gna gna) pour expliquer sinon justifier les assassinats !
jurgio
- 15/10/2019 - 14:32
Ce n'est pas aux musulmans à corriger leurs dérives
mais à l'État qui les a accueillis. Tout champ de blé ou de maïs peut sembler prometteur mais cache ses adventices. On ne demande pas aux fontaines de faire couler trop d'eau, on les tarit.
Benvoyons
- 15/10/2019 - 13:39
Il y a heureusement des consciences

http://memri.fr/2016/06/23/le-poete-syrien-adonis-le-poete-syrien-adonis-si-les-arabes-ne-separent-pas-la-religion-de-letat-ils-disparaitront/