En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 1 min 46 sec
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 35 min 9 sec
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 57 min 21 sec
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 1 heure 32 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 2 heures 17 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 2 heures 43 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 15 heures 37 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 17 heures 15 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 20 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 21 heures 3 min
pépite vidéo > Politique
Insécurité
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 5 min 33 sec
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 39 min 9 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 1 heure 20 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 2 heures 10 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 2 heures 39 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 2 heures 46 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 16 heures 9 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 18 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 20 heures 42 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 21 heures 50 min
© Reuters
© Reuters
Opération "printemps de la paix"

Syrie : multi jeux de dupes autour des Kurdes (et des djihadistes de Daesh)

Publié le 14 octobre 2019
L’opération "printemps de la paix" (ou "source de paix") déclenchée le 9 octobre par la Turquie le long de sa frontière avec la Syrie à l’Est de l’Euphrate attire la vindicte de l’ensemble de la communauté internationale, mais à des degrés divers et pour des raisons différentes. De plus, les éléments qui s'accélèrent ces derniers jours risquent de changer complètement la donne dans le pays.
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’opération "printemps de la paix" (ou "source de paix") déclenchée le 9 octobre par la Turquie le long de sa frontière avec la Syrie à l’Est de l’Euphrate attire la vindicte de l’ensemble de la communauté internationale, mais à des degrés divers et pour des raisons différentes. De plus, les éléments qui s'accélèrent ces derniers jours risquent de changer complètement la donne dans le pays.

Tout d’abord, il convient de se rappeler que ce n’est pas la première fois que les forces turques appuyées par (ou se servant comme prétexte ) des activistes syriens de l’"Armée nationale", une coalition fourre-tout où l’on retrouve des combattants turkmènes, des anciens de l’Armée Syrienne Libre - ASL - et des djihadistes "modérés" (comme si l’on pouvait être "djihadiste" et "modéré") entraînée et équipée par Ankara, s’emparent unilatéralement d’une partie du territoire syrien. En août 2016, une première opération baptisée "Bouclier de l’Euphrate" avait ainsi permis d’occuper une bande d’une quarantaine de kilomètres de profondeur allant de Jarabulus, localité située sur l’Euphrate, jusqu’à la province d’Afrin située plus à l’Ouest.

Cette invasion n’avait alors pas suscité de tollé international mais ce fut le cas pour la suivante, l’opération "Rameau d’Olivier" lancée en janvier 2018 pour chasser les hommes du PYD (parti de l'Union Démocratique syrien dont le bras armé est constitué du YPG - Unités de protection du peuple - et de son pendant féminin le YPJ). En effet, c’est à ce moment là que les Kurdes syriens avaient vu disparaître leur rêve d’établissement d’un État, le Rojava, s’étendant de la frontière irakienne à la province d’Afrin.

Pour mémoire, le PYD a la même idéologie que le PKK, l’"apoisme" (du surnom de son chef historique, Abdullah Öcalan incarcéré en Turquie depuis 1999) qui est un habile mélange de marxisme-léninisme, d’écologie et d'autogestion. Cette nouvelle idéologie est très populaire dans les milieux intellectuels européens ce qui explique ses réactions épidermiques quand le président Erdogan affirme que le PYD est le cousin germain du PKK, mouvement reconnu internationalement comme "terroriste". Leur réponse est claire : il faut sortir le PKK de cette liste noire.

Les réactions internationales.

Le président Trump qui dit tout et son contraire a d'abord affirmé que les États-Unis avaient trois options pour régler cette crise : la guerre (contre la Turquie), les sanctions (contre la Turquie) et des négociations entre Turcs et Kurdes. Pour faire pression sur la Turquie - mais surtout pour ne pas heurter l'opposition naissante chez les Républicains sensibles au "sujet kurde" - le président Trump a autorisé des sanctions contre la Turquie  mais, nuance importante, sans les mettre en oeuvre pour l'instant .  Le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, a fait savoir que les États-Unis pouvaient "neutraliser" l'économie turque "si nécessaire". Il a ajouté: "nous espérons que nous n'aurons pas à les utiliser".

Mais les Américains sont actuellement coincés du fait de leur importante présence militaire en Turquie, en particulier sur la base d’Inçirlik ou sont stationnées (entre autres) des armes nucléaires tactiques. De plus, la position géostratégique de ce pays en fait une fenêtre ouverte sur le Moyen Orient et sur la Russie. Les stations d’écoutes US sont nombreuses sur zone… Aller trop loin avec Ankara pourrait pousser ces installations militaires américaines dehors. C'est stratégiquement impensable mais Trump nous a surpris à plusieurs reprises! Et dimanche 13 octobre, le chef du Pentagone Mark Esper a annoncé le retrait de 1.000 soldats américains des forces spéciales actuellement présents dans le nord de la Syrie, "sur instructions" de Donald Trump. " Nos forces peuvent se retrouver prises en étau entre deux armées opposées qui avancent et c’est une situation intenable". Cela fait suite à l'annonce d'un accord conclu entre les Forces démocratiques syriennes (FDS) composées majoritairement des Kurdes et Damas qui devrait permettre à l'armée régulière syrienne de se déployer le long de la frontière. 

Les Européens (enfin certains pays comme le France, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, la Belgique, la Finlande, les Pays-Bas et la Pologne) hurlent au loup. L’intervention turque est illégale au regard du droit international. Pour la France et la Grande-Bretagne, c’est oublier un peu vite que l’intervention des forces spéciales (aux côtés des US) est tout aussi illégale car elle n’a pas été mandatée par l’ONU ni à la demande d’un pays membre de cette vénérable institution dont est toujours membre la Syrie gouvernée par le clan Assad. En réalité, les Européens voudraient pouvoir revenir politiquement au Proche-Orient, mais ils ne savent pas comment s'y prendre. De plus, la "cause kurde" est populaire au sein des opinions publiques. "Gronder" Ankara était donc impératif à des fins de politique intérieure tout en sachant que cela ne ferait que renforcer Erdogan dans sa détermination et son mépris de plus en plus marqué pour les dirigeants européens considérés comme des "donneurs de leçons" irresponsables. Il est suivi en cela par la majorité des partis politiques turcs dont ceux de l'opposition (en dehors des formations pro-Kurdes).  

La Syrie "officielle" condamne aussi l’intervention turque sur le plan du principe puisqu'il y a eu invasion de son territoire mais sait qu’il va lui être difficile de se déployer comme prévu le long de la frontière puisque toutes ses forces sont déjà engagées dans la lutte contre l’opposition islamique djihadiste  de Lattaquié en passant par Idlib puis à Palmyre jusqu'à Deir ez-Zor. De plus, une confrontation directe avec l’armée turque risque de tourner au désastre pour l’armée syrienne. Il y a d’ailleurs fort à parier que cela se ferait sous les applaudissements des Occidentaux qui n’ont pas renoncé à abattre le "boucher" Assad par n’importe quel moyen.

Seul problème : quelle serait la réaction des Russes et des Iraniens présents sur zone ? S’ils ne sont pas touchés directement, il est possible qu’ils observeraient une certaine neutralité tout en négociant discrètement en coulisses avec les Turcs, les Israéliens, et autres… Pour le moment, ils bougonnent pour se donner une posture mais sans plus tout en bloquant (en ce qui concerne Moscou et la Chine) systématiquement les initiatives occidentales à l'ONU. Il n'en reste pas moins que le président Vladimir Poutine se retrouve une fois de plus au centre du jeu avec tous les atouts de son côté.

Les pays arabes regroupés autour de Riyad protestent pour leur part énergiquement mais ne viendront pas au secours des Kurdes. Ils sont surtout tétanisés pour leur propre sécurité constatant que Washington est un "faux ami" qui peut les laisser tomber du jour au lendemain comme le fut le Sud-Vietnam, le Shah d’Iran puis les dirigeants égyptien et tunisiens en 2011. C’est étonnant cette méconnaissance de l’Histoire d’autant qu’"ils n’étaient pas présent en 1944 en Normandie" comme l’a clamé le président Trump à propos des Kurdes.

Le problème de Daech

Les Forces démocratiques syriennes ont annoncé avoir laissé partir "à leurs risques et périls" 600 prisonniers de Daech détenus à Ain Issa. Elles souhaiteraient maintenant confier la gestion des camps aux autorités légales de Damas!

En dehors du fait que l'on ne sait pas exactement combien d'activistes sont détenus (très souvent, ce sont les familles dont les membres peuvent toutefois se transformer en terroristes), le sort des fugitifs reste incertain. Ils vont d'abord devoir rejoindre des zones tenues par les djihadistes en Syrie ou en Irak mais leur périple n'est pas assuré car ils peuvent rencontrer de nombreux adversaires sur leur route, et pas seulement des forces gouvernementales. Par contre, il est envisageable que ceux qui y parviendront pourront utilement renforcer les rangs des "maquis clandestins" locaux qui sont toujours présents dans de nombreuses provinces du front syro-irakien. C'est là que se trouve la principale source d'inquiétude : la renaissance de Daech qui, de toutes façons, n'a jamais disparu.

Il est plus problématique - mais pas impossible - pour ces anciens prisonniers de rejoindre d'autres contrées car leur identité a été transmise à tous les services de la coalition. Ils savent qu'ils sont "attendus" aux frontières, particulièrement européennes. Ils peuvent plutôt tenter de rejoindre le continent africain via l'Égypte mais le périple est long et risqué. Il reste le Moyen-Orient (Afghanistan) et l'Extrême-Orient (Philippines, Indonésie). Seuls quelques isolés y parviendront car le trajet est semé d'embuches. Globalement, le risque terroriste islamique radical en Occident est aujourd'hui principalement endogène.  

La situation devrait perdurer et il est fort probable que les barbelés qui courent le long de la frontière turco-syrienne soient repoussés 30 kilomètres plus au Sud. Le terrain relativement peu accidenté est favorable à l'offensive, donc aux Turcs. A noter qu'ils n'ont pas encore engagé les gros moyens de la 2° Armée  - en particulier les chars de bataille - déployée au Sud-Est de la Turquie. A savoir que seulement 15 000 militaires turcs accompagneraient environ 10 000 miliciens dans cette première phase de l'opération. Cela est vraisemblablement à ne pas trop irriter Washington mais les choses peuvent désormais évoluer rapidement. Maintenant, c'est le risque du face à face entre Ankara et Damas qui va être à observer. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 15/10/2019 - 08:59
À force d'ajouter à notre sottise notre impuissance
Il est difficile de reprocher à Erdogan son mépris pour les dirigeants européens considérés comme des "donneurs de leçons" irresponsables et en particulier nos trois derniers présidents pour leur politique catastrophique et son échec total en Syrie.
lasenorita
- 14/10/2019 - 18:10
L'accord avec Damas..
Les forces kurdes ont annoncé, le 13 octobre, avoir conclu un accord avec Damas voir https://www.breizh-info.com/2019/10/14/128751/syrie-larmee-syrienne-se-deploie-le-long-de-la-frontiere-turco-syrienne-pour-soutenir-les-kurdes..je pense que Poutine les aidera puisque Trump ne veut plus aider les Kurdes.. en attendant les djihadistes, qui se sont sauvés des prisons kurdes,lors des bombardements d'Erdogan,sont en route vers l'Europe voir https://www.breizh-info.com/2019/10/14/128712/alerte-rouge-pour-le-service-national-du-renseignement-grec-kyp-arrivee-de-djihadistes-dans-les-iles-grecques..et ces djihadistes n'iront pas dans les ''pays musulmans'' (comme la Turquie :c'est Erdogan qui l'a dit)ils viendront en Europe où ils savent que 6 pays (dont la France) les accueilleront à ''bras ouverts''!..
lasenorita
- 14/10/2019 - 17:29
Erdogan...
La Turquie est en train d'annexer une bande du territoire syrien d'une trentaine de kilomètres de large, les Turcs attaquent au-delà des frontières syriennes.. Les Occidentaux ferment les yeux ou palabrent! Les bombes d'Erdogan ont permis à des milliers de djihadistes de se sauver des prisons kurdes, il aurait mieux fallu tuer ces criminels car, bientôt, on les retrouvera en France! Depuis 2013,l'U.E. verse des milliards à la Turquie au titre de sa demande de pré-adhésion à l'U.E....IL faudrait que l'U.E. cesse de verser tellement de sous(nos sous) à ces génocidaires et que la Turquie sorte de l'OTAN. .l'OTAN ayant été créé lors de la ''guerre froide'' entre l'Est et l'Ouest, le mur de Berlin étant démoli,cet organisme n'a plus de raison d'exister, il ne sert à RIEN….OTAN suspend ton vol...