En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
ça vient d'être publié
light > Insolite
L'habit ne fait pas le moine
Elle simule un voyage à Bali depuis Ikea
il y a 5 heures 30 min
pépites > International
La gestion politique du Coronavirus
Un avocat chinois arrêté pour avoir critiqué la gestion de l'épidémie par les autorités
il y a 6 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "Le fantôme d'Aziyade" de Pierre Loti : Quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 8 heures 41 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 heures 17 min
décryptage > Société
Engagez-vous qu'ils disaient

Piot Pavlenski : artiste, voyou, les deux ?

il y a 12 heures 9 min
décryptage > Politique
Honneur au courage malheureux

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

il y a 12 heures 53 min
décryptage > Economie
Jalousie

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

il y a 13 heures 17 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite : le secteur de l‘assurance fait le pari d’être moins cher et plus efficace que la sécurité sociale ...

il y a 13 heures 54 min
décryptage > Politique
Post Griveaux

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

il y a 15 heures 39 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 1 jour 6 heures
pépites > International
Le Camp des saints
La population grecque redoute l'invasion migratoire
il y a 5 heures 53 min
pépites > Politique
Nouveau rebondissement
La compagne de Piotr Pavlenski mise en examen
il y a 6 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Tu seras un homme, mon fils" de Pierre Assouline : Un portrait inattendu, saisissant et remarquable de Rudyard Kipling

il y a 9 heures 10 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

il y a 11 heures 37 min
décryptage > Politique
A l'école du politique

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

il y a 12 heures 26 min
décryptage > Religion
Pas d'amalgames

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

il y a 12 heures 53 min
décryptage > Politique
Pas d'union à l'horizon

Municipales : Marine Le Pen maintient sa fervente opposition à l’union (locale) des droites

il y a 13 heures 33 min
décryptage > Société
Je t’aime moi non plus

Liaison fatale : avoir ou ne plus avoir un smartphone, telle est la question

il y a 15 heures 11 min
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 1 jour 6 heures
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 1 jour 7 heures
© JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
© JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
Bonnes feuilles

La révolte des Gilets jaunes : le dernier avatar des populismes ?

Publié le 12 octobre 2019
Christophe Boutin, Olivier Dard, Frédéric Rouvillois et une centaine de contributeurs publient "Le Dictionnaire des populismes" (éditions du Cerf). Qu'est-ce que le populisme ? D'où vient-il ? Quels sont ses théoriciens ? Cet ouvrage regroupe 260 notices et entrées et permet de cerner ce qui est devenu une réalité incontournable de la vie politique contemporaine. Extrait 1/2.
Christophe Boutin est un politologue français et professeur de droit public à l’université de Caen-Normandie, il a notamment publié Les grand discours du XXe siècle (Flammarion 2009) et co-dirigé Le dictionnaire du conservatisme (Cerf 2017), et le Le...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Boutin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Boutin est un politologue français et professeur de droit public à l’université de Caen-Normandie, il a notamment publié Les grand discours du XXe siècle (Flammarion 2009) et co-dirigé Le dictionnaire du conservatisme (Cerf 2017), et le Le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Boutin, Olivier Dard, Frédéric Rouvillois et une centaine de contributeurs publient "Le Dictionnaire des populismes" (éditions du Cerf). Qu'est-ce que le populisme ? D'où vient-il ? Quels sont ses théoriciens ? Cet ouvrage regroupe 260 notices et entrées et permet de cerner ce qui est devenu une réalité incontournable de la vie politique contemporaine. Extrait 1/2.

La révolte française dite des «Gilets jaunes», du nom de ces gilets obligatoirement présents dans les véhicules et portés par les manifestants, est née en novembre 2018 du sentiment, éprouvé par une partie de la population, de l’impossibilité de se faire entendre du pouvoir. Ni les partis politiques, ni les syndicats n’ont en effet joué leur rôle de relais des inquiétudes ou des critiques des mesures prises, tandis que les médias enfermaient le pouvoir dans un autisme inquiétant. C’est donc de manière spontanée, et en usant des nouvelles technologies de la communication que le mouvement se structure : avec une pétition mise en ligne le 29 mai 2018 par une inconnue, Priscilla Ludosky, demandant une baisse des prix du carburant, et qui dépasse le million de signatures fin novembre; par un appel, sur Facebook, à un blocage national le 17 novembre, lancé le 10 octobre par deux autres anonymes, Eric Drouet et Bruno Lefevre; enfin par des vidéos devenues «virales» de Français en colère, dont celle de Jacline Mouraud (6 millions de vues en novembre). Le 17 novembre, 300 000 personnes auraient directement participé aux 2 000 points de blocage, selon un ministère de l’Intérieur dont les chiffres sont très contestés. Lors de cette première «journée des ronds-points», on voit s’y retrouver les représentants d’une France rurale et périurbaine, jeunes actifs, hommes et femmes, appartenant aux catégories populaires mais mordant largement sur les classes moyennes, et qui ne bénéficient ni des avantages des winners de cette mondialisation dans laquelle Emmanuel Macron veut ancrer sa start-up nation, ni des aides déversées sur d’autres catégories. C’est l’émergence en pleine lumière d’une France invisible diagnostiquée par certains chercheurs, la «France périphérique» de Christophe Guilluy, les «Somewhere» de David Goodhart, avec d’ailleurs, lors de ces premières journées beaucoup de «primo-manifestants» très peu politisés. Le soutien public au mouvement est immédiatement très fort: entre les 17 et 24 novembre, il est jugé légitime par 77% des Français (97% chez les électeurs de LFI, 86% au RN, 78% au PS, 74% à LR et... 41% à LaREM), qui le considèrent aussi comme «populaire» (81%), «luttant pour l’intérêt général» (78%) et «courageux», mais pour 43% seulement «efficace». 

Grisé par son succès, et soucieux de «faire masse», le mouvement décide de manifester à Paris, le samedi suivant 24 novembre d’abord (106 301 manifestants sur l’ensemble de la France, dont 8 000 à Paris), puis, une semaine plus tard, le 1er décembre, première manifestation qui comporte des actes de violence, fruits à l’époque des casseurs d’extrême gauche et de quelques pillards venus des banlieues. 

Les manifestations se succèdent de manière hebdomadaire, mais avec plusieurs changements. D’abord, la participation aux manifestations hebdomadaires du samedi (50 000 en tout selon le ministre de l’Intérieur de novembre 2018 à juin 2019) a décru très fortement au bout de cinq semaines, pour atteindre moins de 10 000 manifestants en juin 2019. Ensuite, les manifestants ont quitté les ronds-points de la France périphérique pour manifester prioritairement à Paris et dans les grandes villes – plus quelques villes moyennes emblématiques choisies au cours du temps. Enfin, la composition des manifestations a elle-même changé : les manifestants se sont politisés et l’on a vu s’y agréger une extrême gauche et des syndicats qui n’étaient pas les bienvenus lors des premières journées. Au nom de la «convergence des luttes», cette récupération qui s’est faite peu à peu a écarté du mouvement nombre des manifestants d’origine, comme certaines des réponses gouvernementales. 

Les réponses gouvernementales et médiatiques au mouvement constituent en fait un large échantillon de la lutte que croit pouvoir engager un pouvoir démocratique contre un mouvement qui met en jeu sa légitimité. Avec, d’abord, une tentative de discrédit: dans les premières semaines les «Gilets jaunes» sont accusés d’être manipulés par la «fachosphère» et de vouloir ressusciter l’assaut des ligues des années 1930 contre la République, les violences des premières manifestations ayant ainsi été attribuées... à des manifestants qui les subissent. Discrédit intellectuel aussi: les revendications du mouvement sont présentées comme incohérentes, contradictoires, et ses critiques de l’oligarchie comme relevant de la théorie du complot. Avec, ensuite, quand il a paru évident que le mouvement ne disparaîtrait pas si vite, une tentative d’apaisement: Emmanuel Macron annonce une première série de mesures en décembre, qui ne calment pas les manifestants, et lance ensuite son fameux «Grand débat national» qui durera de la mi-décembre 2018 à la mi-mars 2019, et à l’issue duquel seront prises des mesures touchant au pouvoir d’achat. 

Mais la période s’est aussi caractérisée par une répression sans commune mesure avec ce qui est pratiqué contre d’autres manifestants, sinon des émeutiers, et ce aussi bien par les forces de l’ordre que par la Justice. Filtrages très en amont des manifestations (aux péages des autoroutes menant à Paris ou sur les quais de gares de province), usage d’armes certes non létales (les lanceurs de balles de défense et les grenades de désencerclement) mais causant des blessures particulièrement lourdes (un nombre de blessés graves jamais atteint depuis les débuts de la Ve République pour des manifestations – sauf au métro Charonne le 8 février 1962 –, avec selon le ministère de l’Intérieur, entre novembre 2018 et juin 2019, 2 500 blessés parmi les manifestants, dont 76 graves – et 1 800 parmi les forces de l’ordre), déploiement de moyens nouveaux en zone urbaine (blindés, drones...), périmètres urbains interdits, augmentation du coût des contraventions pour participation à une manifestation non-déclarée, reprise d’un projet de «loi anticasseurs», interpellations, gardes à vue (9 000 de novembre à mai, 1 500 pour la seule journée du 8 décembre), et 2 000 condamnations dans le même créneau, avec près de 400 incarcérations... Et on annonce à venir plusieurs textes pour contrôler les réseaux sociaux et Internet. 

Que voulaient donc ces «Gilets jaunes» originels ? Le programme de leurs revendications présenté le 29 novembre 2018 est d’une tonalité manifestement populiste – il se présente d’ailleurs comme composé des «directives du peuple» que les députés devraient, obéissant à «la volonté du peuple», «faire appliquer». Relève ainsi pleinement d’une dimension populiste la volonté de lutter contre des différences sociales qui conduisent à un écart économique trop important entre la base de la société et son sommet, une coupure qui prend des formes diverses: entre un peuple qui voit augmenter les taxes sur le gasoil et une élite dont le kérosène des avions n’est pas concerné ; entre l’austérité imposée aux pauvres pour rembourser la dette quand les riches bénéficient de l’exonération fiscale; entre la taxation du petit commerçant et l’impunité fiscale de la multinationale. Mais l’approche reste bel et bien collective: on y trouve aussi une dénonciation du transfert au privé de biens communs appartenant «à la France» (barrages, aéroports, autoroutes...); la volonté de renationaliser certains secteurs (gaz, électricité); la méfiance devant la mondialisation (délocalisations, travail détaché), et la volonté de retrouver un localisme (petits commerces des villages et centres-villes); la demande enfin de services publics de proximité avec la «fin immédiate de la fermeture des petites lignes, des bureaux de poste, des écoles et des maternités». Autant d’éléments que les «Gilets jaunes» estiment oubliés par des élus préoccupés selon eux de leurs seuls intérêts, et dont ils souhaitent réduire le train de vie, tout en s’ouvrant la possibilité de reprendre directement les choses en main avec la création d’un véritable référendum d’initiative populaire (ou citoyenne). 

Le mouvement des «Gilets jaunes» possède donc nombre de caractéristiques des mouvements populistes. La volonté, comme le sentiment, de «faire peuple» autour de points communs, c’est cette fraternisation spontanée, des «ronds-points» d’abord, des manifestations ensuite, où des exclus qui se croyaient isolés retrouvent une solidarité. Mais pas ici de séparatisme de classe, et pas non plus de fraternité universelle, de «convergence des luttes», mais une volonté toute renanienne de «vivre ensemble» entre gens partageant une histoire commune. Il ne s’agit pas alors d’un mouvement social à connotation, sinon fascisante, du moins vaguement franchouillarde comme aimaient à le décrire certains, mais d’un mouvement d’abord identitaire et ayant ensuite une composante sociale. Enfin, le mouvement ne souhaite nullement une révolution, mais, au contraire, retrouver un patrimoine perdu, une identité oubliée, et jusqu’au fonctionnement institutionnel d’une démocratie nationale. Contrairement à ce qui a été prétendu, le désaveu visait bien plus les représentants que le système, et la demande de démocratie directe n’entendait pas déboucher sur une démocratie participative de débat permanent, mais uniquement être cette arme ultime qui permet au peuple de reprendre la main lorsqu’il estime que l’oligarchie en place ne l’écoute plus. 

Trop soucieux peut-être de ne pas voir se créer en son sein une nouvelle oligarchie, son absence d’auto-organisation va desservir le mouvement. Nombre de «représentants» sont désavoués dès qu’ils accèdent à un semblant de notoriété médiatique; d’autres tiennent à se présenter comme de simples porte-parole n’ayant aucun droit à négocier. Or le mouvement aurait sans doute eu besoin de se structurer pour éviter ce qui est advenu, sa tentative de récupération par une extrême gauche autrement plus habile, et son impossibilité à devenir un Cinque Stelle à la française. On l’a vu lorsque s’est posée la question de la participation politique: une totale absence de cohésion et la production de deux listes marginales qui feront des scores inférieurs à 1% aux élections européennes de 2019. 

Pour autant, on aurait tort de sous-estimer les liens nouveaux qui se sont créés lors des rassemblements et manifestations, ni d’oublier que les attentes du mouvement n’ont guère été réalisées. La dimension sociale seule a été effleurée par les propositions présidentielles; politiquement, le référendum d’initiative populaire n’est pas à l’ordre du jour, et l’on se contente d’aménager un référendum dit d’initiative partagée qui laisse le pouvoir entièrement maître du jeu; enfin un silence assourdissant continue de peser sur la dimension identitaire des revendications – pourtant liée au consentement à l’impôt. Il est encore trop tôt pour dire si le mouvement des «Gilets jaunes» ressurgira, ni sous quelle forme. Mais une chose est certaine : le pouvoir en place dans la France de 2019 a clairement compris que contre le populisme tous les moyens devaient être mis en œuvre, même légaux.

Extrait de l’ouvrage collectif " Le Dictionnaire des populismes" - cosigné notamment par Christophe Boutin, Olivier Dard et Frédéric Rouvillois - publié aux éditions du Cerf.

Lien vers la boutique Amazon : ICI 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Solognitude
- 12/10/2019 - 11:07
De l'enfumage dans le texte!
Le mouvement a été précédé d'une fronde bien réelle envers les 80 km/h. Pour ma part, c'est même une des causes principales qui ont préparé la bronca, plus que la composante dite sociale. C'est curieux que les auteurs du bouquin fassent l'impasse sur cette connerie due à l'égo d'un supposé 1er ministre !
assougoudrel
- 12/10/2019 - 09:21
Quand on a eu une alerte,
il est sage de rester vigilent. Ce n'est pas fini, contrairement à se que pensent ces trois comiques qui ne font pas rire. Dans peu de temps, leur "dictionnaire" sera périmé.