En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

03.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

04.

Nicolas Baverez : « Les Français ignorent que la France possède une tradition intellectuelle libérale remarquable »

05.

Cette découverte sur l’immunothérapie qui pourrait aider à traiter TOUS les cancers

06.

Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute

07.

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

05.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

06.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

05.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

06.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bilan d’Anne Hidalgo : ce sont les grandes fortunes qui plébiscitent finalement Paris comme ville la plus attractive du monde

il y a 18 min 58 sec
décryptage > Economie
Problème en vue ?

Grève un effet désastreux sur le long terme

il y a 18 heures 43 min
décryptage > Science
Atlantico Santé

Cette découverte sur l’immunothérapie qui pourrait aider à traiter TOUS les cancers

il y a 21 heures 4 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Comment le communisme a révolutionné les rapports sociaux par la violence

il y a 22 heures 47 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment le prolétariat s'est réfugié dans le vote contestataire et vers le Rassemblement national

il y a 22 heures 49 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Le "génie" et le "mal" français selon Alexis de Tocqueville

il y a 22 heures 53 min
décryptage > Santé
Crise de la santé

« Il est urgent de sortir l’hôpital de l’impasse comptable dans laquelle on l’a enfermé depuis les ordonnances Juppé de 1995 »

il y a 23 heures 11 min
décryptage > Environnement
Atlantico Green

Pourquoi la reforestation de la planète lui fait parfois plus de mal que de bien

il y a 23 heures 44 min
décryptage > Politique
Vote par défaut

Succès passager ? Attention bulle politique en vue chez les Verts

il y a 1 jour 8 min
décryptage > Politique
Tocqueville, un théoricien pour notre époque

Nicolas Baverez : « Les Français ignorent que la France possède une tradition intellectuelle libérale remarquable »

il y a 1 jour 47 min
pépite vidéo > International
Coronavirus
Des étudiantes françaises bloquées par la quarantaine à l'entrée de la ville chinoise de Wuhan
il y a 14 heures 2 min
décryptage > Religion
Allah était-il au courant ?

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

il y a 20 heures 30 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Donald Trump : le porte-parole des sans-voix

il y a 22 heures 46 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

il y a 22 heures 48 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment la gaullôlatrie a accéléré la disparition du gaullisme

il y a 22 heures 51 min
décryptage > International
Sanction Iraniennes

Le poids des sanctions économiques écrase le peuple iranien sans parvenir à le libérer

il y a 22 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Le cœur dans le rétroviseur

il y a 23 heures 30 min
décryptage > International
Primaire démocrate

Pourquoi la stratégie de Michael Bloomberg pourrait vraiment payer (et lui coûter très cher)

il y a 23 heures 59 min
décryptage > Social
Données personnelles

70 ans de la mort d’Orwell : pourquoi l’auteur de 1984 aurait été horrifié de nous voir nous inscrire sur des sites de rencontre (sans parler du reste de notre vie en ligne…)

il y a 1 jour 26 min
pépites > Politique
La saga Huawei
Le Royaume-Uni est soumis à la pression accrue de son allié américain pour l'interdiction de la controversée Huawei
il y a 1 jour 14 heures
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Syrie

Attaque sur les Kurdes : ces questions épineuses qui paralysent l’Europe face à Erdogan

Publié le 11 octobre 2019
Il est du devoir de l'Occident de faire en sorte qu’Erdogan stoppe son offensive mais la réalité est plus complexe et va plus loin que la seule dynamique du "gentil" et du "méchant".
Frédéric Encel Docteur HDR en géopolitique de l'Université Paris 8, maître de conférences à Sciences-Po Paris et à la Paris School of Business, fondateur et animateur des Rencontres internationales géopolitiques de Trouville. A paraître à la rentrée...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Encel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Encel Docteur HDR en géopolitique de l'Université Paris 8, maître de conférences à Sciences-Po Paris et à la Paris School of Business, fondateur et animateur des Rencontres internationales géopolitiques de Trouville. A paraître à la rentrée...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il est du devoir de l'Occident de faire en sorte qu’Erdogan stoppe son offensive mais la réalité est plus complexe et va plus loin que la seule dynamique du "gentil" et du "méchant".

Atlantico.fr : Mercredi le président turc a annoncé le début d'une nouvelle opération militaire contre les kurdes de Syrie. Si la décision de Erdogan est difficilement défendable, la façon dont la question est traitée actuellement à l'occident n'est-elle pas extrêmement manichéenne ?

Frédéric Encel : Lors de chaque évènement international, et de manière plus générale dans l’actualité, en fonction de son propre positionnement, chacun sera tenté de considérer que le traitement médiatique accordé est exagéré, insuffisant ou orienté. Face à l’offensive turque actuelle, l’opinion publique semble en effet très favorable au camp kurde. Je pense que deux raisons permettent d’expliquer ce sentiment. La première relève d’une mauvaise conscience de l'Occident vis-à-vis des Kurdes ; de façon plus ou moins diffuse ou réfléchie, les gens savent qu'il existe une population kurde très importante, d'à peu près 35 millions de personnes, au Moyen-Orient. Même si tout le monde ne se souvient pas que la Société des Nations, dès les années 1920, s'était penchée sur la question kurde et qu’en 1945, l'ONU a validé la création d'un Etat kurde - qui a du reste existé pendant plus d'un an - on sait que la question est brûlante et que subsiste une injustice historique. Surtout, les gens se souviennent que dans les années 1970 et 1980, plusieurs régimes politiques, dont celui hautement criminel irakien de Saddam Hussein, avaient massacré les civils kurdes, parfois au gaz de combat. Si l'on ajoute à cela la très récente et épique bataille de Kobané contre les assassins de Daesh, bataille remportée dos au mur (c'est-à-dire à la Turquie !), on comprend ce sentiment d’abandon vis à vis des Kurdes. Pour l’essentiel je le partage.

La deuxième raison du prisme pro-kurde concerne les discours d'une part, les politiques d'autre part, de l'actuel gouvernement turc. Depuis la fin des années 2000, les gouvernements successifs dirigés par M. Erdogan ont fait preuve d'une exceptionnelle agressivité aux frontières et au-delà. Refus de cesser le blocus de la frontière avec l’Armenie et rejet de toute reconnaissance du génocide turc-ottoman de 1915, divorce brutal avec Israël et antisionisme outrancier, soutien au trublion du Qatar et à la confrérie fanatique des Frères musulmans, discours extrêmement virulents à l’encontre de l'Europe et chantage moral aux millions de réfugiés syriens transitant par la Turquie, complaisance économique et pétrolière vis à vis de Daesh, etc. Cela fait beaucoup ! Donc en effet, l’image déjà déplorable du gouvernement turc se dégrade encore avec une offensive militaire contre les Kurdes de Syrie, civils compris.

Quelle serait donc la bonne position à adopter entre un état turc peu fréquentable et les kurdes qui ne le sont guère plus ?

Votre formulation est ambiguë ! Cela pose le délicat problème de la ‘’nation kurde’’. Existe-t-il une seule et unique politique kurde ? Jusqu’à présent la réponse était non. Ainsi l’on doit reconnaitre à la Turquie, en tant qu'état souverain, le droit de protéger ses frontières et de se défendre contre des mouvements manifestement terroristes. Parmi les Kurdes, il y a eu et il existe toujours un groupe puissant, le PKK (Parti des Travailleurs du Kurdistan), marxiste et autonomiste sinon séparatiste. Depuis 1984, le PKK a mené de nombreuses opérations, parfois en effet terroristes car visant des civils. Le PKK est même reconnu par de nombreux Etats démocratiques comme une organisation terroriste. Seulement, dans le Rojava, cette plaine frontalière entre le nord de la Syrie et le sud de la Turquie, les éléments du PKK sont manifestement très minoritaires et, dans plusieurs zones, absents. Par conséquent, au nord de l'Irak ces dernières années, lorsque l'armée turque se permettait de bombarder des massifs contrôlés par des groupes kurdes (violant ainsi la souveraineté de l’Irak !) qui n'appartenaient pas au PKK mais aux YPG (libérales et/ou nationalistes) créées pour défendre les populations civiles kurdes, Ankara était déjà hors de son droit. Idem aujourd’hui en Syrie, où les Kurdes ne menacent pas sérieusement le puissant État turc. Faire de tout Kurde un terroriste antiturc en puissance, cela relève du déni le plus total du droit international et à certains égards, du droit humanitaire.

Or je le répète, on n'a pas affaire, dans le cas des YPG, à un groupe ayant perpétré des attaques à la frontière turque ou des attentats en Turquie même. Le Président Erdogan illustre une représentation très répandue dans les milieux nationalistes turcs liée à la peur panique de voir s'échafauder un Etat kurde. Comme le dit Yves Lacoste, « la géographie, ça sert d'abord à faire la guerre » ; si un Etat kurde souverain se mettait en place dans le Kurdistan irakien avec de surcroît un prolongement dans le nord de la Syrie, peut-être plusieurs millions de Kurdes turcs (parmi la vingtaine de millions vivant en Turquie) auraient l'idée de s'y rattacher. Cela représente un cauchemar géopolitique pour la Turquie. Mais ce cauchemar est une représentation et ne légitime pas la politique expansionniste et agressive de la Turquie dans toute la région. 

 

D'autres part, Erdogan a d'ores et déjà menacé de "relâcher les migrants sur l'Europe" face à cette éventualité avons-nous vraiment les moyens de condamner ses actions ?  On pense notamment à Emmanuel Macron qui a déclaré qu'en lançant une offensive contre les kurdes, Erdogan risquait d'aider Daech à reconstruire son califat ?

La question est éthique. Sous prétexte qu'on n'aurait pas les moyens politiques ou militaires d'intervenir contre telle opération de tel Etat, il ne faudrait pas nécessairement la condamner. Dans ce cas-là, en 2003, Jacques Chirac a eu totalement tort de ne pas participer à la coalition en Iraq, puisqu’il n'avait absolument pas les moyens de s'interposer face à la coalition pro-américaine en Iraq... Non, le tandem Macron/Le Drian a parfaitement raison de condamner, mais il faut voir ce qu'il se passe sur le terrain. Sur le terrain, on ne va pas pouvoir s'opposer aux offensives turques, en revanche la France et avec elle l'UE, à condition d’être enfin plus unie sur les questions géopolitiques, a les moyens économiques de faire sentir très douloureusement à la Turquie que nous ne sommes pas d'accord. La France joue un rôle politique et militaire tout à fait primordial dans cette grande zone sahélienne et moyen-orientale avec comme alliés les Emirats Arabes Unis, la Jordanie et d'autres pays modérés. Elle est revenue en force ces dernières années et par conséquent, s’oblige à prendre position. 

Je suis assez pessimiste ; le rôle de verrou migratoire conditionnel que se donne la Turquie, sa détermination extrêmement forte 

à intervenir quoi qu'il puisse lui en coûter, encouragée par le retrait irresponsable de Donald Trump de la région... ; pour toutes ces raisons, on n'interviendra sans doute pas, même par des mesures de rétorsions économiques. Et je le regrette. J'ajoute que la Turquie fait partie de l'OTAN et que depuis plusieurs années elle ne respecte plus la lettre et l'esprit de cette organisation. Elle achète par exemple des armes lourdes à la Russie et interdit l’usage de la base aérienne d’Incirlik. Je pense qu'il faut agir rapidement. 

En outre Emmanuel Macron a raison de se soucier de cette résurgence possible de Daesh. L'essentiel des combattants au sol qui ont permis de vaincre militairement cette organisation criminelle étaient des Kurdes. S'ils sont obligés de se battre sur un autre front, ils risquent d'être contraints de relâcher dans la nature des milliers de prisonniers islamistes potentiellement très dangereux, y compris pour nous.

Abandonner ses alliés finit souvent par coûter très cher, et pas seulement sur le plan moral...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

03.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

04.

Nicolas Baverez : « Les Français ignorent que la France possède une tradition intellectuelle libérale remarquable »

05.

Cette découverte sur l’immunothérapie qui pourrait aider à traiter TOUS les cancers

06.

Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute

07.

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

05.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

06.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

05.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

06.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
NIKKO
- 11/10/2019 - 23:46
La France, l'UE vs le reste du monde
""" en revanche la France et avec elle l'UE, à condition d’être enfin plus unie sur les questions géopolitiques, a les moyens économiques de faire sentir très douloureusement à la Turquie que nous ne sommes pas d'accord. La France joue un rôle politique et militaire tout à fait primordial ***

** Allo !! y a personne .. allo
Gré
- 11/10/2019 - 19:17
Il nous reste à espérer que
Il nous reste à espérer que des pays comme la Hongrie et l'Autriche enverront un jour l'UE balader et défendront militairement leurs frontières avec la Turquie. Rien à espérer de la France et de l'Allemagne.
Pour ma part, une goutte d'eau qui me permet d'avoir le sentiment de faire quelque chose, plus un seul produit turc n'entrera chez moi.