En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

05.

Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018

06.

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

07.

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

ça vient d'être publié
pépites > International
Espoir pour les familles
Explosions à Beyrouth : un compte Instagram aide les habitants de la ville à retrouver les personnes disparues
il y a 3 heures 9 min
pépite vidéo > Environnement
Filière menacée
Pesticides : une dérogation accordée par le gouvernement pour sauver la culture de la betterave
il y a 4 heures 41 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le singe prend un bain et quand Mademoiselle souffle vingt bougies : c’est l’actualité aoûtienne des montres
il y a 5 heures 57 min
light > Culture
Disparition
Mort du philosophe Bernard Stiegler à l’âge de 68 ans
il y a 8 heures 33 min
pépite vidéo > Santé
Recommandations
Canicule et coronavirus : les bons gestes à adopter
il y a 9 heures 37 min
décryptage > France
Fines lames

La France orange mécanique (complément d’information) : merci de ne pas oublier les couteaux

il y a 12 heures 25 min
décryptage > Consommation
Origines des produits

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

il y a 13 heures 9 min
décryptage > Loisirs
"Voyage, voyage"

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

il y a 13 heures 53 min
décryptage > Economie
Relance européenne

L’Euro fort, bonne ou (très) mauvaise nouvelle pour la reprise ? Le match des arguments

il y a 14 heures 46 min
pépite vidéo > Politique
Solidarité avec le peuple libanais
Liban : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Emmanuel Macron à Beyrouth
il y a 1 jour 1 heure
pépites > International
Liban
Explosions à Beyrouth : le président libanais Michel Aoun rejette l’organisation d’une enquête internationale
il y a 3 heures 47 min
Liban
Beyrouth : la maison de Carlos Ghosn a été détruite par les explosions
il y a 5 heures 25 min
pépites > France
Enquête
Incendie à Anglet : un mineur de 16 ans mis en examen pour "destruction volontaire"
il y a 7 heures 51 min
pépites > Santé
0.800.06.66.66
Canicule et vague de chaleur : le ministre de la Santé, Olivier Véran, annonce la création d’un numéro vert
il y a 9 heures 13 min
décryptage > Santé
Transport collectif

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

il y a 12 heures 4 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : Cognac Tonic, mieux que le Gin, optez pour un cocktail d’été "trendy"

il y a 12 heures 42 min
décryptage > High-tech
Mort de la concurrence ?

Pourquoi nous surfons de moins en moins en dehors de Google

il y a 13 heures 35 min
décryptage > International
"Le Liban n'est pas seul"

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

il y a 14 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint, l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 1 jour 1 heure
pépites > International
Voix de la France
Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique
il y a 1 jour 2 heures
© Thomas SAMSON / AFP
© Thomas SAMSON / AFP
Extinction rébellion

La collapsologie, l’idéologie non violente qui risque de ne pas le rester

Publié le 09 octobre 2019
Les activistes écologistes membres du mouvement international Extinction Rebellion ont prévu plusieurs opérations de blocages, dans le centre de Paris. Mardi, ils étaient quelques centaines à occuper la place du Châtelet ainsi qu'un pont de la Seine situé au centre de la ville. Quelques jours plus tôt, ils avaient investi le centre commercial parisien, Italie 2. Jusqu'alors ces opérations se déroulent généralement dans le calme, mais peut-on y voir un potentiel risque de radicalisation des militants ?
Eddy Fougier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eddy Fougier est politologue, chercheur associé à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris). Spécialiste des mouvements de contestation de la mondialisation, il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur ces thèmes : Dictionnaire...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les activistes écologistes membres du mouvement international Extinction Rebellion ont prévu plusieurs opérations de blocages, dans le centre de Paris. Mardi, ils étaient quelques centaines à occuper la place du Châtelet ainsi qu'un pont de la Seine situé au centre de la ville. Quelques jours plus tôt, ils avaient investi le centre commercial parisien, Italie 2. Jusqu'alors ces opérations se déroulent généralement dans le calme, mais peut-on y voir un potentiel risque de radicalisation des militants ?

Atlantico :  L'occupation par Extinction Rebellion de la place du Châtelet à Paris, ou similairement d'autres endroits, par le même mouvement à travers le monde poussent à s'interroger sur le risque potentiel de violence et de radicalisation de ses participants. Quel danger potentiel représente réellement ce mouvement ? Y-at-il un risque réel de radicalisation de ses participants ? 

Eddy Fougier : Deux éléments sont importants. D'abord, il y a toujours une confusion entre les autorités publiques et les militants sur la notion même de "non-violence" et chacun joue sur cette confusion. Du côté des autorités publiques, la non-violence peut se traduire par la désobéissance civile, sorte d'infraction à la loi mais tolérée de façon provisioire tant qu'il n'y a pas de dégradations de biens ou d'actions visant à l'intégrité physique des forces de l'ordre par exemple. Cela fait que l'occupation d'Italie 2 par Extinction Rebellion est tolérée quelques heures mais au bout d'un certain temps, il y a une intervention des forces publiques. Pour les militants, la notion de non-violence est plus compliquée. La violence pour les militants se traduit par l'intention manifeste de vouloir tuer ou blesser des humains ou des animaux. Le reste n'est pas perçu comme un acte de violence. La destruction ou dégradation de biens (tags ou autres) n'est pas vu comme de la violence à leurs yeux. Chez certains militants, la destruction de mobiliers urbains ou de vitrines  n'est pas vu comme un acte violent car ils ne cherchent pas à intenter à la vie d'un être humain. Cette différence fait que je me méfie de cette notion de non-violence. 

Le deuxième aspect concerne la notion de graduation chez les militants d'Extinction Rebellion. Dans un premier temps nous retrouvons des actions de blocage de la voie publique comme le pont Sully à Paris, puis Italie 2 et maintenant Châtelet. Il est annoncé d'autres blocages de ce type à venir également. Les médias couvrent les occupations, certains politiques parlent du mouvement ou le critiquent vigoureusement comme Ségolène Royal. Petit à petit, nous allons découvrir une phase deux, par ailleurs plus ou moins annoncée par ces activistes. Ce ne sera plus une phase de blocage mais de sabotage en direction des cibles privilégiées désignées, souvent les acteurs étatiques et économiques censés être responsables du changement climatique. En Grande-Bretagne, les dirigeants du mouvement ont eu l'intention d'utiliser des drones afin de bloquer l'aéroport d'Heathrow. Cela a aboutit à une arrestation du co-fondateur du mouvement mais l'on voit qu'il y avait une envie de sabotage, et donc d'entrer dans une phase plus dure si cette phase de blocage ne fonctionne pas. 

Le profil ou la structure d'Extinction Rebellion a-t-il une filiation avec les mouvements zadistes ou sommes-nous confrontés à un mouvement d'une autre nature ? 

Certains militants d'Extinction Rebellion ont sans doute été présents à Notre-Dame-des-Landes ou sur d'autres ZADs. Ce sont des profils similaires avec une même vision anti-capitaliste, du rejet du système de manière radicale, de mettre en place un autre monde et le même soucis d'exploiter les failles d'un système à un instant et en bloquant ce système. Si nous prenons le passé, nous pouvons observer une forme de filliation avec un mouvement Britannique de la deuxièeme partie des années 1990 qui s'appelait "Reclaim the streets" et qui avait bloqué de manière festive (artistes de rue, cracheurs de feu...) les routes de la City en 1998. Cela fait écho aux images que l'on a pu voir à Italie 2. On peut faire une généalogie assez évidente de ces modes opératoires. En France, Notre-Dame-des-landes est perçue une véritable victoire pour les militants comme ce fut le cas à une certaine époque avec les faucheurs volontaires qui grâce à leurs agissements, ont permis de mettre fin à la recherche publique sur les OGM dans le pays. Les faucheurs volontaires étaient dans cette logique de sabotage.

Est-ce comparable à ce que l'on appelle communément l'"éco-terrorisme", opéré par des groupes comme l'ALF, Sea Shepherd ou Greenpeace par exemple ?

Le contexte n'est pas le même mais Extinction Rebellion a une fraîcheur qui peut faire penser à Greenpeace par rapport aux associations environnementalistes de l'époque. On était dans quelque chose de neuf où les jeunes avaient un impact direct sur leurs cibles. Il y a des similitudes en effet. Des groupes comme l'ALF étaient tout de suite dans la phase de sabotage et la revendication de cibles spécifiques. Compte tenu de la radicalité de son discours et de la déception associée à l'impact de ses blocages, Extinction Rebellion peut muter en effet. 

La collapsologie a-t-elle changé quelque chose dans le rapport à la radicalité, à la violence ?

Avant toute chose, il est intéressant de noter la présence de Pablo Servigne, père spirituel de la collapsologie, à Italie 2. La collapsologie n'a pas la même logique qu'Extinction Rebellion. Les collapsologues analysent la situation et la mise en place d'alternatives à l'échelle locale dans une logique néo-survivaliste. Toutefois, il est vrai qu'ils ont des idées similaires concernant la dégradation de biens ainsi que de changer le système de façon radicale. Je ne suis pas certains que la collapsologie pousse à la violence mais plutôt cette idée d'urgence climatique. Extinction Rebellion a pour symbole un sablier pour signifier le temps qui passe et qui pousse les gens à l'urgence de manière radicale. Pablo Servigne a d'ailleurs fait un MOOC où l'on pouvait voir un article sur un metteur en scène en Belgique faisant une pièce de théâtre sur l'effondrement. Il disait dans cette pièce que les solutions étaient simples pour sauver la planète, à savoir plus de smartphone, ne plus prendre l'avion, plus de voiture... Sauf que si l'on se prive de toutes ces choses, il faut redéfinir une nouvelle forme de mobilité, un nouveau rapport aux technologies. Et il est vrai qu'Extinction Rebellion tend vers tout cela. On voit cela du côté des antispecistes aussi. D'ailleurs il existe des connections entre les deux.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 10/10/2019 - 17:38
Pour l'extinction de la rebellion écologique
La violence sera certainement sollicitée pour un retour à la vie normale. Des mouvements militaires qui bloquent la retraite d'un ennemi est déjà un acte de guerre.
salamander
- 09/10/2019 - 15:28
chaque époque génère
ses extrémistes. Ds les années 70 , on avait Action directe ,la RAF , les Brigades rouges les Khmers rouges et le FPLP.
auj d'hui les islamistes et les khmers verts qui se sont reconvertis en général du rouge vers le vert pour les anciens.
Pour les plus jeunes, on avale sans aucun doute la propagande stupide de l'alarmisme climatique , le tout abondé par les films "post apo" (g appris le terme de mon plus jeune fils)
qui présentent le futur comme un champ de ruines sur un terre grillée par le RC...
les media font le reste dans leur médiocrité quasi absolue.
tatouzou
- 09/10/2019 - 14:58
Complaisance mortifère du pouvoir devant la violence écologiste
Ce pouvoir, comme le précédent, craint l'émergence d'une opposition capable d'alternance.
Il veut ramener les élections au choix binaire entre lui (= le camp du Bien ) et le RN (= fasciste, antidémocratique, ringard, incompétent )
Pour ça il a besoin de rallier au second tour non seulement les partisans de l'ordre (=les Républicains ), mais aussi toute la gauche, y compris les sensibilités écologistes.
Alors il aboie avec les chiens et désigne le CO2 comme le mal absolu, tout en préparant l'abandon progressif du nucléaire, énergie decarbonée pilotable où la France était le leader mondial jusqu'à l'élection de Hollande.

Car ce qui compte avant tout c'est de ne pas trop déplaire aux écologistes.

Il ne comprend pas que chaque reculade devant la violence, à Sievens sur les lacs d'irrigation, à Notre Dame des Landes sur le projet d'aéroport, sur les OGM, sur le nucléaire, sur le glyphosate et sur les normes inapplicables imposées à l'industrie automobile, chaque humiliation comme de recevoir Greta Thunberg à l'Assemblée Nationale et à l'assemblée générale de l'ONU, sont des victoires pour ces activistes qui demanderont toujours davantage.