En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Il dévore une vipère venimeuse

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Roses fauves" de Carole Martinez : les femmes attirent et piquent autant que les roses... un conte envoûtant, merveilleux et cruel

il y a 2 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

il y a 2 heures 55 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attentat à Nice : l'assaillant serait un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa
il y a 6 heures 22 min
pépites > International
Multiples attaques
Arabie saoudite : un vigile du consulat français à été blessé au couteau à Djeddah
il y a 7 heures 17 min
pépites > France
Vigilance des forces de l'ordre
Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon
il y a 8 heures 2 min
light > Religion
Vatican
Attentat à Nice : le pape François "prie pour les victimes et leurs proches"
il y a 9 heures 28 sec
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 11 heures 15 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 12 heures 3 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 12 heures 45 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 13 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Avant la retraite" de Thomas Bernhard : il est encore fécond le ventre…

il y a 2 heures 43 min
pépites > Politique
Réalité du confinement
Jean Castex et les ministres du gouvernement ont dévoilé les différentes mesures et aménagements liés au reconfinement
il y a 3 heures 19 min
pépite vidéo > Religion
Emotion
Attaque à Nice : le glas a résonné dans les églises de France en hommage aux victimes
il y a 6 heures 43 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron s’inquiète de l’affaiblissement de Castex, les islamo-gauchistes refusent d’assumer leurs responsabilités; Le juteux business des ex-politiques; Olivier Véran, l’homme qui dit qu’on n’a pas voulu l’écouter sur la gravité du Covid
il y a 7 heures 38 min
pépites > France
Opération Sentinelle
Attentat à Nice : Emmanuel Macron réhausse de "3.000 à 7.000" le nombre de militaires déployés sur le sol français
il y a 8 heures 16 min
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 9 heures 22 min
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 11 heures 37 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 12 heures 29 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 13 heures 24 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 14 heures 22 min
© FAYEZ NURELDINE / AFP
© FAYEZ NURELDINE / AFP
Concentration du pouvoir

Arabie saoudite : ces rumeurs sur une possible destitution de MBS

Publié le 07 octobre 2019
Les choix de Mohammed ben Salmane ont été critiqués depuis de nombreux mois. Son emprise sur le pouvoir est-elle toujours aussi forte ?
Pierre Berthelot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Berthelot est chercheur associé à l' IPSE et directeur de la revue Orients Stratégiques.   
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les choix de Mohammed ben Salmane ont été critiqués depuis de nombreux mois. Son emprise sur le pouvoir est-elle toujours aussi forte ?

Atlantico.fr : L'attaque revendiquée par des houthis yéménites, contre des infrastructures pétrolières du royaume le 14 septembre dernier, a suscité l’inquiétude au sein plusieurs branches de la famille royale. Assassinat de Jamal Khashoggi, enlisement de la guerre au Yémen et purges au sein du pouvoir saoudien… Certains choix de Mohammed ben Salmane ont été vivement critiqués jusqu'à Riyad. Son emprise sur le pouvoir est-elle aussi ferme qu'elle ne parait ?

Pierre Berthelot : Son emprise est à la fois très forte et fragile. Très forte, car il a écarté, définitivement ou provisoirement, en les intimidant (on pense au célèbre et multimilliardaire Prince Al Waleed détenu plusieurs mois sans procès dans un hôtel de luxe de la capitale saoudienne entre fin 2017 et début 2018)  presque tous ceux qui auraient pu représenter une menace sérieuse. ll a ainsi fait presque le vide autour de lui.  

Cependant, Mohamed Ben Salmane (MBS) est aussi fragile car l’imprévisible Trump peut décider, s’il a l’impression qu’il ne sert plus suffisamment ses intérêts ou qu’il va à leur encontre (lancer une attaque contre l’Iran obligeant Washington à réagir) faire pression pour l’écarter. Par ailleurs, un évènement récent et d’importance s’est produit, le 28 septembre dernier, mais il a été rapidement évacué par les médias occidentaux, à savoir l’assassinat du garde du corps personnel du roi Salman, lors, selon la version officielle d’une querelle avec un ami, mais hors du palais royal et loin du roi Salman, toujours selon les autorités saoudiennes. Mais le fait que ce drame se soit produit juste après l’attaque du 14 septembre contre les sites d’ARAMCO n’est probablement pas anodin. Certaines sources bien informées considèrent que ce garde du corps qui avait rang de général ( et était de nationalité saoudienne ) aurait pu être tenté d’influencer le roi Salman pour le convaincre d’écarter MBS ou de réduire ses pouvoirs et qu’il aurait été en réalité neutralisé de façon préventive ou subi les représailles du fougueux prince héritier informé de ses intentions. D’ailleurs MBS disposerait selon ses détracteurs, et à l’instar de nombreux hauts dirigeants de ce monde de garde du corps qui ne seraient pas des nationaux, ces derniers étant considérés comme moins loyaux.     

Enfin, la « rue saoudienne», lorsqu’elle a été mécontente dans le passé ou critique des frasques de la famille royale a été d’une certaine manière « achetée » par la manne pétrolière. Hors, si celle-ci se tarit car le pays ne peut plus exploiter l’intégralité de son potentiel à cause des attaques ennemies, comme le 14 septembre dernier, alors comment réagira-t-elle ? Ne lancera-t-elle pas son «  printemps arabe » par crainte de voir le pays s’effondrer totalement sur fond de guerre sans fin avec le Yémen.      

Prince Héritier, Ministre de la Défense, responsable du Conseil des affaires économiques et du développement (organisme chargé d'organiser la transition du royaume dans l'ère post-pétrole), Mohammed ben Salmane est actuellement à 34 ans le vrai dirigeant du royaume saoudien. MBS paye-t-il l'hyper-concentration de ses pouvoirs ?

En apparence il semble être le vrai dirigeant, mais on a vu qu’il avait été absent à l’occasion d’un certain nombre de manifestations importantes ces derniers mois et que ce n’est pas lui qui a condamné un certain nombre de projets israéliens  maximalistes annoncés par Netanyahu comme si son rapprochement avec l’Etat hébreu semblait être allé trop loin. On dirait que le roi Salman  lui a retiré ses prérogatives pour tout ce qui concerne ce pays, qui contrôle un des trois grands lieux saints de l’Islam, Jérusalem, dont officiellement, puisque c’est son titre, le souverain d’Arabie Saoudite est le gardien. Il est aussi vrai que MBS a été invité à se faire plus discret après l’affaire Kashoggi. Quand à sa concentration à l’extrême de ses pouvoirs, elle est contre-productive, puisqu’il aurait gagné à disposer de fusibles, et personne ne lui aurait reproché de diluer  davantage les responsabilités étant donné son manque d’expérience. 

Malgré les différentes polémiques qu'il a traversées, MBS garde la confiance de son père. Pour autant sa nomination comme héritier n'est pas conforme aux traditions saoudiennes et a suscité une forte grogne chez d'autres membres de la famille royale. Quelles alternatives existent-ils pour la succession du Roi Salmane ?

Il garde la confiance de son père jusqu’à un certain point. Si cela doit ébranler trop fortement la monarchie sur ses bases, il devra alors peut être revenir sur sa décision. Par ailleurs, reconnaitre qu’il s’est trompé est très difficile à admettre pour le Roi Salman, cela serait se déjuger et concéder que la monarchie peut commettre des erreurs majeures et qu’elle n’est pas d’une certaine façon quasi infaillible et donc moins légitime. Il est dans une certaine mesure coincé, d’autant plus qu’il a bouleversé l’ordre de succession en place depuis la mort du fondateur de la dynastie, à savoir que ce sont les fils de ce dernier qui se succèdent sur le trône. Et c’est pourquoi a ressurgi régulièrement l’hypothèse du prince Ahmed Ben Abdelaziz, autre frère du roi Salman (77 ans) qui pourrait être un souverain de transition et succéder à son frère ainé au cas où il décéderait prochainement. Le prince Moukrin, autre oncle de MBS, écarté lui aussi par ce dernier, et un peu plus jeune  (74 ans tout de même), pourrait peut-être faire son retour. Après eux,  on reviendrait à une gouvernance plus classique (même si la troisième génération sera alors au pouvoir), c’est à dire plutôt consensuelle, ménageant les différents clans et branches de la famille royale, loin du projet centralisateur et hégémonique de MBS, symbole de décisions unilatérales qui jusque là n’ont pas prouvé qu’elles étaient un gage de réussite même si dans l’esprit du jeune prince c’est le seul moyen de moderniser un pays sclérosé.           

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 07/10/2019 - 17:39
Je rappelle quand même.....
Que MBS est ....mort! C'est Rauffer qui nous l'a annoncé il y a un an....alors du respect sinon pour le mort, du moins pour Rauffer et ses analyses percutantes et imparables.
En fait j'exagère car JMS nous annoncé qu'il avait ressuscité pour pouvoir se suicider publiquement le jour du Brexit en même temps que Boris Johnson! L'évênement sera retransmis en direct sur BouFfeMerde TV et commenté par Leon Zitrone!!!!
Rate pas ça Bendidons!