En direct
Best of
Best of du 20 au 26 juin
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

02.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

03.

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

04.

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

05.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

06.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

07.

Le journaliste Carl Bernstein révèle les édifiantes conversations privées de Donald Trump avec Vladimir Poutine, Recep Tayyip Erdogan, Emmanuel Macron ou bien encore Angela Merkel

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Qualité nutritionnelle : et voilà la liste des 100 meilleurs aliments au monde

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

03.

Toutes ces erreurs que le Défenseur des droits commet dans son rapport sur la discrimination en France

04.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

05.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Ouvrir un nouveau chemin"
Emmanuel Macron se confie à la presse quotidienne régionale avant le remaniement et dévoile ses priorités pour la fin du quinquennat
il y a 53 min 35 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Cafard" de Ian McEwan : une fable mordante sur les politiciens britanniques et le Brexit, par un des maîtres du roman anglo-saxon contemporain

il y a 6 heures 35 min
pépites > Politique
Retrait stratégique
Municipales à Marseille : Martine Vassal se retire, Les Républicains vont présenter le député Guy Teissier pour la mairie
il y a 7 heures 22 min
pépites > Santé
Lourdes accusations
Covid-19 : le Conseil scientifique et la Haute autorité de santé dénoncent des propos "infamants" de Didier Raoult devant les députés
il y a 8 heures 38 min
pépite vidéo > International
Tragédie
Birmanie : un glissement de terrain provoque la mort d’une centaine de mineurs
il y a 10 heures 18 min
décryptage > Politique
Formation politique

Les 4 piliers : un parti libéral souverainiste se crée et recrute des candidats pour les régionales

il y a 11 heures 11 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Affaire Fillon : Hollande a envisagé de reporter la présidentielle; Dati a cherché le soutien de l'Elysée contre Hidalgo; Ecologie : truc de riches ou cauchemar vert ?; Cyberhaine sur les réseaux sociaux : le marché plus fort que la loi
il y a 11 heures 44 min
décryptage > International
Soft power

Comment les Émirats arabes unis sont devenus curieusement le partenaire économique et commercial incontournable de Damas

il y a 12 heures 7 min
décryptage > Histoire
Rivalité

Et si on s’était trompé de Voltaire ?

il y a 13 heures 3 min
décryptage > Santé
Vives inquiétudes

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

il y a 14 heures 19 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Histoire du Consulat et de l’Empire" de Adolphe Thiers : le Consulat, le meilleur de Bonaparte ?

il y a 6 heures 19 min
light > Justice
Espoir pour les victimes
Affaire Jeffrey Epstein : Ghislaine Maxwell, sa complice présumée, a été enfin arrêtée par le FBI
il y a 6 heures 56 min
pépites > Media
Critiques
Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam
il y a 8 heures 10 min
pépites > Justice
Condamnation
Scandale de la Dépakine : la justice reconnaît la responsabilité de l'Etat
il y a 8 heures 56 min
décryptage > France
Bataille de chiffres

Pourquoi les comparaisons internationales sur la mortalité du Covid-19 sont moins fiables qu’on ne le pense

il y a 10 heures 57 min
décryptage > Société
Mobilisation planétaire

Antiracisme et environnement : l’été 2020 sera radicalement exigeant ou ne le sera pas

il y a 11 heures 25 min
décryptage > Politique
Macron - Le Pen

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

il y a 11 heures 55 min
décryptage > France
Exercices de coloriage

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

il y a 12 heures 28 min
décryptage > Consommation
Sucre caché ?

Eaux parfumées : comment repérer celles qui vous font grossir l’air de rien ?

il y a 13 heures 25 min
décryptage > Europe
Menace pour l'Etat allemand ?

L’Allemagne a-t-elle un problème d’infiltration de son extrême droite dans les rouages de l’Etat ?

il y a 14 heures 49 min
© BERTRAND GUAY / AFP
© BERTRAND GUAY / AFP
RacineS du mal

Entre islamisme et pétages de plomb, ces meurtres mis en scène qui ébranlent la société française

Publié le 04 octobre 2019
On ne connaît pas encore les motivations exactes du tueur qui a frappé hier la Préfecture de Police. Mais les meurtres mis en scène, dont les motifs parcourent toute la gamme de la radicalisation islamiste au craquage psychologique, sont de plus en plus fréquents.
Bertrand Vergely
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Vergely est philosophe et théologien.Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
On ne connaît pas encore les motivations exactes du tueur qui a frappé hier la Préfecture de Police. Mais les meurtres mis en scène, dont les motifs parcourent toute la gamme de la radicalisation islamiste au craquage psychologique, sont de plus en plus fréquents.

Atlantico.fr :  Jeudi 3 Octobre à l’heure du déjeuner un fonctionnaire de la préfecture de Police de Paris âgé de 45 ans et qui, selon le Ministre de l’intérieur ne présentait aucun signe de fragilité psychologique, a tué quatre de ses collègues dans une attaque au couteau. Certains médias ont déclaré que l'assaillant s'était converti à l'islam depuis 18 mois. On ne connaît pas pour l'heure les motifs de son acte, mais le déroulé des faits est semblable aux mises en scène du terrorisme islamiste. Si "pétage de plomb" il y a, comme dit l'expression consacrée, la répétition de cette mise en scène interroge sur les causes de cette violence dans la société française. Quelles émotions trouve-t-on derrière un tel basculement ? 

Bertrand Vergely : Dans le drame qui vient de se dérouler il importe de faire la part entre ce qui relève de la violence ordinaire et ce qui relève de la violence hors-norme. 

Quand quelqu’un « pète les plombs » de façon ordinaire la violence qu’il déploie relève du caprice d’un enfant qui se roule parterre parce qu’on lui a refusé quelque chose qu’il désirait. Ce caprice peut donner lieu à des coups de folie comme le fait d’agresser directement et violemment.  celui ou celle qui lui a refusé l’objet de son désir. Il peut donner lieu au fait de s’agresser soi-même. Ce qui peut aller loin. Il n’est pas rare que l’on tue ou que l’on se suicide quand est en proie à un tel coup de folie. Dans le cadre de la violence hors-norme on a affaire à autre chose.

Une chose frappe dans le drame qui vient de se dérouler : la façon dont le meurtre a eu lieu. Cette façon est celle-là même que pratiquent certains terroristes musulmans. Elle est celle-là même  recommandée par  Daech depuis sa défaite. 

Ces dernières années on a vu surgir dans l’actualité de nombreux attentats commis par un homme seul descendant dans la rue et attaquant des passants à l’arme blanche en criant « Allah Akbar ! » « Dieu est grand ! ». Quand Daech a été défait, avant de disparaître dans la clandestinité, ses chefs ont donné comme consigne à leurs sympathisants de commettre des attentats et, au besoin, de ne pas hésiter à commettre des attentats seuls. 

Quand de tels attentats ont lieu ceux qui les commettent ne « pètent pas les plombs ». Ils sont très déterminés, leur logique étant non pas psychologique mais idéologique.

Le scénario qui les conduit là se déroule en général en trois temps. Au commencement, une vie soit normale, soit brillante, soit médiocre. Puis un jour, rupture. À la suite d’une rencontre avec un leader idéologique fascinant, ceux-ci tombent sous le charme. Ils sont médusés, envoûtés, sous emprise. Vient alors la dernière phase : subjugués par le discours idéologique du leader fascinant ils n’entendent plus rien. On a beau leur parler, ils ne sont plus de ce monde. Ils sont partis ailleurs. C’est là que le passage à la violence s’opère. Possédés par l’idéologie, ils deviennent insensibles. Devenant insensibles, ils ont un sentiment d’invincibilité. Invincibles, ils se mettent à tuer en voyant dans leurs crimes la preuve de leur invincibilité. 

Dans le crime qui s’est déroulé hier Jeudi c’est manifestement ce qui s’est passé. Le meurtrier est-il un français converti à l’Islam qui a prêté allégeance à Daech ? Ne l’est-il pas ? On ne le sait pas. En revanche, ce qui est sûr c’est qu’il s’est converti à la symbolique du meurtre terroriste rituel. Il a tué au couteau sans raison apparente. 

Peut-on relier ce phénomène à la déconstruction depuis les années 70 des structures symboliques  traditionnelles  en débouchant sur ce que Durkheim appelle l’anomie ? 

Dans les années 70 le gauchisme a vécu une mutation idéologique. Le communisme étant en train de s’écrouler et le marxisme se révélant passablement sclérosé à cause de son dogmatisme, le désir de changer le monde s’est appuyé sur un nouveau modèle théorique hérité de Nietzsche et d’Heidegger. Reprenant le mythe gnostique de la  création originelle  lumineuse détournée par un dieu pervers et méchant, l’intelligentsia éprise de subversion a pensé le monde comme la victime d’un complot perpétré par l’Un, cet Un étant  monothéiste judéo-chrétien, platonicien, métaphysique, essentialiste et   contre les énergies du multiple, ces énergies  étant féministes, transgenre, écologistes et « no boarder ». Cette déconstruction a favorisé non pas la montée de la violence mais la montée d’une violence sous la forme d’une violence   ritualisée à travers un terrorisme intellectuel prenant d’assaut les medias, l’art et la culture. Prise d’assaut réussie, la violence mentale soupçonneuse, provocatrice et  insoumise par principe devenant la norme. Dans ce climat de subversion banalisée, institutionnalisée et normalisée au nom de la libération du genre humain, l’islamisme a séduit. Il est apparu comme la version réactualisée de la lutte de l’esclave contre son maître, du colonisé contre le colonisateur, de l’immigré contre son patron, du dominé contre le dominant. Des terroristes islamistes faisaient  des victimes lors d’attentats qu’ils commettaient ? Ils n’étaient pas vus comme des meurtriers mais comme des victimes défendant leurs droits bafoués. Aujourd’hui, un homme seul de 45 ans tue soudain au couteau quatre de ses collègues. Au niveau de la mise en scène on a là la suite logique du climat délétère dans lequel nous vivons depuis quelques décennies. Déconstruction, subversion, islamisme puis mise en scène d’un meurtre en série de façon islamiste, cela résume bien la dérive infernale d’une certaine aventure intellectuelle. 

Est-ce le système éducatif qui est en cause et qui explique que les individus n’arrivent plus à vivre pacifiquement leurs frustrations ? 

Si le système éducatif français arrive à produire de l’excellence, s’il se donne un mal fou avec courage, compétence  et dévouement pour que le plus grand nombre d’élèves puisse maîtriser les fondamentaux de l’instruction, il n’en est pas moins confronté à deux problèmes majeurs qu’il ne parvient pas à résoudre. 

Le premier est interne et relève de son sens. Quand un élève sort de Terminale, il sait un certain nombre de choses. Il est incapable de faire le lien entre celles-ci. Le lien qui pourrait unir toutes ces connaissances n’existe pas. La raison en est simple. On ne sait pas quel est le but de l’éducation. On ne le sait plus parce que l’on ne sait plus où l’on va. 

Deuxième problème, celui-ci relève de la société. En France, toute une partie de la société est perdue et les pouvoirs publics ne savent pas comment il va être possible de la remettre à flots. Dans le système éducatif il en va e même. Toute une partie de la population scolaire est perdue et l’on ne sait pas comment il va être possible de la remettre à flots elle aussi. Qu’il s’agisse de la société ou du système éducatif cette population est une proie rêvée pour l’islamisme et, si ce n’est l’islamisme, pour les mises en scène islamistes de la violence et de la mort. 

Des meurtres fous sur fond de mises-en-scène de violence terroriste. On s’interroge sur les causes de leur apparition. Osons cette hypothèse. Qui a souffert fait souffrir, dit-on. Pas de sens à propos de ce que l’on fait et de ce que l’on est ? Un monde perdu qui décroche du monde réel ? Quand le sens a été tué on tue le sens. Quand le monde a été tué on tue le monde. Les crimes qui ont lieu se font toujours sur le fond de crimes qui ont déjà eu lieu. 

Ce phénomène rappelle les tueries qui ont lieu aux États-Unis. Est-il lié à une crise de la masculinité ? 

Les assassins sont souvent des hommes. Crise de la masculinité ? Quand on a affaire à l’islamisme, c’est clair. Une crise est une contradiction que l’on n’arrive pas à résoudre et qui explose de façon douloureuse. Quand l’homme et la femme qui forment un couple fondamental n’arrivent pas à vivre leur complémentarité, quand donc ils se séparent, privée de son autre la masculinité devenant incompatible avec elle-même, celle-ci explose. Le monde a beaucoup de mal à vivre la complémentarité homme-femme. Soit le couple homme femme est le lieu d’une domination de l’homme sur la femme, soit il est celui de leur division.  Dans tous les cas le résultat est le même : le masculin est seul et étant seul il devient fou.   Ce qui frappe dans le drame qui a eu lieu hier Jeudi, c’est cet homme seul, ce masculin livré à lui-même tuant d’autres masculins afin sans doute de tuer le masculin qui, en lui, n’a pas su vivre. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (31)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zelectron
- 05/10/2019 - 21:01
La cinquième colonne islamiste est présente partout
La lâcheté ses politiques est évidente, bon nombre d'entre eux feraient bien de se retirer sous peine du pire . . .
lasenorita
- 05/10/2019 - 17:28
Je corrige..
Ce sont 200.000 Algériens qui furent tués par le F.L.N. pendant les années 1992 à 2003...Le 27 décembre 1957:Boussouf fut égorgé par les membres du F.L.N., un communiqué a annoncé qu'il était mort ''au champ d'honneur'', les musulmans qui ne voulaient pas ''payer la dîme'' avaient les oreilles, le nez, les lèvres, les bras coupés.. Les fellouzes éventraient les femmes, égorgeaient les enfants, émasculaient les hommes et leur mettaient leur sexe dans la bouche!.. La saisie des biens immobiliers,des Européens,a surtout profité à un noyau de militants du F.L.N...Actuellement, en Algérie:6 millions de personnes(soit 21% de la population)sont analphabètes.. L'agriculture, valorisée par les colons français, a chuté.. Alger (la blanche) est devenue la ville la plus sale du monde, ses hôtels sont pleins de cafards, etc...Les membres du F.L.N. achète des propriétés, en France, avec de ''l'argent sale'' après avoir ''nationalisé'' les biens des non-musulmans ''nés en Algérie''...
lasenorita
- 05/10/2019 - 17:10
La victimisation.... çà suffit!
Les musulmans ont la HAINE de la France et des Français qu'ils accusent de tous les maux! A Alger, le FLN, qui gouverne depuis ''l'indépendance'' de l'Algérie, a fait construire un monument en l'honneur des ''martyrs'' tués par l'armée française, or, pendant la ''guerre d'Algérie'' les Français ont tué:150.000 Algériens tandis que le F.L.N. en a tué 200.000....Le 28 mai 1957:300 Algériens ont été massacrés, à Melouza, par le F.L.N, Dans le canton de Michelet:2150 Algériens ont été tués, le 15 juin 1955,par le F.L.N...En 1957:504 musulmans furent égorgés par le F.L.N...En Métropole:330 morts algériens d'avril à octobre 1957,puis 336 les 3 mois suivants...Après les ''Accords D'evian:150.000 harkis furent enterrés vivants par ces BARBARES du F.L.N...La ''guerre civile'' a coûté plus chère, en vies humaines, que la ''guerre d'indépendance'': de 1992 à 1996:100.0000 Algériens furent tués par des Algériens, la gendarmerie algérienne tirait ''à balles réelles'' sur les manifestants! En 1962:le F.L.N. possédait 700 millions d'anciens francs.. Les ''porteurs de valise''(Francis Jeanson, etc..) ont fait sortir, de France,400 millions d'anciens francs, par mois!.....