En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé

02.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

03.

Pakistan : le témoignage d'un survivant du crash d'un avion de ligne à Karachi

04.

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

05.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

06.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

07.

Le RN servi par des critiques paresseux

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
pépites > International
Vers une nouvelle guerre froide ?
Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé
il y a 7 heures 56 min
pépite vidéo > Insolite
Visage humain
Covid-19 : une entreprise indienne propose des masques avec la photo du visage des clients
il y a 9 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Moura, la mémoire incendiée" d'Alexandra Lapierre : épique, palpitant, et romanesque en diable

il y a 11 heures 48 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les couleurs éclatent et quand les sportives rayonnent : c’est l’actualité des montres en mode prairial
il y a 12 heures 54 min
pépites > Justice
Secret des sources
Affaire Geneviève Legay : suspension à Nice d'un policier soupçonné d'avoir renseigné Mediapart
il y a 14 heures 5 min
pépites > Economie
Inquiétudes pour l'emploi
Renault a l’intention de supprimer 15.000 emplois dans le monde, dont 4.600 en France
il y a 14 heures 56 min
décryptage > International
Mirage ?

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

il y a 17 heures 5 min
décryptage > France
Atout pendant le confinement

Risques du télétravail : les techniques des négociateurs antiterroristes au secours des chefs d’entreprise sur la sellette

il y a 17 heures 37 min
décryptage > Santé
Méthode efficace

Radioscopie des armes rhétoriques des discours anti-establishment à la Raoult

il y a 18 heures 24 min
décryptage > Science
Crew Dragon

Premier vol de SpaceX: le lancement qui risque de révolutionner le voyage spatial

il y a 18 heures 52 min
pépite vidéo > Media
Scène surréaliste
Emeutes à Minneapolis : des journalistes de CNN ont été arrêtés en plein direct
il y a 8 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le vieil homme qui vendait du thé. Excentricité et retrait du monde dans le Japon du XVIIIe siècle" de François Lachaud : le confinement volontaire d’un sage japonais, plein de surprises et de poésie

il y a 11 heures 28 min
pépites > Politique
Lyon
Elections municipales : LREM retire son investiture à Gérard Collomb
il y a 12 heures 21 min
Embellie pour le commerce
Les Galeries Lafayette à Paris vont pouvoir rouvrir dès ce samedi 30 mai
il y a 13 heures 22 min
pépites > International
Tensions maximales
Mort de George Floyd : nouvelle nuit d’émeutes à Minneapolis, un commissariat a été incendié
il y a 14 heures 32 min
pépite vidéo > Consommation
Grands magasins
Les images de la réouverture du Printemps Haussmann à Paris
il y a 15 heures 55 min
décryptage > Politique
État gadget

Inciter à faire du vélo plutôt que d’empêcher qu’on les vole : SOS fonctions régaliennes disparues

il y a 17 heures 21 min
décryptage > Media
Internet Protocol Television

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

il y a 18 heures 3 min
décryptage > France
Roman national ?

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

il y a 18 heures 40 min
décryptage > France
Table des négociations

Démocratie sociale: monde d’après ou pas, le gouvernement conserve les mêmes travers

il y a 19 heures 17 min
© Oli SCARFF / AFP
© Oli SCARFF / AFP
Atlantico Business

A la recherche de l’accord perdu : les tentations chimériques de Boris Johnson

Publié le 02 octobre 2019
Le gouvernement britannique va proposer jeudi à Bruxelles une proposition pour régler la question de la frontière irlandaise afin de mettre en place un Brexit qui ne réveillerait pas les antagonismes historiques entre les deux Irlandes.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le gouvernement britannique va proposer jeudi à Bruxelles une proposition pour régler la question de la frontière irlandaise afin de mettre en place un Brexit qui ne réveillerait pas les antagonismes historiques entre les deux Irlandes.

« Puisque les Anglais ont voté pour le Brexit, qu’ils fassent le Brexit». A Bruxelles, les Européens considèrent qu’il faut désormais fermer le dossier.

Boris Johnson a compris qu’il n’obtiendrait plus rien des Européens. Il a donc enfin reconnu que son gouvernement ne souhaitait pas reconstruire une frontière entre les deux Irlandes. Il va proposer à l’Union Européenne de créer des centres de dédouanage des deux côtés de la frontière irlandaise afin d’éviter des contrôles sur la frontière qui ne sera pas matérialisée.

Les praticiens de la logistique et les experts ne voient pas très bien comment le système pourra fonctionner mais si ça permet de débloquer la situation pourquoi pas !

Cette question de la frontière entre l’Irlande (au sud), membre de l’Union européenne et l’Irlande du Nord qui fait partie du Royaume-Uni avait été une des plus difficiles à résoudre dans la mise en place du deal négocié par Theresa May.

Chacun reconnaissait que les antagonismes entre les deux Irlandes avaient été dans le passé très violents.

Les deux Irlandes étaient trop différentes entre le Nord, très british, très protestant et très riche. L’Irlande du Sud, plus pauvre à majorité catholique mais plus peuplée aussi. Les oppositions étaient telles que les gouvernements avaient dû ériger une frontière matérielle très fermée avec des points de passage difficiles à franchir. Bref, il n’y a pas si longtemps il y avait un mur (comme à Berlin avant). Tout cela sur fond de terrorisme.

La création de l’Union Européenne et l’adhésion de la Grande Bretagne avait permis de quasiment réunifier les deux Irlandes sous la bannière de Bruxelles. L’abondance des fonds structurels et les tolérances fiscales ont permis aussi d’accélérer le développement économique de l‘Irlande du Sud et ce faisant, le rapprochement entre les deux communautés.

Aujourd’hui, les nouvelles générations considèrent appartenir à un seul et même pays. Le problème, c’est que les administrations sont restées différentes, le Nord a continué de travailler sous la tutelle de Londres et le Sud a profité de son indépendance au sein de l’Union européenne.

Il est évident qu’un Brexit qui n’aurait pas pris en compte ces spécificités aurait créé un clivage difficile à gérer, sur le plan non seulement économique mais aussi social et politique. Les populations ne sont pas prêtes à accepter a nouveau un retour à la séparation.

Le problème, c’est que dans le cadre d’un Brexit, l’absence de frontières entre les deux Irlandes n’était pas plus acceptable par les partisans du Brexit.

Michel Barnier, le négociateur pour l'UE, s'était entendu avec l'ancienne Première ministre britannique Theresa May sur une «clause de sauvegarde» («backstop»). Cette clause de sauvegarde prévoit que le Royaume-Uni restera dans une union douanière avec l'UE jusqu'à la mise en place d'«arrangements de substitution» qui éviteraient le retour à une frontière dure dans le cadre d'un accord de libre-échange.

C’était politiquement assez malin, puisqu’en fait on acceptait le Brexit de part et d’autre, et notamment la zone de libre-échange, mais on remettait à plus tard la mise en place d’arrangement de substitution ou alternatif, qui aurait évité le retour à une frontière dure.

En bref, on bougeait tout avec un Brexit, mais on ne changeait rien avec le report de la négociation des modalités pratiquées. On se donnait même des délais très larges.

Boris Johnson a évidemment refusé cette clause puisqu’elle portait la signature de Theresa May. Sauf que s’il veut éviter le retour d’une situation tendue entre les deux Irlandes, il reconnait qu il faut trouver une solution. D’où l’idée d’installer à 5 ou 10 km de la pseudo frontière, des centres de dédouanement dans lesquelles les formalités pourraient se faire très rapidement. Et surtout ça éviterait la création de postes frontières.

Plus on approche de la date butoir du 31 octobre, plus la situation devient absurde, cocasse et compliquée pour les différents opérateurs. En gros, il ne reste plus que deux scénarios possibles.

1er scénario : Très improbable. La Grande Bretagne demande un nouveau délai pour se refaire une doctrine, éventuellement négocier un nouveau deal, ou alors organiser de nouvelles élections si les sondages nous indiquent que la majorité des Anglais qui ont voté le Brexit, estiment qu’ils n’avaient pas les informations claires sur les conséquences du Brexit. Mais dans ce cas, ce deuxième scénario ne peut pas s’écrire avec Boris Johnson, sauf si Boris Johnson jouait comme Alexis Tsipras en Grèce. Il finirait par accepter le contraire de ce pourquoi il est arrivé au pouvoir. C’est peu probable.

2e scénario. Le Brexit aura bien lieu le 31 octobre mais la Grande-Bretagne resterait dans l’union douanière le temps de négocier les modalités pratiquées. La plupart des opérateurs commerciaux se préparent à cette hypothèse. Ils s’organisent coté continent à mettre en place des contrôles douaniers intelligents, c’est à dire digitaux, qui permettront des passages très rapides. En gros, ils le font déjà pour contrôler la nature des produits exportés et surtout importés. Il faut simplement en amont un travail très rigoureux des entreprises de l’import-export. Toute la question est de savoir ce qui se passera du côté anglais. Mais à priori, les Britanniques n’ont aucunement intérêt à bloquer les flux d’importation. Ils ont plus besoin des produits européennes que les Européens ont besoin du marché anglais même si le marché anglais est important.

Ce 2e scénario revient pour les Anglais à couper les relations administratives et politiques avec l’union douanière, mais à continuer à commercer avec l’Europe à condition de respecter les normes et les règles de l’UE.  Les Anglais vont donc se retrouver dans une situation sur laquelle ils n‘ont plus la possibilité d’intervenir dans la définition des normes et des procédures qu’ils devront pourtant appliquer.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé

02.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

03.

Pakistan : le témoignage d'un survivant du crash d'un avion de ligne à Karachi

04.

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

05.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

06.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

07.

Le RN servi par des critiques paresseux

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 03/10/2019 - 08:36
ajm02/10/2019 -23:41:) UK donne 10Mds€ & reçoit 11Mds€
Donc l'UE est gagnante sur son budget pas l'UK.
L'UE perd 67millions d'habitants sur son marché & donc il lui en reste 500millions. Mais l'UK perd le marché de 500millions. Qu'il retrouvera après avec les taxes OCDE si No deal, & si deal avec UE & bien , il reste comme avant, sans taxes pendant 16 mois des négociations pour les futures taxes avec l'UE.
Maintenant je paye des impôts & taxes en France avec ceux qui en payent en France & ces sommes sont redistribuées vers plus indigent que moi.
Le budget de l'UE agit de même. Ainsi les pays les plus riches contribuent le plus, (mais ils en ont un retour aussi) & le solde est redistribué aux plus indigents de l'UE. Mais l'intérêt de ça, est que ces pays en progressant, participent aussi à la progression économique globale. Comme en France en redistribuant & bien il y a un retour par la dépense de ceux qui ont reçu la redistribution. Sauf quand France c'est l'emprunt qui y participe.
ajm
- 02/10/2019 - 23:41
Retour au réel après le Brexit imminent.
De toute façon, la GB va sortir de ce gros merdier Bruxellois et retrouver sa liberté de nation souveraine, quelqu'en soient les conséquences. On s'apercevra assez vite que la terre continuera à tourner et que, après quelques mois chaotiques, les choses reprendront leur train train habituel en GB. C'est justement ce qui fait peur aux Eurolatres, mettre en évidence la vacuité de ce pseudo projet Européen qui tourne de plus en plus au vinaigre. Comme les Britanniques sont des contributeurs nets au " pot commun" comme l'Allemagne, la France, les PB ..on va rigoler pour décider qui doit donner plus ou recevoir moins, surtout si, en plus, on continue à vouloir élargir l" Europe" aux territoires clochardo-mafieux comme le Kosovo et à distribuer des subventions à la Turquie...et autres pour éviter un nouveau déluge migratoire.
Gastoch
- 02/10/2019 - 18:19
@Didou33
Si les Suisses restent HORS de l'ue, maîtres chez eux sans poser de soucis aux voisins, cela ressemble furieusement au souhait exprimé par les vainqueurs de 2016 au RU. Je rappelle pour les mal comprenants (bin voyons) qu'en démocratie les gouvernants sont censés appliquer les souhaits exprimés par la MAJORITÉ du peuple souverain. Des traités à la suisse existent pour satisfaire les brexiters. Les Irlandais ne demandent que ça. Tout le monde voit que ces c onnards de Bruxelles bloquent le jeu de peur que le Brexit réussisse. Ce qui ne manquera pas d'arriver.