En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

03.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

04.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

05.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

06.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

07.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

ça vient d'être publié
décryptage > France
Liberté d'expression

Les islamistes tuent ? Qu’à cela ne tienne, les autorités s’en prennent aux libertés publiques

il y a 2 heures 2 min
pépites > Politique
Séculier
Des ministres considèrent que plutôt que la défendre, l'Observatoire de la laïcité se concentre sur la lutte contre l'islamophobie avec des alliés pas toujours fréquentables
il y a 2 heures 32 min
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 3 heures 11 min
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 3 heures 52 min
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 4 heures 17 min
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 4 heures 52 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 5 heures 6 min
décryptage > Economie
Diversions budgétaires

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

il y a 5 heures 27 min
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 19 heures 26 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 20 heures 28 min
décryptage > Santé
Mesures contre la Covid-19

Demi-confinement, demi-mesures et omnipotence de l’Etat : la soviétisation de la France

il y a 2 heures 24 min
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 3 heures 10 min
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 3 heures 26 min
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 4 heures 10 min
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 4 heures 30 min
pépites > Politique
Immigration
Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 4 heures 53 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 5 heures 15 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Trump Biden : vers une élection beaucoup plus serrée qu’il n’y paraît ?

il y a 5 heures 43 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 19 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 21 heures 6 min
© ANTOINE JEANDEY / JA MAG / AFP
© ANTOINE JEANDEY / JA MAG / AFP
Wikiagri

Jacques Chirac, le dernier homme politique aimé par les agriculteurs

Publié le 27 septembre 2019
Jacques Chirac a toujours eu la cote auprès des agriculteurs. Il eut plusieurs mesures marquantes à son actif quand il fut ministre de l'Agriculture (de 1972 à 1974), et sans cesse depuis cette date il put tracer son sillon politique grâce à une base électorale agricole solide.
WikiAgri
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
WikiAgri est un pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Il a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture. Les...
Voir la bio
Antoine Jeandey
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Jeandey est rédacteur en chef de WikiAgri, pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Lancé en début d’année 2012, WikiAgri a pour philosophie de partager, avec les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Chirac a toujours eu la cote auprès des agriculteurs. Il eut plusieurs mesures marquantes à son actif quand il fut ministre de l'Agriculture (de 1972 à 1974), et sans cesse depuis cette date il put tracer son sillon politique grâce à une base électorale agricole solide.

Désormais disparu, il laisse un grand vide : quel homme (ou femme) politique pourrait à ce point être aimé par les agriculteurs ?

Je ne vais pas retracer ici toute la carrière de Jacques Chirac que vous trouverez par ailleurs sans doute mieux informée. Mais uniquement à son lien, étroit, avec l'agriculture française.

Ministre de l'agriculture de 1972 à 1974

Ministre de l'Agriculture de 1972 à 1974, on lui doit entre autres la DJA, dotation jeune agriculteur (une aide à l'installation), et l'ISM, indemnité spéciale de montagne (ancêtre des ICHN actuelles, indemnités compensatrices au handicap naturel). C'est aussi sous son mandat ministériel que furent lancés les services de remplacement. Jacques Chirac avait donc perçu des besoins totalement insatisfaits à l'époque, ceux consistant à favoriser un terroir (dont il raffolait) de montagne présentant des risques de disparition sans aide particulière, mais aussi le renouvellement des générations en agriculture. Si par la suite le système a pu présenter des défauts (mais était-ce la faute de l'instigateur ?), il faut savoir qu'à l'époque ces mesures furent ressenties avec un énorme soulagement par la population agricole qui, comme aujourd'hui, réclamait des repères clairs, et, à l'inverse d'aujourd'hui, avait réussi à les obtenir avec Jacques Chirac.

Le Salon de l'agriculture, son jardin

Depuis cette date, 1972, et jusqu'en 2011 (à l'exception de la seule année 1979 où il était souffrant après un accident de voiture), Jacques Chirac s'est rendu tous les ans au Salon de l'agriculture, et tous les ans il y a été ovationné. Si le Salon est aujourd'hui un lieu de rendez-vous incontournable pour tous les politiques, c'est évidemment parce qu'il a fallu tenter de suivre son exemple pour exister politiquement auprès de la population agricole. Jacques Chirac s'arrêtait à de très nombreux stands et appréciait visiblement de déguster des fromages, cochonnailles, et bien sûr les fameuses bières qui font partie de son histoire. A la fois jovial et compatissant quand il le fallait, à l'écoute, très à l'aise "au cul des vaches", Jacques Chirac s'est aussi rendu à de multiples reprises dans des fermes sur le terrain.

Jacques Chirac Président de la République et les agriculteurs

Tour à tour président du RPR, ministre à différents postes jusqu'à Matignon, maire de Paris, candidat à l'élection présidentielle malheureux avant enfin de parvenir à ses fins, Jacques Chirac a eu un agenda on ne peut plus fourni très longtemps, mais n'a jamais manqué d'avoir un mot pour les agriculteurs dès qu'il le pouvait.

Mais en tant que Président de la République (1995-2007), qu’a-t-il fait pour l’agriculture française ? Deux lois d’orientation agricole ont été votées sous son « règne », en 1999 et en 2006.

La première, c’était pendant la cohabitation, avec Lionel Jospin Premier ministre et Jean Glavany ministre de l’Agriculture, il était question de CTE (contrats territoriaux d’exploitation)… Elle n’a guère plu aux agriculteurs, normal ça venait d’un ministre de gauche donc « pas avec eux », mais aucun d’entre eux n’en a alors voulu à Jacques Chirac d’avoir été directement à l’origine de la cohabitation (en ayant « maladroitement » dissous l’Assemblée nationale). En 2006, le fonds agricole ou le bail cessible font peut-être avancer les choses, mais les DPU « imposés par l’Europe » contrebalancent largement. Là encore, à aucun moment Jacques Chirac lui-même n’est tenu pour responsable de l’instauration des DPU (droits au paiement unique). « C’est la faute à l’Europe » était alors l’idée largement répandue.

Les deux épisodes douloureux de la vache folle

En 1996 et 2000, le Président de la République Jacques Chirac a dû gérer deux crises majeures de l'agriculture française, celles de la vache folle, ou encéphalite spongiforme bovine (ESB). Et le moins que l'on puisse écrire est que ce ne fut pas simple, qu'il y a eu des erreurs de commises, des reproches, y compris a posteriori par rapport aux solutions trouvées pour la seconde crise, contestées par la Commission européenne.

Politiquement, c'est surtout en 2000 qu'il aurait failli. Nous sommes alors en période de cohabitation, Jean Glavany est ministre de l'Agriculture. Jacques Chirac, au-dessus des partis, se contente de quelques paroles « de sage », rassurantes, demandant par exemple qu’aucune polémique droite-gauche ne naisse sur un sujet pareil. Mais il sait montrer son attention, sans agir lui-même. Et il laisse faire (en tout cas n'apparait pas) lorsque l’accord conclu qui permettra aux éleveurs de sortir financièrement de la crise (des aides directes à la trésorerie) est tel qu’il suscitera plus tard les foudres des institutions européennes, et une amende record à la ferme France. Mais personne ne reproche quoi que ce soit au chef de l'Etat. « La faute à la cohabitation », « la faute à l’Europe », jamais la faute à Chirac… Il faut dire qu'en fin politique, alors que le gouvernement tergiversait sur les mesures à adopter, il a prononcé le 7 novembre 2000 un discours réclamant l'interdiction des farines animales... Etant suivi une semaine plus tard par Lionel Jospin, Premier ministre.

Aucun homme (ou femme) politique n'a repris le flambeau auprès des agriculteurs

Depuis 2011, dernière visite de Jacques Chirac au Salon de l'agriculture, aucune personnalité du monde politique n'a réussi à reprendre le flambeau. Celles ou ceux qui se font applaudir, en particulier en campagne électorale, le doivent avant tout à une "claque" organisée sur leur parcours, pas vraiment à un engouement populaire spontané. Bien qu'énarque, bien qu'ayant été longtemps maire de Paris, et malgré des erreurs qu'il a pu commettre, Jacques Chirac reste incontestablement l'unique personnalité politique de notre ère actuelle à symboliser la défense du monde paysan. Je ne serais d'ailleurs pas étonné qu'un hommage particulier lui soit décerné par celui-ci.

Une anecdote personnelle, l'histoire d'une photo

La photo qui illustre cet article est une photo de l'AFP... Que j'ai personnellement prise ! En 2006, au Salon de l'agriculture, nous étions en pleine grippe aviaire, une catastrophe pour tous les éleveurs de volailles. A ce moment, j'étais rédacteur en chef du magazine du syndicat des Jeunes agriculteurs, JA Mag. J'ai personnellement émis l'idée, rapidement partagée par les responsables des JA de l'époque, qu'il faudrait obtenir du Président Chirac qu'il mange de la volaille devant des appareils photos ou caméras, que ça aiderait le public à retrouver le goût du poulet, lui qui s'en éloignait par crainte de la maladie. Je me suis moi-même procuré les précieux morceaux cuits à point pendant la visite présidentielle, pour qu'ils soient présentés sur le stand des JA au Président lors de son passage. Evidemment aux premières loges, j'ai sans doute eu la meilleure photo, preuve de l'engagement présidentiel en faveur des éleveurs de volailles. Quand l'AFP me l'a demandée, j'ai bien sûr accepté... (sur la photo, à gauche la viticultrice Fabienne Joly aujourd'hui présidente de la Chambre d'agriculture du Var, au milieu Bernard Layre, président des JA à l'époque).

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 27/09/2019 - 13:32
Les agriculteurs
devraient mieux entretenir leurs neurones: Chirac est celui qui a introduit dans la constitution le principe de précaution justifiant l'interdiction du Glyphosate!