En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

07.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Réalité du confinement
Jean Castex et les ministres du gouvernement ont dévoilé les différentes mesures et aménagements liés au reconfinement
il y a 14 min 29 sec
pépite vidéo > Religion
Emotion
Attaque à Nice : le glas a résonné dans les églises de France en hommage aux victimes
il y a 3 heures 38 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron s’inquiète de l’affaiblissement de Castex, les islamo-gauchistes refusent d’assumer leurs responsabilités; Le juteux business des ex-politiques; Olivier Véran, l’homme qui dit qu’on n’a pas voulu l’écouter sur la gravité du Covid
il y a 4 heures 32 min
pépites > France
Opération Sentinelle
Attentat à Nice : Emmanuel Macron réhausse de "3.000 à 7.000" le nombre de militaires déployés sur le sol français
il y a 5 heures 11 min
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 6 heures 17 min
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 8 heures 32 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 9 heures 23 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 10 heures 18 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 11 heures 17 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 12 heures 11 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attentat à Nice : l'assaillant serait un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa
il y a 3 heures 16 min
pépites > International
Multiples attaques
Arabie saoudite : un vigile du consulat français à été blessé au couteau à Djeddah
il y a 4 heures 11 min
pépites > France
Vigilance des forces de l'ordre
Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon
il y a 4 heures 56 min
light > Religion
Vatican
Attentat à Nice : le pape François "prie pour les victimes et leurs proches"
il y a 5 heures 55 min
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 8 heures 10 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 8 heures 57 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 9 heures 39 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 10 heures 48 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 11 heures 25 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 12 heures 49 min
© TIMOTHY A. CLARY / AFP
© TIMOTHY A. CLARY / AFP
climat

N’écoutez pas Greta Thunberg, écoutez l’extrême-gauche écologiste : c’est elle qu’il faut surveiller

Publié le 25 septembre 2019
En allant trop loin dans son discours à l’ONU, et dans ses actions contre la France, Greta Thunberg s’est décrédibilisée. Mais derrière cette icone, c’est toute l’extrême-gauche écologiste qu’il faut dénoncer, car son idéologie porte en elle les germes de dérives inacceptables.
Nicolas Moreau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômé d'école de commerce, Nicolas Moreau a exercé en tant qu'auditeur pendant une décennie, auprès de nombreux acteurs publics, associatifs et privés.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En allant trop loin dans son discours à l’ONU, et dans ses actions contre la France, Greta Thunberg s’est décrédibilisée. Mais derrière cette icone, c’est toute l’extrême-gauche écologiste qu’il faut dénoncer, car son idéologie porte en elle les germes de dérives inacceptables.

Des débuts prometteurs

En 2018, une jeune adolescente inconnue décidait en Suède de faire grève de l’école pour le climat. L’idée était de sécher les cours, devenus inutiles pour des jeunes à l’avenir menacé, afin d’alerter sur l’urgence du réchauffement climatique, et sur le manque d’entrain des dirigeants du monde à lutter contre cette menace.

Cette jeune adolescente, Greta Thunberg, dont l’autisme faisait parler, dont les connaissances sur le sujet étaient certaines, et dont la cause était populaire, a rapidement fait des émules. A la suite de son discours lors de la COP 24 de Katowice, les grèves de l’école pour le climat se sont multipliées dans le monde entier, dans une ambiance généralement calme et bon enfant. 

La cause avait ainsi tout pour plaire, et Greta Thunberg est rapidement devenue une icône de la lutte contre le réchauffement climatique, encourageant quiconque à lire et appliquer les recommandations du GIEC. Mais fatalement, signature de l’époque, les polémiques n’ont pas tardé. Un jour, son encourage était accusé de mettre son autisme en avant pour forcer la sympathie à son égard. Un autre, le passé militant de ses parents ressurgissait, nourrissant les soupçons de manipulation. Plus tard, c’est son choix de se rendre à New York en bateau, pour éviter l’avion, qui faisait grincer des dents, ce choix entrainant au final le déplacement de six personnes par avion au lieu de deux.

L’image de Greta a pu en souffrir, marginalement, mais ce n’était rien à côté de ce qu’elle s’est infligée seule à l’ONU.

En allant trop loin, Greta Thunberg dessert son discours

Lors de son discours à l’ONU, le 23 septembre 2019, Greta Thunberg est allée trop loin. Dans son style habituel, percutant et inquisiteur, elle a asséné aux représentants face à elle : « Vous nous demandez à nous, les jeunes, de vous donner de l’espoir ? Comment osez-vous ? Vous avez volé mes rêves et mon enfance avec vos paroles creuses ».

Mauvaise pioche Greta. Mauvais procès.

Face à celle, à l’opposé des « jeunes » dont elle se fait la porte-parole, se trouve une génération critiquable sur maints aspects, qui a bien vécu, à crédit, en endettant sa descendance pour des décennies.

Mais d’un point de vue environnemental, Greta distribue les leçons de morale à la génération qui a pris conscience la première du réchauffement climatique, et qui la première a engagé des mesures pour lutter contre. Elle s’adresse à la génération qui a su comprendre et solutionner la gestion des CFC qui causaient le trou dans la couche d’ozone, et qui est refermé depuis. Elle s’adresse à la génération qui prend le mieux soin de ses sols, de ses ressources, de ses forêts…

C’est aussi, aux USA et en Europe, la première génération à avoir su concilier croissance économique et réduction des émissions de gaz à effet de serre. C’est la génération du protocole de Kyoto et des accords de Paris.

Attaquer cette génération c’est lui faire un procès injuste. Et ce sentiment d’injustice est renforcé par l’action juridique engagée par Greta Thunberg et 15 autres mineurs contre cinq pays pollueurs ayant ratifié la convention de l’ONU sur les droits de l’enfant. (France, Allemagne, Argentine, Brésil et Turquie).

La France, dont la taxe carbone est une des plus élevées du monde, et dont le nucléaire garantit des émissions de CO2 par habitant parmi les plus faibles de la planète, se retrouve ainsi sur le banc des accusés, tandis que des pays qui n’avaient pas ratifié le texte de l’ONU comme les USA, ou qui polluent de manière endémique comme la Chine ou l’Inde, ne sont pas inquiétés. Voilà une action symbolique que son caractère injuste et ridicule rend contre-productive pour la cause que Greta Thunberg souhaite défendre.

Des positions d’extrême-gauche incohérentes

Les discours de Greta Thunberg sont généralement riches en reproches, mais pauvres en solutions. Ilssont surtout teintés d’écologisme radical, proches des discours d’extrême-gauche, et réitèrent éternellement les mêmes erreurs malthusiennes et luddites. 

Cet écologisme d’extrême-gauche a pourtant montré depuis longtemps ses incohérences, en soutenant qu’il fallait écouter l’expertise des scientifiques sur le réchauffement climatique, mais pas sur le glyphosate par exemple. Ou encore en pestant contre les émissions de CO2, mais en luttant en même temps contre le nucléaire qui est l’énergie la plus propre avec l’hydroélectrique. (Avec pour résultat, comme le rappelle le docteur Alexandre, que 86% des 18-24 ans pensent à tort que le nucléaire émet du CO2).

Que dire du reste de cette gauche qui vante des taxes carbone étouffant les plus pauvres de leurs compatriotes ?

Siffler la fin de la récréation

Cette histoire a assez duré.

La place des enfants de 16 ans est à l’école. A cet âge, on y apprend ce qui se passe quand on laisse engager des solutions radicales sous le coup de la panique. Cette panique que Greta Thunberg appelait de ses vœux à Davos, mais dont rien de positif ne peut émerger. 

Plus personne de sensé ne nie le réchauffement climatique aujourd’hui, ni son origine anthropique. Mais il est hors de question de prendre des décisions sous le coup de la panique. L’Occident n’a pas encore totalement succombé aux ravages de la postmodernité, et les valeurs modernes de croyance en la science, à la rationalité et au progrès, s’y appliquent toujours. Ces valeurs modernes restent un modèle dans la majeure partie des grands pays de ce monde, et c’est par elles que nous relèverons le défi climatique.

A 16 ans surtout, on n’a pas connu les horreurs du passé. Face à Greta à l’ONU, quelques-uns avaient souffert du nazisme, plus encore avaient souffert du communisme, et d’autres souffrent toujours de l’islamisme. Ces gens savent comment un totalitarisme s’installe. Ces gens savent au fond d’eux que les pires régimes de l’histoire vantaient tous l’intérêt général au-dessus de l’intérêt particulier. Ces gens savent au fond d’eux, où peuvent mener des décisions prises sous le coup de l’émotion et de la peur.

L’écologisme n’est pas un totalitarisme.Mais sa consanguinité avec l’extrême gauche, la nécessité de le faire appliquer par un Etat omniprésent et centralisateur, sa façon de s’imposer par des discours irrationnels et apocalyptiques, et le caractère radical et liberticide des solutions qu’il propose, incitent à le surveiller de près et ne pas tolérer ses dérives.

La génération que Greta attaque a connu le XXe siècle, qui a été un siècle de combats dévastateurs et de révoltes terribles pour la liberté. Cette génération ne tolèrera pas que ces libertés, si chèrement acquises, soient de nouveau menacées au nom d’une nouvelle idéologie à la rationalité et aux méthodes douteuses. Et c’est tant mieux.

Mais la génération qui vient saura-t-elle sauvegarder ces libertés ? 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (36)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 27/09/2019 - 10:41
J'ajoute sur
"Usines de captation du CO2 pour réutilisation en énergie" car des gens disent que cela est débile de remettre du CO2.
L'on n'augmente pas le CO2 dans l'atmosphère, puisqu'il s'agit du même qui y est déjà. Donc déjà le fait de ne pas augmenter donc de stabiliser c'est une avancée.
Benvoyons
- 27/09/2019 - 10:36
Au lieu de passer son temps en lamentaion, il me semble plus
mais beaucoup plus judicieux de parler de ce qui bouge.
& là franchement les lamentations ne servent plus à rien.
Ainsi Usines de captation du CO2 pour réutilisation en énergie, pour faire des engrais, etc..
Ainsi l'Hydrogène (il y a des flottes de Camions en Suisses, Californie. Même Air Liquide vient de lancer une usine pour faire de l'hydrogène sans pétrole au Canada. Vient de signer aussi avec la Chine etc..
Ainsi des bactéries pour recycler les composants électroniques
etc...
Ceux qui restent encore & encore, sur des lamentations, sont les ploucs, qui ont toujours été dans toutes les périodes des évolutions de l'humanité.
COUKOUCéMOI
- 26/09/2019 - 19:59
@Jérome 69
"Certains" confirme que nous sommes bien dans une période de réchauffement, et ce depuis quelques dizaines de milliers d'années; celui-ci est donc, par définition, "naturel", ou "normal" si ça vous gêne moins.
La VRAIE question est donc bien de déterminer l'éventuelle contribution de l'activité humaine aux quelques pouièmes de nano degrés DE PLUS au réchauffement naturel en cours, ce qui n'est à l'heure actuelle pas démontré, sauf à le vouloir envers et contre tout, comme c'est le cas.
La même méthode appliquée dans les années 50 et 80 aurait donné des résultats inverses, nonobstant qu'il y a eu une mini glaciation. Par ailleurs, l'analyse sur quelques dizaines d'années, soit du très très court terme en l'espèce, n'a pas grand sens. Appliquez cette même méthode, (à quelques jours, semaines ou mois) à la gestion d'une entreprise par exemple, et vous comprendrez. Mais encore faut-il être ...au niveau !