En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

05.

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

06.

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

07.

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Bataille pour Paris
LREM : Agnès Buzyn annonce qu'elle est toujours candidate pour le second tour des municipales à Paris
il y a 29 min 32 sec
pépite vidéo > International
Menace pour les récoltes
L’Inde fait face à une invasion de criquets
il y a 1 heure 37 min
décryptage > Economie
Politique industrielle

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

il y a 3 heures 34 min
décryptage > Sport
Activité physique

L’avenir en demi-teinte pour le sport en ville par temps de pandémie

il y a 4 heures 29 min
décryptage > Economie
Génération Covid-19

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

il y a 5 heures 8 min
décryptage > International
Stratégie

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

il y a 5 heures 55 min
décryptage > Santé
Réforme

Ségur de la santé : voilà pourquoi l’argent seul ne réglera pas les problèmes des hôpitaux français

il y a 6 heures 45 min
pépites > France
"Route Nationale 7"
Nicolas Dupont-Aignan réclame la gratuité des autoroutes pour cet été
il y a 17 heures 9 min
pépites > Economie
Soutien aux salariés
Coronavirus : les entreprises vont assumer 15% du coût du chômage partiel dès le 1er juin
il y a 20 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et passe le souffle des dieux, ainsi était l'An Mil" de Philippe Séguy : une épopée envoûtante, Bataille d'Hastings, Tapisserie de Bayeux, druides contre chrétiens et... amour toujours !

il y a 21 heures 20 min
pépites > High-tech
Atout contre le virus
StopCovid : la Cnil autorise l’application de traçage pour lutter contre le coronavirus
il y a 1 heure 7 min
décryptage > France
Monde d'après

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

il y a 3 heures 23 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

La BCE et la Cour de Karlsruhe

il y a 4 heures 12 min
décryptage > Economie
Disparition

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

il y a 4 heures 59 min
décryptage > France
Danger public

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

il y a 5 heures 36 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les entreprises aspirent à plus de Made in France, moins de CO2... mais surtout pas à la décroissance

il y a 6 heures 16 min
light > Culture
Goût de la lecture
Les ventes de livres sont en forte hausse depuis la levée du confinement
il y a 16 heures 54 min
pépites > Santé
"Etude foireuse" ?
Covid-19 : l'OMS décide de suspendre temporairement les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine
il y a 19 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Killign Eve" de Phoebe Waller-Bridge (saison 1), Emerald Fennell (saison 2) et Suzanne Heathcote (saison3) : la série qui tue !

il y a 21 heures 6 min
pépites > Santé
Réforme
Plan Ségur de la santé : Edouard Philippe promet des changements rapides et annonce une hausse des salaires "significative"
il y a 21 heures 43 min
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Usine à gaz

Voilà pourquoi le vrai problème du coup de rabot gouvernemental sur la défiscalisation des aides pour les seniors n’est pas d’être une politique “dure aux vieux”

Publié le 24 septembre 2019
Sibeth Ndiaye a annoncé sur LCI hier que le gouvernement comptait supprimer l'"automaticité" du dispositif de suppression des cotisations patronales pour les personnes âgées.
Marc de Basquiat est fondateur de StepLine, conseil en politiques publiques, et chercheur associé du laboratoire ERUDITE. Il préside l’Association pour l’Instauration d’un Revenu d’Existence. Il intervient régulièrement comme expert GenerationLibre. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marc de Basquiat
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marc de Basquiat est fondateur de StepLine, conseil en politiques publiques, et chercheur associé du laboratoire ERUDITE. Il préside l’Association pour l’Instauration d’un Revenu d’Existence. Il intervient régulièrement comme expert GenerationLibre. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sibeth Ndiaye a annoncé sur LCI hier que le gouvernement comptait supprimer l'"automaticité" du dispositif de suppression des cotisations patronales pour les personnes âgées.

Atlantico : Sibeth Ndiaye a annoncé sur LCI hier que le gouvernement comptait supprimer l'"automaticité" du dispositif de suppression des cotisations patronales pour les personnes âgées. En quoi ce dispositif était-il à la base contestable en termes de justice sociale ?

Marc de Basquiat : Le dispositif en question est hérité d’une idée géniale. On fait d’une pierre trois coups : aider les vieux à vivre plus longtemps chez eux, occuper les chômeurs, décourager le travail au noir. En théorie c’est superbe. Mais en pratique ?

Très concrètement, les personnes de plus de 70 ans, qu’elles soient riches ou pauvres, ne paient aucune cotisation sociale sur les salaires des personnes qui leur rendent divers services à domicile : ménage, cuisine, soins, jardinage, ou simple compagnie... On comprend tout de suite l’effet d’aubaine dont bénéficient les riches aisés. Il n’est donc pas choquant que le gouvernement souhaite plus de sélectivité dans les aides apportées aux séniors, en introduisant un critère de dépendance.

Mais tous les bénéficiaires ne sont pas aisés. Pour les septuagénaires qui bouclent difficilement leurs budgets, la rigueur gouvernementale est moins plaisante. Certains vont alléger certains services, contribuant marginalement au chômage d’une population peu qualifiée. Ou basculer vers l’informel pour éviter de payer des « charges sociales » dont ils n’ont pas l’intérêt direct. Malgré ces réactions alarmistes des représentants des particuliers employeurs, il n’est pas simple d’anticiper l’impact réel de la décision gouvernementale. D’autant que les personnes âgées bénéficient d’autres dispositifs d’aide : exonérations partielles de cotisations, crédits d’impôts et prestations ciblées (en particulier l’APA). Ce ne sera peut-être pas si catastrophique que certains le proclament.

Plus intéressant : la décision révèle un changement dans la doxa sur les allègements de cotisations sociales patronales. Elles se sont accumulées pour les salariés au Smic. En règle générale, pour un net de 1200 euros le coût employeur atteint à peine 1600 euros. Et le salarié – non imposable – perçoit de l’Etat une prime d’activité d’environ 200 euros, ou plus selon ses charges de famille. Les bas salaires cotisent extrêmement peu, les revenus moyens un peu plus. Il faut utiliser un simulateur, même très simple d’utilisation comme lemodele.fr, pour mesurer l’impact de tous ces dispositifs dérogatoires. 

Les débats de l’ère Hollande menant à la création du CICE ou du « pacte de compétitivité » ont installé cette idée que les cotisations sociales patronales sont les premières responsables du chômage et que les exonérations ciblées sur les salariés moyens peuvent booster la création d’emplois de qualité, dans l’industrie en particulier… On attend toujours !

De leur côté, les retraités ne contribuent quasiment pas à la prestation universelle maladie (PUMa) dont ils sont logiquement les premiers utilisateurs. Pourtant, leur niveau de vie moyen est supérieur à celui des actifs. Malgré les cris d’orfraie qui ont accompagné la hausse de la CSG au début du quinquennat, les cotisations sociales des retraités (hors mutuelles) restent modestes. Les descendants paieront l’addition, via une dette actuellement attractive du fait de taux négatifs. Mais ce sera plus tard !

Donc oui, il est légitime que le gouvernement tente de mettre un peu d’ordre dans le maquis des exonérations de cotisations sociales, qui nous condamnent à une survie administrée, sous perfusion de dette.

C'est à la complexité fiscale (et aux niches indues) que le gouvernement semble vouloir s'attaquer. Est-ce ce genre de suppression à la marge qui lui permettra de résoudre le problème ?

En entreprise, un plan de transformation se conduit à partir d’un diagnostic, partagé dans un vaste plan de communication pour impliquer chacun dans l’objectif global. Chacun sait grosso modo où on va et contribue à sa mesure au mouvement général, pour éviter d’être mis de côté. Cette rationalité opérationnelle ne semble pas fonctionner en politique. Dès qu’un changement est annoncé, les micros des journalistes sont immédiatement dirigés vers ceux qui expliquent pourquoi c’est une mauvaise idée. Lorsque tout un pays est abreuvé en continu par les réactions des opposants politiques et des réseaux sociaux, d’autant plus sur des sujets qui ne les concernent en rien, tout changement – même bénéfique pour le plus grand nombre – est voué au brouhaha. Les politiques ont plus que jamais conscience que « les réformes font des perdants et des ingrats ». 

On en voit l’illustration avec l’évolution majeure du barème de l’impôt sur le revenu pour 2020, qui va réellement alléger l’impôt de millions de contribuables. Qui en a vraiment conscience ? Le simulateur lemodele.fr permet de calculer comment son impôt évoluera entre 2019 et 2020. Dans cet exemple, le ménage de Paul et Virginie et ses deux enfants verra son impôt diminuer de 239 euros

Dans ce contexte passablement pollué, deux stratégies sont envisageables. Soit, on accumule les réformettes en espérant passer sous le feu des contestataires, soit on tente de gagner l’adhésion générale sur un projet ambitieux et consensuel. Le projet En Marche ! de 2017 hésitait entre les deux, parvenant à intéresser des électeurs des deux bords politiques en distillant ses propositions au compte-goutte. Depuis, ce sens tactique payant a montré sa limite, les changements présentés successivement s’insérant rarement dans une vision d’ensemble partagée. La réforme des retraites est l’exception, dont on espère le succès. 

Sur les niches fiscales, on se désole de la permanence de quelques 500 dispositifs spécifiques dont on suspecte qu’ils servent plus des intérêts catégoriels que le bien commun. Mais comment les supprimer un à un si on ne dispose pas du plan d’ensemble pour la fiscalité française du 21ème siècle ? Supprimer la taxe d’habitation a peut-être du sens, mais la remplacer par quoi ? Personne n’est capable aujourd’hui de décrire la vision globale du gouvernement en matière fiscale. 

La proposition n'a pas manqué de provoquer des réactions d'indignation. Est-ce la meilleure manière de faire évoluer les choses sur ces questions ?

La succession des guéguerres sur tous les sujets épuise le pays, discrédite les gouvernants et avilit la démocratie. Dans un monde ordonné, on commencerait par remonter à quelques principes structurants, élevés, simples et consensuels, du type : « chacun doit être éduqué, logé, soigné, nourri ». Etablir ce genre de consensus n’est pas très compliqué. Il suffit de demander aux opposants  de décrire les cas où le principe ne s’applique pas… Ensuite, on décline en objectifs secondaires, puis en cibles plus opérationnelles. C’est un travail qui nécessite d’approfondir les valeurs qui pourront faire consensus, d’interroger les désaccords, de mobiliser toutes les compétences et de structurer une communication inclusive. Les propositions de rationalisation viennent ensuite, sur la politique familiale, le logement ou le revenu universel, qui appellent  un débat démocratique avec le support d’outils tels que lemodele.fr

La règle du jeu politique est malheureusement à l’opposé. Pour gagner la prochaine élection, mieux vaut exacerber sa différence, moquer ses opposants, surfer sur des messages simplistes et identifier avec précision ses électeurs grâce au micro-ciblage. Pour gouverner aujourd’hui, le dédoublement de la personnalité est un atout.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Bobby Watson
- 02/12/2019 - 23:04
Sus aux personnes âgées
Les dispositifs Borloo avaient le mérite d'aider la prise en charge de la dépendance des personnes âgées tout en créant des emplois de service... Voilà que ce gouvernement aux abois veut supprimer ce système intelligent qui avait le mérite de de faire disparaître le travail dissimulé. On savait que Macron avait fait ses classes avec Hollande... mais le pire est à venir semble-t-il.
clo-ette
- 25/09/2019 - 10:46
Vivement la fin
de la Macronie, assemblée d'opportunistes ,diligentée par qui ? hein ? c'est une question .
Dorine
- 25/09/2019 - 08:46
Vous avez dit bizarre
Comme par hasard, la suppression des avantages des personnes âgées allait couvrir une partie des remboursements de la PMA pour toutes. On nous présente dans l'article l'allègement des impôts pour les jeunes, mais pour faire passer la PMA et son remboursement, on gratte les fonds de tiroir et on fait les poches des vieux.....