En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 5 heures 11 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 7 heures 36 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 8 heures 49 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 10 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 11 heures 26 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 12 heures 25 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 13 heures 9 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 13 heures 41 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 14 heures 5 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 14 heures 40 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 7 heures 14 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 8 heures 1 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 10 heures 1 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 11 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 11 heures 42 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 13 heures 5 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 13 heures 26 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 13 heures 58 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 14 heures 11 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 14 heures 40 min
Couple germano-allemand

L’Allemagne, désormais seule à pouvoir sauver la zone euro de la récession (mais fera-t-elle le nécessaire ?)

Publié le 24 septembre 2019
L'indice de production manufacturière allemand était à 43,5 début septembre, signe d'une contraction de l'économie.
Philippe Waechter
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Waechter est directeur des études économiques chez Natixis Asset Management.Ses thèmes de prédilection sont l'analyse du cycle économique, le comportement des banques centrales, l'emploi, et le marché des changes et des flux internationaux de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'indice de production manufacturière allemand était à 43,5 début septembre, signe d'une contraction de l'économie.

Atlantico : Quels risques cette contraction ferait-elle peser sur l'économie de la zone euro – et notamment sur l'économie française - selon vous ?

Philippe Waechter : Pour le mois de septembre l’indice Markit du secteur manufacturier etait de 41.4 en Allemagne soit un niveau inconnu depuis la crise de 2008 et ses conséquences. 

L’économie allemande étant un partenaire majeur de tous les pays de la zone euro, sa contraction forte et persistante pénalise l’ensemble des pays de la zone. 

Cette économie est très certainement en récession même si l’on ne dispose pas encore du chiffre d’évolution du PIB du 3ème trimestre. Le risque est que le reste de la zone euro ne soit pas susceptible de contrecarrer cette allure. L’économie italienne est fragile, celle de l’Espagne est robuste mais de taille réduite. Seule la France pourrait inverser la tendance. La politique économique menée en France renforce effectivement la croissance de l’hexagone. Cependant, il s’agit davantage de limiter le risque de rupture en raison du choc externe que de relancer la croissance. En d’autres termes, une récession forte en Allemagne entraînera probablement la zone euro avec elle. 


Quelle devrait-être la décision de l'Allemagne pour éviter cette récession et pensez-vous que le gouvernement allemand prendra les mesures nécessaires à temps ? 

L’Allemagne doit allumer un contrefeu face au choc fort et brutal en provenance de l’extérieur. Il faut créer les conditions suffisantes pour annuler en partie les effets négatifs en provenance de l’extérieur. 

L’Allemagne dispose d’un surplus budgétaire considérable de l’ordre de 2.9% du PIB au premier semestre. C’est ce surplus qu’il faut utiliser pour alimenter la demande interne et limiter le risque de contagion vers le reste de la zone. 

Cela suppose que la récession allemande soit suffisamment profonde et que le dogme budgétaire allemand sur l’équilibre des finances publiques soit bousculer alors que cela fait parti de l’accord de coalition entre le CDU et le SPD. Les conditions de la mise en œuvre d’une telle politique sont fortes. Il n’y a rien de spontané ni d’évident du côté allemand sur ces questions. 

 

Faute d'une politique budgétaire adaptée, comment les autres pays européens pourraient-ils se protéger d'une récession importée ? 

Il faut créer les conditions d’une demande interne plus forte pour limiter au maximum les effets d’entraînement en provenance d’Allemagne. Cela n’est pas forcément en phase avec les règles budgétaires européennes. 

 

La dépendance de l'économie européenne à la croissance allemande, n'est-elle pas un problème qu'il conviendrait de résoudre pour les p

la zone euro a fonctionné avec une Allemagne faible mais avec les autres pays qui étaient très dynamiques. C’était au début des années 2000. Depuis les exportations allemandes se sont grandement tournées vers l’Asie et la chine. Cela a longtemps été favorable et cela l’est moins désormais. A l’Allemagne de recentrer son modèle et aux autres pays de créer des dynamiques plus autonomes. C’est aussi cela une union monétaire. Il y a forcément un peu de concurrence et de challenge entre les pays la composant. Aux européens de faire face et de rééquilibrer la construction de l’Europe. Cela devrait passer quoiqu’il arrive par une stratégie budgétaire mieux partagée. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 24/09/2019 - 23:36
ajm - 24/09/2019 - 21:59 La Suède a dévalué fortement :)::)
Couronne Suédoise 2002 pour 1€= 9,3088 & Juin 2019 pour 1€=10,6205
Les Danois ont signé avec la BCE un accord pour rester entre -2,5 & +2,5 % par rapport à l'€. En fait aucun ds 2 pays n'est sorti ds clous par rapport à Maastricht même pour la dette puisqu'ils sont à une dette de 35%::) en ayant des prélèvements légèrement en dessous de la France::)
D'ailleurs les 2 pays si le vote devient favorable & bien peuvent entrer dans l'€ sans problème puisqu'ils en suivent les recommandations.
La gestion de la France est la gestion de la France & cela depuis le nouveau Franc. La période de Gaulle jusqu'à celle de Mitterrand ont été des périodes Nationalistes. France Telecom , Thomson, etc, n'achetaient que Français sauf les matières premières(la Chine, l'Inde n'existaient pas)& pourtant la France dévaluait régulièrement pour relancer + endettement+de nouveau dévaluation & perte de nos industries ( normal quand tu achètes 20à30% + chers en interne car marchés obligatoires France & donc captifs, que par rapport aux autres pays d'Europe) Les prix à l'Unité dans catalogues Allemand, étaient plus élevés en France qu'en Allemagne de 15 à 20%. Le Nationalisme Fr a tué la Fr
ajm
- 24/09/2019 - 22:19
Fin des modèles
Comme les Français et leurs politiques n'étaient pas assez vertueux , l'état profond dans notre pays, l'IGF et la Direction du Trésor, ont décidé il y a un quart de siècle de nous arrimer à une nouvelle monnaie calquée sur le DM, l'Euro. Malheureusement ( ou pas) cette monnaie ne nous a pas rendu plus vertueux, au contraire. A l'abri de la sanction des marchés et des dévaluations, avec des taux bas, nous avons persévéré dans l'erreur en accord en accumulant de nouvelles dépenses de fonctionnement et de transfert, le manque de compétitivité aggravant nos déficits sous l'effet d'une croissance anémique et de partenaires qui en rajoutaient dans la mortification budgétaire et l'austérité. La bonne tenue des comptes Allemands est la conséquence de la bonne situation de leur économie exportatrice, génératrice de recettes fiscales et de plein emploi, au moins autant que de leur "sens de l'économie". Le bouleversement en cours aux USA et en Chine va rendre leur modèle beaucoup plus compliqué à mettre en œuvre, leur croissance va tendre vers zéro pendant des années et ne servira pas de relais de demande externe pour nous et les autres dans l'euro.
ajm
- 24/09/2019 - 21:59
Les vraies erreurs.
Les Danois et les Suédois ne sont pas dans l'euro. La Suède a dévalué fortement sa monnaie quand c'était nécessaire il y a plus d'une dizaine d'années ce qui a facilité ses réformes en accélérant sa croissance et ses recettes fiscales. L'Allemagne est le seul grand pays en Europe à avoir une industrie très puissante dédiée à l'export qui bénéficie de surcroît d'une monnaie sous-évaluée ( pour elle , pas pour nous). Les réformes déflationnistes effectuées il y a quelques années par Schroeder n'ont fait qu'accentuer un compétitivité export très ancienne qui n'a jamais cessé depuis le début du 20 siècle, même avec les guerres et la digestion du désastreux héritage de l'Allemagne de l'est communiste. L'erreur majeure des décideurs français a été d'imposer l'euro à l'Allemagne tout en faisant de la distribution d'argent public permanente à chaque contestation d'une partie des Français au lieu de tenter une politique vertueuse, ce qui supposait AU PREALABLE de réformer profondément la sphère publique au lieu de procéder par petits rabots budgétaires pathétiques et mortifères.