En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

02.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

03.

Pour la France, la dette est magique, plus on en fait, plus on s’enrichit... alors pourquoi se priver ?

04.

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

05.

Rébellion corporatiste des magistrats : il faut sauver le soldat Dupond-Moretti

06.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

07.

La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

05.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

06.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

04.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

ça vient d'être publié
light > Culture
Lecteurs orphelins
Quino, le dessinateur et scénariste argentin, créateur du personnage de "Mafalda", est mort à l'âge de 88 ans
il y a 4 heures 32 min
pépites > Justice
Mesures de restrictions
Covid-19 : la justice confirme la fermeture des bars et des restaurants à Aix-en-Provence et à Marseille
il y a 6 heures 50 min
pépites > Politique
Rapport
Soupçons de détournement de fonds publics : le conseil régional d'Ile-de-France visé par des perquisitions
il y a 7 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mon Cousin" de Jan Kounen : l’enfant terrible du cinéma français s’est amusé à "lifter" les codes des films de duos à la Francis Veber

il y a 9 heures 11 min
pépites > France
Affolement sur les réseaux sociaux
Détonation à Paris : un avion a franchi le mur du son
il y a 9 heures 41 min
light > Société
Croc Top
55% des Français se prononcent pour une interdiction des tee-shirts laissant apparaître le nombril dans les lycées
il y a 11 heures 19 min
décryptage > Politique
A voté

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

il y a 11 heures 52 min
décryptage > Société
Etincelles

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

il y a 12 heures 14 min
pépite vidéo > Politique
Démocrates Vs Républicains
Présidentielle américaine : retrouvez le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden
il y a 12 heures 43 min
décryptage > International
Course à la Maison Blanche

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

il y a 13 heures 1 min
pépites > Défense
Guerre
L'Azerbaïdjan va combattre jusqu'au "retrait total" des Arméniens du Karabakh
il y a 6 heures 22 min
décryptage > Politique
CAMPAGNE ÉLECTORALE

LR intermittent : mais à quoi a donc joué Gérard Larcher pendant les sénatoriales ?

il y a 7 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Cabaret Louise" de Régis Vlachos : quand l'histoire de la révolutionnaire Louise Michel est revisitée, complètement décalée, avec des incursions en mai 1968 et avec les Gilets jaunes

il y a 8 heures 49 min
light > High-tech
Pas Perdu
Un système d'adresse gratuit pour localiser avec précision n'importe quel endroit dans le monde
il y a 9 heures 29 min
Bulles
Une marque de champagne propose un millésime 2010 bien que cette année-là soit considérée comme à oublier
il y a 10 heures 13 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

A la découverte des Emirats arabes unis

il y a 11 heures 19 min
light > Economie
Crise
Disney supprime 28.000 emplois sur 100.000 employés dans ses parcs aux USA
il y a 11 heures 58 min
décryptage > Science
Imagination

Bonne nuit les petits (cyborgs) : le MIT développe une technologie pour téléguider les rêves

il y a 12 heures 27 min
light > High-tech
Sécurité
Amazon One : un nouveau système de paiement en magasin, un scanner qui analyse votre main
il y a 12 heures 53 min
décryptage > Economie
Espoir

Les ménages américains ont connu un boom de leur pouvoir d’achat pendant les années 2010. Voilà les leçons que l’Europe pourrait en retenir

il y a 13 heures 27 min
© JEFF PACHOUD / AFP
© JEFF PACHOUD / AFP
Les yeux ouverts

Voici comment Lyon II est devenu le laboratoire de la haine décoloniale

Publié le 23 septembre 2019
On y enseigne ce qu'il faut et comme il faut. Malheur à celui qui n'aimerait pas les cours qui y sont dispensés.
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
On y enseigne ce qu'il faut et comme il faut. Malheur à celui qui n'aimerait pas les cours qui y sont dispensés.

La blanchitude est une maladie. Elle ne s’attrape pas, ne se contracte pas. On l'a de naissance, parce qu'on est né de parents blancs, qu'on a été élevé dans un milieu blanc, qu'on vit dans un pays blanc. Elle est donc congénitale, héréditaire. Cette maladie fait des ravages en France alors qu'elle est heureusement inexistante sur le continent africain.

Il ne faut pas désespérer pour autant : la blanchitude peut être combattue et vaincue. Pour cela, il faut tuer l'homme blanc qui est en nous. Un long et douloureux cheminement introspectif. Mais au bout, il y a la guérison. Nombre d'enseignants et d'étudiants de Lyon II ont courageusement fait ce travail. En tant qu'organismes génétiquement modifiés, ils sont aujourd'hui heureux et épanouis.

Eliott Savy, atteint comme eux de blanchitude, a refusé cette catharsis nécessaire. Étudiant en Sciences politiques à Lyon II, il a préféré continuer à végéter dans sa blanchitude. Elle est particulièrement virulente dans son cas, car outre la très peu avenante couleur de sa peau, il milite au Printemps Républicain et est de droite. Ce refus d'une guérison pourtant salutaire a soulevé une légitime indignation. Il a été menacé, insulté, harcelé. Et sur les murs de la fac, on a vu apparaître un énorme tag : « Eliott Savy, va te grand remplacer ».

Las de se battre seul, il s'est confié aux médias : le Progrès de Lyon d'abord, Le Figaro ensuite. On remarquera que LibérationLe MondeLes InrocksTélérama n'ont pas soufflé mot de cette affaire. Ces journaux ont travaillé durement pour éradiquer leur blanchitude. Hors de question qu'ils replongent dedans. La cas d'Atlantico n'est pas tranché. Si cet article est publié, il le sera.

Eliott Savy nous a appris deux ou trois choses sur la pensé dominante à Lyon II. Il y a là-bas un cours « Sociologie des mobilisations collectives ». Un de ces intitulés : « Les effets de la répression sur les mobilisations et les militants », avec un texte sur la mort de Rémy Fraisse. Ça c'est de la sociologie !

On y apprend aussi à connaître les vertus du « féminisme islamique ». Le cours s'appelle « Politique comparée : les États post-coloniaux ». Deux lectures obligatoires. Un chapitre du livre d'une certaine Zahra Ali qui se livre à une exégèse du Coran. Un article sur l'émancipation politique des femmes en Iran, grâce au « féminisme islamique ». Cet engagement n'est pas que théorique : les instances de l'université appellent régulièrement les étudiants à manifester en faveur des migrants.

Eliott Savy n'est plus à Lyon II. Les autres y sont toujours. Ils en sortiront avec des diplômes qu'on leur aura généreusement octroyés. Ces semi-lettrés, ces demi-analphabètes seront proclamés sociologues. Ils publieront quelques livres qui seront édités chez l’Harmattan : une boite qui sort tous les ouvrages qu'on veut du moment qu'elle n'a pas à payer pour.

Ainsi intronisés, ils seront invités dans les médias en tant « qu'experts ». Devant les micros, ils diront ce qu'il convient de penser. Grâce aux Big Brothers de Lyon II et d'autres universités, la reproduction des Little Brothers est assurée...

 

PS : La présidente de Lyon II a un nom : Nathalie Dompnier. La ministre de l'Enseignement supérieur aussi : Frédérique Vidal. Elles n'ont rien dit, rien fait concernant le cas d’Eliott Savy. Sans doute sont-elles occupées à soigner leur blanchitude.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Titohanui
- 24/09/2019 - 09:25
Lyon II est depuis toujours comme cela
J'ai fait un tout petit bout de mes études à Lyon II ….Génétiquement , si j'ose dire , c'est la fac bébéte ….Elle fut fondée dans les années 70 par une cohorte de mandarins d'extrème gauche en ScienceS Eco , en Histoire etc ….L'un d'entre eux s'était fait un nom en tentant de démontrer le caractère "fictif " du journal d'Anne Franck ...Conspué (à juste titre ) par l'ensemble de la communauté universitaire (et au delà ) il s'était dieudonnisé ….Comme Dieudonné (lui aussi venu de la Gauche ) il s'était rapproché de l'extrème droite ….C'était Faurisson ...Depuis décédé qui obtint ainsi une célébrité que ses travaux proprement universitaires ne lui aurait pas permis d'esperer.
C'est un cas extrème .La plupart sont restés dans le giron de l'extrème gauche ils n'étaient pas moins un peu "particuliers "
Les règles qui , dans les années 80 ont présidé au choix des enseignants chercheurs en France ont fait que le caractère fortement "idéologique " (pour être poli ) de cette université s'est maintenu
En effet le professeur machin spécialiste de la colonisation a recruté dans son DEA , puis en Ecole doctorale des étudiants d'un certain profil qui , docteurs , continuent la tradition .
tubixray
- 24/09/2019 - 09:00
fac poubelle
Pour Lyon II, un département de lettres et un autre de "sciences humaines et sociales" constituent deux poubelles pour post bacheliers à 80 % d'une classe d'âge.
Bonne nouvelle, aucun débouché pour ces lavés du cerveau ou si peu.
Ces enseignants collabos devraient subir la charia à l'envers.
francisquinze
- 23/09/2019 - 22:18
Et le Point ?
L'auteur cite les titres abolitionnistes, ceux qui ont soutenu l'abolition du mot race dans notre Constitution, et pour lesquels le mot blanc est devenu symbole d'impureté...le Progrès de Lyon, Le Figaro, Libération, Le Monde, Les Inrocks, Télérama.
Le Point auquel j'étais abonné jusqu'à ce jour a à plusieurs reprises censuré dans son forum toute référence aux statistiques officielles sur l'immigration (INSEE et INED) mentionnant qu'en 2017 1/3 des naissances étaient issues d'au moins 1 parent né à l'étranger voire les 2. Et c'est même 53 % en IDF.
Mentionner ces données brutes, sans commentaires sur le forum du Point est impossible.
J'ai même effectué plusieurs essais pour éliminer les susceptibilités d'un modérateur "perfectionniste"
Eh bien non, c'est semble t-il une consigne éditoriale.
On verra bien pour le nouveau débat annoncé par Macron si pour "regarder l'immigration en face" on continue de détourner son regard des statistiques embarrassantes ...