En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

02.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

03.

Pour la France, la dette est magique, plus on en fait, plus on s’enrichit... alors pourquoi se priver ?

04.

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

05.

Rébellion corporatiste des magistrats : il faut sauver le soldat Dupond-Moretti

06.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

07.

La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

05.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

06.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

04.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

ça vient d'être publié
light > Culture
Lecteurs orphelins
Quino, le dessinateur et scénariste argentin, créateur du personnage de "Mafalda", est mort à l'âge de 88 ans
il y a 5 heures 38 sec
pépites > Justice
Mesures de restrictions
Covid-19 : la justice confirme la fermeture des bars et des restaurants à Aix-en-Provence et à Marseille
il y a 7 heures 19 min
pépites > Politique
Rapport
Soupçons de détournement de fonds publics : le conseil régional d'Ile-de-France visé par des perquisitions
il y a 8 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mon Cousin" de Jan Kounen : l’enfant terrible du cinéma français s’est amusé à "lifter" les codes des films de duos à la Francis Veber

il y a 9 heures 40 min
pépites > France
Affolement sur les réseaux sociaux
Détonation à Paris : un avion a franchi le mur du son
il y a 10 heures 9 min
light > Société
Croc Top
55% des Français se prononcent pour une interdiction des tee-shirts laissant apparaître le nombril dans les lycées
il y a 11 heures 47 min
décryptage > Politique
A voté

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

il y a 12 heures 21 min
décryptage > Société
Etincelles

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

il y a 12 heures 42 min
pépite vidéo > Politique
Démocrates Vs Républicains
Présidentielle américaine : retrouvez le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden
il y a 13 heures 11 min
décryptage > International
Course à la Maison Blanche

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

il y a 13 heures 29 min
pépites > Défense
Guerre
L'Azerbaïdjan va combattre jusqu'au "retrait total" des Arméniens du Karabakh
il y a 6 heures 51 min
décryptage > Politique
CAMPAGNE ÉLECTORALE

LR intermittent : mais à quoi a donc joué Gérard Larcher pendant les sénatoriales ?

il y a 8 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Cabaret Louise" de Régis Vlachos : quand l'histoire de la révolutionnaire Louise Michel est revisitée, complètement décalée, avec des incursions en mai 1968 et avec les Gilets jaunes

il y a 9 heures 18 min
light > High-tech
Pas Perdu
Un système d'adresse gratuit pour localiser avec précision n'importe quel endroit dans le monde
il y a 9 heures 58 min
Bulles
Une marque de champagne propose un millésime 2010 bien que cette année-là soit considérée comme à oublier
il y a 10 heures 42 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

A la découverte des Emirats arabes unis

il y a 11 heures 47 min
light > Economie
Crise
Disney supprime 28.000 emplois sur 100.000 employés dans ses parcs aux USA
il y a 12 heures 27 min
décryptage > Science
Imagination

Bonne nuit les petits (cyborgs) : le MIT développe une technologie pour téléguider les rêves

il y a 12 heures 56 min
light > High-tech
Sécurité
Amazon One : un nouveau système de paiement en magasin, un scanner qui analyse votre main
il y a 13 heures 22 min
décryptage > Economie
Espoir

Les ménages américains ont connu un boom de leur pouvoir d’achat pendant les années 2010. Voilà les leçons que l’Europe pourrait en retenir

il y a 13 heures 55 min
© www.flickr.com/photos/adrian_s/11386276
© www.flickr.com/photos/adrian_s/11386276
La chair est faible, l'esprit aussi

Etude sur les conditions de travail : pourquoi la pénibilité a changé de camp

Publié le 23 septembre 2019
L'étude Sumer (Surveillance médicale des expositions des salariés aux risques professionnels) 2017 sur les conditions de travail montre qu'à des problèmes de pénibilité physique se sont substitués des problèmes de stress et de risques psychosociaux.
Xavier Camby
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Camby est l’auteur de 48 clés pour un management durable - Bien-être et performance, publié aux éditions Yves Briend Ed. Il dirige à Genève la société Essentiel Management qui intervient en Belgique, en France, au Québec et en Suisse. Il anime...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'étude Sumer (Surveillance médicale des expositions des salariés aux risques professionnels) 2017 sur les conditions de travail montre qu'à des problèmes de pénibilité physique se sont substitués des problèmes de stress et de risques psychosociaux.

Atlantico : L'étude Sumer sur les conditions de travail montre qu'à des problèmes de pénibilité physique se sont substitués des problèmes de stress et de risques psychosociaux. Qu'est-ce qui explique cette grande transformation ?

Xavier Camby : Il est bien évident que depuis 70 ans la pénibilité physique du travail n'a cessé de diminuer, voire même de disparaître complètement de notre monde occidental. Grâce à la mécanisation, aux systèmes experts, à la robotisation, et bientôt à "l'intelligence" très justement nommée "artificielle". On ne peut que s'en réjouir et s'en féliciter. Il s'agit pourtant de la simple conséquence de la première des aptitudes de l'intelligence humaine (voire du monde du vivant, selon Antonio Damasio dans son dernier ouvrage publié en 2017  "l'ordre étrange des choses"). Nous sommes structurés, biologiquement et psychiquement selon un principe d'élégance : le moins d'énergie consommée pour le meilleur résultat possible. Celui qui a inventé la roue était fatigué de porter, celui qui le premier à saisi l'énergie éolienne était lassé de ramer... Il en est de même pour toutes les inventions humaines utiles (donc pérennes). En biologie ou en médecine, on parle d'homéostasie.

Il n'est pas possible actuellement, à ma connaissance, d'établir une corrélation réelle entre la disparition de la pénibilité physique et l'envahissement exponentiel de la souffrance psychique au travail. On croirait une pandémie. Non virale mais terriblement contagieuse ! Certains prétendent que la souffrance physique d'autrefois cachait la psychique. Peut-être mais il n'existe aucune preuve de cette hypothèse.

Plus vraisemblablement, on ne peut manquer d'observer que la souffrance psychique accompagne la "normalisation*, la standardisation et la déshumanisation des rapports humains au sein de nos organisations. Je ne caricature pas : le salarié lambda sait être devenu une variable d'ajustement économique, jetable dès que l'équipe dirigeante a fait de mauvais choix ou mal appréhendé l'évolution des marché. Il n'y est pour rien, mais sa vie toute entière en est précarisée, ainsi que celle de sa famille. Le conflit, généralement admis comme bénéfique en entreprise (c'est un déni de réalité), siphonne l'énergie individuelle et collective, dans des tragédie à la "Verdun". L'irrespect de la personnalité individuelle, saucissonné de définition de fonction, de lettre de mission, de process, de reporting et d'objectifs à court terme... est encore une source non marginale de détresse.

Il semble bien que ce qu'on enseigne dans les MBA, l'instrumentalsation de l'homme par l'homme, soit un échec définitif, et combien dolosif !

 

Comment les salariés peuvent se protéger vis à vis de ces nouveaux problèmes ?

Ces problèmes ne sont pas si nouveaux. Ils apparaissent dans les années 70 aux USA. Et depuis, le management rationnel ne cesse de s'étendre dans le même temps qu'il démontre sa délétère et terrible toxicité ! Les salariés qui ont été pressurés par ce "système", puis finalement jetés en dehors, exsangues, sombrent ou changent de vie. Ils quittent les rêves frelatés d'inhumaine performance des Business School et deviennent patrons de bar sur une île bretonne, boulangers en Provence, hôteliers en Alsace... Et apprennent enfin à vivre heureux, sans stress, pression idiote à court terme, dans un relationnel bienveillant et courtois, où le conflit est malséant autant que nauséabond.

Mais plus intéressant encore est l'émergence -mondiale- d'une nouvelle sorte de salariés. Experts, bien formés, travailleurs, inventif et courageux. On parle vainement de générations, essayant de réduire encore une fois la réalité en catégories simplistes autant qu'étroites. En fait ce sont des comportements sains. Simples et sans compromissions. Si je ne suis pas heureux au travail, si je ne peux pas apprendre et ne développer, si ma contribution n'est pas reconnue (on ne parle pas ici d'argent), si les relations humaines sont pourries, et bien je m'en vais contribuer ailleurs. Et autrement. En fait, tout se passe comme si le salariés du futurs refusaient catégoriquement -mais sans éclat inutile ni conflit épuisant- la moindre maltraitance émotionnelle !

Ils partent, créer ailleurs un monde meilleur, seuls ou avec d'autres, laissant les parangons des méthodes surannées s'étioler et s'étrangler avec leurs propres principes toxiques.

C'est l'origine de ce phénomène de création d'entreprises nouvelles, a-normative et anticonformiste et innovante, qu'on appelle start-up. Ou encore de cette mondiale effervescence, créatrice de nouvelles formes de travail, dé-hiérarchisées...

 

Comment les entreprises peuvent-elles intégrer ces résultats dans leur mode de management ?

Vous posez là LA bonne question ! Enfermées dans les dogmatismes des croyances instrumentalistes et obsolètes (comme par exemple les objectifs individuels), beaucoup d'organisations s'épuisent, voire s'éreintent à reproduire sans cesse l'illogisme d'apparence rationnel de leurs prétendues "méthodes". Albert Einstein l'a déclaré avec sa pertinence habituelle : " le mode de penser qui à créer un problème n'est pas celui qui permettra d'en trouver la solution".

Ce changement de paradigme, définitif et sans doute universel, semble bien dur à avaler par les tenants du conservatisme et de la pyramide hiérarchique. Les différentes "craties" (sociocratie, hadocratie, holacratie...) semblent bien incapables de proposer un modèle pérenne et efficace pour que cesse la souffrance psychique du travail salarié.

Une forme de management, inventée au siècle dernier par Robert K. Greenleaf (seul théoricien du leadership ayant réellement une expérience probante de la gouvernance comme du management opérationnel semble la plus prometteuse et la plus efficiente pour libérer les énergies au sein de nos organisations, sans casse humaine : il s'agit du SERVANT LEADERSHIP !

Imaginez nos surdoués, nos forts en thèmes des universités, accepter  de se mettre au service de leurs collaborateurs, plus les faire croître et leur donner des permissions d'oser et d'entreprendre !

Là est la vraie révolution qui s'invente chaque jour, tranquillement, discrètement, mais invinciblement, sous nos yeux !

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 24/09/2019 - 10:39
Pour moi devant tant de souffrance,je pense qu'il faut ds robots
partout. Ainsi toutes ces souffrances à Cause du Travail seront annihilées ?????
Comme d'habitude la souffrance ne se trouve que dans le travail..:)::)
Ils sont cons ces chômeurs qui manifestent pour en retrouver & donc ainsi souffrir de nouveau. Tous des masos.
Bon après ils s’ennuieront & souffriront de cette ennuie. Alors il faudra les remplacer par des robots qui s'ennuieront à leur place.
En fait l'être Humain n'est pas fait pour vivre. Sa seule importance, est d'avoir eu le temps de s'en apercevoir, & d'avoir tout de même, puent créer les robots.
evgueniesokolof
- 23/09/2019 - 13:39
Déjà....
quand on se dit expert en "management durable", cela suffit à vous griller! On te burnoute comme dirait Touconkhamon