En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

07.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

ça vient d'être publié
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 5 heures 59 min
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 7 heures 7 min
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 8 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 10 heures 41 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 11 heures 38 min
pépites > Politique
Hospitalisation
Etats-Unis : Jimmy Carter hospitalisé après plusieurs chutes
il y a 13 heures 52 sec
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 11 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 14 heures 11 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 17 heures 2 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 17 heures 2 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 17 heures 3 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 6 heures 28 min
light > Culture
Mauvais augure
Plus de promotion pour J'accuse, le nouveau film de Polanski
il y a 7 heures 37 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 9 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 10 heures 47 min
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 12 heures 23 min
décryptage > Economie
Mêmes causes, mêmes effets ?

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

il y a 14 heures 5 min
décryptage > Santé
Techno-Masochisme

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

il y a 14 heures 45 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 17 heures 2 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 17 heures 3 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 17 heures 4 min
Ca va tweeter

Pour Trump, la Fed et Jerome Powell n’en font jamais assez… pour compenser les effets de sa politique !

Publié le 23 septembre 2019
Jerome Powell, Président de la Fed, la banque centrale américaine, baisse les taux de la Fed de 25 points de base le 18 septembre, entre 1,75 et 2% et Donald Trump, au lieu de le remercier, l’insulte !
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jerome Powell, Président de la Fed, la banque centrale américaine, baisse les taux de la Fed de 25 points de base le 18 septembre, entre 1,75 et 2% et Donald Trump, au lieu de le remercier, l’insulte !

« Jay Powell et la Réserve fédérale ont encore raté. Pas de tripes, pas d’intelligence, pas de vision ! Un communiquant terrible » tweete-il le 18 septembre, juste après la décision, alors qu’il demandait une baisse de 50 points (au moins). Et pourtant, baisser les taux de 25 points de base, encore, alors que l’économie américaine va bien, la consommation en forme, le logement au plus haut, est méritoire. Sauf dira Jerome Powell que cette économie est exposée à des incertitudes venant des tensions entre Chine et Etats-Unis. Elles pèsent sur elle. Mais ces incertitudes viennent en fait de Donald Trump lui-même. Il s’agit donc, avec cette baisse de taux, de compenser les effets négatifs de la politique présidentielle pour la croissance et l’emploi ! On pourra dire qu’au lieu de mettre Donald Trump face aux conséquences de ses choix, Jerome Powell en atténue les effets internes, ce qui lui permet de continuer. C’est bien, si les choix de Donald Trump sont les bons, notamment en ce qui concerne la méthode : fortes hausses de taxes douanières annoncées, puis réduites, alternance de cris et de protestations d’amitié. Sauf si cette méthode renforce l’adversaire. C’est bien, sauf si les munitions pour baisser les taux feront cruellement défaut quand il s’agira de lutter contre la récession.

Au mieux, en baissant les taux américains, Jerome Powell alimente la tension américano-chinoise. Au pire, il aggrave la récession qui viendra, un jour ou l’autre. Dans l’un et l’autre cas, Jerome Powell, entrera dans l’histoire de la politique monétaire pour ses renoncements successifs. Au service de son double mandat (recherche du maximum d’emploi, mais sans inflation trop au-delà de 2%), ou par crainte du Président américain qui ne veut que des baisses de taux, il vient encore de changer. Ce mercredi 18 septembre, il baisse ses taux  de 25 points de base, pour la deuxième fois de l’année. Pourtant, il y a un peu plus d’un an, il annonçait la poursuite des hausses, vers 4%, après quatre hausses depuis son entrée en fonction. Puis, il y a neuf mois, c’était la pause. Puis, il y a deux mois de demi (31 juillet), c’était la première baisse en expliquant que cette « mid-term correction » ne devait pas être comprise comme le début d’une série de baisses. C’est même ce qu’il confirmait fin août dans son grand discours de Jackson Hole. Il indiquait alors qu’il avait baissé ses taux une fois pour consolider l’activité au cours de son cycle, pour lui permettre de durer, mais qu’il fallait attendre pour mesurer les effets de son choix. Mais moins d’un mois après, il baisse encore ses taux, expliquant ingénument que l’économie liée à la consommation est forte, mais que faiblit celle liée à l’industrie et aux échanges, pour cause de « tensions géopolitiques », bataille USA-Chine en clair.

Et Jerome Powell, face aux questions des journalistes, lit les réponses qui lui ont été préparées et commente les graphiques : la croissance devrait être stabilisée autour de 2% jusqu’en 2022, l’inflation rejoindre ce niveau et s’y maintenir.  Donc les taux ne devraient pratiquement plus bouger en 2020 et 2021 dans un graphique où les membres de la Fed, de façon anonyme, indiquent où iraient les taux jusqu’en 2022 : ce sont les « dot-plots ». Pas de hausse de taux, pas de baisse disent-ils… sauf que Jerome Powell indique que ce ne sont pas là « des vues fortes ou des prévisions ». Alors : quoi ?

Jerome Powell répète encore ce qu’il cherche : croissance et emploi sans inflation, il les a ! Il se félicite même de la montée des salaires, ce qui aura un effet sur les prix, donc le fera monter les taux, qu’il baisse ! Il ne veut s’engager sur rien, disant en même temps qu’il veut renforcer sa « forward guidance », sa capacité à annoncer les taux futurs, tout en étant « state dependant », dépendant de la situation en cours ! Cherchez la logique ! Un article du Walt Street Journal disait que Jerome Powell « maitrise l’art de ne rien dire ». C’est en fait pire, annoncer tout et son contraire fait que les marchés ont bien compris : derrière Jerome Powell, il y a Donald Trump. Ils prévoient donc une troisième baisse de taux et la bourse monte. Donald Trump a bien raison : « Quel terrible communiquant ! » Où donc ce couple va-t-il nous mener, avant d’en avoir peur ?

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

07.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires