En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

03.

Des pirates informatiques anonymes alertent sur les risques de logiciels espions qui seraient présents dans TikTok

04.

Non ce n’est pas bien d’avoir tagué la fresque en hommage à Adama Traoré : il fallait juste la « contextualiser »

05.

Psychose collective : ces énormes progrès environnementaux que ne veulent pas voir les déprimés de la planète

06.

L'impérialisme turc à l'assaut de la Libye

07.

Deuxième vague du Coronavirus : Olivier Véran a un plan, pourquoi donc s’inquiéter ?

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dé mem brer" de Joyce Carol Oates : un excellent recueil de 7 nouvelles cinglantes à propos de 7 femmes presque ordinaires

il y a 8 heures 39 min
pépites > International
Contaminations
Coronavirus au Brésil : le président Jair Bolsonaro a été testé positif
il y a 9 heures 26 min
light > Politique
Génération Covid
Emmanuel Macron a félicité les nouveaux bacheliers avec un message sur TikTok
il y a 10 heures 53 min
pépites > Santé
Cour de justice de la République
Coronavirus : l'enquête judiciaire de la CJR contre Edouard Philippe, Olivier Véran et Agnès Buzyn est ouverte
il y a 13 heures 24 min
décryptage > Environnement
Wiki Agri

Julien Denormandie : un proche d'Emmanuel Macron devient ministre de l'Agriculture

il y a 15 heures 2 min
décryptage > Environnement
Politique climatique

Le Pacte vert : le bon, la brute et le truand

il y a 15 heures 38 min
décryptage > France
Raison garder

Non ce n’est pas bien d’avoir tagué la fresque en hommage à Adama Traoré : il fallait juste la « contextualiser »

il y a 16 heures 24 min
décryptage > High-tech
Espionnage chinois ?

Des pirates informatiques anonymes alertent sur les risques de logiciels espions qui seraient présents dans TikTok

il y a 17 heures 4 min
décryptage > Politique
Castex 1

Un nouveau gouvernement qui envoie moult signaux... mais y aura-t-il des Français pour les détecter ?

il y a 18 heures 31 min
décryptage > Politique
Changement de parrain

La République En Mutation : de juppéo-bayrouiste, le gouvernement devient crypto-sarkozyste

il y a 19 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contre les barbares" de Maurizio Bettini : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 8 heures 51 min
light > Justice
Bombes à retardement
Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein
il y a 9 heures 54 min
pépites > Politique
Confiance des citoyens ?
Remaniement : les Français approuvent le choix des ministres du gouvernement de Jean Castex mais ne se font pas d'illusion sur la politique qu'ils mèneront
il y a 11 heures 43 min
pépite vidéo > Justice
Ministre de la Justice
Eric Dupond-Moretti : "Mon ministère sera celui de l’antiracisme et des droits de l’Homme"
il y a 14 heures 34 sec
décryptage > Environnement
Bonne méthode

Parc éolien dans le Groenland, une double bonne idée pour l’énergie verte

il y a 15 heures 19 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

L'impérialisme turc à l'assaut de la Libye

il y a 15 heures 59 min
décryptage > Sport
Activité physique

Et les sports les plus tendances de l’été 2020 sont...

il y a 16 heures 46 min
décryptage > France
Ordre Public

Sécurité : maîtriser la spirale de violences dans laquelle s’enfonce la France est-il vraiment hors de portée ?

il y a 17 heures 44 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

il y a 18 heures 52 min
décryptage > Environnement
Innovation et évolution

Psychose collective : ces énormes progrès environnementaux que ne veulent pas voir les déprimés de la planète

il y a 19 heures 18 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Les aléas financiers : l'épée de Damoclès au-dessus des agriculteurs

Publié le 22 septembre 2019
Camille Beaurain publie avec Antoine Jeandey "Tu m’as laissée en vie" aux éditions du Cherche Midi. Cet ouvrage est un témoignage à visage découvert sur le suicide paysan. Camille, veuve à 24 ans, témoigne de la misère qui s'est emparée des campagnes au point d'en tuer ses fils. Extrait 2/2.
Antoine Jeandey
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Jeandey est rédacteur en chef de WikiAgri, pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Lancé en début d’année 2012, WikiAgri a pour philosophie de partager, avec les...
Voir la bio
Camille Beaurain
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Camille Beaurain a publié avec Antoine Jeandey, "Tu m'as laissée en vie" aux éditions du Cherche Midi, le récit de son quotidien dans le milieu agricole et sur le suicide de son mari. "Conjointe collaboratrice" au sein de l'exploitation, Camille...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Camille Beaurain publie avec Antoine Jeandey "Tu m’as laissée en vie" aux éditions du Cherche Midi. Cet ouvrage est un témoignage à visage découvert sur le suicide paysan. Camille, veuve à 24 ans, témoigne de la misère qui s'est emparée des campagnes au point d'en tuer ses fils. Extrait 2/2.

Dès 2012, nous avons mis au point un pont financier avec la banque, dont tous les agriculteurs peuvent, il me semble, bénéficier – une démarche presque banale, finalement. Il s’agit d’une sorte d’emprunt de portage, accordé en début d’année, et directement lié aux subventions européennes (les fameuses aides PAC, de la politique agricole commune), perçues, elles, en fin d’année. L’emprunt crédité en février est d’un montant légèrement inférieur aux aides que l’agriculteur touche en octobre (en principe, s’il n’y a pas de retard de paiement de l’État français). En fin d’année donc, la banque se rembourse et il reste un petit quelque chose de ces aides pour arrondir le budget annuel de l’exploitation. Nous sommes obligés d’opérer ainsi sinon, nous ne pourrions payer nos factures que lors des ventes d’animaux, et pour peu qu’il y ait un problème supplémentaire et inattendu, nous serions tout de suite dans le rouge. Notre compte bancaire d’exploitation ne pouvait pas être à découvert de plus de 3 000 euros. Il ne l’a jamais été, aussi en vertu de cette avance sur les subventions européennes. 

Le problème d’un élevage comme celui de porcs, c’est qu’il est très difficile de prévoir son revenu. Trop d’aléas, à l’intérieur de l’élevage comme à l’extérieur. Et le fait d’avoir des cultures à côté ne constitue pas vraiment une variable d’ajustement : si une portée de porcelets est moins fructueuse, alors il y aura a priori moins besoin d’aliments, et mieux vaut donc vendre une partie des céréales récoltées, qui sont d’habitude autoconsommées, non ? Mais ce n’est que partiellement vrai. Car si nous vendons trop de céréales (en espérant équilibrer notre budget) et qu’il manque finalement de l’aliment, il nous faudra en racheter, ce qui est beaucoup plus cher que de l’avoir cultivé soi-même ! La « bonne idée » devient alors tout simplement de la « mauvaise gestion ». Bien sûr, les céréales ont une valeur marchande. Mais, dans des fermes comme la nôtre, les cultures doivent rester la future nourriture des cochons. Sinon, ça ne fonctionne plus. Et le moment où nous pourrions vendre des céréales ne correspond pas à celui où on connaît de manière sûre les besoins en aliments. 

Quand Augustin a récupéré la ferme, la base du calcul de la reprise prévoyait un nombre conséquent de porcs à l’engraissement. Il fallait arriver à une vitesse de croisière de l’ordre de 650 à 700 porcs pour rentrer dans les clous du financement prévu. Mais en 2012, l’élevage transmis par la mère d’Augustin n’avait pas été renouvelé – seuls 265 porcs sont sortis. 

Donc, dès le départ, nous savions que seul un travail énorme sur l’élevage nous donnerait les moyens d’augmenter ce chiffre. Et c’est ce que nous avons fait. Augustin a eu des cadences infernales, et moi, je l’ai toujours soutenu – y compris dans les galères, comme celle des rats. Et ce travail a porté ses fruits : dès 2013, nous avons sorti 500 porcs. Ça ne suffisait toujours pas, mais nous étions sur la bonne voie.

Tout de suite, nous avons compris que le taux du prêt bancaire était excessif. Vous savez, ces 6 % sur l’emprunt initial de 60 000 euros. Mais pas moyen d’obtenir quoi que ce soit de la banque. Dans l’immo bilier, un propriétaire peut rediscuter avec son banquier. Pour nous, alors que nous avions des enjeux économiques importants, impossible de renégocier le taux. Et jamais les autres banques n’ont accepté de faire jouer la concurrence. 

Nous étions captifs de ce contrat initial, qui n’était pas viable pour nous, mais qui rapportait visiblement de quoi satisfaire nos banquiers. Nous étions donc sauvés par les subventions européennes. Mais même à ce niveau, tout n’était pas très logique. Les aides PAC sont calculées sur les terres, et non sur l’élevage. Les vaches laitières, et d’autres élevages, ont un supplément d’aides du fait de leur production. Mais ce n’est pas le cas pour les porcs. Alors que nous veillions à la qualité de notre production, que notre exploitation était à l’échelle familiale… Ces aspects-là ne sont pas reconnus au titre des subventions européennes. Desquelles nous dépendions. À vrai dire, la somme de toutes nos charges atteignait 3 500 euros. Il eut donc fallu gagner cette somme chaque mois rien que pour rentrer dans nos frais. Sans les aides, c’était impossible. Cette somme n’était atteinte que quelques mois dans l’année et, le reste du temps, nous en étions loin !

D’où l’importance de notre déclaration antérieure au versement des aides PAC. Et c’est là que les centres de gestion entrent en jeu. Vous l’avez compris, les banques font leur beurre en imposant des taux qui enfoncent ceux n’ont pas les moyens de négocier dès leur installation. Mais même une fois installé, le paysan reste une « vache à lait » pour bien des saprophytes. Dont les centres de gestion, donc. 

Près de chez nous, à moins de dix minutes en voiture, Cerfrance est spécialisé dans le conseil aux agriculteurs. Pour aider le paysan à remplir sa déclaration PAC, il faut une demi-heure à l’un de ses agents, avec à la clé une facture à honorer. Sachant que parallèlement la Chambre d’agriculture rend le même service, mais gratuitement, à certaines heures de permanences (et cette gratuité est logique, puisque les chambres vivent déjà en grande partie des cotisations des agriculteurs). Autant dire que la déclaration PAC, nous ne l’avons faite qu’une fois chez Cerfrance. 

De même, l’agence de ce centre de gestion, située à deux kilomètres de la ferme seulement, nous facturait annuellement 4 000 euros notre comptabilité – tarif comprenant trois déplacements du comptable ou de l’aide-comptable sur l’exploitation. Soit 12 kilomètres en tout, en comptant les allers et retours. Quand nous n’avons plus eu le choix, qu’il a fallu resserrer tous les boulons, nous leur avons demandé s’il n’y avait pas un moyen de baisser leurs émoluments. Ils nous ont répondu : « Oui, c’est possible, en arrêtant les déplacements. Vous passerez à l’agence avec vos papiers. » Et là nous avons reçu la note : 2 000 euros. Ce qui signifie que trois déplacements dans l’année, de quelques kilomètres à peine, avaient été jusque-là facturés 2 000 euros. Ça fait cher les dix minutes de route !

L’industrie agroalimentaire aussi profite des paysans, en dupant au passage le consommateur.

Extrait du live de Camille Beaurain et Antoine Jeandey, "Tu m’as laissée en vie", publié aux éditions du Cherche Midi 

Lien vers la boutique Amazon : ICI 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Hiris
- 22/09/2019 - 12:29
Quand un pays laisse mourir son grenier
On peut dire que le bon sens est mort . Nous avions une certaine indépendance alimentaire comme une indépendance énergétique certaine , les théories fumeuses d une catégorie d allumés qui braille plus fort que les autres nous laissent un bilan catastrophique. Des exploitations françaises ferment leur portes tous les jours ,assommés par les contraintes financières, administratives,pseudo écologiques...comme s ils n avaient que ça a foutre,penser autrement c est totalement méconnaître une journée d agriculteur et son rythme infernal . Ils en assument la charge dans l indifférence totale sauf au moment de "L amour est dans le pré " superbe émission au demeurant puisqu' elle met à l honneur une catégorie qui NOUS NOURRIT . Et lorsqu' ils manifestent à juste titre. J ose faire un voeu pieux ,que l on aide mieux ceux qui nous nourrissent ,les producteurs de tout poil qui ne sont pas les intermédiaires, et que l on revienne à notre indépendance énergétique qui exclut tout concept bidon et surtout ruineux tels que les éoliennes et les voiture électriques. Sinon demain ce sera tomates et fraises espagnoles sans goût, veau aux hormones , blé OGM , facture d électricité multipliée par trois