En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

03.

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

04.

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

05.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

06.

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

07.

Immigration : au coeur du choix des pays de destination pour les réfugiés

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

05.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

06.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 2 heures 56 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 10 heures 1 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 10 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 10 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 10 heures 57 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 11 heures 29 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 12 heures 32 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 13 heures 48 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 14 heures 10 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 14 heures 26 min
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 8 heures 58 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 10 heures 13 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 10 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 10 heures 54 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 11 heures 9 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 11 heures 51 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 13 heures 37 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 14 heures 1 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 14 heures 19 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 14 heures 33 min
© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Bonnes feuilles

Cette accumulation de tâches qui poussent à bout nos agriculteurs

Publié le 21 septembre 2019
Camille Beaurain publie avec Antoine Jeandey "Tu m’as laissée en vie" aux éditions du Cherche Midi. Cet ouvrage est un témoignage à visage découvert sur le suicide paysan. Camille, veuve à 24 ans, témoigne de la misère qui s'est emparée des campagnes au point d'en tuer ses fils. Extrait 1/2.
Antoine Jeandey
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Jeandey est rédacteur en chef de WikiAgri, pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Lancé en début d’année 2012, WikiAgri a pour philosophie de partager, avec les...
Voir la bio
Camille Beaurain
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Camille Beaurain a publié avec Antoine Jeandey, "Tu m'as laissée en vie" aux éditions du Cherche Midi, le récit de son quotidien dans le milieu agricole et sur le suicide de son mari. "Conjointe collaboratrice" au sein de l'exploitation, Camille...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Camille Beaurain publie avec Antoine Jeandey "Tu m’as laissée en vie" aux éditions du Cherche Midi. Cet ouvrage est un témoignage à visage découvert sur le suicide paysan. Camille, veuve à 24 ans, témoigne de la misère qui s'est emparée des campagnes au point d'en tuer ses fils. Extrait 1/2.

La ferme : du travail toute l’année. Pour les animaux, et pour nos cultures, puisque nous étions dans un système de polyculture-élevage. 

Il faut donc mener de front deux missions essentielles : l’élevage de porcs, et les cultures – chacune réclamant des interventions variées, mais continues tout au long de l’année. En d’autres termes, il y a toujours quelque chose à faire ; quand ce n’est pas auprès des cochons, c’est dans les champs !

Pour résumer sur une année. 

En janvier et février, il faut préparer les terres pour les semis de printemps. Et donc sortir le matériel du hangar pour déchaumer et labourer. Le déchaumage consiste à travailler le sol en surface, donc avec peu de nuisance. Il s’agit d’enfouir les résidus de paille de la culture précédente pour qu’ils enrichissent le sol et le fertilisent. Le labour, quant à lui, est plus profond, donc a priori plus efficace, mais au passage il tue aussi l’activité naturelle du sol – celle issue des vers de terre –, qui peut se révéler très utile pour les cultures ensuite. Néanmoins, selon la nature des terres, il reste parfois indispensable, au risque sinon de ne pas s’en sortir. Enfin, Augustin utilisait également le lisier des cochons comme fertilisant. Et là, c’est encore une autre opération, l’épandage. Avec son matériel dédié. Qui requiert, quel qu’il soit, une attention particulière, une préparation, un entretien. On ne manie pas des engins de cette taille sans un minimum de connaissances et d’intérêt pour les machines. Être éleveur, ce n’est pas seulement s’occuper des animaux (ce qui, en soi, est déjà un métier à part entière), c’est aussi savoir cultiver, comprendre les mécaniques. Sans parler de la gestion, des stocks, des investissements, des approvisionnements… 

Toujours pour les cultures, en mars, il faut semer l’orge de printemps et les féveroles, et apporter les premiers traitements. Le moment de sortir, à nouveau, notre matériel. Nos plus gros engins étaient de la marque New Holland – qu’Augustin affectionnait particulièrement – et nous avions aussi deux tracteurs plus petits, des Ford, et un pulvérisateur John Deere. Et dans toutes les situations – au volant de son tracteur, dans les champs, auprès des cochons –, Augustin revêtait alors son « costume » d’agriculteur : une cotte de travail – une pour l’été et une autre (plus chaude) pour l’hiver, avec des bottes.

Aujourd’hui, je lis souvent, dans les journaux ou sur Internet, que des problèmes sont soulevés entre les agriculteurs et leurs voisins au moment des épandages des traitements. Le terme « phytosanitaire » effraie. Nous, nous n’avons jamais connu ça. Augustin faisait tout dans les règles, respectait les dosages, calculait les apports au plus juste, avait un local « aux normes » (fermé à clé à l’aide d’un cadenas) pour entreposer ses produits phytosanitaires, justement. Et surtout, nos terres restaient suffisamment éloignées des autres habitations pour ne pas risquer d’inquiéter qui que ce soit. Mais très honnêtement, je n’ai jamais compris cette tendance à montrer du doigt les agriculteurs pour leurs pratiques. Dans la grande majorité, ils se plient aux règles en vigueur, souvent contraignantes. Et Augustin n’échappait pas à cette vision honorable du métier : il respectait les consignes, et je ne l’ai jamais entendu s’en plaindre.

De son côté, l’élevage réclame obligatoirement un travail quotidien ; le nombre d’heures dépendant des périodes… et des imprévus. 

La nourriture à fournir aux truies et porcs évolue ainsi selon les cas. On ajoute de la féverole (carencée en acides aminés, pour un mélange plus riche en protéines) aux truies gestantes, dont ne bénéficient pas les allaitantes. La quantité de nourriture augmente aussi selon les phases d’engraissement. Puis, au moment des naissances, il faut surveiller les portées. Une truie qui aura mis bas avec peu de petits est susceptible d’adopter quelques porcelets d’une autre particulièrement prolifique. Mais évidemment, de telles opérations se dirigent, on ne laisse pas cela à l’improvisation ou au hasard. Les soins doivent leur être prodigués sous trois à huit jours. Il faut aussi leur couper la queue, pour éviter plus tard des risques de cannibalisme entre animaux. Et bien sûr, il y a l’hygiène. Nous devons alors vider les fosses quand elles sont pleines, tout en récupérant le lisier, épandu plus tard dans les champs et qui permettra d’économiser l’achat de phytosanitaires pour fertiliser les cultures. C’est un travail harassant. On manipule entre 80 et 100 seaux dans la journée – chacun pèse 5 à 10 kilos –, plus des sacs de 50 kilos d’aliment pour les truies et le post-sevrage. 

L’aliment, vous le savez, on le fabrique nous-mêmes avec notre blé, notre orge de printemps, notre escourgeon (ou orge d’hiver, si vous préférez), notre féverole, et nous y ajoutons du soja que nous achetons, ainsi que des minéraux. Et notre système d’alimentation n’est pas automatisé, alors il faut porter les sacs, déverser leurs contenus, en porter d’autres… 

Parallèlement, puisque nous avons un élevage « naisseur », il y a les mises bas. Elles interviennent… quand elles veulent, même la nuit ! 

Au-delà, il faut savoir que nous sommes notés par la coopérative pour la qualité des porcelets. Une bonne note, et c’est la plus-value, qui se retrouve dans le prix, ce qui est donc stimulant.

Vous l’avez compris, le principe de la polyculture- élevage correspond à ce qu’on appelle aujourd’hui « l’économie circulaire » alors qu’il s’agit d’une pratique paysanne presque ancestrale : nos cultures nourrissent nos porcs dont le lisier fertilise en partie nos cultures – auquel on ajoute de l’engrais liquide. 

Sauf qu’en l’occurrence, ce qui est beaucoup moins moderne, c’est la charge de travail que cela représente. Cette omniprésence nécessaire sur l’exploitation.

Pour les cultures, on traite jusqu’à mai, au grand maximum juin. L’été, tout en poursuivant les soins aux animaux, l’attention est portée sur les moissons. À partir du 14 juillet environ, commence la récolte de l’escourgeon, puis le blé, quinze jours plus tard.

Extrait du live de Camille Beaurain et Antoine Jeandey, "Tu m’as laissée en vie", publié aux éditions du Cherche Midi 

Lien vers la boutique Amazon : ICI 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 21/09/2019 - 14:39
Tout le monde a oublié mais sans Rien la Nature qui en a rien à
foutre de nous humain & bien reprendra le dessus avec les mêmes problèmes d’antan.
La destruction des chenilles en France– un arrêt en 1732 imposait leur destruction,– est devenue non obligatoire à la révolution...– rétablie par la loi du 26 ventose an IV sur l’échenillage.
Des jardiniers près de chez moi utilisent du Purin d'orties. En effet cela est efficace pour l'azote. Mais comme ils l’utilisent souvent & bien ils ont plein de pucerons. De plus l'Azote produit des nitrates. Mais il faut bien que la science ferme sa gueule & que l’empirisme revienne faire son travail & redemander ... Je souhaite réutiliser du phytosanitaire mais un peu pas comme avant avec ces Cons d'Agriculteurs qui dépensaient sans compter juste pour gagner moins d'argent à la Con. :)::)
Benvoyons
- 21/09/2019 - 14:32
Faut savoir que ceux qui gueulent le plus sur les Agriculteurs
sont ceux qui font 35heures & 6 semaines de vacances. Alors quand ils vivent à la campagne & bien ils les voient encore travailler sans relâche pour les nourrir.:)::)& donc les agriculteurs font du bruit, ça sent mauvais, etc.. & pour ceux qui sont en Ville & bien les autres les Agriculteurs ne peuvent que travailler comme eux. (35h & 6 semaines de vacances.)
Bien évidemment comme ils traitent & que la Nature est ainsi contrôlée les écologistes ne peuvent comprendre que sans Phytosanitaire & bien cela sera le retour de l'insécurité alimentaire. Ainsi dans les écoles l'on devrait faire relire des lettres de Mme de Sévigné à sa fille: ou elle lui dit en parlant de l'optimisme de Malebranche "Je voudrois bien me plaindre au père Malebranche des souris qui mangent tout ici. Quoi! le bon sucre, du fruit, des compotes! Et l'année passé, étoit-il dans l'ordre que de vilaines chenilles dévorassent toutes les feuilles de notre fôret & de nos jardins, et tous les fruits de la terre & provoquera la famine dans nos régions. "
En 1835, le préfet de la Sarthe rendit obligatoire le ramassage des hannetons. On en détruisit 300 millions contre primes