En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

03.

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

04.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

05.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

06.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

07.

Le camping-car, star de l’été 2020

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un garçon sur le pas de la porte" de Anne Tyler : quand la petite vie pépère d’un quadragénaire se déglingue... un petit bijou intimiste et amusant

il y a 8 heures 18 min
pépite vidéo > Politique
Débuts difficiles
Eric Dupond-Moretti a été chahuté par les députés pour ses premiers pas à l’Assemblée nationale
il y a 9 heures 9 min
pépite vidéo > Politique
Cap pour la fin du quiquennat
Remaniement : retrouvez l'entretien du Premier ministre Jean Castex sur RMC - BFMTV
il y a 9 heures 54 min
décryptage > Politique
Intentions de vote

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

il y a 11 heures 42 min
décryptage > France
Moyen sûr de voyager

Le camping-car, star de l’été 2020

il y a 12 heures 50 min
décryptage > Europe
Vers une nouvelle crise politique ?

Irlande du Nord : l’IRA va-t-elle déterrer la hache de guerre ?

il y a 13 heures 41 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

il y a 14 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dé mem brer" de Joyce Carol Oates : un excellent recueil de 7 nouvelles cinglantes à propos de 7 femmes presque ordinaires

il y a 1 jour 4 heures
pépites > International
Contaminations
Coronavirus au Brésil : le président Jair Bolsonaro a été testé positif
il y a 1 jour 5 heures
light > Politique
Génération Covid
Emmanuel Macron a félicité les nouveaux bacheliers avec un message sur TikTok
il y a 1 jour 6 heures
pépites > Economie
Mesure d'urgence
La région Ile-de-France cesse de payer la RATP et la SNCF, en l'absence d'aide de l'Etat
il y a 8 heures 32 min
pépites > Politique
Déclarations
HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"
il y a 9 heures 28 min
décryptage > Politique
Remaniement

Les gouvernements passent, la haute administration demeure (au pouvoir)

il y a 10 heures 30 min
décryptage > Politique
Adieu robe noire

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

il y a 12 heures 34 min
décryptage > Economie
Marchés financiers

Ces investisseurs de la Tech qui semblent revenus à l’euphorie pré-bulle de l’an 2000

il y a 13 heures 13 min
décryptage > Politique
Leçons du remaniement

Alerte enlèvement : mais à quoi sert le MoDem ?

il y a 14 heures 21 min
décryptage > Economie
Impact du coronavirus

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

il y a 15 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contre les barbares" de Maurizio Bettini : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 1 jour 4 heures
light > Justice
Bombes à retardement
Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein
il y a 1 jour 5 heures
pépites > Politique
Confiance des citoyens ?
Remaniement : les Français approuvent le choix des ministres du gouvernement de Jean Castex mais ne se font pas d'illusion sur la politique qu'ils mèneront
il y a 1 jour 7 heures
© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Bonnes feuilles

Cette accumulation de tâches qui poussent à bout nos agriculteurs

Publié le 21 septembre 2019
Camille Beaurain publie avec Antoine Jeandey "Tu m’as laissée en vie" aux éditions du Cherche Midi. Cet ouvrage est un témoignage à visage découvert sur le suicide paysan. Camille, veuve à 24 ans, témoigne de la misère qui s'est emparée des campagnes au point d'en tuer ses fils. Extrait 1/2.
Antoine Jeandey
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Jeandey est rédacteur en chef de WikiAgri, pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Lancé en début d’année 2012, WikiAgri a pour philosophie de partager, avec les...
Voir la bio
Camille Beaurain
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Camille Beaurain a publié avec Antoine Jeandey, "Tu m'as laissée en vie" aux éditions du Cherche Midi, le récit de son quotidien dans le milieu agricole et sur le suicide de son mari. "Conjointe collaboratrice" au sein de l'exploitation, Camille...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Camille Beaurain publie avec Antoine Jeandey "Tu m’as laissée en vie" aux éditions du Cherche Midi. Cet ouvrage est un témoignage à visage découvert sur le suicide paysan. Camille, veuve à 24 ans, témoigne de la misère qui s'est emparée des campagnes au point d'en tuer ses fils. Extrait 1/2.

La ferme : du travail toute l’année. Pour les animaux, et pour nos cultures, puisque nous étions dans un système de polyculture-élevage. 

Il faut donc mener de front deux missions essentielles : l’élevage de porcs, et les cultures – chacune réclamant des interventions variées, mais continues tout au long de l’année. En d’autres termes, il y a toujours quelque chose à faire ; quand ce n’est pas auprès des cochons, c’est dans les champs !

Pour résumer sur une année. 

En janvier et février, il faut préparer les terres pour les semis de printemps. Et donc sortir le matériel du hangar pour déchaumer et labourer. Le déchaumage consiste à travailler le sol en surface, donc avec peu de nuisance. Il s’agit d’enfouir les résidus de paille de la culture précédente pour qu’ils enrichissent le sol et le fertilisent. Le labour, quant à lui, est plus profond, donc a priori plus efficace, mais au passage il tue aussi l’activité naturelle du sol – celle issue des vers de terre –, qui peut se révéler très utile pour les cultures ensuite. Néanmoins, selon la nature des terres, il reste parfois indispensable, au risque sinon de ne pas s’en sortir. Enfin, Augustin utilisait également le lisier des cochons comme fertilisant. Et là, c’est encore une autre opération, l’épandage. Avec son matériel dédié. Qui requiert, quel qu’il soit, une attention particulière, une préparation, un entretien. On ne manie pas des engins de cette taille sans un minimum de connaissances et d’intérêt pour les machines. Être éleveur, ce n’est pas seulement s’occuper des animaux (ce qui, en soi, est déjà un métier à part entière), c’est aussi savoir cultiver, comprendre les mécaniques. Sans parler de la gestion, des stocks, des investissements, des approvisionnements… 

Toujours pour les cultures, en mars, il faut semer l’orge de printemps et les féveroles, et apporter les premiers traitements. Le moment de sortir, à nouveau, notre matériel. Nos plus gros engins étaient de la marque New Holland – qu’Augustin affectionnait particulièrement – et nous avions aussi deux tracteurs plus petits, des Ford, et un pulvérisateur John Deere. Et dans toutes les situations – au volant de son tracteur, dans les champs, auprès des cochons –, Augustin revêtait alors son « costume » d’agriculteur : une cotte de travail – une pour l’été et une autre (plus chaude) pour l’hiver, avec des bottes.

Aujourd’hui, je lis souvent, dans les journaux ou sur Internet, que des problèmes sont soulevés entre les agriculteurs et leurs voisins au moment des épandages des traitements. Le terme « phytosanitaire » effraie. Nous, nous n’avons jamais connu ça. Augustin faisait tout dans les règles, respectait les dosages, calculait les apports au plus juste, avait un local « aux normes » (fermé à clé à l’aide d’un cadenas) pour entreposer ses produits phytosanitaires, justement. Et surtout, nos terres restaient suffisamment éloignées des autres habitations pour ne pas risquer d’inquiéter qui que ce soit. Mais très honnêtement, je n’ai jamais compris cette tendance à montrer du doigt les agriculteurs pour leurs pratiques. Dans la grande majorité, ils se plient aux règles en vigueur, souvent contraignantes. Et Augustin n’échappait pas à cette vision honorable du métier : il respectait les consignes, et je ne l’ai jamais entendu s’en plaindre.

De son côté, l’élevage réclame obligatoirement un travail quotidien ; le nombre d’heures dépendant des périodes… et des imprévus. 

La nourriture à fournir aux truies et porcs évolue ainsi selon les cas. On ajoute de la féverole (carencée en acides aminés, pour un mélange plus riche en protéines) aux truies gestantes, dont ne bénéficient pas les allaitantes. La quantité de nourriture augmente aussi selon les phases d’engraissement. Puis, au moment des naissances, il faut surveiller les portées. Une truie qui aura mis bas avec peu de petits est susceptible d’adopter quelques porcelets d’une autre particulièrement prolifique. Mais évidemment, de telles opérations se dirigent, on ne laisse pas cela à l’improvisation ou au hasard. Les soins doivent leur être prodigués sous trois à huit jours. Il faut aussi leur couper la queue, pour éviter plus tard des risques de cannibalisme entre animaux. Et bien sûr, il y a l’hygiène. Nous devons alors vider les fosses quand elles sont pleines, tout en récupérant le lisier, épandu plus tard dans les champs et qui permettra d’économiser l’achat de phytosanitaires pour fertiliser les cultures. C’est un travail harassant. On manipule entre 80 et 100 seaux dans la journée – chacun pèse 5 à 10 kilos –, plus des sacs de 50 kilos d’aliment pour les truies et le post-sevrage. 

L’aliment, vous le savez, on le fabrique nous-mêmes avec notre blé, notre orge de printemps, notre escourgeon (ou orge d’hiver, si vous préférez), notre féverole, et nous y ajoutons du soja que nous achetons, ainsi que des minéraux. Et notre système d’alimentation n’est pas automatisé, alors il faut porter les sacs, déverser leurs contenus, en porter d’autres… 

Parallèlement, puisque nous avons un élevage « naisseur », il y a les mises bas. Elles interviennent… quand elles veulent, même la nuit ! 

Au-delà, il faut savoir que nous sommes notés par la coopérative pour la qualité des porcelets. Une bonne note, et c’est la plus-value, qui se retrouve dans le prix, ce qui est donc stimulant.

Vous l’avez compris, le principe de la polyculture- élevage correspond à ce qu’on appelle aujourd’hui « l’économie circulaire » alors qu’il s’agit d’une pratique paysanne presque ancestrale : nos cultures nourrissent nos porcs dont le lisier fertilise en partie nos cultures – auquel on ajoute de l’engrais liquide. 

Sauf qu’en l’occurrence, ce qui est beaucoup moins moderne, c’est la charge de travail que cela représente. Cette omniprésence nécessaire sur l’exploitation.

Pour les cultures, on traite jusqu’à mai, au grand maximum juin. L’été, tout en poursuivant les soins aux animaux, l’attention est portée sur les moissons. À partir du 14 juillet environ, commence la récolte de l’escourgeon, puis le blé, quinze jours plus tard.

Extrait du live de Camille Beaurain et Antoine Jeandey, "Tu m’as laissée en vie", publié aux éditions du Cherche Midi 

Lien vers la boutique Amazon : ICI 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 21/09/2019 - 14:39
Tout le monde a oublié mais sans Rien la Nature qui en a rien à
foutre de nous humain & bien reprendra le dessus avec les mêmes problèmes d’antan.
La destruction des chenilles en France– un arrêt en 1732 imposait leur destruction,– est devenue non obligatoire à la révolution...– rétablie par la loi du 26 ventose an IV sur l’échenillage.
Des jardiniers près de chez moi utilisent du Purin d'orties. En effet cela est efficace pour l'azote. Mais comme ils l’utilisent souvent & bien ils ont plein de pucerons. De plus l'Azote produit des nitrates. Mais il faut bien que la science ferme sa gueule & que l’empirisme revienne faire son travail & redemander ... Je souhaite réutiliser du phytosanitaire mais un peu pas comme avant avec ces Cons d'Agriculteurs qui dépensaient sans compter juste pour gagner moins d'argent à la Con. :)::)
Benvoyons
- 21/09/2019 - 14:32
Faut savoir que ceux qui gueulent le plus sur les Agriculteurs
sont ceux qui font 35heures & 6 semaines de vacances. Alors quand ils vivent à la campagne & bien ils les voient encore travailler sans relâche pour les nourrir.:)::)& donc les agriculteurs font du bruit, ça sent mauvais, etc.. & pour ceux qui sont en Ville & bien les autres les Agriculteurs ne peuvent que travailler comme eux. (35h & 6 semaines de vacances.)
Bien évidemment comme ils traitent & que la Nature est ainsi contrôlée les écologistes ne peuvent comprendre que sans Phytosanitaire & bien cela sera le retour de l'insécurité alimentaire. Ainsi dans les écoles l'on devrait faire relire des lettres de Mme de Sévigné à sa fille: ou elle lui dit en parlant de l'optimisme de Malebranche "Je voudrois bien me plaindre au père Malebranche des souris qui mangent tout ici. Quoi! le bon sucre, du fruit, des compotes! Et l'année passé, étoit-il dans l'ordre que de vilaines chenilles dévorassent toutes les feuilles de notre fôret & de nos jardins, et tous les fruits de la terre & provoquera la famine dans nos régions. "
En 1835, le préfet de la Sarthe rendit obligatoire le ramassage des hannetons. On en détruisit 300 millions contre primes