En direct
Best of
Best of du 20 au 26 juin
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

02.

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

03.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

04.

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

07.

Le journaliste Carl Bernstein révèle les édifiantes conversations privées de Donald Trump avec Vladimir Poutine, Recep Tayyip Erdogan, Emmanuel Macron ou bien encore Angela Merkel

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Qualité nutritionnelle : et voilà la liste des 100 meilleurs aliments au monde

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

03.

Toutes ces erreurs que le Défenseur des droits commet dans son rapport sur la discrimination en France

04.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

05.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Histoire du Consulat et de l’Empire" de Adolphe Thiers : le Consulat, le meilleur de Bonaparte ?

il y a 3 heures 38 min
light > Justice
Espoir pour les victimes
Affaire Jeffrey Epstein : Ghislaine Maxwell, sa complice présumée, a été enfin arrêtée par le FBI
il y a 4 heures 16 min
pépites > Media
Critiques
Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam
il y a 5 heures 29 min
pépites > Justice
Condamnation
Scandale de la Dépakine : la justice reconnaît la responsabilité de l'Etat
il y a 6 heures 15 min
décryptage > France
Bataille de chiffres

Pourquoi les comparaisons internationales sur la mortalité du Covid-19 sont moins fiables qu’on ne le pense

il y a 8 heures 16 min
décryptage > Société
Mobilisation planétaire

Antiracisme et environnement : l’été 2020 sera radicalement exigeant ou ne le sera pas

il y a 8 heures 44 min
décryptage > Politique
Macron - Le Pen

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

il y a 9 heures 14 min
décryptage > France
Exercices de coloriage

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

il y a 9 heures 47 min
décryptage > Consommation
Sucre caché ?

Eaux parfumées : comment repérer celles qui vous font grossir l’air de rien ?

il y a 10 heures 45 min
décryptage > Europe
Menace pour l'Etat allemand ?

L’Allemagne a-t-elle un problème d’infiltration de son extrême droite dans les rouages de l’Etat ?

il y a 12 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Cafard" de Ian McEwan : une fable mordante sur les politiciens britanniques et le Brexit, par un des maîtres du roman anglo-saxon contemporain

il y a 3 heures 54 min
pépites > Politique
Retrait stratégique
Municipales à Marseille : Martine Vassal se retire, Les Républicains vont présenter le député Guy Teissier pour la mairie
il y a 4 heures 41 min
pépites > Santé
Lourdes accusations
Covid-19 : le Conseil scientifique et la Haute autorité de santé dénoncent des propos "infamants" de Didier Raoult devant les députés
il y a 5 heures 57 min
pépite vidéo > International
Tragédie
Birmanie : un glissement de terrain provoque la mort d’une centaine de mineurs
il y a 7 heures 37 min
décryptage > Politique
Formation politique

Les 4 piliers : un parti libéral souverainiste se crée et recrute des candidats pour les régionales

il y a 8 heures 31 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Affaire Fillon : Hollande a envisagé de reporter la présidentielle; Dati a cherché le soutien de l'Elysée contre Hidalgo; Ecologie : truc de riches ou cauchemar vert ?; Cyberhaine sur les réseaux sociaux : le marché plus fort que la loi
il y a 9 heures 3 min
décryptage > International
Soft power

Comment les Émirats arabes unis sont devenus curieusement le partenaire économique et commercial incontournable de Damas

il y a 9 heures 26 min
décryptage > Histoire
Rivalité

Et si on s’était trompé de Voltaire ?

il y a 10 heures 22 min
décryptage > Santé
Vives inquiétudes

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

il y a 11 heures 19 min
décryptage > Europe
Présidence du Conseil de l'Union européenne

Angela Merkel peut-elle sortir de son coma l’Europe ?

il y a 12 heures 30 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
En même temps

Emmanuel Macron, l’homme qui voulait parler immigration à l’oreille des Français et réformes courageuses à celle des élites mondialisées

Publié le 20 septembre 2019
Emmanuel Macron est à la une de la version internationale du prestigieux magazine Time.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron est à la une de la version internationale du prestigieux magazine Time.

Time Magazine fait, pour la deuxième fois depuis l’élection d’Emmanuel Macron, sa couverture avec le Président français. Le long article consacré au locataire de l’Elysée pourrait s’intituler « Le Survivant ». Les journalistes américains ont l’air soulagé de constater que le brillant sujet qui avait pratiqué une razzia sur le système politique français au printemps 2017 a surmonté le mouvement des Gilets Jaunes. En fait, lu attentivement, l’entretien en forme de portrait en dit beaucoup sur la forme d’apesanteur dans laquelle se trouvent trouvent actuellement les partisans du monde d’avant, les défenseurs encore nombreux et tenant des leviers essentiels du pouvoir de la « mondialisation heureuse ». 

La diplomatie macronienne: action, activisme, agitation? 

Au fond, les auteurs de l’article veulent faire savoir qu’ils se réjouissent qu’il existe encore un dirigeant de la mouvance néo-libérale capable, au moins en apparence, de tenir tête à Donald Trump. Le Royaume-Uni est hors jeu et il est peu probable qu’un Premier ministre travailliste ou libéral-démocrate ait beaucoup de temps libre à consacrer à la scène mondiale. La Chancelière allemande, à qui Barack Obama avait voulu, en janvier 2017, transmettre le flambeau du « monde libre », est épuisée politiquement. Il ne reste donc qu’Emmanuel Macron. Et une part non négligeable du reportage est consacrée à l’activisme du Président sur la scène internationale. On est en droit évidemment de juger qu’il y a beaucoup de gesticulation et peu de résultats de la part d’Emmanuel Macron en matière internationale. Mais s’agit-il de parler du fond ? En d’autres temps, on aurait imaginer des journalistes américains s’intéressant à la question de savoir ce qu’il en était de la forêt amazonienne en Guyane française, au moment où l’hôte du G7 pointait du doigt le président brésilien comme l’un des grands méchants de la scène internationale. Mais l’époque où les journalistes mainstream mettaient en difficulté leurs interlocuteurs est bien finie. Il n’y a plus de conservateurs modérés s’opposant à des sociaux-démocrates pour proposer des alternatives raisonnables. Il n’y a plus qu’un extrême-centre, à la base électorale aussi fragile que ses moyens de se maintenir au pouvoir restent puissants. Et nous devrons donc nous contenter de voir énumérer ces décors où le président français se met en scène comme l’anti-Trump: l’Iran, la politique mondiale de lutte contre le réchauffement climatique etc...

Les Gilets Jaunes n’ont-ils servi qu’à révéler Emmanuel Macron  à lui-même? 

Passons à la deuxième composante du reportage: les épreuves surmontées du président réformateur. Au fond, les journalistes américains restent dans un schéma d’analyse prudent et classique sur notre pays. La France bloquée, dont le taux de chômage est élevée et la fonction publique prolifère s’est dotée, selon un paradoxe dont le pays a le secret, d’un président réformateur. Comme beaucoup de réformateurs du pays, il a voulu y aller franchement et il a eu droit en retour, à une grande secousse, la crise des Gilets Jaunes. Vous chercherez en vain dans l’article une approche sociologique des Gilets Jaunes. Rien qu’une description superficielle du surgissement du mouvement, de sa violence, de sa continuation à basse intensité. Mais l’essentiel n’est pas là: le sujet, c’est le président français, la surprise qu’a représenté pour lui cette révolte d’une intensité inattendue, la manière - discrètement évoquée - dont il a été déstabilisé, puis celle dont il a repris la main, grâce au Grand Débat national. Au fond, rien ne semble plus intéresser les auteurs du reportage que les états d’âme de leur sujet et le côté épreuve initiatique pour un réformateur français un peu tendre lors de son élection qu’a représenté la crise des Gilets Jaunes. Peu importe la souffrance sociale, oubliées les violences policières, l’important c’est le message du locataire de l’Elysée: j’ai changé, je suis plus à l’écoute etc...

Un publireportage qui tourne court

Plus on avance dans la lecture, plus on se demande ce qui relève de l’enquête journalistique et ce qui devrait être classé dans la catégorie « publireportage ». Plaçons-nous du point de vue de l’interviewé: ce reportage vient à point nommé. Dans la segmentation d’une stratégie de communication politique, nous avons eu voici quelques jours le discours macronien quasi-populiste sur l’immigration et puis voici venir un reportage lisse, destiné à établir la réputation internationale du même homme politique. En attendant la prochaine séquence, moins policée. 

Apparemment, l’opération est réussie. Elle est cependant à double tranchant. Au fond, l’article ne présente aucun succès réel du président français. Un point de baisse du chômage comme résultat de la refonte du Code du travail, y a-t-il de quoi hisser le chef de l’Etat sur le pavois? Le caractère peu vraisemblable d’une révision des critères de déficit de Maastricht. Aucune influence réelle sur Donald Trump. Et puis il y a tous ces sujets qui ne sont jamais abordés: le Brexit; la puissance chinoise; la question de l’immigration incontrôlée. Au détour d’une anecdote, un glissement, qui trahit l’ambiguïté profonde d’Emmanuel Macron: nous le voyons dans une usine, échangeant avec ceux qui ont retrouvé un emploi grâce aux aides de l’Etat mais les journalistes nous expliquent que l’ouvrier interlocuteur du Président est un travailleur étranger. Or toute la crise des Gilets Jaunes n’est-elle pas l’expression d’une révolte quasi-désespérée des « Somewheres », pour parler comme David Goodhart, des « sédentaires » perdants de la mondialisation, qui n’en peuvent plus d’être désavantagés par les « Anywheres », les « nomades » à succès de la mondialisation et leur « armée de réserve », comme aurait dit Marx, à savoir les migrants? Répondant à une question sur la formule « président des riches », Emmanuel Macron dit que ce genre de sobriquet est la rançon du pouvoir. 

Dommage que la journaliste ne rappelle pas qu’un certain François Hollande, commentant le sobriquet, s’est écrié: « Président des riches? Non ! Président des superriches !  ». François Hollande à qui son successeur ressemble de plus en plus. L’un était parti de la dénonciation de la finance, l’autre apparaissait comme le bras opérationnel de cette dernière pour « réformer » la France. Au bout du compte, Emmanuel Macron à mi-mandat semble s’être hollandisé, réagissant au coup par coup, surpris par les forces qu’il déchaîne et sans réponse stratégique. 

Plus on avance dans l’article, plus on a l’impression qu’il est écrit pour le cercle au fond très étroit des élites néo-libérales qui se demandent à quelles conditions le système mis en place depuis deux générations peut survivre et à quelle vitesse il est nécessaire de la faire évoluer. Il n’est pas sûr qu’ils sortent rassurés du portrait actualisé du président français. Sur quoi débouche en effet le reportage? Sur la perspective d’un ancien président écrivain, qui travaillera - dès 2022, l’article ne l’exclut pas - à raconter sa version de l’histoire. A dresser son auto-portrait. Mais aura-t-il plus à raconter, au bout du compte, que François Hollande? 

C’est le paradoxe de la mise en scène de Time Magazine: au bout du compte, elle débouche sur le vide politique. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 21/09/2019 - 11:55
Le préfet Lallemand et les média parisiennes
Et leurs relais de l'oligarchie internationale anywhere
Time c'est Radio Paris quoi!
Radio Paris ment, Radio Paris ment Radio Paris c'est Lallemand.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 21/09/2019 - 09:31
Il ferait mieux d'en parler à
Il ferait mieux d'en parler à ses électeurs !... Tout le monde connaît l'expression "J'en parlerai à mon cheval".
lasenorita
- 20/09/2019 - 18:33
La désinformation de l'HISTOIRE...
Macron pratique la désinformation de l'Histoire de France! Il a fait la ''repentance'',au nom de la France,pour le traître-collabo Maurice Audin, enlevé par notre armée mais il n' a pas fait la ''repentance'' quand cette même armée a laissé, après le 19 mars 1962,les fellouzes enlever 3.000 non-musulmans ''innocents'' dont les corps n'ont pas été restitués à leur famille par le F.L.N...Macron dit que la ''colonisation (française)est un ''crime contre l'humanité'' mais il ignore qu'avant 1830:les Turcs ont ''colonisé'' l'Algérie pendant 3 siècles et que les Arabes ont, aussi, colonisé l'Algérie (au 7ième siècle) puis ils ont chassé d'Algérie des familles qui se trouvaient avant eux, en Algérie tels les Juifs et les Berbères chrétiens (comme saint-Augustin)..Hier, un ministre de Macron a insisté sur le fait que des classes ont été créées dans les ''quartiers sensibles '',peuplés d'étrangers,mais il a oublié de dire que Macron a supprimé 400 classes dans les zones rurales habitées par de ''vrais'' Français!...