En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
ça vient d'être publié
light > Culture
Lecteurs orphelins
Quino, le dessinateur et scénariste argentin, créateur du personnage de "Mafalda", est mort à l'âge de 88 ans
il y a 5 heures 44 min
pépites > Justice
Mesures de restrictions
Covid-19 : la justice confirme la fermeture des bars et des restaurants à Aix-en-Provence et à Marseille
il y a 8 heures 3 min
pépites > Politique
Rapport
Soupçons de détournement de fonds publics : le conseil régional d'Ile-de-France visé par des perquisitions
il y a 9 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mon Cousin" de Jan Kounen : l’enfant terrible du cinéma français s’est amusé à "lifter" les codes des films de duos à la Francis Veber

il y a 10 heures 24 min
pépites > France
Affolement sur les réseaux sociaux
Détonation à Paris : un avion a franchi le mur du son
il y a 10 heures 53 min
light > Société
Croc Top
55% des Français se prononcent pour une interdiction des tee-shirts laissant apparaître le nombril dans les lycées
il y a 12 heures 31 min
décryptage > Politique
A voté

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

il y a 13 heures 5 min
décryptage > Société
Etincelles

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

il y a 13 heures 26 min
pépite vidéo > Politique
Démocrates Vs Républicains
Présidentielle américaine : retrouvez le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden
il y a 13 heures 56 min
décryptage > International
Course à la Maison Blanche

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

il y a 14 heures 13 min
pépites > Défense
Guerre
L'Azerbaïdjan va combattre jusqu'au "retrait total" des Arméniens du Karabakh
il y a 7 heures 35 min
décryptage > Politique
CAMPAGNE ÉLECTORALE

LR intermittent : mais à quoi a donc joué Gérard Larcher pendant les sénatoriales ?

il y a 8 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Cabaret Louise" de Régis Vlachos : quand l'histoire de la révolutionnaire Louise Michel est revisitée, complètement décalée, avec des incursions en mai 1968 et avec les Gilets jaunes

il y a 10 heures 2 min
light > High-tech
Pas Perdu
Un système d'adresse gratuit pour localiser avec précision n'importe quel endroit dans le monde
il y a 10 heures 42 min
Bulles
Une marque de champagne propose un millésime 2010 bien que cette année-là soit considérée comme à oublier
il y a 11 heures 26 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

A la découverte des Emirats arabes unis

il y a 12 heures 32 min
light > Economie
Crise
Disney supprime 28.000 emplois sur 100.000 employés dans ses parcs aux USA
il y a 13 heures 11 min
décryptage > Science
Imagination

Bonne nuit les petits (cyborgs) : le MIT développe une technologie pour téléguider les rêves

il y a 13 heures 40 min
light > High-tech
Sécurité
Amazon One : un nouveau système de paiement en magasin, un scanner qui analyse votre main
il y a 14 heures 6 min
décryptage > Economie
Espoir

Les ménages américains ont connu un boom de leur pouvoir d’achat pendant les années 2010. Voilà les leçons que l’Europe pourrait en retenir

il y a 14 heures 39 min
énième réforme

Lutte contre les stupéfiants : le plan antidrogue qui n’en était pas un

Publié le 18 septembre 2019
Le crime organisé n'est pas la cible fixe qu'imaginent Castaner-Nunez : elle est mobile. La seule façon d'atteindre une cible criminelle mouvante est de la priver de son territoire. De plus, le marché illégal risque de reprendre de plus belle avec des prix attractifs.
Xavier Raufer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet. Dernier en date:  La criminalité organisée...
Voir la bio
Francis Caballero
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Francis Caballero est l'auteur du Droit du sexe (éditions Lextenso, 2010). Il est avocat et professeur à l'Université Paris X–Nanterre.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le crime organisé n'est pas la cible fixe qu'imaginent Castaner-Nunez : elle est mobile. La seule façon d'atteindre une cible criminelle mouvante est de la priver de son territoire. De plus, le marché illégal risque de reprendre de plus belle avec des prix attractifs.

Christophe Castaner a présenté mardi 17 septembre un nouveau plan antidrogue avec notamment la création d'un organisme, l'Ofast, "chef de file unique de la lutte contre les trafics de drogue, sur le modèle de la DGSI pour la lutte anti-terroriste". L'organisation reste pilotée par un commissaire de police.

Atlantico :  Cette réforme prétend s'appuyer sur le modèle de la DGSI. Quelles seront les spécificités de ce nouvel organisme ? Est-ce un modèle cohérent pour lutter contre un problème de l'ampleur du trafic de drogue ?

Xavier Raufer : La France a un grave problème de stupéfiants. Pour la cocaïne, c'est même une inondation. Pour 2017-2018, ont été saisies en France plus de 32 tonnes (32 000 kilos...) de cocaïne. Comme, au mieux, on intercepte 20% de telles livraisons de drogue sur leur trajet à portée de nos douaniers, policiers, etc., ces deux années, passées, plus de 250 tonnes de cocaïne ont été livrées en métropole. Au prix de gros, avant coupage et deal de rue, cela a enrichi divers producteurs et grossistes, du nord de l'Amérique latine à l'Europe via l'Afrique, de plus de 7 milliards de dollars. 

Mais bien sûr, se dire "J'ai un problème de stupéfiants ALORS je vais créer un super-office des stups" témoigne d'une forte myopie stratégique ou d'un vif cynisme : tout criminologue sérieux aurait averti MM. Castaner et Nunez que - différence cruciale entre le milieu criminel et les honnêtes gens - les bandits n'ont pas de métier. Il n'y a pas de "trafiquant de drogue" pour la vie, comme il y a des avocats ou des fleuristes, mais des prédateurs opportunistes arbitrant à tout instant,en une simple logique coût-bénéfice.

On lit par exemple qu'explose le "proxénétisme des cités", prostituant des jeunes femmes fragiles, mineures, etc. Qui sont ces néo-maquereaux ? Des dealers victimes de deux lois absolues de la vie criminelle : celle des rendements décroissants et l'effet de déplacement. Trop de dealers dangereux dans votre cité ? Il faut changer de job criminel ou de crémerie. Ainsi, le crime organisé n'est pas la cible fixe qu'imaginent Castaner-Nunez: elle est mobile. Or comme ce qu'ils découvrent lors d'une énième tuerie est déjà vieux d'une décennie - on se souvent des excursions marseillaises du pauvre Valls et de ses ministres, en 2012 - et ce n'était déjà pas une nouveauté - Castaner-Nuneztireront sans doute sur un canard-narco, qui aura déjà filé.

La seule façon d'atteindre une cible criminelle mouvante est de la priver de son territoire, les cités hors-contrôle : là, le gouvernement ne fait rien ; et d'y dissoudre les gangs- on n'en prend pas le chemin. Chaque jour désormais, ces cités connaissent une émeute, ou plusieurs, lors desquelles nulle arrestation sérieuse n'est opérée. Un gilet jaune tire la langue face caméra, la justice l'accable. Là, véhicules brûlés... Jets d'acide sur les policiers - répression zéro. Cela prouve le nouvel office de Castaner-Nunez n'est sans doute que de la com', ou une rustine de plus sur un pneu crevé de longue date.

Francis Caballero : Il est vrai que plusieurs Etats ont choisi de légaliser le cannabis : l’Uruguay, le Colorado, l’Oregon, Washington DC, l’Alaska, la Californie, le Maine, le Massachusetts, le Nevada, le Canada, etc… De plus 29 Etats américains autorisent l’usage du cannabis thérapeutique. On a le sentiment que le mouvement de légalisation est irrésistible et va déferler sur le monde. 

Divers pays ont choisi la légalisation pour couper l'herbe sous le pied des trafiquants. La France se refuse encore à explorer cette voie-là. Pour quelle raison légalisation et dépénalisation sont-elles encore des sujets tabous en France ?

Xavier Raufer : Que donne dans les faits - pas dans les rêves de soixante-huitards fatigués - la légalisation du cannabis ? Dernier exemple, le Canada. Chiffres officiels du service canadien de renseignement criminel (SCRC) : 1 g. de cannabis légal coûte 11 dollars can. - 6 $ can. en deal de rue - d'où, retour des toxicomanes au marché illégal. Le premier ministre-ludion médiatique Trudeau avait promis de "retirer des milliards des poches des criminels" en légalisant le cannabis. Fort prudent, le SCRC parle de "premiers résultats positifs d'ici trois ans et plus". Qui a dit calendes grecques ? En plus - coïncidence ? - le nombre de cocaïnomanes a DOUBLÉ au Canada en 4 ans (730 000 aujourd'hui) - car les narcos ne sont pas stupides. Une cible mouvante, on l'a vu. Si vous voulez voir ça advenir en France, allons-y.

Francis Caballero : La première est politique. L’état français par le voie de ses dirigeants, se refuse à s’engager dans une réforme de la société dont il ne connait pas les répercussions. Les exemples étrangers devraient pourtant lui servir de leçon. Contrairement à ce que prédisaient les adversaires de la légalisation aucune des catastrophes annoncées ne s’est réalisée. La légalisation du cannabis n’a pas provoquée des « ravages chez les jeunes » comme l’affirmaient les pys. Mieux encore elle a produit des effets bénéfiques sur le corps social.

Christophe Castaner a aussi déclaré vouloir s'attaquer au "patrimoine des dealers". Le chiffre d'affaires du trafic de drogue en France étant estimé à 3,5 milliards d'euros/an, quels peuvent être les bénéfices de cette stratégie ? Quelles autres voies explorer ?

Xavier Raufer : Encore de la com' ! Chacun sait que l'immense majorité des semi-grossistes et grossistes de la drogue opérant en France ont des liens forts avec leur diaspora d'origine, Balkans, Maghreb ou Sahel. Car les dealers de base n'ont que des miettes du trafic, grâce à quoi ils survivent tout juste. Comment saisir des villas ou des entreprises, réelles ou non, des comptes en banque, à Casablanca, Tirana, ou Bamako ? Si Castaner-Nunez espèrent trouver le trésor des narcos à Romorantin ou Criquebeuf-sur-Seine, ils risquent la déception. Mais bien plus sûrement n'espèrent-ils rien de pareil et vont-ils faire du cosmétique, gagner du temps avant telle échéance électorale, situation hélas classique depuis l'instauration du quinquennat.

Comment s'assurer qu'une légalisation permettrait un commerce strictement encadré par l'Etat ? Une telle mesure mettrait-elle nécessairement fin au trafic ?

Francis Caballero : Sur le plan de la santé publique elle permet à l’Etat de contrôler la qualité des substances qu’il distribue. Contrairement aux dealers il sélectionne les produits les moins nocifs car il ne cherche pas à défoncer sa jeunesse. Il est en  mesure de limiter leur taux de THC grâce à la création d’un monopole d’Etat. Par exemple en limitant la concentration des produits à un maximum légal alors que les taux atteignent des sommets inconnus à l’époque de leur  mise sur le marché.

Le monopole procure en outre des avantages économiques très importants. La création de plusieurs milliers d’emplois et de taxes qui profitent au Trésor public. On peut discuter les chiffres, mais il est certain que le produit de l’impôt sera considérable, autour de plusieurs milliards d’euros. Car le prix est une variable qui ne dépend que de lui qui pourra l’ajuster à sa guise. Il pourra également lancer des campagnes de sensibilisation de l’opinion publique

Et ce n’est pas tout. Il décriminalisera et allègera le budget de la justice. Il pourra fixer un âge, 18 ans, à partir duquel l’interdit deviendra permis rendant plus sociables des milliers d’adolescents. Il séparera le cannabis des autres drogues plus dangereuses pour la santé. Il permettra de contrôler les conducteurs comme pour l’alcool avec un seuil de concentration en THC, par exemple 8 nano-grammes par litre de sang.

Bien sur la légalisation crée un risque nouveau pour la société : risque d’accident et de conflit entre usagers, violences…. Mais elle est équipée pour le limiter par des mesures appropriées. Il est certes difficile d’assurer que cette politique mettra fin au trafic, (qui peut le faire ?), mais elle en réduira les effets en remplaçant un désordre certain par un commerce  licite qui profitera à tous. Bref des emplois, des taxes et une certaine paix sociale sont à attendre de  la légalisation contrôlée par l’Etat.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 18/09/2019 - 18:08
Pipeau..! Pipeau...!
Même principe que pour l'immigration, on cause, on cause, mais tout le monde sait qu'on ne fera rien. Vu que nos zélites sont des consommateurs impénitents, faut quand même bien imaginer qu'ils ne vont pas ennuyer leurs fournisseurs.
lasenorita
- 18/09/2019 - 16:02
Le déni de réalité!
Tout le monde sait que dans nos cités ce sont des musulmans qui sont les dealers, qui vendent de la drogue à nos enfants, que le haschich vient du Maroc et qu'il enrichit, un peu plus, ce roi...qui laisse son peuple crever de faim...mais nos politicards ''ferment les yeux''. Notre ''Justice'' est plus clémente avec la racaille qu'avec les victimes.. Il serait pourtant facile d'arrêter tout ces trafiquants(que tout le monde voit),de leur confisquer leurs biens et de leur dire: ''Retour au bled..et bon débarras!''.. On empêche nos ''forces de l'ordre'' d'entrer dans ces cités au nom de ''la paix sociale''...Macron et ses copains ont LA TROUILLE que les musulmans fassent des émeutes.. c'est grâce à ces musulmans s'il a été élu ''président des Français'' et ce sont les ''pays musulmans'' étrangers qui ont payé sa campagne électorale!...une partie de l'argent de la drogue est réinjectée dans les armes, dans les mosquées, dans le terrorisme et la radicalisation. .Les ''vrais'' Français n'ont pas le droit d'avoir des armes mais les musulmans ont des kalachnikovs avec lesquelles ils tuent des ''mécréants'' ( au Bataclan)ou font des règlements de compte (les quartiers nord de Marseille)...
JBL
- 18/09/2019 - 14:05
Un pays d'hypocrites !
Il faut toujours qu'on fasse croire que nous sommes plus vertueux que les autres. Hier, il y avait un reportage sur les ventes d'armes au Yémen. Le pays des droits de l'homme est aussi pourri que les autres, mais faut pas le dire. Concernant le cannabis, il y a les pères fouettards qui ressortent. Comme tout se passe en souterrain, il est important que protéger la façade. Alors on sort des lois sur la prostitution, sur la fessée, sur l'interdiction de parler, sur la surveillance, sur la violence aux femmes (80% le sont sur des femmes étrangères), etc. Quand dans ce pays, on va accepter la réalité et s'adapter. Tous nos enfants apprennent à fumer à l'école (et le tabac n'est pas interdit), ils se soulent tous la gueule dans des soirées (et l'alcool pas interdit), et ils se droguent dures (et tout le monde le sait). Et avant eux, ce sont les "bourgeois adultes" qui ont commencé. A un moment, il faut arrêter avec toutes ces simagrées, et parler de responsabilisation, d'éducation et de parents. Je me sens libre à Amsterdam, ou partout tout le monde fume du cannabis, (et je n'en fume pas) et j'étouffe à Paris, dans cette atmosphère de faux culs et d'hypocrites.