En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

02.

Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs

03.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

04.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

05.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

06.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

07.

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Laïcité
Loi sur le séparatisme : pour Jean-Luc Mélenchon, "ce qui est visé, c'est l'islam"
il y a 8 heures 22 min
pépites > Politique
Lui aussi
2022 : Jean-Christophe Cambadélis est "vraiment" intéressé par la présidentielle
il y a 11 heures 40 min
pépite vidéo > France
Catastrophe
Inondations dans le Gard : deux personnes disparues et d'importants dégâts
il y a 13 heures 9 min
pépites > Politique
Il y pense en se rasant
Présidentielle : Xavier Bertrand se dit "plus déterminé que jamais"
il y a 14 heures 23 min
pépites > International
Balance à droite
Cour suprême américaine : Donald Trump veut nommer "très rapidement" une remplaçante à Ruth Bader Ginsburg
il y a 15 heures 26 sec
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Vaincre l’ennemi intérieur

il y a 16 heures 17 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

L’impossible équation du coronavirus

il y a 17 heures 11 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment Emmanuel Macron, via ses réformes, attise la France inflammable

il y a 17 heures 13 min
décryptage > International
Mère de vertu

Patience et prudence, piliers de la réponse iranienne à l'agressivité américaine

il y a 17 heures 14 min
décryptage > International
Danger ?

Frédéric Encel : "L’usage cynique du Covid-19 par des régimes autoritaires et/ou expansionnistes et des mouvances religieuses pose problème"

il y a 17 heures 15 min
pépite vidéo > Insolite
La tour infernale
Rennes : les habitants d'un immeuble dont le bardage émet un bruit de scie circulaire vivent un enfer
il y a 10 heures 42 min
décryptage > Religion
Tribune

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

il y a 12 heures 58 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Feu vert pour la construction de la mission de défense planétaire Hera ; La Nasa envisage une mission pour rechercher la vie dans les nuages de vénus en 2027
il y a 13 heures 26 min
pépites > Education
Education
Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs
il y a 14 heures 37 min
pépites > Politique
Cote
Popularité : Macron en hausse, Castex en baisse
il y a 15 heures 21 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé
il y a 16 heures 26 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : civils, colombes et commandement

il y a 17 heures 11 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Liberté d’expression, fake news et post-vérité : un jeu de dupes

il y a 17 heures 14 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : bobards pour une border !

il y a 17 heures 15 min
décryptage > High-tech
Piratage automne hiver 2020/21

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

il y a 17 heures 18 min
© JOEL SAGET / AFP
© JOEL SAGET / AFP
Nouveau livre

Thomas Piketty, l'anti-Friedman qui ne fait peur à personne

Publié le 16 septembre 2019
Sur la question du fond, Thomas Piketty ne fait quasiment pas d'analyse économique. La valeur ajoutée de cette somme sont les données, issue d'une œuvre d'historien et de sociologue politique. Thomas Piketty ne parle jamais de monnaie.
Mathieu Mucherie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sur la question du fond, Thomas Piketty ne fait quasiment pas d'analyse économique. La valeur ajoutée de cette somme sont les données, issue d'une œuvre d'historien et de sociologue politique. Thomas Piketty ne parle jamais de monnaie.

"Capital et idéologie" le nouveau livre de Thomas Piketty s'intéresse au traitement des inégalités et au discours les justifiant. 

Alors que son livre précédent "Le capital au XXIème siècle" avait été un succès mondial, comment jugez-vous "Capital et idéologie" à l'aune de son œuvre ? 

Je ne suis pas un adepte de Piketty. Je n'aime pas la façon dont il rédige, dont il pense et ce qu'il préconise. Sur la question de la forme, les 1200 pages sont ennuyeuses et barbantes, ce qui est un peu gênant au vu du caractère assez brillant de l'auteur. C'est souvent très descriptif et je ne sais pas comment le public peut avaler autant de pages ennuyeuses. Je pense que les gens achètent Piketty mais je pense que personne ne lit Piketty. 

Sur la question du fond, il n'y a quasiment pas d'analyse économique, ce qui est tout de même gênant. La valeur ajoutée de cette somme, ce sont les données, plus longues, plus profondes. Il y a un vrai travail sur ce point, c'est une œuvre d'historien et de sociologue politique. Mais l'analyse économique est elle-même très limitée. La description des mécanismes économiques est très légère.

Sur le point des préconisations, ce qui me dérange c'est que lorsqu'on lit du Piketty, on accepte qu'à la fin, cela va se terminer de la même façon depuis 20 ans, c’est-à-dire sur de la mécanique budgétaire et fiscale. Il rajoute là de la dynamique réglementaire : une sorte de propriété plus sociale des moyens de production. Il va plus loin que d'habitude dans ses préconisations mais il n'y a jamais rien de monétaire.

C'est magnifique avec Piketty sur ce point, on peut faire tout un constat sur le 19ème siècle qui est le siècle des inégalités sans parler de l'étalon-or. On va parler des inégalités aujourd'hui mais pas sous l'angle d'un régime monétaire qui singe l'étalon-or. Non, pas de dévaluation, pas de changement du cadre, de la politique ou du régime monétaire. On fait donc du Piketty : on se concentre sur ce que les gens peuvent comprendre le budgétaire et le fiscal. 

Piketty nous dit – sans le dire - que chaque fois qu'il y a un régime où il n'y a pas d'inflation on a une montée foudroyante des inégalités de patrimoine mais ensuite pour réduire les inégalités de patrimoine on ne va pas s'occuper de la question de l'inflation, du régime monétaire, de la possibilité de dévaluer…

Piketty c'est de l'anti-Friedman, tout est idéologie, tout est sociologie et maintenant juridique. Il s'attaque à l'ordre capitaliste garanti par le droit traditionnel. Cependant, pas question de s'attaquer aux banques centrales ! Il pense qu'on va pouvoir réduire les inégalités du 21ème siècle avec un régime monétaire qui singe simplement l'étalon-or. 

C'est ainsi que je comprends son livre, le tout accompagné d'un gros appareillage statistique avec tout de même de très bonnes pages. 

Dans son traitement des inégalités, Thomas Piketty s'intéresse particulièrement au 19ème siècle, qu'il décrit comme étant le plus grand responsable de l'accroissement des inégalités. Souscrivez-vous à son constat et à son analyse des causes qu'il met en avant ?

C'est amusant de voir que le constat le plus saillant qu'il puisse faire reste tout de même qu'il y a plus d'inégalités en France en 1914 qu'en 1815. Tout le 19ème siècle est un siècle de diffusion non pas de diffusion d'une petite propriété suite à la Révolution française mais un siècle de montée foudroyante des inégalités à un point considérable et il ne fait pas le lien avec le fait que la réduction des inégalités qu'il y a eu entre 1914 et 1945 c'est avant tout l'inflation et le débasement de la monnaie.

Concernant ce constat, ce qui me gêne c'est que tout n'est pas étroitement comptable. Piketty peut avoir raison dans l'idée qu'il y a une plus grande différence de patrimoine en 1914 qu'en 1815. Pourquoi pas, mais d'un point de vue purement chiffré. Or tout n'est pas que dans les chiffres. Par exemple la France de 1900 est par bien des côtés est bien plus douce que celle de la Révolution ou des deux Empires. Je sais que Piketty a fait ses devoirs d'un point de vue comptable mais cela ne signifie pas que la société est réellement plus inégalitaire au sens où lui l'entend, à savoir qu'inégalité est égale à injustice. 

Je pense qu'effectivement il y a plus d'écart en 1914 qu'en 1815 mais dans une société plus riche, qui a déjà passé de nombreuses lois sociales et où les syndicats sont sans doute beaucoup mieux tolérés. On ne peut pas mesurer parfaitement une France rurale et une France qui commence à s'urbaniser, tout n'est pas étroitement chiffré : je ne pense pas que dans la France de 1920 les inégalités les plus injustes et saillantes soient les inégalités monétaires ou patrimoniales… Je pense qu'il amalgame trop inégalité et injustice.

Vous soulignez que Piketty s'oppose aux idées de Milton Friedman. Vous semble-t-il balayer la pensée de Friedman de manière générale ?

De manière directe il parle en fait très peu de Friedman. Il ne l'attaque que sur de petits à-côté comme le Chili de Pinochet, sur le fait qu'il pensait que l'euro ne se ferait pas… Mais c'est hors-contexte. On ne s'attaque pas à l'œuvre de Friedman dans le sens où on ne s'attaque pas à l'histoire monétaire des Etats-Unis en 1962 ou à ses très bons livres puisque de toute façon c'est du très costaud. 

C'est surtout au niveau méthodologique qu'il est anti-Friedmanien. C'est quelqu'un qui met systématiquement en avant les aspects budgétaires et fiscaux mais ne va jamais parler de la monnaie. Il est capable de parler de l'année 2008 sans jamais parler des banques centrales. Il fait partie de ces gens qui sont capables de démonétariser totalement les sujets. Ils vont évoquer vaguement le fait que très curieusement les périodes d'accroissement des inégalités sont comme par hasard des périodes où il n'y a pas d'inflation alors que les périodes où les patrimoines évoluent sont des périodes d'agitation monétaire. Ils veulent bien en parler mais pas en inférer quoi que ce soit, ils ne s'attaqueront jamais aux banquiers centraux. 

En réalité, le problème de Piketty et des gens du même courant est que fondamentalement ce sont des keynésiens, mais pas celui de Keynes. C'est un keynésianisme de synthèse qui considère qu'il faut agir dans un moment de grande crise avec des armes qui sont par exemple les grands travaux ou une fiscalité plus progressive, mais pas via la monnaie.

J'ai lu récemment "Dette : 5000 ans d'histoire" de David Graeber, un très bon livre sur la remise des dettes  qui traite de cette capacité qu'ont les classes supérieures à refuser toutes les remises de dette. En lisant Piketty à la lumière de Graeber, je me suis dit que Graeber est plus intéressant, mieux écrit, beaucoup plus original et se termine par des préconisations beaucoup plus radicales. Piketty, à part appeler à une sorte de socialisme du 22ème siècle ou appeler à encore plus de progressivité sur l'impôt sur le revenu, ne préconise pas grand-chose.

Piketty ne propose rien à la hauteur des enjeux. Ses idées seront refusées en bloc : l'idée qu'on va obliger les entreprises à détenir 50% de syndicats dans les conseils d'administration, ça n'a pas marché en Allemagne, ça ne sera pas exporté ailleurs. Son économie mixte me fait doucement rire. C'était le slogan de deux hommes politiques qui ont fait mal à la France : Philippe Pétain et François Mitterrand.  

Thomas Piketty ne dérange en réalité personne. Lorsqu'on a fini son livre, on se demande qui il a attaqué… Les riches ? Si je suis riche je ne suis pas effrayé par ce que dit Piketty : sa coordination mondiale ne réunira jamais tous les pays, sa cogestion ne fera pas peur à beaucoup de capitalistes. S'il avait parlé de remise de dette, il aurait fâché tous les banquiers. S'il s'était attaqué au cocotier monétaire, il se serait attaqué à ceux qui ont vraiment du pouvoir : les banquiers centraux. 

Je trouve au final qu'il manque à Piketty du souffle, que ce soit au niveau littéraire ou des propositions. On voit que c'est au final une sorte de statisticien de luxe et un sociologue à la française. Mais ça n'est pas un philosophe façon Karl Marx, ni un véritable économiste comme Milton Friedman.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 17/09/2019 - 20:36
Im Herbst :) à evguenogoud
Fetter grüne, du Laub’,
Am Rebengeländer,
Hier mein Fenster herauf.
Gedrängter quillet,
Zwillingsbeeren, und reifet
Schneller und glänzend voller.
Euch brütet der Mutter Sonne
Scheideblick, euch umsäuselt
Des holden Himmels
Fruchtende Fülle.
Euch kühlet des Monds
Freundlicher Zauberhauch,
Und euch betauen, ach,
Aus diesen Augen
Der ewig belebenden Liebe
Volle schwellende Tränen.
evgueniesokolof
- 17/09/2019 - 19:25
bendidons et l'autriche
Die Leute die in österreich leben sind die österreicher
Sie sind aber ganz bestimmt Österarschlöcher
Und du bist der beste der Österrarschlöcher
Leck deinen Arsch and Maul zu
Paulquiroulenamassepasmousse
- 17/09/2019 - 19:10
Pipiketti n'a rien compris au
Pipiketti n'a rien compris au film, comme d'habitude, il oublie juste que les exemples qu'il donne (USA entre 2 guerres) sont matginaux et ne concernaient personnes.... En plus la mondialisation n'était qu'un rêve. Quand à l'analyse psychologique des données, la c'est la brasse coulée, il n'a même pas compris qu'on n'est pas riche par hasard, et que l'argent est le carburant de ces milliardaires, qui, privés de carburant pour investir deviendraient comme Pipiketti, des rentiers inutiles.