En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

02.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

05.

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

06.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

07.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
pépites > Social
Montoir-de-Bretagne
Les Gilets jaunes ont bloqué brièvement une usine chimique classée Seveso en Loire-Atlantique
il y a 28 min 18 sec
décryptage > Sport
Euro 2020

France - Moldavie : Olivier Giroud se rapproche du record de buts de Michel Platini... ou pas

il y a 1 heure 45 min
décryptage > Science
Espace

Univers : les physiciens commencent à comprendre les structures géantes qui connecteraient des galaxies distantes de milliards d’années lumière

il y a 2 heures 25 min
décryptage > Société
"Arabe de service", "nègre de maison" et autres joyeusetés

Pourquoi les militants qui traitent leurs adversaires issus de minorités de "native informant" ne sont ni démocrates, ni républicains

il y a 3 heures 6 min
décryptage > Social
Mesures fortes ?

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

il y a 3 heures 34 min
light > Sport
"Etat de santé confidentiel"
Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1
il y a 17 heures 21 min
pépite vidéo > Santé
Prouesse médicale
Une opération de deux soeurs siamoises s'est déroulée avec succès
il y a 18 heures 16 min
pépites > Santé
Réponse du gouvernement
Crise à l'hôpital : Emmanuel Macron dit avoir "entendu la colère et l'indignation" et promet des mesures fortes
il y a 19 heures 38 min
décryptage > Société
Rhétorique hochet

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

il y a 20 heures 58 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 13 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 21 heures 48 min
décryptage > Politique
Sondages

Cette volatilité croissante de l'électorat qui renforce le risque de crise sociale

il y a 1 heure 21 min
décryptage > Education
Comme les chemises brunes…

Fac de Jussieu : une conférence sur le terrorisme interdite par des terroristes d'un nouveau genre !

il y a 2 heures 8 min
décryptage > Media
France Télévisions

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

il y a 2 heures 39 min
décryptage > High-tech
Maîtres des données personnelles

Ce que Margrethe Vestager ne semble pas comprendre à la phase 2 de la conquête du monde par les GAFAM

il y a 3 heures 20 min
décryptage > France
Politique territoriale

Cette case qui manque aux élites françaises pour trouver le remède à l’impuissance politique et à la crise de défiance généralisée

il y a 3 heures 57 min
pépites > Europe
Voix de la France
La candidature de Thierry Breton à la Commission européenne a été validée par les eurodéputés
il y a 17 heures 52 min
pépites > International
Lourd bilan
Cessez-le-feu à Gaza après deux jours d'affrontements
il y a 19 heures 19 min
pépite vidéo > France
Incendie
Le toit de la mairie d'Annecy a été ravagé par les flammes
il y a 20 heures 10 min
pépites > France
Coup de sang
Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"
il y a 21 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 22 heures 36 min
© BORIS HORVAT / AFP
© BORIS HORVAT / AFP
Etat des lieux

Pourquoi le sectarisme flambe

Publié le 15 septembre 2019
A l'heure des polémiques avec le communiqué de SOS Racisme sur la participation de Raphaël Enthoven et d'Aurélien Taché à la "convention de la droite" avec Marion Maréchal, la polarisation politique excessive tend à creuser les écarts entre les postures partisanes et à transformer le dialogue en échange d'insultes.
Brice Couturier est journaliste. Il a été rédacteur en chef du Monde des débats et collabore au Point. Il est l'une des voix de France Culture, où il présente chaque jour "Le tour du monde des idées". Il est notamment l'auteur du très remarqué Macron,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Brice Couturier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Brice Couturier est journaliste. Il a été rédacteur en chef du Monde des débats et collabore au Point. Il est l'une des voix de France Culture, où il présente chaque jour "Le tour du monde des idées". Il est notamment l'auteur du très remarqué Macron,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'heure des polémiques avec le communiqué de SOS Racisme sur la participation de Raphaël Enthoven et d'Aurélien Taché à la "convention de la droite" avec Marion Maréchal, la polarisation politique excessive tend à creuser les écarts entre les postures partisanes et à transformer le dialogue en échange d'insultes.

Atlantico.fr : Peut-on dialoguer avec tout le monde en démocratie, ou y a-t-il des formations avec lesquelles il faut éviter de discuter ? Raphaël Enthoven et Aurélien Taché ont-ils fait erreur en allant débattre avec des figures controversées de la droite ?

Brice Couturier : On devrait pouvoir discuter avec tout le monde dans une démocratie normale, j'entends apaisée. Mais l'état du débat public, hystérisé par les réseaux sociaux qui nous isolent dans des silos, favorables à l'extrémisation, rend le dialogue honnête et de bonne foi de plus en plus difficile. L'insulte, voire la menace physique ne sont jamais loin, de nos jours et c'est sur ce terreau que prospèrent les populismes. La France renoue, hélas, avec l'atmosphère de guerre civile froide que notre pays a connue tant de fois dans son histoire. La preuve : les oppositions modérées au pouvoir actuel sont très faibles. On n'entend que des extrémistes, tant à gauche qu'à droite. Et c'est, du reste, le risque de guerre civile, bien perçu par les Français, qui a donné la victoire à Emmanuel Macron. On n'imagine pas la majorité du pays concéder l'obéissance ni le paiement des impôts à une Marine Le Pen, ni à un Jean-Luc Mélenchon...

Par ailleurs, la stratégie du "cordon sanitaire", longtemps appliquée envers la seule extrême-droite (jamais envers l'extrême-gauche, même face à ses tendances les plus délirantes), avait pour fonction de "marquer" les personnalités qui ne méritaient pas de bénéficier de ce droit au dialogue. Il y a eu, un moment, le risque que le Parti des Médias utilise pour discréditer tout ce qu'il n'aime pas la classique "stratégie du saucisson" communiste : après avoir réussi à interdire de parole publique légitime l'extrême-droite, étendre progressivement cet interdit à une partie de la droite classique, puis à toute la droite, enfin, à gauche et au centre, à tous ceux qu'il n'aime pas...

Mais cela fait un certain temps que cet interdit a sauté. Pour une raison assez simple : le Front national a beaucoup bénéficié de cette stratégie de diabolisation : elle tendait à le faire apparaître comme le seul véritable opposant au "complot des élites". Elle faisait de lui l'unique bénéficiaire des rancoeurs populistes. Le changement de ton des journalistes lorsqu'ils interviewent Marine Le Pen est devenu évident. L'opération banalisation est réussie. Il faut aussi admettre que le positionnement politique adopté par Marine Le Pen, quoiqu'on en pense, n'est pas celui qu'avait choisi son père. D'où leur brouille publique. Et les succès du RN sur les anciennes terres électorales communistes...

Mais dialoguer est une chose, accepter une invitation à se rendre à une assemblée militante qui ressemble fort au lancement d'un nouveau courant politique en est une autre. Or, c'est bien ce qui semble se jouer autour de Marion Maréchal. Il y a un nouveau courant intellectuel conservateur, assez jeune, très original, mal perçu par les médias traditionnels, qui se cherche une traduction  politique. Cette jeune femme, qui en est proche intellectuellement, l'a compris et se pose en possible incarnation. Vu l'état de sidération dans laquelle Emmanuel Macron a plongé la classe politique - qui n'a toujours rien compris - cela peut être intéressant à suivre. On aurait besoin, dans ce pays, d'une droite et d'une gauche nouvelles, en phase avec l'époque.   

Que pensez-vous des dénonciations publiques d'une part de la gauche, à l'image de celle de SOS Racisme, dès lors qu'un intellectuel intervient dans une rencontre organisée par la droite ? 

Raphaël Enthoven est un ami et j'éprouve pour son intelligence et sa culture une vive admiration. Je me souviens comment il a sauvé une émission que j'animais, sur France Culture, avec Julie Clarini, en remplaçant, au pied levé, un invité, un philosophe qui avait oublié notre invitation... Sans notes et face à un interlocuteur qui se noyait dans ses fiches, il a dominé le débat. Il adore relever ce genre de défi, se mettre en danger.

Son positionnement intellectuel, que je qualifierais d'universaliste, lui vaut des haines tenaces. En particulier du côté des communautaristes, indigénistes, et autres antiracistes dévoyés en haine des "blancs", comme de l'extrême-droite identitaire. Et, bien sûr, celle des antisémites. Son brio agace et il déclenche automatiquement la jalousie des petits esprits et des demi-savants.Toute sorte de gens, qu'il énerve, le guettaient. Le fait d'avoir accepté le rôle de contradicteur à ce meeting tombait à pic. Le voilà avec une cible dans le dos. Il est devenu l'homme à abattre. 

Pour n'importe qui d'autre, je me ferais du souci. Mais je le sais suffisamment habile pour être capable de tenir, face à toute une assemblée, un discours contredisant l'essentiel de ce qu'elle croit savoir sans se faire huer. Le fait qu'ils aient choisi pour opposant un esprit aussi agile et un orateur aussi convaincant plaiderait plutôt en faveur des organisateurs. A leur place, je redouterais qu'il ne parvienne à "retourner" une partie de l'auditoire...

De nombreux travaux se sont récemment inquiétés d'une polarisation politique excessive, qui tend à creuser les écarts entre les postures partisanes et à transformer le dialogue en échange d'insultes. Est-ce que ce type d'anathèmes lancés dans l'espace public ne risque pas de creuser plus encore l'incompréhension entre les différentes postures partisanes ?

Oui, c'est précisément cette polarisation qui a porté au pouvoir des politiciens aussi improbables que Donald Trump, Matteo Salvini, Jair Bolsonaro et consort. Les fameux "populistes". Autrefois, on gagnait les élections au centre, sur des programmes de compromis, des plus petits dénominateurs communs, voire grâce à des "triangulations", qui empruntaient à l'arsenal idéologique des adversaires. Le vent a tourné. A présent, on les gagne en provoquant, en éructant, en menaçant et en rassemblant les siens. Sans un compromis minimal, un consensus sur l'essentiel, le débat démocratique est impossible. C'est pourquoi il faut accepter de dialoguer avec... presque tout le monde. Pas avec les racistes, les antisémites, les complotistes mabouls, ni avec ceux qui qui tentent d'extorquer, par la menace, des signes d'approbation. Dialoguer avec de tels personnages, c'est les reconnaître en tant qu'interlocuteurs légitimes. Mieux vaut passer son chemin. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

02.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

05.

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

06.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

07.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 16/09/2019 - 20:25
hoche38 - 16/09/2019 - 18:34 :)::) 2005
Referendum 2005: La question « Approuvez-vous le projet de loi qui autorise la ratification du traité établissant une constitution pour l'Europe? Non à 54,68%
Bien évidemment Il n'y avait aucune question subsidiaire, ni subliminale. Comme voulez-vous quitter l'UE. :)::) Cette question n'était pas posée. :)::)
Il n'y a donc aujourd'hui aucune Constitution pour gérer l'UE. (qui avait été faite pour rendre la gestion de l'UE plus rapide & plus flexible).
La gestion de l'UE est comme avant pas plus pas moins.
evgueniesokolof
- 16/09/2019 - 18:35
Qu'est ce qu'il en pense...

le bon docteur Gayet ?

"Aujourd'hui une civilisation ne pourra jamais aboutir à sa totale destruction par une autre, car les faits sont connus & que 8,180Milliards d'habitants ne peuvent psychologiquement être dans une & même enfermement. La diversité est nécessaire comme celle de la Nature."

Allons, il a bien un remède ....nous aussi mais....et puis on ne tire pas sur une ambulance
hoche38
- 16/09/2019 - 18:34
Le constat est honnête.
Mais comment en sommes-nous arrivé là? Probablement parce que le débat démocratique normal a été pourri depuis trente ans par la caste installée au pouvoir et prête à tous les subterfuges institutionnels pour y rester. Souvenez-vous du referendum de 2005. Les électeurs ont fini par comprendre. Comment voulez-vous faire confiance à ces gens? Où était le dialogue démocratique? Toutes les positions se sont exacerbées en un nouvel affrontement de classes et c'est ce qui se paye encore aujourd'hui.