En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

03.

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

04.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

05.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

06.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

07.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

L’intelligence artificielle avait abîmé la beauté des échecs, voilà comment elle pourrait la renouveler

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

05.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

06.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

ça vient d'être publié
pépites > International
Menace
Les Etats-Unis accusent le Hezbollah de stocker du nitrate d'ammonium en Europe
il y a 4 heures 3 min
pépites > France
Prudence
Inondations : le Gard en alerte rouge, la Lozère et l'Hérault en vigilance orange
il y a 5 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le théorème du parapluie" : Le spectacle est permanent, émerveillons-nous !

il y a 7 heures 11 min
pépite vidéo > Insolite
Spiderman
Paris : un homme interpellé après avoir escaladé la tour Montparnasse à mains nues
il y a 7 heures 58 min
décryptage > Politique
Politisation de la justice

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

il y a 9 heures 21 min
décryptage > France
Gouverner, c'est prévoir

Les leçons de notre impréparation face au Covid ont-elles été tirées face aux autres risques majeurs identifiés par les livres blancs ?

il y a 10 heures 45 min
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 11 heures 22 min
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 11 heures 41 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 11 heures 45 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 11 heures 45 min
pépites > Economie
Blacklist
Interdiction de TikTok aux Etats-Unis : la Chine annonce des mesures de rétorsion
il y a 4 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La bombe" : une histoire explosive

il y a 7 heures 7 min
pépite vidéo > Religion
Débat pas simple
Voile à l'Assemblée : pour Jean-Sébastien Ferjou, "le voile a une double nature, privée et politique"
il y a 7 heures 17 min
pépites > International
Disparition
États-Unis : Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour Suprême, est décédée
il y a 8 heures 31 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette
il y a 10 heures 25 min
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 11 heures 6 min
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 11 heures 32 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 11 heures 45 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 11 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 20 heures 14 min
© BORIS HORVAT / AFP
© BORIS HORVAT / AFP
Etat des lieux

Pourquoi le sectarisme flambe

Publié le 15 septembre 2019
A l'heure des polémiques avec le communiqué de SOS Racisme sur la participation de Raphaël Enthoven et d'Aurélien Taché à la "convention de la droite" avec Marion Maréchal, la polarisation politique excessive tend à creuser les écarts entre les postures partisanes et à transformer le dialogue en échange d'insultes.
Brice Couturier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Brice Couturier est journaliste. Il a été rédacteur en chef du Monde des débats et collabore au Point. Il est l'une des voix de France Culture, où il présente chaque jour "Le tour du monde des idées". Il est notamment l'auteur du très remarqué Macron,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'heure des polémiques avec le communiqué de SOS Racisme sur la participation de Raphaël Enthoven et d'Aurélien Taché à la "convention de la droite" avec Marion Maréchal, la polarisation politique excessive tend à creuser les écarts entre les postures partisanes et à transformer le dialogue en échange d'insultes.

Atlantico.fr : Peut-on dialoguer avec tout le monde en démocratie, ou y a-t-il des formations avec lesquelles il faut éviter de discuter ? Raphaël Enthoven et Aurélien Taché ont-ils fait erreur en allant débattre avec des figures controversées de la droite ?

Brice Couturier : On devrait pouvoir discuter avec tout le monde dans une démocratie normale, j'entends apaisée. Mais l'état du débat public, hystérisé par les réseaux sociaux qui nous isolent dans des silos, favorables à l'extrémisation, rend le dialogue honnête et de bonne foi de plus en plus difficile. L'insulte, voire la menace physique ne sont jamais loin, de nos jours et c'est sur ce terreau que prospèrent les populismes. La France renoue, hélas, avec l'atmosphère de guerre civile froide que notre pays a connue tant de fois dans son histoire. La preuve : les oppositions modérées au pouvoir actuel sont très faibles. On n'entend que des extrémistes, tant à gauche qu'à droite. Et c'est, du reste, le risque de guerre civile, bien perçu par les Français, qui a donné la victoire à Emmanuel Macron. On n'imagine pas la majorité du pays concéder l'obéissance ni le paiement des impôts à une Marine Le Pen, ni à un Jean-Luc Mélenchon...

Par ailleurs, la stratégie du "cordon sanitaire", longtemps appliquée envers la seule extrême-droite (jamais envers l'extrême-gauche, même face à ses tendances les plus délirantes), avait pour fonction de "marquer" les personnalités qui ne méritaient pas de bénéficier de ce droit au dialogue. Il y a eu, un moment, le risque que le Parti des Médias utilise pour discréditer tout ce qu'il n'aime pas la classique "stratégie du saucisson" communiste : après avoir réussi à interdire de parole publique légitime l'extrême-droite, étendre progressivement cet interdit à une partie de la droite classique, puis à toute la droite, enfin, à gauche et au centre, à tous ceux qu'il n'aime pas...

Mais cela fait un certain temps que cet interdit a sauté. Pour une raison assez simple : le Front national a beaucoup bénéficié de cette stratégie de diabolisation : elle tendait à le faire apparaître comme le seul véritable opposant au "complot des élites". Elle faisait de lui l'unique bénéficiaire des rancoeurs populistes. Le changement de ton des journalistes lorsqu'ils interviewent Marine Le Pen est devenu évident. L'opération banalisation est réussie. Il faut aussi admettre que le positionnement politique adopté par Marine Le Pen, quoiqu'on en pense, n'est pas celui qu'avait choisi son père. D'où leur brouille publique. Et les succès du RN sur les anciennes terres électorales communistes...

Mais dialoguer est une chose, accepter une invitation à se rendre à une assemblée militante qui ressemble fort au lancement d'un nouveau courant politique en est une autre. Or, c'est bien ce qui semble se jouer autour de Marion Maréchal. Il y a un nouveau courant intellectuel conservateur, assez jeune, très original, mal perçu par les médias traditionnels, qui se cherche une traduction  politique. Cette jeune femme, qui en est proche intellectuellement, l'a compris et se pose en possible incarnation. Vu l'état de sidération dans laquelle Emmanuel Macron a plongé la classe politique - qui n'a toujours rien compris - cela peut être intéressant à suivre. On aurait besoin, dans ce pays, d'une droite et d'une gauche nouvelles, en phase avec l'époque.   

Que pensez-vous des dénonciations publiques d'une part de la gauche, à l'image de celle de SOS Racisme, dès lors qu'un intellectuel intervient dans une rencontre organisée par la droite ? 

Raphaël Enthoven est un ami et j'éprouve pour son intelligence et sa culture une vive admiration. Je me souviens comment il a sauvé une émission que j'animais, sur France Culture, avec Julie Clarini, en remplaçant, au pied levé, un invité, un philosophe qui avait oublié notre invitation... Sans notes et face à un interlocuteur qui se noyait dans ses fiches, il a dominé le débat. Il adore relever ce genre de défi, se mettre en danger.

Son positionnement intellectuel, que je qualifierais d'universaliste, lui vaut des haines tenaces. En particulier du côté des communautaristes, indigénistes, et autres antiracistes dévoyés en haine des "blancs", comme de l'extrême-droite identitaire. Et, bien sûr, celle des antisémites. Son brio agace et il déclenche automatiquement la jalousie des petits esprits et des demi-savants.Toute sorte de gens, qu'il énerve, le guettaient. Le fait d'avoir accepté le rôle de contradicteur à ce meeting tombait à pic. Le voilà avec une cible dans le dos. Il est devenu l'homme à abattre. 

Pour n'importe qui d'autre, je me ferais du souci. Mais je le sais suffisamment habile pour être capable de tenir, face à toute une assemblée, un discours contredisant l'essentiel de ce qu'elle croit savoir sans se faire huer. Le fait qu'ils aient choisi pour opposant un esprit aussi agile et un orateur aussi convaincant plaiderait plutôt en faveur des organisateurs. A leur place, je redouterais qu'il ne parvienne à "retourner" une partie de l'auditoire...

De nombreux travaux se sont récemment inquiétés d'une polarisation politique excessive, qui tend à creuser les écarts entre les postures partisanes et à transformer le dialogue en échange d'insultes. Est-ce que ce type d'anathèmes lancés dans l'espace public ne risque pas de creuser plus encore l'incompréhension entre les différentes postures partisanes ?

Oui, c'est précisément cette polarisation qui a porté au pouvoir des politiciens aussi improbables que Donald Trump, Matteo Salvini, Jair Bolsonaro et consort. Les fameux "populistes". Autrefois, on gagnait les élections au centre, sur des programmes de compromis, des plus petits dénominateurs communs, voire grâce à des "triangulations", qui empruntaient à l'arsenal idéologique des adversaires. Le vent a tourné. A présent, on les gagne en provoquant, en éructant, en menaçant et en rassemblant les siens. Sans un compromis minimal, un consensus sur l'essentiel, le débat démocratique est impossible. C'est pourquoi il faut accepter de dialoguer avec... presque tout le monde. Pas avec les racistes, les antisémites, les complotistes mabouls, ni avec ceux qui qui tentent d'extorquer, par la menace, des signes d'approbation. Dialoguer avec de tels personnages, c'est les reconnaître en tant qu'interlocuteurs légitimes. Mieux vaut passer son chemin. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 16/09/2019 - 20:25
hoche38 - 16/09/2019 - 18:34 :)::) 2005
Referendum 2005: La question « Approuvez-vous le projet de loi qui autorise la ratification du traité établissant une constitution pour l'Europe? Non à 54,68%
Bien évidemment Il n'y avait aucune question subsidiaire, ni subliminale. Comme voulez-vous quitter l'UE. :)::) Cette question n'était pas posée. :)::)
Il n'y a donc aujourd'hui aucune Constitution pour gérer l'UE. (qui avait été faite pour rendre la gestion de l'UE plus rapide & plus flexible).
La gestion de l'UE est comme avant pas plus pas moins.
evgueniesokolof
- 16/09/2019 - 18:35
Qu'est ce qu'il en pense...

le bon docteur Gayet ?

"Aujourd'hui une civilisation ne pourra jamais aboutir à sa totale destruction par une autre, car les faits sont connus & que 8,180Milliards d'habitants ne peuvent psychologiquement être dans une & même enfermement. La diversité est nécessaire comme celle de la Nature."

Allons, il a bien un remède ....nous aussi mais....et puis on ne tire pas sur une ambulance
hoche38
- 16/09/2019 - 18:34
Le constat est honnête.
Mais comment en sommes-nous arrivé là? Probablement parce que le débat démocratique normal a été pourri depuis trente ans par la caste installée au pouvoir et prête à tous les subterfuges institutionnels pour y rester. Souvenez-vous du referendum de 2005. Les électeurs ont fini par comprendre. Comment voulez-vous faire confiance à ces gens? Où était le dialogue démocratique? Toutes les positions se sont exacerbées en un nouvel affrontement de classes et c'est ce qui se paye encore aujourd'hui.