En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

05.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

06.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

07.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Libéralisation ?

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

il y a 43 min 38 sec
décryptage > Science
Etrange...

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

il y a 2 heures 41 min
décryptage > Politique
Info ou intox ?

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

il y a 3 heures 3 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 17 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 17 heures 45 min
pépites > Société
A toute vitesse ?
Rouen : l'usine Lubrizol pourrait reprendre partiellement son activité avant la fin de l'année
il y a 19 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "La dernière bande" : Un texte exigeant mis à la portée de tous les cœurs par un immense comédien

il y a 20 heures 4 min
décryptage > Economie
Grande fierté

L’Italie n’a pas inventé les pâtes, mais a su préserver sa sauce bien mieux que la France. Connaissez-vous vraiment l’Italie ?

il y a 20 heures 22 min
pépites > Faits divers
Drame
Toulouse : un pont s’effondre, un mort et cinq blessés
il y a 21 heures 44 min
décryptage > Economie
"Impeachable" or not "impeachable" ?

Etats-Unis : pour les marchés financiers, Donald Trump n’est pas « impeachable »

il y a 22 heures 33 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Quand le parti conservateur britannique redevient un parti de droite

il y a 22 heures 48 min
décryptage > Economie
Tout ça pour ça

Vote du PLF 2020 : 3 mois de débats pour presque rien (de nouveau)

il y a 47 min 52 sec
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

il y a 2 heures 58 min
light > Justice
Et golouglouglou
Pernod Ricard : des employés dénoncent une culture de la consommation de l'alcool
il y a 17 heures 4 min
light > Culture
Jackpot !
Gros succès pour le Joker qui dépasse le milliard de dollars de recette
il y a 19 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Civilizations" de Laurent Binet : Suite et fin des prix littéraires 2019 chroniqués ici : le Prix de l'Académie française, qu récompense ce conte philosophique où les Incas envahissent l’Europe

il y a 19 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sans la liberté" de François Sureau : La liberté a déjà disparu

il y a 20 heures 19 min
pépite vidéo > Politique
Bougeotte
Edouard Philippe assure que sa volonté de transformer le pays reste "intacte"
il y a 21 heures 41 min
décryptage > Economie
Combat profond

Huile de palme : comment le gouvernement profond combat l’écologie

il y a 22 heures 26 min
décryptage > Economie
Choc

Ce choc de gestion de l’Etat sans lequel la crise ouverte par les Gilets jaunes ne se refermera pas

il y a 22 heures 40 min
pépites > Politique
Réformons !
Edouard Philippe : la "volonté de "transformer" la France reste intacte dans les rangs de l'exécutif
il y a 22 heures 53 min
© Brendan Smialowski / AFP
© Brendan Smialowski / AFP
Bonnes feuilles

Le triomphe politique et idéologique de Trump, Bolsonaro et Salvini à l'ère de la désinformation et des réseaux sociaux

Publié le 15 septembre 2019
Emmanuel Ostian publie "Désinformation" aux éditions Plon. La guerre contre les "fake news" est déclarée. Emmanuel Ostian, journaliste d'investigation, nous plonge au coeur d'une enquête inédite et riche en révélations. Extrait 2/2.
Emmanuel Ostian couvre pendant dix ans les conflits (Kosovo, Afghanistan, Irak, Darfour etc) pour TF1 avant de devenir chef du service Economie de la chaîne. Après deux ans au service International de LCI, il intègre le magazine " Envoyé spécial " sur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Ostian
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Ostian couvre pendant dix ans les conflits (Kosovo, Afghanistan, Irak, Darfour etc) pour TF1 avant de devenir chef du service Economie de la chaîne. Après deux ans au service International de LCI, il intègre le magazine " Envoyé spécial " sur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Ostian publie "Désinformation" aux éditions Plon. La guerre contre les "fake news" est déclarée. Emmanuel Ostian, journaliste d'investigation, nous plonge au coeur d'une enquête inédite et riche en révélations. Extrait 2/2.

Le plus intéressant, dans ce grand champ de désinformation à l’américaine dont Donald Trump n’est que l’épouvantail, est de constater l’alliance objective entre des idéologies qui ne s’affrontent plus que sur le papier. Les tycoons américains, chantres d’un libéralisme débridé qui s’est construit sur la haine de l’URSS, fraient aujourd’hui avec des sbires de Vladimir Poutine ou de Xi Jinping. 

Les extrêmes se tiennent par la main. 

Poutine, star incontestée des partisans de l’autorité, étrille régulièrement l’Amérique, mais il se garde bien de critiquer Donald Trump. D’ailleurs, lorsque les deux dirigeants se rencontrent, l’Américain va jusqu’à confisquer les notes de ses traducteurs pour éviter que les propos consignés ne soient rendus publics. 

Et ils ont vu entrer dans leur club de nouveaux dirigeants, ces derniers temps. Jair Bolsonaro au Brésil, bien sûr, accueilli en grande pompe à la Maison Blanche. Ce « Trump tropical », comme on l’a sur‑ nommé, est lui aussi un grand poète. Il n’avait pas hésité à lancer à une députée du camp adverse qu’elle était « si laide » qu’elle ne « méritait même pas » qu’il la viole. Bolsonaro qui renierait son fils s’il était homosexuel. Et ça tombe bien pour lui, Eduardo Bolsonaro est loin de l’être (pour ce que l’on en sait…) et il partage les idées de son père au point d’avoir été vu – magie des coïncidences – avec un certain Steve Bannon, juste avant l’élection. Bannon, toujours lui, était venu offrir ses services à l’étoile montante de la droite brésilienne. 

Les élections au Brésil sont marquées, elles aussi, par une vaste campagne de désinformation à travers les réseaux sociaux. Là‑bas, c’est WhatsApp qui fait office de vecteur. La messagerie, appartenant à Facebook, est utilisée par 120 millions de Brésiliens. C’est le réseau social le plus en vogue, celui par lequel les Brésiliens s’échangent la plupart des infor‑ mations, les SMS étant trop coûteux. Même si son utilisation est limitée à 256 personnes maximum par groupe, les messages envoyés se viralisent très facile‑ ment par transfert à d’autres groupes.

D’après le journal Folha de S.Paulo, le camp Bolsonaro a consacré plus de 12 millions d’euros pour l’envoi de centaines de millions de messages via WhatsApp, en ciblant les populations qui pouvaient basculer du côté du candidat. Il était question, par exemple, d’un « kit gay » que l’adversaire de Bolsonaro voulait imposer dans les écoles. Évidemment une invention. WhatsApp a eu beau fermer 100 000 comptes associés aux sociétés impliquées dans l’envoi, il était trop tard. 

Aujourd’hui, un collectif de fact‑checking composé d’une cinquantaine de journalistes internationaux a déjà recensé plus de 60 000 messages « problématiques » diffusés pendant la campagne. Ils n’émanaient évidemment pas tous du camp Bolsonaro. Mais c’est malgré tout le candidat de l’extrême droite qui en a fait l’utilisation la plus massive. 

« Merci, Facebook. » Les mots sont de Matteo Salvini, le leader de la Ligue en Italie, juste après les élections. Dans la péninsule, les réseaux sociaux ont également été déterminants lors de la victoire qui a propulsé au pouvoir l’attelage formé par la Ligue et le Mouvement 5 étoiles. Là encore, les médias classiques n’ont rien vu venir. Les sondages préélectoraux pronostiquaient une victoire de Forza Italia de Silvio Berlusconi et du Parti démocratique de Matteo Renzi. Pour finir, les extrêmes, de droite et de gauche, se sont imposés. Un renouveau démocratique et un renouvellement du paysage politique ? Peut‑être, mais à quel prix… Quelques mois après ces élections, l’alliance des deux partis populistes se fissure déjà. La politique agressive contre les migrants renvoie l’image d’un pays qui se ferme, et l’économie poursuit sa lente descente aux enfers. Les Italiens, qui n’ont toujours pas retrouvé le niveau de vie qu’ils avaient avant la crise de 2008, ont sans doute exprimé leur colère en votant pour les extrêmes. Mais les grands mots et les idées simples ne font pas une politique. L’Italie est finalement entrée en récession économique en 2019. 

Steve Bannon et consorts continueront à dire que la crise en Europe est liée à l’immigration. Donald Trump poursuivra son projet de mur avec le Mexique. La peur sera distillée à toutes les populations qui se sentent au ban du monde moderne, via des réseaux sociaux qui ne réussiront jamais à colmater toutes leurs failles pour empêcher les informations manipulées de passer. Qu’elles viennent de droite, de gauche ou de tout falsificateur mal intentionné, bien sûr. 

Et derrière le fracas et les joutes que nous promet cette société de l’ère post‑vérité, Robert Mercer pourra faire tourner dans la cave de son immense maison le petit train électrique qu’il s’est offert pour plus de 2 millions de dollars il y a quelques années. Une de ses rares concessions au plaisir. Le misanthrope mutique, toujours inconnu du grand public, aura peut‑être un soupir en voyant que ses idées progressent un peu partout. Le climato‑scepticisme, la lutte contre l’IVG, contre l’islam, entre autres. Grâce à son dada de toujours : une utilisation efficace de la data alliée à un sens très relatif de la vérité. 

Jusqu’à la réélection de son poulain en 2020 ? Personne ne pourrait sérieusement l’exclure aujourd’hui.

Extrait du livre d’Emmanuel Ostian, "Désinformation", publié aux éditions Plon. 

Lien vers la boutique Amazon : ICI 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

05.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

06.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

07.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Labarthe
- 15/09/2019 - 14:37
De la pure propagande...
Quand des gens comme Soros, mais il n’est pas le seul financier, reconnaissent dépenser des milliards au profit de leurs idées progressistes, mondialistes, post national, pro immigration et hyper libérales c’est pourquoi faire? Pas de la propagande?