En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

02.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

05.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

06.

Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka

07.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 5 heures 40 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 8 heures 5 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 9 heures 19 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 11 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 11 heures 56 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 12 heures 54 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 13 heures 39 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 14 heures 10 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 14 heures 34 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 15 heures 9 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 7 heures 43 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 8 heures 30 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 10 heures 31 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 11 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 12 heures 11 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 13 heures 34 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 13 heures 55 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 14 heures 27 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 14 heures 40 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 15 heures 9 min
© AFP
© AFP
Introduction

Fiasco de l’IPO de WeWork : un condensé de tous les excès du capitalisme actuel

Publié le 13 septembre 2019
Les dirigeants de The We Company songent aux moyens de limiter l’influence du couple Neumann, cofondateurs du groupe afin de sauver le processus d’introduction en Bourse (IPO) du propriétaire de WeWork, spécialiste de la location de bureaux en partage.
Sébastien Laye
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sébastien Laye est Président du Parti Quatre Piliers.  Sébastien Laye est entrepreneur immobilier, chercheur associé en économie à l'Institut Thomas More.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les dirigeants de The We Company songent aux moyens de limiter l’influence du couple Neumann, cofondateurs du groupe afin de sauver le processus d’introduction en Bourse (IPO) du propriétaire de WeWork, spécialiste de la location de bureaux en partage.

Avec le génie intrinsèque au recul, quand dans quelques années les commentateurs analyseront le cycle d’expansion 2010-2019, leur symbole pour les excès de la période (comme jadis Worldcom, Enron ou Lehman Brothers) sera sans nul doute la société de co-working WeWork…ou pardon The We Company, puisque dans l’une des ces déclarations pleines d’emphase et de bons sentiments traditionnellement attachées aux géants de la Silicon Valley, WeWork a prétendu se repositionner comme une société offrant un nouveau style de vie et de travail plutôt qu’une simple société d’immobilier. Or c’est là que le bat blesse : WeWork demeure une société immobilière qui a levé des milliards en prétendant être une licorne de la technologie, dans la lignée des Uber, Slack,etc…C’est ce qui explique aujourd’hui le scénario cauchemardesque de sa tentative d’entrée en Bourse. Initialement prévue à une valorisation de 47 milliards de dollars, elle a du être décotée à 20 milliards (une diminution soudaine de valorisation qui remet en cause bien sur la pertinence des anciens tours de financement) et encore, aujourd’hui, cette introduction en Bourse est loin d’être certaine. A dire le vrai, cette introduction, qui requière de transmettre de nombreux documents aux régulateurs et aux investisseurs, a mis en exergue les faiblesses du modèle de WeWork.

En premier lieu, le modèle de WeWork est finalement assez simple et connu, avec un pionnier en la matière, les espaces Regus, opérée par la société IWG. Il s’agit de sécuriser des baux de long terme pour des espaces de bureaux, pour ensuite les rediviser en baux court terme, plus flexibles, avec une myriade de petites sociétés, et capitaliser sur la différence. IWG, plus ancien, avec plus de mètres carrés de par le monde que WeWork, créé en 2010 seulement, est cependant valorisé 8 fois moins que le dernier tour de financement de WeWork, et en alignement avec les standards de valorisation immobilière. WeWork est-il si différent : un peu en réalité car la société a su redesigner ses espaces, les rendent très attirants, plus modernes et efficaces pour les start ups(mais ses concurrents dont Regus ont depuis comblé leur retard) ; surtout WeWork s’est présenté comme une société de technologie avec les traditionnels ambitieux business plan, afin d’être valorisée comme une société de technologie. Elle présente en réalité un énorme risque immobilier, bien connu de Regus (d’où sa croissance prudente) : ses premiers baux furent signés en 2010 à des niveaux bas après la crise, mais depuis quelques années, la société s’engage dans des baux à prix élevés : en cas de récession, les petites sociétés qu’elles abritent peuvent mourir ou ne plus être capable de suivre cet ancien prix de marché : l’effet ciseau sera alors dévastateur pour WeWork ; pour contrer cette menace, WeWork, initialement une société agile sans actifs, a du se mettre à ressembler à Regus et aux autres foncières, en achetant des locaux : mais cette foncière ne saurait alors être valorisée comme une licorne technologique. Par ailleurs, cette pratique d’achat d’immobilier, dans un contexte de prix élevés, a amené le fondateur à des pratiques mises en évidences lors de l’IPO : des deals peu transparents avec des fonds d’investissements, des achats personnels d’immobilier ensuite loués à WeWork…depuis plusieurs mois une crise de gouvernance couve chez WeWork, alors que le fondateur a vendu énormément d’actions lors des tours de financement précédents. Cette valorisation exacerbée amène à se poser la question du principal financeur du groupe, Softbank : si WeWork est une caricature des excès de l’actuelle bulle technologique et immobilière, Softbank en est l’initiateur : groupe de telecoms fortement endetté, il participe à l’inflation des valorisations de start up avec son fonds Vision de 100 milliards, en en étant son propre catalyseur de valorisation sur un marché ou il est le seul à pouvoir investir 10 milliards par exemple dans une société. Il lui faut malgré tout de la liquidité et des sorties, et nous avons vu précédemment ce que cela pouvait donner avec l’IPO d’Uber, où les petits épargnants ont perdu énormément d’argent.

WeWork est là pour durer car son modèle rend service aux petites entreprises : mais la société aura du mal à être aussi profitable un jour qu’elle ne le promettait ; le miroir aux alouettes de la technologie n’a pas prise dans le monde de l’immobilier.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 13/09/2019 - 11:21
C'est un principe immuable. Ne jamais investir dans ce qui est
présenté comme facile & présentant une spéculation à 2 chiffres. Rien dans la Nature ne se passent facilement & sans prédateurs. C'est la même chose dans la vie Humaine qui dépend de la Nature. Ainsi la vie d'une entreprise & de ses marchés ne dépendent, que de l'humain & donc par Nature sont difficiles.
Bien évidemment il peut y avoir un ou deux cas ponctuels, voir quelques, mais là, il faut en avoir une grande connaissance car des peurs engendrent des désordres, dont vous pouvez profiter. Ex: SG dévisse à 13,4€ & si vous avez acheté, puis attendu que son cours remonte & revendu à 34,8€. Vous financez des startups & bien faut savoir que sur dix financements vous pouvez avoir de 20% à 60% de perte. Un Agriculteur se trouve avec les mêmes risques. Ainsi l'on va leur enlever encore 150mètres pour qu'ils s'en sortent encore mieux tout en payant l'hectare de 10000€ à 30000 voir plus avec de la dette. Ainsi il faudra augmenter les rendements(mais sans rien mettre) sur les terres restantes pour avoir encore un salaire de 500€ mois.