En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

02.

La peur de l'Iran redistribue les cartes au Proche-Orient

03.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

04.

Coronavirus : début de saturation dans certains services hospitaliers en Île-de-France

05.

Grand Hôtel : ces riches qu’on adore détester sur TF1

06.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

07.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Mais qui sont ces hommes qu’un nombril déchaîne(rait) ?

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

il y a 6 min 50 sec
pépite vidéo > Politique
LFI
Jean-Luc Mélenchon se félicite de la "créolisation" au coeur de la société française
il y a 15 heures 56 min
light > Justice
FFR
Bernard Laporte et Mohed Altrad ont été placés en garde à vue dans le cadre d'une enquête pour conflit d'intérêts
il y a 17 heures 16 min
pépites > Société
Religion
Le Vatican condamne à nouveau toutes les formes d'euthanasie et de suicide assisté
il y a 19 heures 49 min
pépites > Justice
Business
Airbnb : la justice européenne valide la législation française sur la location de résidences secondaires
il y a 20 heures 50 min
décryptage > Politique
LREM (La République en Miettes)

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

il y a 21 heures 8 min
décryptage > Mode
Impact du confinement

Fahion week de Milan : la mode est en train d'opérer un grand virage

il y a 21 heures 32 min
décryptage > Société
Vie en société

Sos civilité : le Coronavirus a malmené les bonnes manières. Voilà pourquoi nous avons besoin de les sauver

il y a 22 heures 4 min
décryptage > Politique
Naufrage de LREM

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

il y a 22 heures 19 min
décryptage > Justice
Justice

Réforme de l’ENM : les ambitions à la baisse d’Eric Dupond-Moretti

il y a 22 heures 41 min
pépites > Justice
"Dépression sévère"
Julian Assange serait confronté à des tendances suicidaires suite à son emprisonnement
il y a 14 heures 17 min
pépites > France
Prévention du risque
Incendie de Lubrizol à Rouen : un appel à manifester a été lancé pour ce samedi 26 septembre
il y a 16 heures 52 min
décryptage > Culture
Série télévisée

Grand Hôtel : ces riches qu’on adore détester sur TF1

il y a 18 heures 4 min
pépite vidéo > Europe
Mauvaise surprise
Brexit : vers une fermetures de comptes bancaires pour les Britanniques au sein de l'UE ?
il y a 20 heures 42 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La peur de l'Iran redistribue les cartes au Proche-Orient

il y a 20 heures 58 min
light > Justice
Internet
Harcèlement en ligne : le YouTubeur français Marvel Fitness condamné et incarcéré
il y a 21 heures 8 min
décryptage > Environnement
Climate week

Emission de CO2 : à calculs irrationnels, conclusions (volontairement) biaisées

il y a 21 heures 48 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : début de saturation dans certains services hospitaliers en Île-de-France
il y a 22 heures 6 min
pépites > Santé
Fragiles
Emmanuel Macron dans un Ehpad du Loir-et-Cher
il y a 22 heures 28 min
pépites > Terrorisme
Danger immédiat
Menacée : une collaboratrice de Charlie Hebdo obligée de quitter son domicile
il y a 22 heures 50 min
© Reuters
© Reuters
Bioéthique

Jean-Louis Touraine : symptôme et porte-parole d’un mal idéologique profond

Publié le 12 septembre 2019
Le rapporteur LREM du projet de loi bioéthique a déclaré en commission mercredi : “il n’y a pas de droit de l’enfant à avoir un père".
François Martin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Martin est haut-fonctionnaire, ancien élève de l'Ena. Soumis au devoir de réserve, il s'exprime ici sous pseudonyme.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le rapporteur LREM du projet de loi bioéthique a déclaré en commission mercredi : “il n’y a pas de droit de l’enfant à avoir un père".

Atlantico : Jean-Louis Touraine, rapporteur LREM de la commission concernant le projet de loi bioéthique, a déclaré qu'il n'y avait pas de droit de l'enfant à avoir un père. Si cette déclaration est incontestable juridiquement, ne traduit-elle pas une conception particulière de la société, dans laquelle le rôle spécifique du père est négligeable ? 

François Martin : Cette déclaration a peu de sens juridique. Certes, il n’y a pas de principe de droit international ou autre exigeant que l’enfant soit élevé par son père et sa mère, sinon toute adoption serait impossible, or il y a toujours eu des orphelins. Mais la PMA sans père et la GPA fabriquent des orphelins.

La déclaration des droits de l’enfant du 20 novembre 1959 et, plus encore, la convention internationale des droits de l’enfant de 1989 évoquent le rôle des parents : l’enfant « doit, autant que possible, grandir sous la sauvegarde et la responsabilité de ses parents » (principe 6 de la déclaration) ; il a « dans la mesure du possible, le droit de connaître ses parents et d’être élevé par eux » (article 7 de la convention) ; « les deux parents ont une responsabilité commune pour ce qui est d’élever l’enfant et d’assurer son développement » (article 18 de la convention). Ces textes sont clairs. L’adoption consiste à donner des parents à un enfant qui les a perdus (ou à qui il a été enlevé pour des raisons légitimes : violence, incapacité) non à donner un enfant à des parents qui ne peuvent en avoir. Or un couple de femmes ou un couple d’hommes ne peuvent pas avoir d’enfant. Il est nécessaire qu’il y ait au départ un père et une mère. Prenons un enfant en bas âge dont le père meurt. La mère peut se remarier avec un autre homme qui deviendra le tuteur de l’enfant et en assurera les responsabilités. Il n’en deviendra jamais le père biologique ! allons plus loin : la mère se remarie avec une femme (puisque la loi désormais l’autorise). Celle-ci pourra assurer conjointement des responsabilités d’éducation de l’enfant : personne ne le conteste. Elle n’en deviendra pas pour autant sa mère biologique ! Et là, nous parlons d’un accident : la mort du père. Pas de la création délibérée d’un enfant réputé « sans père », qui est une absurdité biologique et donc juridique.

A quoi mène la logique de ces propos, qui consiste à nier la dépendance de l'enfant vis à vis de ses deux parents ? Elle ressemble à s'y méprendre à celle qui a mené à des propositions d'éducation collectiviste... 

Oui, relisez « le meilleur des mondes ». L’idée de séparer l’éducation (puis la fabrique) des enfants de leur filiation biologique est proprement totalitaire et contraire à la dignité humaine.

Les parents ont une responsabilité, non seulement vis-à vis de l’enfant, mais aussi envers la société. Nier la dépendance entre l’enfant et ses parents supprime cette responsabilité: l’enfant devient un objet social que l’on peut formater au gré des dirigeants de cette société, pour en faire un sujet docile, ce qui est le rêve du totalitarisme. Et cela nie la diversité fondamentale de la nature humaine, fruit de l’histoire propre de chaque personne, qui est unique. Cette histoire propre a besoin d’origines pour se construire, quitte à s’en affranchir à l’âge adulte. Prétendument sans père ou sans mère, un enfant sera nécessairement amputé d’une partie de son histoire. Donc plus fragile et plus malléable. 

Dans le même temps, le projet de loi de bioéthique repose sur l'idée d'un droit de tous à avoir un enfant, et inverse donc la logique contenue dans l'idée du droit de l'enfant à avoir un père. Dans quelle mesure cette inversion peut faire peser sur l'enfant un poids psychologique ? 

Le droit à avoir un enfant, ou droit à l’enfant, est la négation – réactionnaire au sens propre du mot – du droit de l’enfant. De sujet de droit qu’il est devenu à l’époque moderne, notamment avec les deux textes précités, l’enfant redevient objet de droit, une propriété que l’on peut acquérir, ce qui nous renvoie aux tous premiers temps du droit romain. Est-ce cela le progrès ? En outre, la déclaration et la convention évoquent comme principe fondamental « l’intérêt supérieur de l’enfant ». Avec la PMA sans père (le « M » est d’ailleurs un abus de langage dans ce cas, puisqu’il ne s’agit en aucun cas d’une action médicale visant à réparer un dysfonctionnement naturel) ce principe est totalement perdu de vue au nom de l’intérêt (que l’on peut difficilement qualifier de « supérieur ») d’un couple de femmes – par définition infertile – à avoir un enfant. Enfin, il est évident qu’un enfant ainsi réputé né « sans père » (ou « sans mère », ce qui est l’étape suivante) ressentira à tout le moins le poids psychologique que cette absurdité représente. Mais quand il sera en âge de le réaliser et de peut-être en souffrir, il sera trop tard.

Au nom d’un soi-disant progressisme qui est en fait une formidable régression, des apprentis sorciers irresponsables vont aider à la fabrique d’enfants envers qui la dette morale sera irréparable. Il est vrai que quand le problème se posera, ses auteurs ne seront plus aux affaires ; alors pourquoi se préoccuper de conséquences qui vont très au-delà des prochaines échéances électorales, puisque seules ces dernières comptent ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 13/09/2019 - 11:33
Bravo pour votre texte, car tout y est dit & bien dit.
Mais malheureusement vous ne serez pas invité dans les émissions TV ni Radio.
Bobby Watson
- 13/09/2019 - 09:59
Totalitaire
Le mot est juste. Aldous Huxley l'avait imaginé , Le meilleur des mondes est en marche, Ces gens-là sans culture, sans valeurs, sans dignité nous préparent des lendemains terrifiants. Avec la bienveillance d'une caste médiatique soumise aux lobbys .
nobobo
- 12/09/2019 - 22:26
Touraine
Après Marisol, encore une calamité socialiste qui s'exprime......