En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoient une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

03.

Monsieur le grand rabbin vous avez encore quelques petites choses à apprendre sur le Coran…

04.

Le management vertical a tendance à fatiguer de plus en plus les salariés

05.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

06.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

07.

Vous avez la parole : quand Xavier Bertrand propose un retour à Raffarin

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoient une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

03.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

04.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

05.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

06.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

06.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Justice
Accusations
Jean-Luc Mélenchon dénonce les pratiques de Quotidien devant le tribunal
il y a 2 heures 16 min
light > Culture
Bonheur des fans
Un nouvel album posthume de Johnny Hallyday va sortir le 25 octobre
il y a 3 heures 27 sec
pépites > International
Idéologie
Chine : les journalistes des médias d'Etat vont être soumis à un test de fidélité envers le président Xi Jinping
il y a 4 heures 7 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
L'avenir de la Syrie au cœur de la réunion tripartite entre l'Iran, la Turquie et la Russie
il y a 5 heures 44 min
décryptage > Santé
Santé

Vers de nouveaux médicaments capables d’atténuer les douleurs liées au vieillissement

il y a 6 heures 19 min
pépites > Politique
"Macron's Moment"
Emmanuel Macron dresse le bilan de son mandat et de la crise des Gilets jaunes dans le magazine Time
il y a 7 heures 43 min
décryptage > Politique
Réformes

Cet obstacle qui bloquera toute véritable simplification administrative aussi longtemps qu’il ne sera pas levé

il y a 9 heures 45 min
décryptage > Environnement
Mobilisation

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

il y a 10 heures 28 min
décryptage > Politique
Grand oral

Vous avez la parole : quand Xavier Bertrand propose un retour à Raffarin

il y a 11 heures 3 min
décryptage > Environnement
Solutions

Pourquoi la taxe carbone ferait plus de mal que de bien

il y a 11 heures 22 min
light > Culture
Principe de précaution
Les Journées du patrimoine menacées par la mobilisation des Gilets jaunes
il y a 2 heures 42 min
pépites > France
Sécurité
Manifestation des Gilets jaunes : dispositif sécuritaire renforcé à Paris ce samedi 21 septembre
il y a 3 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": Notre sélection des meilleurs livres des 10 derniers mois, "Les Dictateurs" de Jacques Bainville

il y a 5 heures 25 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les aiguilles se décentrent et quand les couleurs se concentrent : c’est l’actualité des montres quand vient l’automne
il y a 6 heures 33 sec
pépites > Justice
LFI
Trois mois de prison avec sursis requis contre Jean-Luc Mélenchon
il y a 6 heures 29 min
pépite vidéo > Politique
Calendrier
Xavier Bertrand "pense" à la présidentielle de 2022
il y a 8 heures 22 min
décryptage > France
Un vrai café
Financement

SOS, le groupe associatif capable de rassembler 200 millions d’euros pour sauver les cafés de nos campagnes (oui, mais les sauver de quoi au juste...?)

il y a 10 heures 11 min
décryptage > Religion
Dieu reconnaîtra les siens

Monsieur le grand rabbin vous avez encore quelques petites choses à apprendre sur le Coran…

il y a 10 heures 49 min
décryptage > Politique
Droite sociale et régalienne

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

il y a 11 heures 19 min
décryptage > France
Prévisions

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoient une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

il y a 11 heures 37 min
© DANIEL ROLAND / AFP
© DANIEL ROLAND / AFP
De l'inflation, encore de l'inflation

Les élites européennes, ces handicapées de (la compréhension de) l’inflation

Publié le 10 septembre 2019
Alors que Nathalie Loiseau déclarait le 7 septembre sur twitter que "l’euro nous a protégés de l’inflation depuis 20 ans", le rôle de l'inflation dans l'économie est remis en lumière. En dépit de la peur qu'elle inspire, l'inflation est non seulement utile mais souvent nécessaire.
Denis Ferrand est Docteur en économie de l’Université Pierre Mendès-France de Grenoble, Directeur Général de Coe-Rexecode depuis décembre 2008. Il est l'auteur de perspectives économiques mondiales 2014-2015 de Coe-Rexecode. Il est également...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Ferrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Ferrand est Docteur en économie de l’Université Pierre Mendès-France de Grenoble, Directeur Général de Coe-Rexecode depuis décembre 2008. Il est l'auteur de perspectives économiques mondiales 2014-2015 de Coe-Rexecode. Il est également...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que Nathalie Loiseau déclarait le 7 septembre sur twitter que "l’euro nous a protégés de l’inflation depuis 20 ans", le rôle de l'inflation dans l'économie est remis en lumière. En dépit de la peur qu'elle inspire, l'inflation est non seulement utile mais souvent nécessaire.

Atlantico : On disait la relation entre l'évolution du taux de chômage et l'évolution du taux de croissance des salaires, formalisée par la courbe de Philips, désuète. On voit cependant que cette relation réapparait aujourd'hui aux Etats-Unis, comment l'expliquez-vous ?

Denis Ferrand : Cette relation n'a en fait jamais totalement disparu. On observe depuis quelques années déjà une progression assez régulière de l'emploi aux Etats-Unis avec des effets de diffusion sur les salaires dans l'économie. On savait notamment que beaucoup de métiers étaient déjà en tension, notamment dans l'informatique, et ces situations de pénurie de compétences étaient déjà propices à la progression salariale. Ce phénomène s'observait jusqu’à présent uniquement au niveau de quelques secteurs, sur des compétences particulières, et n'exerçait donc pas une pression généralisée à la hausse sur les salaires. Ce processus se diffuse plus généralement désormais dans l'ensemble de l'économie américaine aujourd'hui car le taux de chômage y est inférieur à 4% et le taux d'activité remonte également. 

Le problème relatif au nombre de personnes sorties du monde du travail car découragées de trouver un emploi a progressivement été évacué et ce nombre a fortement diminué. Si l'on regarde aujourd'hui les indicateurs les plus parlants concernant la tension sur le marché du travail, que sont le taux d'activité et le taux d'emploi, on se rend compte qu'une fois corrigés de l'évolution de la structure démographique américaine par âge, ceux-ci sont cohérents avec ce que l'on avait en 2007 au dernier point haut de la conjoncture américaine. Un point particulier demeure : la faiblesse du taux d’emploi des hommes de 25-54 ans qui est encore un peu bas, probablement un des résultats de la crise des opiacés qui sévit aux Etats-Unis. Mais au total, on a retrouvé un semblant d'équilibre sur le marché du travail avec les mêmes relations de salaire que l'on avait avant la crise de 2008 aux Etats-Unis. Il s'exerce de ce fait une relation assez mécanique entre le chômage et les salaires 

Il faut également ajouter que cette pression ne s'était pas généralisée auparavant car d'autres facteurs jouaient en sens contraire sur la progression salariale, notamment la polarisation des créations d'emplois. On créait beaucoup d'emploi en "bas de l'échelle" et quelques-uns "en haut" : la catégorie du milieu voyait son emploi disparaitre ou ses espoirs de progression salariales contrariés, ce qui a polarisé marché du travail. La middle class américaine a donc vu lentement progresser son salaire, ce qui est moins vrai à présent du fait de déficits de main d’oeuvre.

 

Cette progression des salaires ne semble cependant pas se transformer en inflation des prix, comment expliquez ce phénomène ? 

Il s'agit d'une demi-résurrection de la courbe de Phillips, enterrée un peu trop rapidement à mon avis : on voit en effet la relation entre chômage et salaires se manifester à nouveau mais on ne voit pas la relation qui va de la hausse des salaires vers la hausse des prix. 

D'une certaine manière cela est dû à la compression des marges qui sont l'intermédiation entre les salaires et les prix. L'augmentation de la hausse du coût du travail qui n'est pas aujourd'hui répercutée sur les prix se fait ainsi sur ce que les économistes appellent la diminution du taux de "mark-up", soit le rapport entre le prix et les coûts. 

Cette diminution du taux de mark-up n’a pas forcément pesé sur le profit des entreprises pris à l’échelle globale car le coût du capital a diminué (baisse des taux), d’une part et que la réforme fiscale Trump a diminué les impôts sur les sociétés, d'autre part. Cette baisse du coût du capital a en quelque sorte amorti l’impact de la remontée progressive de la part croissante des salaires dans la valeur ajoutée sur les marges d’exploitation. Cette part est remontée de 3 points en l’espace de 5 ans, interrompant ainsi le processus débuté dans les années 2000 de sa baisse tendancielle. Pour le dire autrement, depuis 4 ans la masse salariale accélérait sans que cela ne pèse forcément sur les résultats et ne fasse augmenter les prix, parce QUE la baisse d’impôts et la réduction des frais financiers venaient soutenir le résultat des entreprises.

L’amortisseur qu’a été la baisse du coût du capital, qui a contribué à éviter une transmission des hausses de salaires aux prix, semble toutefois caduc désormais. Le problème est maintenant que les baisses d'impôt n'interviennent plus et des baisses de taux d'intérêt supplémentaires sur les entreprises sont peu probables à court terme. On se trouve donc au moment où l'effet de la hausse des salaires, qui pèse déjà sur les marges, peut se répercuter de manière croissante sur les profits des entreprises sauf si celles-ci sont en mesure d'augmenter leurs prix, si tant est que la pression concurrentielle le leur permet. Les consommateurs étaient jusqu'à présent préservés d'une hausse des prix mais le risque est que désormais une pression accrue à la hausse des prix va s’exercer, sauf si là encore le ralentissement économique qui se dessine aux Etats-Unis ne bride ces velléités d’accélération des prix.

 

L'Union Européenne connait-elle des évolutions semblables au sein de ses pays membres ?

Dans le cas de la France, une petite accélération des salaires semble se manifester. Le salaire mensuel de base qui progressait jusqu'alors linéairement autour de 1,5% par an progresse à un peu plus de 2% aujourd'hui. Si on ajoute à cela l'accélération des primes en début d’année, suite notamment à l’incitation fiscale annoncée en décembre 2018, la progression du salaire moyen par tête (salaires + primes) sera supérieure à 2 % dans le secteur marchand ce qui ne s’est plus produit depuis 2010. Cette accélération intervient en outre à un moment où les gains de productivité sont nuls. La combinaison de ces deux mouvements devrait se traduire par une baisse forte des marges d’exploitation en 2019. Or, ce n’est pas le cas car c’est à la fois une petite accélération des salaires qui se manifeste et un taux de marge en hausse pour les entreprises. Cette situation atypique est intégralement expliquée par des règles d'enregistrement de la comptabilité nationale qui impute sur l’année les reliquats du CICE versé au titre de l'année 2018, reliquats qui se cumulent avec le nouvel allègement de charges introduit au 1er janvier et qui vient remplacer le CICE. Cette remontée du taux de marge concomitante à une petite accélération salariale sans gains de productivité est donc purement faciale et devrait disparaitre dès le début de l'année 2020. 

Est-ce que pour autant l’accélération salariale débouchera sur une pression accrue sur les prix ? Rien n’est moins sûr. Un point de vigilance est l’évolution à venir des salaires en Allemagne. Ceux-ci accéléraient depuis quelques années. Mais avec le ralentissement de la croissance allemande, voire sa quasi-récession, et la stagnation de l’emploi, c’est probablement à nouveau une phase de modération qui pourrait s’observer outre-Rhin. La pression concurrentielle exercée par une compétitivité salariale renforcée en Allemagne se fera à nouveau plus fortement sentir sur l'économie française alors qu’elle s'était un peu atténuée ces dernières années. 

 

Nathalie Loiseau se félicitait sur Twitter de la réussite de l'euro ces 20 dernières années dans la lutte contre l'inflation. Ne se trompe-t-elle pas de combat étant donné le niveau d'inflation en Europe actuellement ? 

On se trouve quand même plus proche d’une situation de stagnation des prix, sans aller jusqu’à parler de déflation, du fait d’une forte pression générale exercée à la baisse sur les prix (en provenance des émergents, mais également de l’évolution des modèles économiques). La déflation est par ailleurs un processus auto-entretenu encore plus préoccupant que l'inflation elle-même. 

Pour répondre par une boutade et comme le disait A. Delaigue sur twitter, l'euro est tellement fort que la monnaie unique a également préservé les économies américaine, anglaise et japonaise de l’inflation. Le ralentissement passé des prix n'est pas un phénomène propre à la zone euro. La monnaie unique a pu y contribuer mais d’autres facteurs généraux ont exercé une pression plus forte encore. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoient une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

03.

Monsieur le grand rabbin vous avez encore quelques petites choses à apprendre sur le Coran…

04.

Le management vertical a tendance à fatiguer de plus en plus les salariés

05.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

06.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

07.

Vous avez la parole : quand Xavier Bertrand propose un retour à Raffarin

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoient une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

03.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

04.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

05.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

06.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

06.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 10/09/2019 - 17:53
Elites ? C'est eux qui le disent...
C'est une caractéristique des politiciens de s'attribuer des mérites qu'ils n'ont pas, et de reporter sur autrui les fautes qu'ils commettent.
Ici, Loiseau fait encore plus fort: elle se félicite de ce qui n'est pas une bonne nouvelle.
L'inflation, c'est comme le sucre et le gras: c'est nécessaire à la vie, et ce sont les excès qui causent des problèmes.
Benvoyons
- 10/09/2019 - 10:51
Faire croire que le déséquilibre par l'inflation n'est que
porteur de bonnes choses. Exemple 1981: 6% de chômage & de l'inflation. Puis 3 relances économiques par la dévaluation du Franc & donc de l'inflation. Faut ajouter des Nationalisations & de l'embauche de Fonctionnaires. & bien 3ans après la France avait 9% de chômage.:)::)

En fait le simple bon sens ne peut dire que L'économie fonctionne car (les Déséquilibres) pour avancer sont maitrisés.

Les économistes qui font fonctionner sans ça ( L'économie fonctionne car (les Déséquilibres) pour avancer sont maitrisés). ( sont des Charlatans)
hoche38
- 10/09/2019 - 10:27
handicaps multiples?
Si les "élites" européennes n'étaient handicapées que de la compréhension de l’inflation, on ne serait pas où elles nous ont conduits si brillamment.