En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

03.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

04.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

07.

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 6 heures 14 min
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 7 heures 22 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 8 heures 21 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 10 heures 53 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 11 heures 33 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 12 heures 42 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 13 heures 2 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 13 heures 20 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 13 heures 27 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 13 heures 47 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 7 heures 2 min
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 8 heures 1 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 8 heures 41 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 11 heures 5 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 12 heures 20 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 12 heures 53 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 13 heures 10 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 13 heures 22 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 13 heures 37 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 13 heures 58 min
© LOIC VENANCE / AFP
© LOIC VENANCE / AFP
Urgences, il y a urgence

Urgences : pourquoi le plan de Buzyn ne risque pas de faire passer les hôpitaux dans le nouveau monde dont ils auraient besoin

Publié le 10 septembre 2019
Les grèves dans les services d’urgence ont commencé au mois de mars et n’ont cessé de s’étendre depuis lors. Six mois plus tard, Agnès Buzyn propose un plan en douze points avec un financement de 750 millions d’euros.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les grèves dans les services d’urgence ont commencé au mois de mars et n’ont cessé de s’étendre depuis lors. Six mois plus tard, Agnès Buzyn propose un plan en douze points avec un financement de 750 millions d’euros.

L’ensemble des mesures, dont une grande partie avait déjà été annoncé il y a plusieurs semaines ou plusieurs mois, n’apporte pas de réponse aux problèmes immédiats des urgences et pose le problème de la logique même de l’action publique.

L’engorgement des urgences n’est pas un problème nouveau, mais il prend des proportions jamais atteintes qui mettent beaucoup de services au bord de la rupture. Une grande partie du problème s’explique par la venue aux urgences de personnes souffrant d’affections bénignes, qui pourraient être prises en charge par la médecine de ville.

Les pouvoirs publics français semblent désarmés vis-à-vis de cette nécessaire gestion des flux. Alors que la désertification médicale s’accroît partout en France, les urgences hospitalières deviennent un refuge pour tous les maux du pays… et craquent sous le poids de cette charge.

Une gestion tardive du dossier des urgences

Dans tous les cas, la ministre ne pourra échapper à la critique de la lenteur. L’affaire des urgences s’enkyste depuis plusieurs mois. Après l’annonce (insuffisante) de 70 millions d’euros débloqués en juin, la ministre ne semble pas prendre la mesure du conflit qui s’étend depuis plusieurs mois. Alors que les grévistes demandent la création de 10.000 postes, la réponse ministérielle continue à être insuffisante.

Dans la pratique, l’essentiel des douze mesures présentées hier prendra du temps à agir. C’est le cas de la fin de la tarification à l’activité, annoncée depuis plusieurs mois, qui mettra des années à se réaliser. La réponse paraît ici mal calibrée face aux attentes des services, même si elle ne manque pas de bon sens.

Face à cette apparente indifférence de l’Etat employeur pour les revendications de ses salariés, on peut craindre le pire. Comme dans la crise des Gilets Jaunes, les pouvoirs publics donnent une fois de plus le sentiment d’être incapable de dialoguer tant qu’il n’est pas au pied mur. Par les temps qui courent, cette surdité à l’ancienne constitue une vraie prise de risque, car nul ne sait jusqu’où ce genre de conflit peut aller.

Gérer le système plutôt que le changer

La réponse d’Agnès Buzyn constitue un énième effort pour mieux gérer un système en crise sans changer les règles du jeu. Le système hospitalier français repose sur le mythe selon lequel n’importe quel patient peut être pris en charge par n’importe quel hôpital public pour n’importe quelle maladie. Cette logique de guichet ouvert, qui déresponsabilise complètement les patients, explique que tout un chacun puisse se présenter à sa guise aux urgences d’un hôpital sans être refoulé.

Face à l’aberration de ce système, le plan Buzyn cherche essentiellement à désinciter à ces comportements, sans oser rompre avec leur source. On y trouvera des mesures étonnantes, comme cette limitation du recours à l’intérim: il sera interdit de cumuler plusieurs emplois dans le secteur public l’an prochain. Les urgences, qui peinent à trouver du personnel, risquent de ne pas y trouver leur compte.

L’essentiel du plan d’Agnès Buzyn consiste à modifier l’offre de soin, sans agir sur la demande. Le patient doit rester, en apparence, le centre du système et ne se voir opposer aucune limitation. Bien entendu, cette apparente toute-puissance est factice: compte tenu de l’engorgement des services, le droit à se faire soigner n’importe où est quand même très limité dans les faits. Mais on maintient la fiction que l’hôpital public, en France, est « gratuit » et ouvert à tous.

Développer l’offre dans un monde de pénurie

Dans un premier temps, et les syndicats ne s’y sont pas trompés, les propositions d’Agnès Buzyn ne devrait guère produire d’effet miraculeux. Leur objectif est de présenter des alternatives aux urgences: extension des missions des professionnels de santé de ville, développement des centres de santé, création d’un service d’accès aux soins par téléphone.

Cette dernière mesure paraît la plus prometteuse, dans la mesure où elle contient l’embryon d’une régulation des services comme elle peut exister en Allemagne. L’accès aux urgences ne serait possible que sur une orientation par le service concerné.

Mais il faudra plusieurs mois pour mettre en place ce dispositif, et pendant ce temps, on imagine mal les services d’urgence continuer sur le même mode épuisant. C’est d’autant plus vrai que les centres de santé existent déjà, et peinent à dissuader les patients d’aller à l’hôpital. Rien ne garantit donc que, sans coercition ou sans responsabilisation des patients, la mise en place d’alternatives puisse fonctionner.

Et si l’on responsabilisait les patients?

Faut-il préserver le droit d’aller aux urgences quand on a une quinte de toux ou une entorse? Ce luxe auquel les assurés sociaux français sont habitués mériterait d’être revisité. Car la racine du problème tient au sentiment de « gratuité » qu’ont les Français vis-à-vis de leurs urgences. Peu d’assurés sociaux mesurent le vrai prix de leur hôpital et considèrent souvent qu’ils ont un droit de tirage illimité sur les soins qui y sont prodigués.

Cette dérive comportementale s’explique largement par la démagogie des pouvoirs publics qui, depuis de longues années, s’efforcent de dissimuler les liens entre les dépenses de santé et les prélèvements sociaux. Le gouvernement Philippe, avec ses « zéros reste à charge » a lui-même cédé à cette facilité: il faut faire vivre la fiction selon laquelle la santé ne serait pas un marché, serait gratuite et échapperait aux lois de l’économie (et de la pénurie).

Une bonne façon de désengorger les urgences consisterait pourtant à y faire payer la bobologie qui relève des soins de ville. On ne parle pas ici de la jambe cassée, de la crise cardiaque, ni de la présomption de méningite. On parle de la bronchite, de la petite entorse du dimanche, ou de la simple céphalée. Il ne serait pas aberrant que ces affections-là soient payées cher aux urgences.

Mais il est vrai que cette mesure de bon sens romprait avec le confort de la déresponsabilisation des patients. Il s’agirait là d’une remise en cause systémique dans un pays où l’illusion d’un droit de tirage sans contrepartie sur les services publics doit être maintenue coûte-que-coûte.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 11/09/2019 - 13:15
Première piste : remettre les
Première piste : remettre les hospitalier au boulot ! Ils se la coulent douce, font effectivement beaucoup d'heures..... mais à toute petite vitesse.
2 ème piste: faire payer les gens qui viennent non pas pour la gravité, mais pour la gratuité....
GP13
- 11/09/2019 - 11:38
Monstre incontrôlable
L’hôpital se plaint de l'engorgement des urgences par des personnes qui n'ont rien à y faire..... réclame pour y faire face toujours plus de moyens et de personnels..... et refuse, avec l'aide des politiques et des partenaires sociaux, toute remise en cause, autre que cosmétique, du modèle existant. Il va falloir attendre que ça "pète" !!!
lasenorita
- 11/09/2019 - 10:54
''Les urgences'' (suite)..
Récemment, en juillet 2013 exactement, il était 15 heures,mon époux est tombé d'un arbre situé dans notre jardin, il a été transporté (en ambulance) à l'hôpital et, naturellement, je l'ai accompagné...mon époux souffrait beaucoup et on l'avait installé sur une chaise, j'ai été obligée de rouspéter pour qu'on le mette dans un lit...puis j'ai attendu, attendu...finalement j'ai quitté l'hôpital à 2 heures du matin,une fois que mon époux avait été soigné et qu'il avait obtenu une chambre.. Parmi les ''patients'' se trouvaient: un clochard, un razeteur dont la jambe avait été égratignée..etc...beaucoup de ces gens qui se trouvaient aux ''urgences'' n'avaient pas de raison d'y être!..