En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

02.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

05.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

07.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 1 min 42 sec
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 45 min 26 sec
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 55 min 16 sec
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 1 heure 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 15 heures 2 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 16 heures 1 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 17 heures 49 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 21 heures 9 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 21 heures 47 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 22 heures 17 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 27 min 32 sec
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 52 min 7 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 58 min 27 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 14 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 15 heures 13 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 16 heures 44 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 20 heures 38 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 21 heures 42 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 21 heures 59 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 22 heures 18 min
© LOIC VENANCE / AFP
© LOIC VENANCE / AFP
Urgences, il y a urgence

Urgences : pourquoi le plan de Buzyn ne risque pas de faire passer les hôpitaux dans le nouveau monde dont ils auraient besoin

Publié le 10 septembre 2019
Les grèves dans les services d’urgence ont commencé au mois de mars et n’ont cessé de s’étendre depuis lors. Six mois plus tard, Agnès Buzyn propose un plan en douze points avec un financement de 750 millions d’euros.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les grèves dans les services d’urgence ont commencé au mois de mars et n’ont cessé de s’étendre depuis lors. Six mois plus tard, Agnès Buzyn propose un plan en douze points avec un financement de 750 millions d’euros.

L’ensemble des mesures, dont une grande partie avait déjà été annoncé il y a plusieurs semaines ou plusieurs mois, n’apporte pas de réponse aux problèmes immédiats des urgences et pose le problème de la logique même de l’action publique.

L’engorgement des urgences n’est pas un problème nouveau, mais il prend des proportions jamais atteintes qui mettent beaucoup de services au bord de la rupture. Une grande partie du problème s’explique par la venue aux urgences de personnes souffrant d’affections bénignes, qui pourraient être prises en charge par la médecine de ville.

Les pouvoirs publics français semblent désarmés vis-à-vis de cette nécessaire gestion des flux. Alors que la désertification médicale s’accroît partout en France, les urgences hospitalières deviennent un refuge pour tous les maux du pays… et craquent sous le poids de cette charge.

Une gestion tardive du dossier des urgences

Dans tous les cas, la ministre ne pourra échapper à la critique de la lenteur. L’affaire des urgences s’enkyste depuis plusieurs mois. Après l’annonce (insuffisante) de 70 millions d’euros débloqués en juin, la ministre ne semble pas prendre la mesure du conflit qui s’étend depuis plusieurs mois. Alors que les grévistes demandent la création de 10.000 postes, la réponse ministérielle continue à être insuffisante.

Dans la pratique, l’essentiel des douze mesures présentées hier prendra du temps à agir. C’est le cas de la fin de la tarification à l’activité, annoncée depuis plusieurs mois, qui mettra des années à se réaliser. La réponse paraît ici mal calibrée face aux attentes des services, même si elle ne manque pas de bon sens.

Face à cette apparente indifférence de l’Etat employeur pour les revendications de ses salariés, on peut craindre le pire. Comme dans la crise des Gilets Jaunes, les pouvoirs publics donnent une fois de plus le sentiment d’être incapable de dialoguer tant qu’il n’est pas au pied mur. Par les temps qui courent, cette surdité à l’ancienne constitue une vraie prise de risque, car nul ne sait jusqu’où ce genre de conflit peut aller.

Gérer le système plutôt que le changer

La réponse d’Agnès Buzyn constitue un énième effort pour mieux gérer un système en crise sans changer les règles du jeu. Le système hospitalier français repose sur le mythe selon lequel n’importe quel patient peut être pris en charge par n’importe quel hôpital public pour n’importe quelle maladie. Cette logique de guichet ouvert, qui déresponsabilise complètement les patients, explique que tout un chacun puisse se présenter à sa guise aux urgences d’un hôpital sans être refoulé.

Face à l’aberration de ce système, le plan Buzyn cherche essentiellement à désinciter à ces comportements, sans oser rompre avec leur source. On y trouvera des mesures étonnantes, comme cette limitation du recours à l’intérim: il sera interdit de cumuler plusieurs emplois dans le secteur public l’an prochain. Les urgences, qui peinent à trouver du personnel, risquent de ne pas y trouver leur compte.

L’essentiel du plan d’Agnès Buzyn consiste à modifier l’offre de soin, sans agir sur la demande. Le patient doit rester, en apparence, le centre du système et ne se voir opposer aucune limitation. Bien entendu, cette apparente toute-puissance est factice: compte tenu de l’engorgement des services, le droit à se faire soigner n’importe où est quand même très limité dans les faits. Mais on maintient la fiction que l’hôpital public, en France, est « gratuit » et ouvert à tous.

Développer l’offre dans un monde de pénurie

Dans un premier temps, et les syndicats ne s’y sont pas trompés, les propositions d’Agnès Buzyn ne devrait guère produire d’effet miraculeux. Leur objectif est de présenter des alternatives aux urgences: extension des missions des professionnels de santé de ville, développement des centres de santé, création d’un service d’accès aux soins par téléphone.

Cette dernière mesure paraît la plus prometteuse, dans la mesure où elle contient l’embryon d’une régulation des services comme elle peut exister en Allemagne. L’accès aux urgences ne serait possible que sur une orientation par le service concerné.

Mais il faudra plusieurs mois pour mettre en place ce dispositif, et pendant ce temps, on imagine mal les services d’urgence continuer sur le même mode épuisant. C’est d’autant plus vrai que les centres de santé existent déjà, et peinent à dissuader les patients d’aller à l’hôpital. Rien ne garantit donc que, sans coercition ou sans responsabilisation des patients, la mise en place d’alternatives puisse fonctionner.

Et si l’on responsabilisait les patients?

Faut-il préserver le droit d’aller aux urgences quand on a une quinte de toux ou une entorse? Ce luxe auquel les assurés sociaux français sont habitués mériterait d’être revisité. Car la racine du problème tient au sentiment de « gratuité » qu’ont les Français vis-à-vis de leurs urgences. Peu d’assurés sociaux mesurent le vrai prix de leur hôpital et considèrent souvent qu’ils ont un droit de tirage illimité sur les soins qui y sont prodigués.

Cette dérive comportementale s’explique largement par la démagogie des pouvoirs publics qui, depuis de longues années, s’efforcent de dissimuler les liens entre les dépenses de santé et les prélèvements sociaux. Le gouvernement Philippe, avec ses « zéros reste à charge » a lui-même cédé à cette facilité: il faut faire vivre la fiction selon laquelle la santé ne serait pas un marché, serait gratuite et échapperait aux lois de l’économie (et de la pénurie).

Une bonne façon de désengorger les urgences consisterait pourtant à y faire payer la bobologie qui relève des soins de ville. On ne parle pas ici de la jambe cassée, de la crise cardiaque, ni de la présomption de méningite. On parle de la bronchite, de la petite entorse du dimanche, ou de la simple céphalée. Il ne serait pas aberrant que ces affections-là soient payées cher aux urgences.

Mais il est vrai que cette mesure de bon sens romprait avec le confort de la déresponsabilisation des patients. Il s’agirait là d’une remise en cause systémique dans un pays où l’illusion d’un droit de tirage sans contrepartie sur les services publics doit être maintenue coûte-que-coûte.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 11/09/2019 - 13:15
Première piste : remettre les
Première piste : remettre les hospitalier au boulot ! Ils se la coulent douce, font effectivement beaucoup d'heures..... mais à toute petite vitesse.
2 ème piste: faire payer les gens qui viennent non pas pour la gravité, mais pour la gratuité....
GP13
- 11/09/2019 - 11:38
Monstre incontrôlable
L’hôpital se plaint de l'engorgement des urgences par des personnes qui n'ont rien à y faire..... réclame pour y faire face toujours plus de moyens et de personnels..... et refuse, avec l'aide des politiques et des partenaires sociaux, toute remise en cause, autre que cosmétique, du modèle existant. Il va falloir attendre que ça "pète" !!!
lasenorita
- 11/09/2019 - 10:54
''Les urgences'' (suite)..
Récemment, en juillet 2013 exactement, il était 15 heures,mon époux est tombé d'un arbre situé dans notre jardin, il a été transporté (en ambulance) à l'hôpital et, naturellement, je l'ai accompagné...mon époux souffrait beaucoup et on l'avait installé sur une chaise, j'ai été obligée de rouspéter pour qu'on le mette dans un lit...puis j'ai attendu, attendu...finalement j'ai quitté l'hôpital à 2 heures du matin,une fois que mon époux avait été soigné et qu'il avait obtenu une chambre.. Parmi les ''patients'' se trouvaient: un clochard, un razeteur dont la jambe avait été égratignée..etc...beaucoup de ces gens qui se trouvaient aux ''urgences'' n'avaient pas de raison d'y être!..