En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Bonnes feuilles

Accusés, levez-vous : quand les médias imposent leur loi au système judiciaire

Publié le 07 septembre 2019
Olivia Dufour publie "Justice et médias : la tentation du populisme" chez LGDJ éditions. Et si les médias étaient en passe de se substituer à la justice ? Les offensives de l’opinion sont de plus en plus violentes contre l'institution judiciaire et ses principes. Le secret de l'instruction et la présomption d'innocence ont quasiment disparu. Extrait 1/2.
Olivia Dufour a commencé sa carrière en tant que juriste dans un cabinet d'avocats parisien avant de devenir journaliste en 1995. Spécialisée en droit, justice et finance, elle collabore depuis lors à de nombreux titres de la presse économique et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivia Dufour
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivia Dufour a commencé sa carrière en tant que juriste dans un cabinet d'avocats parisien avant de devenir journaliste en 1995. Spécialisée en droit, justice et finance, elle collabore depuis lors à de nombreux titres de la presse économique et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivia Dufour publie "Justice et médias : la tentation du populisme" chez LGDJ éditions. Et si les médias étaient en passe de se substituer à la justice ? Les offensives de l’opinion sont de plus en plus violentes contre l'institution judiciaire et ses principes. Le secret de l'instruction et la présomption d'innocence ont quasiment disparu. Extrait 1/2.

L'inquiétude grandit dans le monde judiciaire. Affaire après affaire, les médias semblent en effet étendre leur emprise sur la justice. Ils la bousculent, la défient, invoquent contre elle le poids de l’opinion, critiquent ses décisions, remettent en cause ses principes. S’il est vrai que les journalistes sont qualifiés à juste titre de «chiens de garde de la démocratie» par la Cour européenne des droits de l’homme, le système médiatique auquel ils appartiennent peut se révéler parfois hautement toxique. Consciente du danger, la justice entretient avec eux depuis toujours des rapports ambivalents. S’il lui arrive parfois de rechercher leur appui, le plus souvent elle s’en défie. «L’opinion publique? Chassezla, cette intruse, cette prostituée qui tire le juge par la manche! C’est elle qui, au pied du Golgotha, tendait les clous aux bourreaux, c’est elle qui applaudissait aux massacres de septembre et, un siècle plus tard, crevait du bout de son ombrelle les yeux des communards blessés», lançait déjà à son époque Me Vincent de Moro-Giafferri (1878-1956). La justice sait que ses mécanismes complexes et sophistiqués doivent être préservés à toute force de la brutalité des foules; que c’est dans le temps long et la réflexion qu’elle accomplit son œuvre. Mais est-elle encore en mesure aujourd’hui de se défendre? Plusieurs affaires récentes que nous étudierons au fil de ces pages amènent à en douter.

Du risque individuel à la menace systémique 

Les médias ont pris une telle puissance ces dernières années que l’on peut se demander s’ils ne sont pas en mesure désormais d’imposer leur loi, sans que nous nous en rendions forcément compte. L’émergence des réseaux sociaux, en transformant tout un chacun en producteur et diffuseur de contenu, autrement dit en média (en 2018, sur 7,5 milliards d’habitants, on dénombre 3,8 milliards d’internautes dont 3 milliards d’utilisateurs de réseaux sociaux) a démultiplié la puissance du quatrième pouvoir. Portés par les nouvelles technologies dont ils se sont approprié les outils autant que les valeurs, voici que les médias entendus au sens large (y compris les réseaux sociaux) diffusent à une échelle industrielle leur culte de l’émotion, de la transparence, de l’instantanéité, de la simplification, du spectaculaire à l’ensemble de la société. Les avocats, par exemple, constatent quotidiennement combien il devient difficile de défendre leur secret professionnel dans une société où la transparence est brandie comme une vertu supérieure et où le secret par conséquent est objet de soupçon. Et que dire du temps judiciaire face à l’exigence d’immédiateté de l’information qui condamne déjà un coupable quand l’enquête n’en est encore qu’à ses balbutiements? Dans un tel contexte, que peut l’exigence du contradictoire ou la subtilité du raisonnement juridique lorsqu’un média exige qu’on lui résume une affaire judiciaire complexe en quelques minutes?

Une industrie soumise à des contraintes de rentabilité 

Si les médias constituent un contre-pouvoir indispensable en démocratie, ils sont aussi et peut-être avant tout un secteur industriel soumis à une logique de rentabilité. Cet aspect n’est pas ignoré en critique des médias, mais lorsqu’il est abordé c’est le plus souvent dans le cadre d’une réflexion dénonçant, à tort ou à raison, la dépendance des journalistes à l’égard du système dominant et leur tendance plus ou moins consciente à en asseoir la domination. Ce qui renvoie à la défense d’une nécessaire pluralité. Ce débat est majeur. Mais il est une autre façon d’appréhender l’industrie médiatique que l’on pourrait emprunter à la pensée écologique. Cette activité industrielle consiste en effet à extraire la matière première qu’est le fait, le plus souvent pathologique et spectaculaire, pour le transformer en information monnayable. À ce titre, la justice représente un réservoir quasiment illimité d’événements susceptibles, après un processus de plus en plus industrialisé (rapidité, maîtrise des coûts, production à la chaîne), de constituer une information (produit fini de l’industrie médiatique) qui sera ensuite proposé au public, soit gratuitement (en comptant sur les ressources publicitaires), soit moyennant une modeste rémunération. Tant que les méthodes étaient artisanales, la gêne occasionnée était mineure en ce qu’elle n’affectait que les dossiers qui avaient le malheur d’attirer l’attention de la presse. Mais voici que cette exploitation de l’écosystème judiciaire s’opère désormais à une très grande échelle, ce qui engendre nécessairement des conséquences sur celui-ci. La cause en est la multiplication des supports médiatiques et donc des besoins de contenus, engendrée par l’arrivée d’Internet, et l’émergence des chaînes d’information en continu. Lorsqu’on s’interroge sur la nécessité de maintenir la présomption d’innocence ou le secret de l’instruction qui n’apparaissent plus que comme des faux-semblants, ne reconnaît-on pas implicitement que les médias ont imposé leur loi à une justice qui a purement et simplement renoncé à se défendre? Nombre de professionnels semblent s’y résoudre au nom du pragmatisme. Et c’est sans doute ce qui est le plus inquiétant. Car demain, quelle nouvelle valeur va-t-on abandonner sous prétexte qu’elle se révélera incompatible avec les attentes médiatiques? S’il faut donc s’inquiéter de l’avenir de la justice, c’est parce que ce sont désormais ses équilibres subtils peaufinés par des siècles de réflexion que la brutale industrie médiatique est en train d’endommager.

Extrait du livre d’Olivia Dufour, "Justice et médias : la tentation du populisme", publié chez LGDJ éditions.

Lien vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

03.

Voilà ce qu’on protège vraiment en protégeant le mode de vie européen (et pourquoi le défi est de taille)

04.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

05.

Il meurt après une relation sexuelle lors d'un déplacement professionnel, la justice estime que c'est un accident du travail

06.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

07.

Inégalités : petits contre-arguments aux nouvelles thèses de Thomas Piketty sur la propriété privée

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Insécurité : la sombre réalité française dans le match des criminalités européennes

04.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

05.

L’insécurité, grenade dégoupillée pour la fin du quinquennat Macron ?

06.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

01.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

02.

Peurs sur la consommation : bienvenue dans l’ère de l’irrationalité

03.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

04.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

05.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

06.

Université d'Evergreen (États-Unis) : une terrifiante vidéo qui montre le vrai visage de la nouvelle bête immonde

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Hiris
- 08/09/2019 - 09:45
Le postulat de base est déjà foireux
Depuis quand les médias représentent l opinion populaire et pas seulement celle d un microcosme de journaleux politisés ???? Je les trouve plutôt complices avec la justice ,ils sont bien sur le même créneau, l un revendiquant l indépendance de la justice et l autre la liberté d expression toujours dans le cadre des droits de l homme . A quel moment l opinion publique est consultée ? Jamais ! Ils sont même en train de supprimer les jurys populaires .On vit au royaume des fake news .
hoche38
- 08/09/2019 - 06:11
En quoi le populisme est-il responsable?
Pour que les juges puissent légitimement se plaindre des media, il eut fallu qu'ils soient eux-même parfaitement respectables et des affaires comme celle du "mur des cons" ont montré leur implication scandaleuses dans les mêmes dérives que celles des media.
cmjdb
- 07/09/2019 - 16:21
juges et journalistes
La connivence juges/journalistes fabrique le calendrier politique. Il suffit que tel candidat ne convienne pas aux magistrats du syndicat de la magistrature et à tel média pour qu'une "affaire" soit fabriquée pour la durée de la campagne électorale. Ensuite, bien longtemps après, non-lieu, et acquittements se succèderont, mais l'élection sera passée...