En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

07.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

ça vient d'être publié
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 21 min 33 sec
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 1 heure 30 min
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 2 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 5 heures 3 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 6 heures 43 sec
pépites > Politique
Hospitalisation
Etats-Unis : Jimmy Carter hospitalisé après plusieurs chutes
il y a 7 heures 23 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 11 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 8 heures 33 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 11 heures 24 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 11 heures 24 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 11 heures 26 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 50 min 50 sec
light > Culture
Mauvais augure
Plus de promotion pour J'accuse, le nouveau film de Polanski
il y a 1 heure 59 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 3 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 5 heures 9 min
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 6 heures 45 min
décryptage > Economie
Mêmes causes, mêmes effets ?

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

il y a 8 heures 28 min
décryptage > Santé
Techno-Masochisme

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

il y a 9 heures 8 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 11 heures 24 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 11 heures 25 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 11 heures 27 min
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Discours de la méthode (gagnante)

Qui de Villani ou Griveaux offrira les clés de la stratégie gagnante pour Macron en 2022 ?

Publié le 06 septembre 2019
L'électorat de la République en marche a beaucoup fluctué depuis le début de l'aventure macroniste, tiraillé entre la droite et la gauche. Les municipales vont être le théâtre d'une confrontation entre le projet de Benjamin Griveaux et celui de Cédric Villani.
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Luc Rouban est directeur de recherches au CNRS et travaille au Cevipof depuis 1996 et à Sciences Po depuis 1987.Il est l'auteur de La fonction publique en débat (Documentation française, 2014), Quel avenir pour la fonction publique ? (Documentation...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Voir la bio
Luc Rouban
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Luc Rouban est directeur de recherches au CNRS et travaille au Cevipof depuis 1996 et à Sciences Po depuis 1987.Il est l'auteur de La fonction publique en débat (Documentation française, 2014), Quel avenir pour la fonction publique ? (Documentation...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'électorat de la République en marche a beaucoup fluctué depuis le début de l'aventure macroniste, tiraillé entre la droite et la gauche. Les municipales vont être le théâtre d'une confrontation entre le projet de Benjamin Griveaux et celui de Cédric Villani.

Atlantico.fr : Cédric Villani vient d'annoncer sa candidature pour la mairie de Paris. Avec une équipe composée de personnalités de gauche, il va devoir convaincre l'électorat parisien. De l'autre côté, le candidat investi par la CNI de LREM, Benjamin Griveaux, rallie à lui des personnalités de droite. En quoi ces deux stratégies révèlent-elles la structure instable de l'électorat LREM, notamment à Paris ? Comment cet électorat a évolué depuis 2017 ?

Vincent Tournier : Cette division de La République en Marche est à la fois amusante et logique. Elle est amusante parce qu’elle montre que le cynisme et la soif de pouvoir de ses cadres n’ont rien à envier aux partis d’autrefois. Cédric Villani réussit quand même l’exploit de trahir simultanément Anne Hidalgo (qu’il a soutenue en 2014) et son propre parti après avoir juré ses grands dieux qu’il respecterait la procédure d’investiture. Il est vrai que ce genre de trahison devient banal à LREM : on se souvient que François de Rugy avait déjà refusé de se plier à la décision de la primaire socialiste lors de la dernière élection présidentielle, ce qui explique aussi pourquoi le parti présidentiel est maintenant bien embêté pour reprocher à Cédric Villani de faire la même chose aujourd’hui. 

Ensuite cette division est logique parce que LREM est constituée par le rapprochement du centre-gauche et du centre-droit, rendu possible par le coup de poker d’Emmanuel Macron. Il n’est donc pas très surprenant de voir que ces deux tendances continuent d’exister et que des personnalités tentent de les réactiver lors des élections, surtout dans une ville comme Paris où il existe une grande masse d’électeurs diplômés, de sensibilité écolo-libertaire. Ce n’est ainsi pas un hasard si Benjamin Griveaux comme Cédric Villani mettent en avant la dimension écologique, thème transversal, mais cherchent ensuite à se démarquer sensiblement. Le programme de Benjamin Griveaux insiste ainsi fortement, après l’écologie et la démocratie locale,sur la dimension sécuritaire en proposant de renforcer la police municipale. De son côté, Cédric Villani va très probablement insister sur l’aspect social, notamment sur la question du logement et des loyers, ce qui lui permettra au passage de négocier un ralliement des écologistes, ce qui paraît difficile mais pas impossible. Bref, on aura deux projets comparables mais avec des nuances : un projet écolo-sécuritaire d’un côté, un projet écolo-social de l’autre.

Luc Rouban : La candidature de Cédric Villani est un petit peu disruptive et elle signifie quand même qu'il se passe quelque chose d'assez critique au sein même de l'appareil de la République en marche. C'est-à-dire qu'en fait Cédric Villani est entouré effectivement par une équipe plutôt de gauche, c'est un peu à front renversé en quelque sorte, parce que Benjamin Griveaux est quand même un ancien militant socialiste qui été le porte-parole du Gouvernement, mais finalement au bout du compte le porte-parole d'une politique de droite, puisqu'Emmanuel Macron est très largement classé à droite dans l'opinion, disons centre-droite, mais on pourrait presque dire que dans le fond, Emmanuel Macron est le Président de droite dont les Français voulaient l'élection en 2016 ou en 2017. C'est une forme d'Alain Juppé qui aurait réussi, si je peux me permettre l'expression.

Par conséquent, vous avez quand même dans cette opposition l'idée que toute une partie de l'électorat socialiste, qui a fait l'élection d'Emmanuel Macron puisque ces citoyens ne voulaient surtout pas d'un second tour entre François Fillon et Marine Le Pen, et bien ces électeurs socialistes, qui étaient de véritables électeurs socialistes (pas des sociaux libéraux acquis au libéralisme), non, des vrais socialistes, ont été extrêmement déçus. Ils ont été frustrés de voir que dans le fond, la promesse macronienne d'un ni droite, ni gauche se traduit plutôt par une mise en oeuvre effective plutôt à droite des politiques. Donc effectivement, Cédric Villani est peut-être le candidat de la gauche de la République en marche qui va s'appuyer sur les catégories diplômées qui sont en proportion,  importantes à Paris, sur l'électorat socialiste, mais aussi sur une bonne partie de l'électorat la République en marche. Il ne faut pas oublier qu'à Paris, Emmanuel Macron avait obtenu plus de 30% des voix au premier tour. La liste la République en marche a obtenu aussi le tiers des voix lors des élections européennes, donc il y a aussi un potentiel de la République en marche. Pour l'instant il est trop tôt de savoir, parmi les parisiens qui ont voté Emmanuel Macron au premier tour de 2017 qui optera plutôt pour Benjamin Griveaux ou pour Cédric Villani, mais de fait, on voit bien que le ni droite, ni gauche, ça ne tient pas très longtemps, et que même au sein de la République en marche, il y a de la droite et il y a de la gauche. Et Villani, c'est la gauche.

Dans une tribune accordée au monde, Branko Milanovic, l'économiste spécialiste des inégalités, parle du prochain livre de Thomas Piketty et évoque : "Ces personnes, les « gagnants » de la social-démocratie, [qui] ont continué à voter pour les partis de gauche, mais [dont les] intérêts et [la] vision du monde [ne sont] plus les mêmes que ceux de leurs parents (moins éduqués)." Dans quelle mesure la stratégie de Cédric Villani, et plus loin dans le temps, celle d'Emmanuel Macron en 2017, repose sur le même constat concernant l'électorat traditionnellement de gauche ? 

Vincent Tournier : Le pari de Cédric Villani est effectivement assez comparable à celui d’Emmanuel Macron en 2017 : tous deux présument que les transformations de la société française ont produit un électorat urbain et diplômé, fondamentalement pro-européen, pro-immigration et pro-écologie, un électorat qui ne se reconnaît plus dans les valeurs de la social-démocratie traditionnelle, et encore moins dans celles de la droite conservatrice. La seule différence est qu’Emmanuel Macron n’avait pas de rival contre lui, alors que Cédric Villani va se retrouver face à Benjamin Grivaux. Il va donc devoir jouer finement, d’autant qu’il part avec un handicap non négligeable : il n’aura pas le soutien officiel du président et du parti. Certes, Cédric Villani n’a pas été exclu du parti, manifestement sur ordre express d’Emmanuel Macron,et contre l’avis de certains cadres du parti (ce qui confirme au passage que le président reste bel et bien le chef réel du parti majoritaire), mais cette absence de soutien risque quand même de peser. Cela dit, on peut s’attendre à ce que le président ne se mouille pas trop durant la campagne électorale : s’il s’engage trop fortement en faveur de Benjamin Griveaux, et que celui-ci arrive finalement derrière Cédric Villani, ce serait du plus mauvais effet pour sa crédibilité, déjà que celle-ci n’est déjà pas extraordinaire. On peut donc s’attendre à ce que le président se contente de rester observateur du duel entre ses deux poulains, ce qui lui permettra de se présenter comme un grand démocrate, soucieux de respecter la volonté des électeurs (ce qu’il n’a pas fait, en dépit de ses engagements, avec le référendum sur l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes).  

Luc Rouban : Il peut facilement s'opposer à Benjamin Griveaux justement sur le terrain d'une perversion du macronisme des origines, en s'appuyant aussi sur une partie de l'appareil de la République en marche qui justement est extrêmement frustré par ce qui s'est passé à Paris. Il ne faut quand même pas oublier qu'il y a eu une commission d'investiture qui a été très brutale. Elle a déclaré à l'unanimité que le candidat serait Benjamin Griveaux, Je crois que c'est Alain Richard qui présidait cette commission, et il a écarté Cédric Villani de manière assez autoritaire et assez désagréable, donc il y a déjà au sein de la République en marche un potentiel utilisable, qu'il va pouvoir évidemment essaimer dans les différents arrondissements de Paris pour asseoir la candidature de Cédric Villani. Sur le terrain plus politique, en terme de programme, Villani a quand même un avantage : c'est un scientifique de haut niveau, donc il parle naturellement aux professions libérales, aux cadres, aux catégories supérieures qui votent à droite. Mais en même temps, il est très écologiste, et les écologistes sont souvent en proportion des personnes fortement diplômées, et on a une atteinte écologique qui était celle aussi portée par Anne Hidalgo, donc il peut faire cette synthèse à droite et à gauche. Il peut retourner le macronisme contre le candidat officiel d'Emmanuel Macron, ce qui est assez cocasse puisque dans le fond effectivement il peut associer les deux. De l'autre côté, on a un contre-argument : on a vu aux européennes que l'électorat de droite avait largement laissé tomber les Républicains pour se reporter sur la liste la République en marche pour deux raisons. La première c'est que la liste LREM et le Président de la République sont positionnés à droite. Ils sont considérés aussi comme le rempart contre l'anarchie des Gilets jaunes par exemple. ça on l'a bien vu au sein des seniors : il y a eu des transferts de voix depuis les Républicains pour des raisons contextuelles et conjoncturelles. La deuxième raison est que la liste LREM se situe à droite, sur le terrain du libéralisme, et a ainsi vidé de leur substance les Républicains, qui n'ont plus grand chose à dire. Donc il faut voir aussi du côté des Républicains si un candidat peut être vraiment crédible face à Anne Hidalgo, à Benjamin Griveaux et à Cédric Villani.

Si l'un ou l'autre emporte la bataille, qu'est-ce que cela signifiera sur l'électorat LREM ? A quel point est-il prêt à entendre le discours plus explicitement à droite de Benjamin Griveaux ?

Vincent Tournier : Il est difficile de répondre parce que le duel entre Villani et Griveaux risque d’être très serré. On voit d’ailleurs que les échanges d’amabilité ont déjà commencé, ce qui est généralement le signe que les écarts vont se jouer à peu de choses, surtout si Gaspard Gantzer maintient sa candidature, lui qui a aussi un parcours assez macronien (ancien membre du PS, proche de François Hollande, il a obtenu une investiture de LREM en 2017, avant d’être finalement remplacé et de rouler désormais pour lui).

Dans la compétition qui vient, Cédric Villani part avec un avantage en termes d’image : d’une part il bénéficie de son image de brillant scientifique, d’autre part il passe pour quelqu’un d’intègre et d’honnête, ce qui est contestable puisque la façon dont il a imposé sa candidature montre qu’il n’a rien d’un enfant de chœur. Benjamin Griveaux va avoir du mal à casser cette image car Villani n’a pas de réel passé politique : il s’est même bien gardé de s’exposer depuis 2017, se contentant de surfer sur des sujets assez neutres comme la réhabilitation du militant communiste Maurice Audin, ce qui lui a permis au passage de tisser des liens avec le PCF, donc de gagner en crédibilité sur sa gauche

Cela dit, si Cédric Villani dispose d’un avantage en termes d’image, le positionnement de Benjamin Griveaux sur le créneau de la sécurité peut s’avérer plus payant en termes électoraux. Un signe va dans ce sens : c’est la façon dont Anne Hidalgo prépare les élections (même si elle n’a pas encore annoncé officiellement sa candidature). On observe en effet que celle-ci a considérablement renforcé son discours sécuritaire (autour notamment de la police municipale) tout en délaissant le volet social (elle a renoncé à la gratuité des transports publics). De plus, la situation difficile dans laquelle se trouvent les Républicains, lesquels n’ont toujours pas de candidat sérieux, laisse l’électorat de droite en déshérence. Dans une ville qui s’embourgeoise à grands pas, et où les problèmes d’insécurité et d’incivilité augmentent, la posture écologiste-sécuritaire de Benjamin Griveaux peut donc constituer la recette gagnante. 

Mais il faut encore attendre la stratégie des écologistes : vont-ils présenter leur propre liste, comme ils en ont affiché l’intention, ou rejoindre Anne Hidalgo avec qui ils ont géré Paris depuis 2014, ou encore fusionner avec Cédric Villani ?S’ils rejoignent ce dernier, il est évident que le rapport de force en sera fortement modifié. On devine que les tractations vont aller bon train dans les semaines qui viennent. 

Luc Rouban : Il faut faire attention à une chose, c'est qu'on est face à des élections municipales, donc il ne s'agit pas de mettre en oeuvre un politique économique ou financière nationale. Il s'agit de gérer la ville de Paris. Et là, il y a un point essentiel, aussi bien pour le macronisme que pour tous les autres partis politique : c'est l'écologie. On a une très forte demande d'écologie et de protection de l'environnement, notamment à Paris, et là effectivement, Cédric Villani est très bien placé, parce que c'est un scientifique, et justement l'argument par définition anti-populiste, c'est l'argument scientifique à cause de leur défiance vis à vis des statistiques, une forme de critique et de mise en cause de la crédibilité scientifique. Donc Villanie se positionne comme un scientifique de haut niveau, il est le représentant d'un milieu très diplômé, d'un milieu scientifique, et par conséquent il est parfaitement adapté à cette atteinte de scientificité qui est très forte dans les catégories supérieures. Donc un, c'est du local, deux, il y a cette attente de l'écologie, et trois, il ne faut pas oublier qu'il y a toujours ce mélange du macronisme des origines, c'est-à-dire une certaine forme de libéralisme économique, et une forme de libéralisme culturel de tolérance. C'est pour ça qu'il faut se méfier de l'expression bobo, mais il répond à ça aussi, c'est un peu le style des grandes capitales mondiales, c'est-à-dire qui sont animées par des vies nocturnes, des gens qui aiment la vie culturelle, qui ont les moyens de le faire... Donc Villani retourne une fois encore le macronisme contre lui-même, mais avec un autre argument, c'est que là il veut ressusciter le macronisme des origines qui n'a pas été mis en oeuvre, c'est-à-dire l'horizontalité, la participation, et là il coupe largement l'herbe sous les pieds de la gauche. Donc il a beaucoup de ressources.

Propos recueillis par Augustin Doutreluingne

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

07.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
spiritucorsu
- 07/09/2019 - 10:32
Talon d'Achille (suite et fin.)
Dans ces conditions,pour la secte en marche,l'occasion des municipales apparaît de plus en plus comme l'opération de la dernière chance de pourvoir à l'espérance d'une gamelle mieux garnie,c'est le credo de ceux qui ne marchent que pour eux mêmes.
spiritucorsu
- 07/09/2019 - 10:24
Talon d'Achille
On voit mal comment les deux clones ennemis candidats à la mairie de Paris pourraient fournir les clés d'une stratégie gagnante pour 2022 au monarque président,sachant que pour le présent,ils sont surtout le signe des premières dissensions sérieuses qui fragilisent le bel édifice en toc construit par le gourou avec le soutien de l'oligarchie en place et des médias tarifés aux ordres.Plus qu'une recette miracle,il faut donc voir dans ce combat fratricide le talon d'Achille de la macronie où le moteur qui faisait jusque là avancer les troupes,à savoir un appétit insatiable pour les avantages,les privilèges et les bonnes places gangrène à présent les esprits des petits barons de la secte à l'heure où l'accès aux plats de homards risque de se faire plus rare.En effet,il ne faut pas trop compter sur l'aura miraculeuse du gourou bien entamée depuis les révélations d'affaires scabreuses ,d'un comportement détestable de gosse mal élevé et d'un penchant certain à dépouiller les plus fragiles et les plus modestes accusés d'être encore trop gras.
zen-gzr-28
- 07/09/2019 - 09:43
Pardon
Supprimer "aucun". Merci