En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

02.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

03.

"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

06.

Corona : la production de la célèbre bière va s’interrompre suite aux mesures de restriction au Mexique

07.

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

ça vient d'être publié
pépites > Sport
Machisme
Clémentine Sarlat dénonce le harcèlement moral et les remarques sexistes qu'elle a subies à "Stade 2"
il y a 4 heures 11 min
décryptage > Politique
La voix de son maître

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

il y a 5 heures 45 min
light > Culture
Industrie à l'arrêt
Disney repousse une douzaine de films Marvel à cause de l'épidémie
il y a 6 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire populaire du football" : Populaire et subversif : vive le foot !

il y a 8 heures 31 min
pépites > France
Drame
Drôme : deux morts et sept blessés dans une attaque au couteau perpétrée par un demandeur d'asile soudanais
il y a 8 heures 54 min
pépite vidéo > Media
Racisme
"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus
il y a 10 heures 15 min
décryptage > Religion
Besoin de sens

Sauver Pâques : les catholiques se mobilisent pour communier malgré le confinement

il y a 10 heures 54 min
décryptage > Environnement
Rions vert

C comme con, con comme Cochet : il confond le CO2 et le coronavirus !

il y a 11 heures 10 min
décryptage > High-tech
Applis stars du confinement

Voilà comment Zoom et House party peuvent menacer vos données professionnelles ou personnelles

il y a 11 heures 27 min
décryptage > Politique
Dérapages à répétition

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

il y a 11 heures 46 min
pépites > Politique
Défiance
Covid-19 : une majorité de Français jugent que le gouvernement gère mal l'épidémie
il y a 5 heures 7 min
light > Media
Solidarité
Le groupe Canal+ va reverser ses recettes publicitaires de 20h à la Fondation de France
il y a 6 heures 29 min
pépite vidéo > International
Le monde d'avant
Coronavirus : en Suède, sans confinement, la vie continue comme si de rien n'était
il y a 6 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Maus", Tomes 1 et 2 : Un roman graphique hors norme

il y a 8 heures 35 min
pépites > Défense
Touchés
Coronavirus : 600 militaires français atteints
il y a 9 heures 10 min
décryptage > International
Vital

Pour éviter les famines, ne pas interrompre le commerce mondial de céréales

il y a 10 heures 45 min
décryptage > Santé
Aller de l'avant

Covid-19: Il faut accélérer, ce n’est jamais trop tard

il y a 11 heures 1 min
décryptage > Education
Imaginaire

Si le coronavirus fait irruption dans les jeux de vos enfants, ne vous faites pas de soucis

il y a 11 heures 16 min
décryptage > Société
Pas de retour à la normale rapide

Déconfinement graduel : attention danger dans l’opinion

il y a 11 heures 33 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Jeanne d'Arc, une dissidente au temps du Moyen Age

il y a 11 heures 55 min
© JOHN THYS / AFP
© JOHN THYS / AFP
BCE

La femme la plus puissante d’Europe a-t-elle annoncé une petite révolution devant les parlementaires européens ?

Publié le 05 septembre 2019
Ou continue-t-elle la politique de son prédécesseur ? Christine Lagarde s'est exprimée mercredi devant le Parlement européen afin de prouver aux députés qu'elle a l'expertise nécessaire pour être à la tête de la BCE.
Ancien dirigeant de start-up et de PME, François-Xavier Oliveau accompagne des dirigeants d'entreprises européennes dans leur stratégie et leur transformation. Il s'intéresse aux impacts de la révolution technologique sur l'économie, la société et les...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémi Bourgeot est économiste, chercheur associé à l’IRIS et spécialiste des marchés de capitaux. Il a poursuivi une double carrière de stratégiste de marché dans le secteur financier et d’expert économique sur la zone euro et les marchés émergents pour...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François-Xavier Oliveau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancien dirigeant de start-up et de PME, François-Xavier Oliveau accompagne des dirigeants d'entreprises européennes dans leur stratégie et leur transformation. Il s'intéresse aux impacts de la révolution technologique sur l'économie, la société et les...
Voir la bio
Rémi Bourgeot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémi Bourgeot est économiste, chercheur associé à l’IRIS et spécialiste des marchés de capitaux. Il a poursuivi une double carrière de stratégiste de marché dans le secteur financier et d’expert économique sur la zone euro et les marchés émergents pour...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ou continue-t-elle la politique de son prédécesseur ? Christine Lagarde s'est exprimée mercredi devant le Parlement européen afin de prouver aux députés qu'elle a l'expertise nécessaire pour être à la tête de la BCE.

Atlantico.fr : Qu'a annoncé la future présidente de la BCE ? En quoi ces décisions modifient-elles profondément la politique monétaire européenne ?

François-Xavier Oliveau : Le discours de Christine Lagarde était très intéressant, pas tant pour le fond de sa politique, sans surprise, que pour la description de sa vision du poste. Sur le fond, sa position est en ligne avec celle de son prédécesseur, et conforme à ce qui était attendu : la politique de la BCE sera « très accommodante pour une longue durée ». Christine Lagarde a soigneusement évité d’interférer avec les prochaines décisions de la BCE, a rendu de répétés hommages à la politique de l’institution sous son prédécesseur et s’est présentée avec humilité devant Parlement européen tout en défendant sa compétence pour le poste, en particulier son expérience de la gestion de crise. Aucune surprise et aucune faute de carre, comme on pouvait s’y attendre de cette diplomate chevronnée.

La lecture entre les lignes de son discours est en revanche très instructive. Son instance sur la compréhension des mécanismes de l’inflation, l’innovation, l’agilité et l’ouverture d’esprit suggère qu’elle devrait démarrer son mandat par une revue assez exhaustive des outils de politiques monétaires, dont elle veut évaluer le rapport coût / bénéfices. On peut s’attendre à une revue particulièrement ouverte. Son insistance sur la coordination des politiques monétaires et fiscales résonne par exemple avec une note publiée par BlackRock il y a trois semaines, intitulée « From unconventional monetary policy to unprecedented policy coordination. » Trois anciens banquiers centraux y prônent une injection directe de monnaie dans l’économie, assez proche du concept de « monnaie hélicoptère. » Elle s’est aussi montrée intéressée par la proposition de Mark Carney, gouverneur de la Banque d’Angleterre, de créer une monnaie de réserve numérique servant d’alternative au dollar. Le discours de Christine Lagarde suggère que de telles options, autrefois qualifiées d’extrêmes, devraient vraisemblablement être examinées sous la nouvelle présidence. Son ouverture à une interprétation large du mandat de la BCE, au verdissement du système financier ou encore à la société civile vont dans le même sens d’un mandat flexible et créatif.

Rémi Bourgeot : Christine Lagarde a essentiellement indiqué au cours des dernières semaines quelle ancrerait son approche dans la continuité de Mario Draghi. On s’attend donc à une BCE qui réagira sans surprise au ralentissement de la conjoncture européenne par un accroissement de ses mesures de relance monétaire, qu’il s’agisse de la baisse supplémentaire du taux de dépôt en territoire négatif ou d’un nouveau programme d’achats d’actifs. 

A son arrivée à la fin 2011, Mario Draghi, fort de son expertise monétaire et d’un véritable sens politique, avait su rompre avec le triste héritage de son prédécesseur, Jean-Claude Trichet, pour éviter la sortie de la zone euro des membres qui connaissaient une envolée de leurs taux de marché. Mais dans un contexte de ralentissement marqué après une reprise en réalité très limitée, le type d’approche de Draghi, indispensable a l’époque, est aujourd’hui confrontée à une impasse.

Christine Lagarde indique surtout qu’elle va respecter son mandat de nature politique, qui consiste à poursuivre sur la voie de la relance monétaire en absence de capacité des gouvernements à s’entendre sur un rééquilibrage de la zone euro. La reforme de l’union monétaire ayant échoué, on aurait pu imaginer que les gouvernements qui militaient pour cette réforme s’attellent désormais au sujet du rééquilibrage, en demandant à l’Allemagne de s’engager dans une approche plus coopérative. C’est pour l’instant le statu quo qui l’emporte. D’où la nécessité politique de s’en tenir à cette politique monétaire expansionniste pour tenter d’éviter un enfoncement de la zone euro dans la crise qu’ouvre notamment le ralentissement allemand, dont le modèle ultra exportateur bute sur la crise commerciale mondiale. 

La politique monétaire extrêmement souple qui est annoncée est-elle une bonne nouvelle pour l'économie européenne ? En quoi les annonces sont-elles d'une importance capitale ?

François-Xavier Oliveau : La politique monétaire accommodante est surtout nécessaire dans une situation d’inflation et de taux bas dont le caractère structurel est de plus en plus évident. Les taux d’intérêt baissent sans discontinuer depuis le milieu des années 80, quelle que soit la conjoncture économique. Wim Duisenberg a pris la direction de la BCE avec un taux directeur principal à 3% ; il était à 2% quand Jean-Claude Trichet est entré en fonction, et à 1% lors de l’arrivée de Mario Draghi. Il est aujourd’hui à 0%, avec un taux de dépôt négatif à -0,4% qui devrait baisser d’au moins 0,1% jeudi prochain. Ces taux négatifs mettent les banques commerciales dans une situation infernale, largement soulignée par Christine Lagarde. Ce sera l’un des points critiques à gérer dès le début de son mandat.

Le maintien des politiques actuelles était donc attendu et n’est pas une surprise. Mais le risque principal est qu’elles ne suffisent pas. Les taux sont négatifs alors que l’économie est encore loin de la récession, sans parler d’une éventuelle dépression. Nous sommes clairement au bout de la logique de création monétaire par la dette qui prévaut depuis la fin des accords de Bretton Woods. En suggérant qu’elle ne ferme aucune porte, le discours de Christine Lagarde est une bonne nouvelle. Tout en insistant sur le rôle crucial des politiques budgétaires pour lutter contre une éventuelle récession, son insistance sur l’engagement et l’agilité (« commitment and agility ») s’inscrit en réalité largement dans la ligne du « whatever it takes » de Mario Draghi, avec une ouverture accentuée à de nouveaux outils.

Rémi Bourgeot : Les mesures qu’avaient prises Mario Draghi étaient indispensables en pleine crise de la zone euro pour éviter un éclatement désordonnée de l’union monétaire et une restructuration massive des dettes d’un certain nombre de pays. C’était l’objet de sa politique de dissuasion rhétorique à l’attention des marchés en 2012 puis des mesures effective d’achat de dette à partir de 2015, pour relancer la dynamique du crédit privé. 

Au-delà de la gestion de ce risque existentiel, les mesures permanentes de relance monétaires sont largement inefficaces si l’on s’intéresse aux conséquences profondes de ces mesures sur l’économie. Mais à défaut d’initiative de la part des gouvernements pour s’entendre sur un rééquilibrage réel de leurs économies, les mesures de relance de la BCE sont vues comme la seule voie possible.

Le débat s’éloigne désormais de conceptions ésotériques qui avaient trouvé un écho particulier à partir de la crise mondiale, selon lesquelles les banques centrales pouvaient piloter la croissance en plus de l’inflation pour peu qu’elles s’en donnent les moyens, illimités. Les banques centrales ont un effet sur la croissance et sur l’inflation mais elle ne contrôlent réellement ni l’une ni l’autre, d’autant plus au terme d’années de relance sans soutien des politiques économiques des gouvernements dans le cas européen. Par ailleurs, les programmes de relance monétaire créent évidemment des bulles, comme la bulle immobilière qui ravage aujourd’hui la compétitivité d’un certain nombre de pays européens comme la France, tout en conduisant à des conséquences sociales redoutables. La notion d’héroïsme monétaire, issue de la crise, cette sorte de monétarisme à prétention progressiste, a vécu. On observe aujourd’hui cette situation désastreuse sur le long terme où la BCE est condamnée par l’inertie des gouvernements à creuser des bulles et autres déséquilibres financiers particulièrement nocifs pour les peuples européens. 

Comment Christine Lagarde peut-elle se rallier la confiance allemande sur ce sujet ?

François-Xavier Oliveau : La question de l’Allemagne est cruciale en effet. La position de la future présidente est délicate. D’un côté, elle annonce un maintien de politiques accommodantes impopulaires en Allemagne et à la Bundesbank. De l’autre, elle incite les gouvernements à une politique de relance et d’investissement dans les infrastructures ; une demande qui concerne avant tout l’Allemagne, en excédent budgétaire et commercial. Le soutien allemand est à la fois crucial et délicat à obtenir.

La revue du « policy framework » qu’elle souhaite mener peut lui offrir une porte de sortie intéressante. Les dispositifs d’injection directe de monnaie à destination des ménages sont en réalité beaucoup moins néfastes pour l’économie que la création monétaire en dette, comme le rappelait l’économiste Murray Rothbard : « Bien que l’expansion du crédit par une banque semble bien plus sobre et respectable que la création brutale d’argent frais, elle a en réalité des conséquences beaucoup plus graves pour le système économique, conséquences que la plupart des gens jugeraient particulièrement indésirable.[1] » En revanche, ces outils posent des problèmes comptables qui peuvent être un obstacle à leur acceptation par les banquiers centraux. La revue de la boîte à outils de la BCE devra être habilement menée pour identifier, concevoir et promouvoir des outils moins néfastes que l’assouplissement quantitatif, et se rallier ainsi les positions allemandes.

[1] Man, Economy and the State, 1962

Rémi Bourgeot : L’approche de Christine Lagarde résulte du statu quo franco-allemand en particulier qui a conduit à l’acceptation par Paris de la nomination à la présidence de la commission européenne de la ministre de la défense allemande, fidèle de la chancelière. En échange l’Allemagne accepte la poursuite de l’approche monétaire de Draghi. Berlin avait clairement indiqué que si la présidence de la commission ne lui revenait pas, elle demanderait alors la présidence de la BCE pour le président de la Bundesbank Jens Weidmann. Les divergences de vue sur les moyens monétaires avaient dramatiquement retardé la réponse de la BCE à partir de 2008 et on avait même vu Jean-Claude Trichet paniquer face aux critiques allemandes et remonter les taux en pleine de crise de l’Euro. Ce retard dans la réponse monétaire a eu des effets désastreux.

Néanmoins, cette enfoncement dans la crise ou l’atonie dans tous les cas et le recours extrêmement prolongé aux programmes de relance monétaire ne peut qu’inquiéter, bien au-delà des rangs des conservateurs allemands. Mme Lagarde a du s’exprimer brièvement sur la question des conséquences de la relance monétaire sur le marché immobilier notamment en indiquant la possibilité de mesures dites macroprudentielles. Il faut cependant mesurer l’ampleur de la bulle déjà creusée, si bien que les gouvernements craignent le mouvement inverse en cas de mesures pour la freiner et ne souhaitent souvent pas prendre partie. Enfin il faut mesurer que le périmètre de la BCE reste limité dans la gestion des conséquences de ses mesures, notamment au travers de ces mesures dites macroprudentielles dont l’application ne lui revient pas réellement, à divers égards. Le parfum d’activisme et de renouveau à la BCE ne saurait ainsi masquer une situation redoutable, d’un point de vue aussi bien économique, politique que social.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

02.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

03.

"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

06.

Corona : la production de la célèbre bière va s’interrompre suite aux mesures de restriction au Mexique

07.

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 07/09/2019 - 20:43
evgueniesokolof - 05/09/2019 - 12:02 :)::) Pour le moment
nous attendons beaucoup mieux de ta part, :) en tant que Professeur d’Économie & Énarque qu'un simple persifleur sur les autres .
hoche38
- 05/09/2019 - 16:31
Quelle révolution?
La mission de Christine Lagarde est simple: prolonger l'acharnement thérapeutique indispensable à la survie d'un euro en phase terminale. Et son expérience confirmée de la gestion de crise en fait la personne la plus compétente pour ce triste job.
ajm
- 05/09/2019 - 14:16
La politique monétaire entre les écueils.
Les deux intervenants de l'article semblent critiques de la politique monétaire très accommodante de la BCE mais que proposent-ils eux ? La politique monétaire est , comme toutes les politiques, un choix entre des inconvénients. Le risque de bulle existe, comme celui de mauvaise allocation des ressources financières comme les liquidités ne coûtent plus rien, ou de contraintes fortes pour les banques ( banque à réseau et dépôts) et assurances ( assurance-vie) Mais il doit être comparé au risque de défaut de l'Italie par exemple, ou de récession profonde en Europe. La bulle immobilière en France est localisée dans les centres de certaines grandes agglomérations, notamment Paris et Bordeaux. Ailleurs, il n'y a aucune bulle , le prix de l'immobilier dans les villes moyennes ou petites stagne depuis des années en France et même recule.