En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

02.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève

07.

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 9 heures 33 min
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 10 heures 41 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 11 heures 40 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 14 heures 12 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 14 heures 52 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 16 heures 1 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 16 heures 21 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 16 heures 40 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 16 heures 46 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 17 heures 6 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 10 heures 21 min
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 11 heures 20 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 12 heures 54 sec
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 14 heures 24 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 15 heures 39 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 16 heures 12 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 16 heures 29 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 16 heures 41 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 16 heures 56 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 17 heures 17 min
© Reuters
© Reuters
Atlantico Business

Les tabous ont la vie dure : l’entreprise française reste un lieu où on ne parle ni salaire, ni politique, ni religion et très peu de sa vie privée

Publié le 04 septembre 2019
Alors qu’en général, on passe plus de temps dans l’entreprise que dans sa famille, le lieu de travail est encore un lieu où on s’interdit de parler salaire, politique ou religion.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors qu’en général, on passe plus de temps dans l’entreprise que dans sa famille, le lieu de travail est encore un lieu où on s’interdit de parler salaire, politique ou religion.

Les salariés restent discrets et secrets, la politique est étouffée et la religion interdite. L’entreprise française est encore un lieu de tabous solidement enracinés. Alors que la plupart des Français passent plus de temps sur leur lieu de travail que dans leur famille, on connaît en général tous les petits travers, qualités et défauts de ses collègues de travail ou voisins de bureau. On connaît très vite leurs petites habitudes, leur heure d’arrivée, leurs soucis de famille ou même leurs histoires amoureuses. Autrefois, on se retrouvait à la photocopieuse, aujourd’hui, c’est au restaurant d’entreprise, à la cafétéria, dans l’ascenseur qu’on papote. Ceux qui fument se retrouvent à la pause cigarette et échangent confidences, vrais ou faux secrets.

Bref, on connaît beaucoup de choses sur les uns et les unes, mais il reste des domaines complètement tabous. 

Le groupe Hellowork (région job, paris Job), qui est un acteur digital majeur sur le marché du recrutement, de l’emploi et de la formation en France, a enquêté sur le contenu des conversations d’entreprises pour connaitre le niveau et la qualité de l’information qui circulent. 

Laissons de côté les systèmes d’information institutionnelle gérés par la Direction générale, les DRH, les syndicats ou les organisations sociales. L’enquête s’est limitée au contenu des informations entre salariés. De quoi parlent-ils, directement ou par le biais des réseaux sociaux, Facebook ou WhatsApp?

Réponse: ils parlent de tout et de rien... mais il y a des choses dont ils ne parlent presque jamais. 

1er point - Ils ne parlent pas de ce qu’ils gagnent. 83% des salariés estiment que « parler salaire » avec leurs collègues est tabou. Et quand ils en parlent, c’est que ça va mal, très mal. Il est même trop tard.

2e point - 78% ignorent le salaire de leur manager. En dehors des plus hauts salaires qui font l’objet d’une publication au rapport annuel d’activité et encore de ce qui est publié, ce sont des grandes masses, le salaire de dix cadres dirigeants les mieux rémunérés ; ça n’est jamais nominatif. Sauf fuite dans la presse et dans ce cas, on frise la rumeur qui touche au scandale. 

3ème point - 61% des personnes interrogées n’aiment pas parler de politique au bureau. Ça les gêne. Ils pensent que ça peut leur porter préjudice. On sait pour qui nos vrais amis votent en général, on devine pour qui votent nos voisins ou les chefs... On le sait au moment des grandes échéances électorales (présidentielle) mais on n’en parle pratiquement jamais de la vie politique de tous les jours. Alors qu’en famille, on sait que les discussions sont plus ouvertes.

4ème point - 58% évitent d’aborder le sujet des religions. Plus de la moitié des salariés s’interdisent toute allusion à des faits religieux, toute communication ou tout commentaire public à l’intérieur de l’entreprise  

5ème point - 46% des salariés évitent de parler de leur vie privée avec leurs collègues de travail.  

Ces résultats sont intéressants. Il n’est pas surprenant que les salariés ne veuillent pas parler de leur vie privée. Elle leur appartient. Ce qui est plus sujet à réflexion, c’est qu’ils ne souhaitent pas parler politique ou religion sur leur lieu de travail qui est considéré à juste titre comme un sanctuaire de laïcité ou de neutralité, en dehors de l’adhésion aux valeurs de l’entreprise qui sont de plus en plus importantes. L’entreprise n’est pas seulement le lieu de production de richesse, d’emploi et de pouvoir d’achat, mais c’est le lieu qui porte et défend des valeurs universelles comme la protection de son environnement et la qualité sociale. C’est une exigence assumée des consommateurs, des actionnaires et des salariés. Les entreprises bien gérées doivent en tenir compte si elles veulent fidéliser leurs clients, leurs salariés et leurs actionnaires. 

Au-delà de ces grandes valeurs qui définissent le sens que l'on donne au travail, la politique politicienne ne rentre pas dans l’entreprise. 

Les affaires de religion, qui sont très souvent au bord du débat politique ou sociale, sont également taboues. 

Ces domaines touchent au fonctionnement de la démocratie. La démocratie a besoin de transparence, mais elle a aussi le devoir de protéger le droit au secret des démocrates. La transparence totale a souvent accouché dans l’histoire de régimes autoritaires et liberticides. Donc, il ne faut pas s’étonner de cette réserve des salariés à se garder des sujets de conversation pour leur cercle privé ou intime. Cette réserve est légitime. 
 
Le manque de transparence sur les salaires est plus discutable

Si 78% des salariés ignorent le salaire de leur manager direct, plus de la moitié (51%) aimeraient bien le connaître. Ce résultat est évidemment un marqueur de malaise ou même de méfiance à l'égard de sa hiérarchie, donc de disfonctionnement. Si la moitié veulent savoir ce que gagne leur chef, c’est en fait parce qu’ils estiment n'être pas assez payés eux-mêmes ou alors ils pensent que l'autre ne mérite pas ce qu’il gagne. On retombe là sur les rapports compliqués que les Français entretiennent avec l‘argent. Le problème, là encore, n’est pas de faire la transparence la plus totale sur les questions de rémunération. Il y a dans ce domaine aussi un droit au secret qui se justifie d’ailleurs pour des raisons d’efficacité dans la concurrence, le vrai problème est la mauvaise acceptation de la rémunération de l'autre et le soupçon permanent de son illégitimité. 

On a évidemment du mal à accepter le salaire d’un chef si le chef n’assume pas ses responsabilités et n’est pas exemplaire dans l’exécution de sa mission. On a du mal à accepter la rémunération d’un homme politique parce qu’il s’agit d’argent public et que beaucoup d’hommes politiques dans le passé n’ont pas eu un comportement, disons très rigoureux. On comprend mal la rémunération du chef d’entreprise parce qu’il prend des risques, alors que la prise de risque justement est une composante du succès de l’entreprise. 

Mais curieusement, on sera plus indulgent par rapport au cachet que touche une star du rock ou au montant espéré par Neymar du PSG pour son trans-fert. En fait, les seuls salaires dont on parle sans gêne, ni réserve dans l’entreprise sont ceux des dieux du stade. A Rome dans l’Antiquité, c’était déjà le cas.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zelectron
- 05/09/2019 - 09:04
ça ne regarde pas Sylvestre !
Je rejoint zogG43 , il y en a qui ne manquent pas d'air Monsieur je (ne) sais rien mais j'(e)dirais tout !
zog43
- 04/09/2019 - 20:04
Il a mis mis les pieds en entreprises?
Les experts !!!!! le mec il se croit compétent pour parler d'un lieu où il n'a jamais mis les pieds de sa vie.
Dommage il saurait que les problèmes perso sont l'essentiel des conversations entre salariés.