En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018

05.

L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive

06.

Une femme considérée comme très malheureuse pourra avorter jusqu’au dernier jour de sa grossesse

07.

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Transport collectif

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

il y a 54 min 39 sec
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : Cognac Tonic, mieux que le Gin, optez pour un cocktail d’été "trendy"

il y a 1 heure 32 min
décryptage > High-tech
Mort de la concurrence ?

Pourquoi nous surfons de moins en moins en dehors de Google

il y a 2 heures 25 min
décryptage > International
"Le Liban n'est pas seul"

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

il y a 3 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint, l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 14 heures 20 min
pépites > International
Voix de la France
Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique
il y a 15 heures 3 min
pépites > Faits divers
Centre-ville du Havre
Fin de la prise d'otages dans une agence bancaire du Havre
il y a 16 heures 30 min
pépites > Politique
#MeToo
Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018
il y a 18 heures 11 min
light > People
Contexte pesant
Michelle Obama confie souffrir d'une "légère dépression"
il y a 19 heures 29 min
pépite vidéo > International
"Le Liban n’est pas seul"
Emmanuel Macron est arrivé au Liban pour coordonner et participer à l’aide internationale
il y a 21 heures 59 min
décryptage > France
Fines lames

La France orange mécanique (complément d’information) : merci de ne pas oublier les couteaux

il y a 1 heure 15 min
décryptage > Consommation
Origines des produits

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

il y a 1 heure 59 min
décryptage > Loisirs
"Voyage, voyage"

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

il y a 2 heures 43 min
décryptage > Economie
Relance européenne

L’Euro fort, bonne ou (très) mauvaise nouvelle pour la reprise ? Le match des arguments

il y a 3 heures 36 min
pépite vidéo > Politique
Solidarité avec le peuple libanais
Liban : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Emmanuel Macron à Beyrouth
il y a 14 heures 45 min
pépites > Histoire
Mémoire
Japon : commémorations à Hiroshima, 75 ans après la première bombe atomique de l’histoire
il y a 15 heures 54 min
light > Science
Peau robotique
Inspirés par Star Wars, des scientifiques ont créé une peau artificielle révolutionnaire
il y a 17 heures 12 min
pépite vidéo > Politique
Bain de foule
Dans les rues de Beyrouth, Emmanuel Macron a entendu la colère du peuple libanais
il y a 18 heures 55 min
pépites > France
Nouveau drame
Le Mans : un policier a été tué par un chauffard lors d’une intervention
il y a 21 heures 21 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Darmanin défend la police (et lui-même); Marianne étrille EELV; Le Havre, port tué par la CGT; Guerre culturelle : Zemmour dénonce la bêtise de la droite qui croit avoir gagné alors que la gauche domine; Les secrets du nouveau modèle CNews
il y a 23 heures 31 min
© OSCAR DEL POZO / AFP
© OSCAR DEL POZO / AFP
Politique

D’Espagne en Italie : les ravages de la proportionnelle

Publié le 03 septembre 2019
Yves Michaud revient sur les systèmes électoraux à la proportionnelle et leurs conséquences en Europe.
Yves Michaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Michaud est philosophe. Reconnu pour ses travaux sur la philosophie politique (il est spécialiste de Hume et de Locke) et sur l’art (il a signé de nombreux ouvrages d’esthétique et a dirigé l’École des beaux-arts), il donne des conférences dans le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Michaud revient sur les systèmes électoraux à la proportionnelle et leurs conséquences en Europe.

Les systèmes électoraux à la proportionnelle (qui comportent des nuances nombreuses) semblent a priori les plus satisfaisant pour « le peuple » qui peut espérer voir sa diversité représentée – avec toutefois le risque que ses représentants soient choisis par les appareils des partis.

Même quand il y a une prime donnée au parti vainqueur, comme en Grèce et en Italie avant la réforme Rosatellum, il est  rare qu’un seul parti puisse gouverner. 

Soit il faut procéder à de nouvelles élections, soit les partis doivent passer des alliances et monter des coalitions. 

Ici encore rien de plus raisonnable sur le papier : des démocrates intelligents doivent pouvoir négocier une plateforme commune en se concentrant sur les points d’accord et en laissant de côté les questions les plus litigieuses. Pendant plusieurs années en Espagne, même en régime majoritaire, des pactes solides ont été passés entre PSOE (socialistes) et PP (populaires de droite) pour mettre hors  polémique politique des questions comme celles du terrorisme ou de l’éducation.

Les longues négociations allemandes pour aboutir à la Grande coalition actuelle (chrétiens-démocrates de la CDU/CSU et sociaux-démocrates du SPD) sont un bon exemple de « politique raisonnable » de la sorte).

La réussite de la coalition au pouvoir au Portugal (la contraption – geringonça) réunissant le Parti socialiste, le Parti communiste et les Verts en est un autre.

Le problème est que les choses ne se passent pas toujours aussi raisonnablement. 

Soit les coalitions sont de pure opportunité et réunissent comme en Italie récemment des partis rivaux (Ligue du nord et M5S, mouvement Cinqe Stelle, en Italie) ou violemment antagonistes (Syriza en Grèce était allié au parti des Grecs indépendants AN.EL, d’extrême droite souverainiste). Les négociations actuelles en Italie, pour former un nouveau gouvernement en évitant de nouvelles élections, entre le M5S et le parti démocrate (PD), ennemis jurés d’hier, sont un bel exemple de cuisine politique d’opportunité.

Soit il faut se résigner à des gouvernements minoritaires bénéficiant de soutiens momentanés en fonction de distribution d’avantages catégoriels. En Espagne, Pedro Sanchez a  gouverné sans majorité de juin 2018 à avril 2019 avec l’abstention de Podemos et les soutiens au coup par coup des autonomistes basques ou catalans en fonction de ses largesses budgétaires aux autonomies.

Les antagonismes au sein des coalitions peuvent déboucher sur des gouvernements clivés (en Italie Salvini ministre de l’intérieur agissait en premier ministre et Conte avait une présence fantomatique). Pedro Sanchez en Espagne, à la recherche d’une majorité lui permettant de gouverner, négocie depuis les élections d’avril avec Podemos mais il se méfie d’Iglesias et de  Podemos qui voudraient créer un gouvernement dans le gouvernement en se réservant les ministères sociaux. Il n’a pas tort quand on sait que Podemos est un parti ouvertement léniniste et qu’Iglesias est un petit Lénine à queue de cheval, qui entend bien  liquider les Mencheviks-socialistes auxquels il s’allierait.

Bref, la « proportionnelle » n’est ni une panacée, ni un long fleuve tranquille.

Ce qui est encore plus intéressant, c’est la manière dont au milieu de ces embarras, les partis tentent l’impossible pour éviter le retour devant les urnes. 

L’Espagne s’y achemine après trois mois de vide, mais les sondages indiquent que les électeurs n’y sont pas favorables. En Italie, les politiques font leur possible pour éviter des élections qui verraient la Ligue du nord progresser et le M5S  décliner. 

Curieusement, cette peur de l’électeur (qui de toute manière a tendance à reconduire son vote pour affirmer sa souveraineté) est contagieuse. On le voit en ce moment en Angleterre. Surtout ne pas redemander son avis à l’électeur ! On ne sait jamais !

En France nous sommes merveilleusement protégés contre ces errements avec notre scrutin majoritaire. Tout se joue, quinquennat fait loi, en une fois tous les cinq ans. Les élections intermédiaires comptent au mieux comme indications barométriques puisque les Régions n’ont aucun pouvoir, sinon celui de payer les TER, que ce n’est pas plus brillant pour les mairies et que des Européennes, tout le monde se fiche. Le résultat est que tout va bien, que 22% des électeurs ne sont pas représentés, que les coalitions se font lors des investitures (ce qui donne un pouvoir exorbitant aux écologistes ou prétendus tels), et que quand rien ne va, il reste juste la rue en enfilant des Gilets jaunes. 

J’ai quand même le sentiment qu’il faudrait sérieusement repenser la démocratie, aussi bien du côté de l’électeur que du côté des partis...Et que comme on dit à la CGT, « ça ne va pas dans le bon sens »...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 03/09/2019 - 12:27
La proportionnelle n'est pas démocratique
Cela n'est pas Démocratique car des dizaines de partis partent dans des élections. Là en effet (la tromperie commence ) le choix est plus grand puisque vous avez le choix de 6,10,15 partis (24 pour les Européennes). Une fois que vous avez voté pour un des 6,10,15,24 programmes & bien les partis s'en foutent de votre choix, car seul compte, les ententes & compromissions sur votre dos, pour essayer d'avoir le pouvoir.
Mais in fine votre choix, le programme sur lequel vous comptiez n'existe plus. :)::) En fait Les partis vous sodomisent allègrement sous une soi-disant Démocratie dont vous ne faites plus parti.
berrty
- 03/09/2019 - 12:23
Démocratie
En 2017 LREM et MODEM ont 32% des voix au 1er tour des législatives soit 15 % des inscrits et 70% des sièges. Pour une voix pour la majorité il y a deux sièges.
Beaucoup de dictateurs en rêveraient