En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

04.

La réaction de la femme de Griveaux

05.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

06.

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

07.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

04.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

ça vient d'être publié
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 14 heures 18 min
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 15 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 18 heures 31 min
décryptage > France
Image d'Epinal

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

il y a 20 heures 30 min
décryptage > Environnement
Absurdité

Nucléaire : au-delà de Fessenheim, un gâchis français

il y a 21 heures 53 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Les distorsions de concurrence qui sont préjudiciables aux agriculteurs français

il y a 22 heures 16 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les intellectuels américains et la crise de la civilisation

il y a 22 heures 17 min
décryptage > Société
Bataille à mener

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

il y a 22 heures 31 min
décryptage > Atlantico business
Dialogue

La « Food révolution » pourrait rapprocher le monde agricole et les écologistes...Encore faudrait-il qu’ils le veuillent

il y a 22 heures 46 min
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 1 jour 8 heures
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 15 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 18 heures 18 min
décryptage > Culture
Too much

Start-up nation oui, anglais à l’eurovision non : qui importe quel mot dans le français d’aujourd’hui ?

il y a 20 heures 5 min
décryptage > Consommation
Evènement

Salon de l'agriculture 2020 : à la découverte de cette agriculture qui "vous tend les bras"

il y a 21 heures 22 min
décryptage > Education
Machine aveugle

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

il y a 22 heures 9 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

L’Algérie d’Abdelaziz Bouteflika à l’heure du Printemps arabe

il y a 22 heures 16 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Le choc démographique : trop d’humains, pas assez de ressources

il y a 22 heures 17 min
décryptage > Economie
Economie à l'arrêt

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

il y a 22 heures 42 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.
il y a 22 heures 51 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 1 jour 8 heures
© Alastair Pike / AFP
© Alastair Pike / AFP
Engrenage

L'euthanasie en cours des banquiers sauvera-t-elle tous les autres ?

Publié le 02 septembre 2019
Jean-Paul Betbeze revient sur les difficultés rencontrées par les banquiers à travers la planète.
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze revient sur les difficultés rencontrées par les banquiers à travers la planète.

D’abord les faits : l’euthanasie des banquiers avance dans le monde, aux États-Unis les meilleurs ont résisté (mais ce n’est pas fini), c’est surtout au tour de la zone euro désormais. A croire qu’affaiblir les banques commerciales est un objectif des responsables des banques centrales, encore un peu pour Jerome Powell aux États-Unis (Fed) et surtout pour Mario Draghi en zone euro (BCE) ! Un objectif mieux atteint, d’ailleurs, que leurs 2% d’inflation ! Les bourses l’ont vu. Aux États-Unis, pays désormais béni pour beaucoup, l’action Goldman Sachs passe de 179 dollars en 2009 à 203, Bank of America de 17 à 27, JP Morgan de 34 à 109 et Wells Fargo de 28 à 46.En zone euro par contre, c’est le massacre : une action Deutsche Bank cote 7 euros contre 48 en 2009, BNP 41 contre 51, Société Générale 23 contre 51, BBVA 4 contre 12 et Santander 3 contre 12. Ne parlons pas d’UniCredit, la première banque italienne, à 10 contre 262.

Engrenage ensuite : moins de profits bancaires aujourd’hui, ce serait moins de financements demain ? C’est en tout cas ce que craint l’agence de notation Moody’s. Elle vient de constater cette dégradation des rentabilités bancaires le 27 août, en abaissant les notes de  Goldman Sachs, Morgan Stanley, JP Morgan, Bank of America et Citigroup, comme des françaises BNP Paribas et Société Générale, des britanniques HSBC et Barclays, de l'allemande Deutsche Bank, des suisses UBS et Crédit Suisse, de la japonaise Nomura  et de la canadienne RBC. Quel tableau de chasse ! Les raisons abondent derrière cette rafale : moins de croissance dans les 12 à 18 mois, taux plus bas, courbe des taux plus basse, voire inversée. Courbe plus basse : les taux publics à deux ans sont à -0,88% à 2 ans et à -0,44% à 10 ans en France. Courbe inversée : 1,5% à 2 ans et1,45% à 10 ans aux États-Unis. Dans ce contexte, les banques très exposées aux activités de marché : 81% des revenus chez Goldman Sachs ou 51% chez Nomura, sont malheureusement aux premières loges. Et avec des notes plus basses, leur propre financement sera plus cher dans un monde plus inquiet, donc elles vont réduire les effectifs et les activités : c’est l’engrenage.

Mais les banques de la zone euro, moins tributaires des marchés, 20% de leurs revenus pour la Soc Gen ou 11% pour BNP Paribas éviteront-elles le couperet ? Non. Moody’s les dégrade aussi, au motif cette fois des effets de la politique de la BCE sur leurs marges bancaires classiques sur les crédits. Le 26 septembre en effet, elle va baisser (sans doute) à -0,6% la rémunération des dépôts des banques, pour, dira-t-elle, les forcer à prêter plus et moins cher. Et Christine Lagarde vient de s’inscrire dans cette ligne. Mais les déposants ne l’entendent pas de cette oreille ! Ils déposent plus en compte courant (+7,6% sur un an en juin) tandis que les banques augmentent plus lentement leurs prêts (+3,1%). Leurs crédits sont alors encore moins bien payés et à plus long terme, notamment au logement, financés par des ressources plus liquides, donc plus instables, et qui leur coûtent ! Elles rêvent alors de facturer les dépôts, mais attention à la réaction des clients (et l’Allemagne songe à l’interdire). Donc elles prêtent à plus long terme et moins cher au logement, avec plus de risque donc, et aux entreprises qui acceptent des taux supérieurs, donc plus risquées. En face, les entreprises de qualité ne vont plus en bourse pour se financer (c’est cher et risqué, avec ces « actionnaires activistes » agités), moins chercher des crédits bancaires (92% du PIB de la zone euro contre 97% en 2015) et plus sur le marché obligataire (22% du PIB de la zone euro).

Mais pourquoi donc vouloir la mort des banques en zone euro ? Evidemment, les banquiers centraux de la zone euro ne diront jamais que tel est leur objectif : ils ne veulent pas la mort de toutes, seulement des moins efficaces et des réseaux trop chers. Ils veulent des banques avec des coûts plus faibles, ce qui permettra aux taux bancaires d’être plus bas, donc une croissance plus forte par le crédit moins cher à la consommation et à l’investissement. Mais toutes les banques ne le pourront pas. Et les banquiers centraux veulent aussi des banques plus réactives, qui transmettent plus vite à leurs clients leurs hausses ou baisses de taux. Ils avoueront alors, en zone euro, qu’ils sont jaloux du système américain, où les marchés financiers assurent deux tiers du financement de l’économie et un tiers les banques, alors que c’est le symétrique en zone euro : 2/3 de banque, 1/3 de marché. Augmenter la part des marchés dans le financement de l’économie européenne améliorerait donc le canal de transmission de la politique monétaire de la BCE. Il serait moins cher et plus rapide. Mais nos banquiers ne diront pas non plus que ce système de financement par marché est plus exigeant en rentabilité et en réactivité, notamment économique et sociale : le financement bancaire amortit les à-coups et est bien plus patient que les marchés !

Fait nouveau dans cette « stratégie draghienne », quand faiblit la position de Mario Draghilui-même, avec la proximité de son départ, et surtout pour atténuer un risque de continuation par Christine Lagarde, l’opposition va monter. On ne parlera pas directement des difficultés des banques allemandes, mais le patron de la Buba (Jens Weidmann) et Sabine Lautenschläger (en charge des banques au Comité exécutif) feront entendre leurs réticences vis-à-vis des limites et des effets pervers de cette politique. Les banques françaises râlent en silence des carcans qu’elles subissent (plus de fonds propres réglementaires). D’autres, espagnoles ou italiennes, pourront oser s’exprimer.

« L'euthanasie des banquiers » est une sélection non pas « naturelle », mais accélérée, de la profession, notamment en zone euro. Les banquiers centraux veulent nous aider, avec moins de banquiers mais meilleurs, mais ce serait mieux de dire ce que ceci implique de notre part. Plus de profit des entreprises ? Sans doute. Plus de flexibilité des salariés ? Sûrement.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

04.

La réaction de la femme de Griveaux

05.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

06.

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

07.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

04.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires