En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

05.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

07.

Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 1 heure 56 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 4 heures 21 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 5 heures 35 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 7 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 8 heures 12 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 9 heures 10 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 9 heures 55 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 10 heures 26 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 10 heures 50 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 11 heures 25 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 3 heures 59 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 4 heures 46 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 6 heures 47 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 7 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 8 heures 27 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 9 heures 50 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 10 heures 11 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 10 heures 43 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 10 heures 56 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 11 heures 25 min
© Alastair Pike / AFP
© Alastair Pike / AFP
Engrenage

L'euthanasie en cours des banquiers sauvera-t-elle tous les autres ?

Publié le 02 septembre 2019
Jean-Paul Betbeze revient sur les difficultés rencontrées par les banquiers à travers la planète.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze revient sur les difficultés rencontrées par les banquiers à travers la planète.

D’abord les faits : l’euthanasie des banquiers avance dans le monde, aux États-Unis les meilleurs ont résisté (mais ce n’est pas fini), c’est surtout au tour de la zone euro désormais. A croire qu’affaiblir les banques commerciales est un objectif des responsables des banques centrales, encore un peu pour Jerome Powell aux États-Unis (Fed) et surtout pour Mario Draghi en zone euro (BCE) ! Un objectif mieux atteint, d’ailleurs, que leurs 2% d’inflation ! Les bourses l’ont vu. Aux États-Unis, pays désormais béni pour beaucoup, l’action Goldman Sachs passe de 179 dollars en 2009 à 203, Bank of America de 17 à 27, JP Morgan de 34 à 109 et Wells Fargo de 28 à 46.En zone euro par contre, c’est le massacre : une action Deutsche Bank cote 7 euros contre 48 en 2009, BNP 41 contre 51, Société Générale 23 contre 51, BBVA 4 contre 12 et Santander 3 contre 12. Ne parlons pas d’UniCredit, la première banque italienne, à 10 contre 262.

Engrenage ensuite : moins de profits bancaires aujourd’hui, ce serait moins de financements demain ? C’est en tout cas ce que craint l’agence de notation Moody’s. Elle vient de constater cette dégradation des rentabilités bancaires le 27 août, en abaissant les notes de  Goldman Sachs, Morgan Stanley, JP Morgan, Bank of America et Citigroup, comme des françaises BNP Paribas et Société Générale, des britanniques HSBC et Barclays, de l'allemande Deutsche Bank, des suisses UBS et Crédit Suisse, de la japonaise Nomura  et de la canadienne RBC. Quel tableau de chasse ! Les raisons abondent derrière cette rafale : moins de croissance dans les 12 à 18 mois, taux plus bas, courbe des taux plus basse, voire inversée. Courbe plus basse : les taux publics à deux ans sont à -0,88% à 2 ans et à -0,44% à 10 ans en France. Courbe inversée : 1,5% à 2 ans et1,45% à 10 ans aux États-Unis. Dans ce contexte, les banques très exposées aux activités de marché : 81% des revenus chez Goldman Sachs ou 51% chez Nomura, sont malheureusement aux premières loges. Et avec des notes plus basses, leur propre financement sera plus cher dans un monde plus inquiet, donc elles vont réduire les effectifs et les activités : c’est l’engrenage.

Mais les banques de la zone euro, moins tributaires des marchés, 20% de leurs revenus pour la Soc Gen ou 11% pour BNP Paribas éviteront-elles le couperet ? Non. Moody’s les dégrade aussi, au motif cette fois des effets de la politique de la BCE sur leurs marges bancaires classiques sur les crédits. Le 26 septembre en effet, elle va baisser (sans doute) à -0,6% la rémunération des dépôts des banques, pour, dira-t-elle, les forcer à prêter plus et moins cher. Et Christine Lagarde vient de s’inscrire dans cette ligne. Mais les déposants ne l’entendent pas de cette oreille ! Ils déposent plus en compte courant (+7,6% sur un an en juin) tandis que les banques augmentent plus lentement leurs prêts (+3,1%). Leurs crédits sont alors encore moins bien payés et à plus long terme, notamment au logement, financés par des ressources plus liquides, donc plus instables, et qui leur coûtent ! Elles rêvent alors de facturer les dépôts, mais attention à la réaction des clients (et l’Allemagne songe à l’interdire). Donc elles prêtent à plus long terme et moins cher au logement, avec plus de risque donc, et aux entreprises qui acceptent des taux supérieurs, donc plus risquées. En face, les entreprises de qualité ne vont plus en bourse pour se financer (c’est cher et risqué, avec ces « actionnaires activistes » agités), moins chercher des crédits bancaires (92% du PIB de la zone euro contre 97% en 2015) et plus sur le marché obligataire (22% du PIB de la zone euro).

Mais pourquoi donc vouloir la mort des banques en zone euro ? Evidemment, les banquiers centraux de la zone euro ne diront jamais que tel est leur objectif : ils ne veulent pas la mort de toutes, seulement des moins efficaces et des réseaux trop chers. Ils veulent des banques avec des coûts plus faibles, ce qui permettra aux taux bancaires d’être plus bas, donc une croissance plus forte par le crédit moins cher à la consommation et à l’investissement. Mais toutes les banques ne le pourront pas. Et les banquiers centraux veulent aussi des banques plus réactives, qui transmettent plus vite à leurs clients leurs hausses ou baisses de taux. Ils avoueront alors, en zone euro, qu’ils sont jaloux du système américain, où les marchés financiers assurent deux tiers du financement de l’économie et un tiers les banques, alors que c’est le symétrique en zone euro : 2/3 de banque, 1/3 de marché. Augmenter la part des marchés dans le financement de l’économie européenne améliorerait donc le canal de transmission de la politique monétaire de la BCE. Il serait moins cher et plus rapide. Mais nos banquiers ne diront pas non plus que ce système de financement par marché est plus exigeant en rentabilité et en réactivité, notamment économique et sociale : le financement bancaire amortit les à-coups et est bien plus patient que les marchés !

Fait nouveau dans cette « stratégie draghienne », quand faiblit la position de Mario Draghilui-même, avec la proximité de son départ, et surtout pour atténuer un risque de continuation par Christine Lagarde, l’opposition va monter. On ne parlera pas directement des difficultés des banques allemandes, mais le patron de la Buba (Jens Weidmann) et Sabine Lautenschläger (en charge des banques au Comité exécutif) feront entendre leurs réticences vis-à-vis des limites et des effets pervers de cette politique. Les banques françaises râlent en silence des carcans qu’elles subissent (plus de fonds propres réglementaires). D’autres, espagnoles ou italiennes, pourront oser s’exprimer.

« L'euthanasie des banquiers » est une sélection non pas « naturelle », mais accélérée, de la profession, notamment en zone euro. Les banquiers centraux veulent nous aider, avec moins de banquiers mais meilleurs, mais ce serait mieux de dire ce que ceci implique de notre part. Plus de profit des entreprises ? Sans doute. Plus de flexibilité des salariés ? Sûrement.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires