En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
ça vient d'être publié
light > High-tech
Générosité en cette période difficile
Jack Dorsey, le fondateur de Twitter, donne 1 milliard de dollars pour lutter contre le coronavirus
il y a 31 min 24 sec
light > Culture
Tristesse pour les fans
Coronavirus : l'édition 2020 du festival Hellfest de musique metal, organisé à Clisson, est annulée
il y a 1 heure 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un automne de Flaubert" d'Alexandre Postel : Flaubert se libère du démon de la mélancolie. Un roman captivant

il y a 2 heures 49 min
pépites > France
Joies du confinement en province
Selon l’Insee, un Parisien sur dix a quitté Paris depuis le début du confinement
il y a 3 heures 40 min
pépites > Economie
Nouveau record
Coronavirus : 6,3 millions de salariés sont au chômage partiel en France
il y a 6 heures 17 min
light > Science
Quasar
Event Horizon Telescope : des scientifiques capturent l'image d'un trou noir émettant des jets à haute énergie
il y a 8 heures 24 min
pépites > France
Soulager les services de réanimation
Le Conseil scientifique se prononce pour la prolongation du confinement
il y a 10 heures 14 min
décryptage > Santé
Le mal français

Ces raisons qui empêchent le secteur public français de gérer son argent efficacement

il y a 11 heures 25 min
décryptage > Economie
Production relocalisée

Ces faillites qui détermineront bien plus le monde de demain que tous les Grenelle sur un nouvel avenir...

il y a 12 heures 30 min
décryptage > Environnement
Quel cinéma

Parlementaires à la dérive : leur film s’appelle "Le jour d’après" et c’est un navet !

il y a 13 heures 7 min
light > Justice
Star des 12 Coups de midi
Christian Quesada a été condamné à trois ans de prison ferme pour pédopornographie
il y a 58 min 32 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oldyssey, un tour du monde de la vieillesse" de Julia Mourri et Clément Boxebeld : pour déconstruire beaucoup d'idées reçues sur "les vieux" !

il y a 2 heures 24 min
pépites > Politique
Président de la République
Coronavirus : l’Elysée annonce que le confinement sera "prolongé" au-delà du 15 avril
il y a 3 heures 10 min
pépites > International
Boulevard pour Joe Biden ?
Démocrates : Bernie Sanders arrête sa campagne et renonce à la course pour la présidentielle américaine
il y a 5 heures 52 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : l’assaillant a été mis en examen pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 6 heures 42 min
pépites > Europe
Action entravée
Covid-19 : Mauro Ferrari, le président du Conseil européen de la recherche (CER), démissionne
il y a 9 heures 21 min
pépite vidéo > Santé
Mental d'acier
Les conseils de l’aventurier Mike Horn pour surmonter le confinement
il y a 10 heures 48 min
décryptage > Santé
Comparaisons

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

il y a 11 heures 48 min
décryptage > Santé
La bêtise aussi est pandémique

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

il y a 12 heures 42 min
décryptage > Société
Petite réflexion de confinement

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

il y a 14 heures 2 min
Tribune

De la diplomatie comme cache-misère

Publié le 01 septembre 2019
La France le serre comme un vêtement mal coupé. Il lui faut bien plus pour être à l’aise, pour que ses dont incomparables puissent se déployer librement. Pourquoi pas le monde entier, dont le poids ne serait pas trop lourd pour ses épaules ? On sent, chez Emmanuel Macron, un besoin de grandeur que le sort, pour l’instant, contrarie.
Radu Portocală est un écrivain et journaliste français, né en 1951 en Roumanie, pays dont il fut exilé par le pouvoir communiste en 1977. En tant que journaliste, il a collaboré depuis 1985 avec divers organes de presse en France : RFI, Le Point, Le...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Radu Portocală
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Radu Portocală est un écrivain et journaliste français, né en 1951 en Roumanie, pays dont il fut exilé par le pouvoir communiste en 1977. En tant que journaliste, il a collaboré depuis 1985 avec divers organes de presse en France : RFI, Le Point, Le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La France le serre comme un vêtement mal coupé. Il lui faut bien plus pour être à l’aise, pour que ses dont incomparables puissent se déployer librement. Pourquoi pas le monde entier, dont le poids ne serait pas trop lourd pour ses épaules ? On sent, chez Emmanuel Macron, un besoin de grandeur que le sort, pour l’instant, contrarie.

Le rideau est enfin tombé sur le grand et vain spectacle du G7. La scène où il ne s’est rien passé d’essentiel, rien dont le monde ne pût se dispenser sans dommage est désormais déserte. Le vide solennel une fois éteint, s’éleva pour lui succéder le vide enthousiaste des commentaires et des louanges.

Tomber en pâmoison devant un président, quel qu’il soit, est déjà une assez mauvaise chose pour le journaliste ; se dire fasciné par les dons diplomatiques d’Emmanuel Macron, qui, à force d’insultes adressées à des peuples et des gouvernements, a mis la France en fâcheuse posture internationale, tient du grotesque. Et quand des analystes se demandent – cela n’étant nullement, de leur part, un trait d’humour caustique – si M. Macron ne serait pas en train de devenir « le maître du monde » (LCI), il y a lieu d’être au moins inquiet.

Du temps de Ceausescu, ses chantres se contentaient d’attirer l’attention sur« l’estime infinie dont le monde entier entoure Celui qui a lié Son nom aux aspirations suprêmes de l’humanité » (avec les majuscules de rigueur). La différence est faible entre une incantation aberrante et l’autre. Toutefois, nul n’a jamais prétendu – pas publiquement, du moins – que le titre de « maître du monde »aurait pu échoir à celui qui se faisait appeler « Danube de la pensée » (ne perdons pas de vue qu’un fleuve traverse Paris, ce qui peut toujours inspirer certains esprits misérables).

Il est intéressant de constater que l’adulation politique s’exprime toujours et partout par les mêmes formules creuses et de la même manière stupide. Aucune exception ne fut faite dans le cas de M. Macron. Depuis son entrée en campagne, en 2016, ses amis se sont employés à construire autour de lui un culte de la personnalité comprenant, comme si les promoteurs avaient été inspirés par la lecture d’un possible Précis de despotisme, tous les symptômes de cette pathologie. Dans leur très grande majorité, les Français, qui n’ont jamais eu à subir de tels glissements en dehors des limites du bon sens, n’y voient pas un trop grand inconvénient. Certes, la chose peut les agacer, mais combien sont-ils qui perçoivent dans cette glorification incessante la préfiguration d’autres excès, bien plus graves ?

Supposer que M. Macron soit lui-même l’instigateur de ces vulgarités médiatiques serait, sans doute, injuste. Mais comment imaginer, en revanche, qu’il n’en ait pas connaissance ? Lui font-elles plaisir ? Pense-t-il qu’elles servent ses desseins politiques ? La réponse à ces questions ne peut être, hélas !, qu’affirmative, tant il est vrai qu’il ne s’est jamais montré embarrassé par les flagorneries dont il est l’objet et n’a jamais exigé que leur soit mis fin. Cette absence d’opposition montre – et c’est le plus triste de l’affaire – qu’il tient pour vrais les propos des thuriféraires, quel que soit leur degré d’indécence, et donc qu’il a de lui-même une opinion superlative. Certaines expériences passées montrent qu’on ne peut et on ne doit que se méfier d’un tel président.

Est-il possible, dans le même registre, de considérer comme normale l’initiative prise par l’Institut d’études politique de Paris d’inaugurer un séminaire dont le nom d’une brièveté mégalomane sera tout simplement « Macron » – et cela après seulement deux ans passés par l’intéressé à la tête du pays, deux ans couronnés de succès à peine médiocres ? Que diraient nos journalistes vigilants si l’Université de Georgetown s’avisait à organiser un séminaire « Trump » ? Leurs cris de révolte traverseraient l’Atlantique et ils accuseraient le président américain d’avoir contaminé la vénérable institution de sa honteuse folie des grandeurs. La décision de l’IEP, en revanche, ne trouble pas grand-monde. Et surtout pas M. Macron lui-même. L’indifférence de l’opinion publique face à cette extravagance incantatoire, son acceptation par la classe politique signent le franchissement d’un seuil au-delà duquel l’anormal arrive à être considéré normal – un territoire que la France n’a jamais encore exploré, fait d’ambiguïtés et de résignations, où tout est à craindre.

Ceausescu, pour revenir à lui – tout en notant que d’autres comparaisons sont, malheureusement, possibles –, était détesté par son peuple, qu’il avait réduit à la misère et au silence. Il ne lui restait, donc, qu’à se pavaner en réunions diplomatiques stériles, qu’à faire des discours insignifiants, hissé sur les tribunes de toutes sortes d’organisations, qu’à visiter des chefs d’État de moins en moins importants et à les recevoir chez lui, qu’à se faire passer pour le médiateur (inopportun, bien entendu) de toutes les causes plus ou moins perdues. Ceux qui se permettaient encore le luxe de quelques accès d’optimisme murmuraient : en politique interne il est très mauvais, mais il est brillant en politique internationale.

Il a fallu à Emmanuel Macron un peu plus de deux ans pour qu’on dise de lui la même chose. Si l’homme ne s’aimait pas tellement, ce serait très peu flatteur.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie-E
- 02/09/2019 - 12:28
bonjour et merci Assourgoudrel de votre sollicitude
L'incident frontalier d'hier avait ete anticipe par Israel. Nasrallah ayant passe 3 jours a dire que la riposte viendrait pour toucher des militaires israeliens, la base d'Avivim etait pratiquement deserte mais les Israeliens avaient laisse un leurre (une ambulance militaire) que naturellement le Hezbollah a cible et atteint. Un helicoptere emmenant des "blesses, peut etre des morts" a alors decolle pour aller a l'hopital Rambam de Haifa ou il fut constate qu'il n'y avait rien puisque c'etait un coup de bluff de Tsahal. Le Hezbollah a utilise son missile anti char Kornett russe pour rien ( il n'a pas utilise les francais) mais Tsahal n'a pas rate sa riposte en zone deserte pour ne pas entraine le Liban dans la guerre. Message compris du Hezbollah qui demande par l'intermediaire de Hariri l'intervention des USA et de la France pour calmer la frontiere.
ntore chef d etat major est connu comme etant specialiste du combat urbain et etant tres creatif. Faisons lui confiance, Tsahal a bien tenu compte des recommandations Vinograd de 2006 en particulier les chars israeliens sont maintenant equipes du systeme Trophy qui les protegent avec efficacite.
Profitez bien de l'Italie
hoche38
- 01/09/2019 - 17:49
Business as usual!
De même que les mêmes juges ont condamné les résistants sous Pétain et les collabos à la libération, les salariés du système médiatique français, "fascinés par les dons diplomatiques d’Emmanuel Macron", seront les mêmes qui demain nous vendront les mêmes dons chez Marine Le Pen. Cette misère là a l'avantage de ne pas pouvoir se cacher.
assougoudrel
- 01/09/2019 - 16:29
@Marie-E
Je viens de lire dans les dépêches qu'un missile anti-char a été tiré du sud-Liban sur Israël par le Hezbollah, ce qui confirme vos craintes. Mes pensées vont vers vous et vos compatriotes.